Sport - page 2

69è Congrès de la FIFA: la succession de Gianni Infantino ouverte

in Uncategorized
69è Congrès de la FIFA: la succession de Gianni Infantino ouverte

Sport

69è Congrès de la FIFA: la succession de Gianni Infantino ouverte

Football : de nouvelles règles entrent en jeu

in Uncategorized
Football : de nouvelles règles entrent en jeu

Avertissement aux fans de ballon rond, quelques changements dans les sacro-saintes lois du jeu risquent de bouleverser vos repères. La modification la plus visible a déjà largement fait débat : la suppression de la notion d’intentionnalité des mains et la distinction main offensive / main défensive.

Mais d’autres nouvelles règles – plus ou moins importantes – sont entrées en vigueur le 1er juin. Elles seront inaugurées lors de la Coupe du monde féminine (7 juin-7 juillet). Toutefois, l’UEFA a confirmé au Point que cette nouvelle copie des lois du jeu ne sera appliquée ni lors de la finale de la Ligue des champions, ni lors des éliminatoires de l’Euro 2020 prévus en juin (Turquie-France et Andorre-France), ni lors de l’Euro Espoirs en Italie. L’UEFA appliquera, en revanche, les nouvelles lois dès les tours préliminaires de la Coupe d’Europe, cet été.

Les remplacements

Fini le temps perdu lors des changements de joueurs qui cassent le rythme en fin de match, quand une équipe mène au score et cherche à gagner de précieuses secondes. Désormais, le joueur remplacé quittera le terrain à l’endroit où il se trouve, sans avoir besoin de taper dans la main de son partenaire qui lui succède sur la pelouse. Cela évitera aussi les tensions inhérentes à ces gains de temps : les supporteurs parisiens n’ont pas oublié les deux cartons jaunes successifs et polémiques délivrées par Clément Turpin lors de Marseille-PSG en 2013, quand Edison Cavani et Zlatan Ibrahimovic traînaient les pieds pour quitter le terrain.

Adjoints

Opération nettoyage des bancs de touche ! La Fifa entend ramener de la sérénité au bord du terrain. Les arbitres pourront désormais avertir – et exclure – tous les membres du staff. Il appartiendra à l’entraîneur de calmer ses adjoints, et d’éviter que des insultes ne fusent, car le règlement est clair : « Si la personne fautive ne peut pas être identifiée, c’est l’entraîneur principal qui recevra le carton jaune ou rouge. » Plus télégénique, cette précision offrira aussi une meilleure lisibilité au public, qui ne comprend pas toujours lorsqu’un arbitre demande à un entraîneur de quitter son banc.

Pas d’adversaires dans les murs

Dès qu’un mur sera formé de 3 joueurs, l’équipe qui attaque devra se tenir à distance d’au moins un mètre. Cette nouvelle règle a pour but d’éviter toute bousculade lorsque les joueurs viennent se coller au mur pour perturber sa mise en place. En cas de non-respect de cette règle, l’arbitre sifflera un coup franc indirect.

Une règle inconnue… et supprimée !

Lorsque les lois du jeu seront présentées aux joueurs en début de saison, certains vont tiquer. Tous les footballeurs connaissent-ils cette loi oubliée qui dispose qu’un « coup de pied de but » tiré dans la surface de réparation doit quitter la surface pour être valable ? Concrètement, lorsqu’un gardien tire un six-mètres, le ballon doit sortir de la surface de réparation avant d’être joué par un partenaire. Voilà une loi poussiéreuse simplifiée par le board de la Fifa : « Le ballon sera en jeu lorsqu’il aura été touché et aura bougé », précise le nouveau texte.

 

Balle à terre aussi…

Les balles à terre disputées par deux joueurs telles des entre-deux au basket, c’était déjà du passé. Alors, autant clarifier la règle. Lorsque le jeu sera stoppé (joueur blessé…), l’arbitre rendra la balle à l’équipe qui la possédait au moment de l’interruption. « Le ballon sera rendu à un seul joueur, tous les autres devant se tenir à au moins 4 mètres. » Ainsi, on ne pourra reprocher à quiconque un manque de fair-play.

Pour être pointilleux…

L’instauration de l’arbitrage vidéo a poussé la Fifa à préciser certains points du règlement, même les plus anecdotiques. Par exemple, si un joueur reçoit un carton jaune pour avoir retiré son maillot lors de la célébration d’un but, et que ce but est annulé après coup par la vidéo, le carton jaune sera… maintenu. Double peine !

Certains changements en appellent d’autres : depuis que le coup d’envoi est « libre » (il est désormais autorisé de tirer directement au but sur le coup d’envoi, même si les équipes l’utilisent plus comme un coup de pied de placement, à la manière du rugby), les capitaines demandent régulièrement lors du tirage au sort s’ils peuvent choisir de commencer. Or, jusqu’ici, le vainqueur du tirage au sort pouvait seulement choisir son côté du terrain, et c’est le perdant qui engageait. À partir de maintenant, le vainqueur choisira soit le terrain, soit l’engagement.

Lors d’un penalty, le gardien n’a plus l’obligation d’avoir les deux pieds sur sa ligne. Seul un pied, désormais, est obligatoire.

Si l’arbitre veut avertir – ou même exclure – un joueur alors que l’action se poursuit ou que l’équipe attaquante veut exécuter rapidement le coup franc, l’arbitre peut revenir plus tard à son carton, et ainsi favoriser le jeu offensif.

Désormais, lorsqu’un ballon est touché par l’arbitre et entraîne une incidence dans le jeu (but, occasion, changement de possession), le jeu est arrêté et reprendra par une balle à terre.

Avec agence

La CAF réunit son Comité exécutif après la finale ratée de la LDC d’Afrique

in Uncategorized
La CAF réunit son Comité exécutif après la finale ratée de la LDC d'Afrique

Sport

La CAF réunit son Comité exécutif après la finale ratée de la LDC d’Afrique

Berkane/Zamalek : la FRMF réagit

in Uncategorized
Berkane/Zamalek : la FRMF réagit

Sport

Berkane/Zamalek : la FRMF réagit

CAN 2019 : Hervé Renard dévoile la liste des joueurs

in Uncategorized
CAN 2019 : Hervé Renard dévoile la liste des joueurs

Sport

CAN 2019 : Hervé Renard dévoile la liste des joueurs

Fondation Mohammed VI des champions sportifs: Moncef Belkhayat rempile

in Uncategorized
Fondation Mohammed VI des champions sportifs: Moncef Belkhayat rempile

Sport

Fondation Mohammed VI des champions sportifs: Moncef Belkhayat rempile

La FIFA enquête sur Ahmad Ahmad (Médias)

in Uncategorized
La FIFA enquête sur Ahmad Ahmad (Médias)

Sport

La FIFA enquête sur Ahmad Ahmad (Médias)

Mise en examen du patron du PSG pour « corruption active »

in Uncategorized
Mise en examen du patron du PSG pour « corruption active »

Sport

Mise en examen du patron du PSG pour « corruption active »

CAN 2019 : La CAF dévoile « Tut » mascotte officielle de la CAN

in Uncategorized
CAN 2019 : La CAF dévoile « Tut » mascotte officielle de la CAN

Sport

CAN 2019 : La CAF dévoile « Tut » mascotte officielle de la CAN

Infantino réelu pour un deuxième mandat

in Uncategorized
Infantino réelu pour un deuxième mandat

Gianni Infantino reste aux commandes de la FIFA. Attendue, sa réélection comme président de la fédération internationale de football a été actée par une acclamation des 211 fédérations membres, mercredi, lors du 69e congrès de la FIFA qui se tient à Paris. Son deuxième mandat à la tête de la FIFA va durer jusqu’en 2023.

Infantino rempile. Comme attendu, le président de la FIFA Gianni Infantino, seul candidat en lice, a été réélu pour un deuxième mandat à la tête de l’instance jusqu’en 2023, mercredi à Paris lors du 69e Congrès de la fédération internationale de football qui s’est tenu à la porte de Versailles.

Le dirigeant suisse, qui a succédé en 2016 à Sepp Blatter, a été élu par acclamation devant les 211 fédérations membres, à deux jours du match d’ouverture du Mondial-2019 féminin en France (7 juin-7 juillet).

Un Mondial 2018 en Russie sans fautes, « la meilleure édition de l’histoire », l’introduction de l’assistance vidéo à l’arbitrage, la « meilleure innovation des dernières décennies », ou encore un Mondial 2026 à 48 équipes attribué « sans problèmes » au trio Etats-Unis/Canada/Mexique… Le bilan d’Infantino a convaincu, sans surprise, les 211 fédérations membres de renouveler son mandat.

« Ces trois dernières années n’ont pas été parfaites. J’ai fait des erreurs, certainement, j’ai essayé d’améliorer les choses pour qu’elles soient meilleures », a déclaré le président de la FIFA dans son discours inaugural exprimé en quatre langues (français, allemand, anglais, espagnol).

« Mais aujourd’hui, en ce jour d’élection, personne ne parle de crise, de scandales, ou de corruption. On parle d’une organisation qui parle de football (…) qui, aujourd’hui, est synonyme de crédibilité, de confiance, d’intégrité », s’est-il félicité.

Avec la mise en place de réformes institutionnelles pour « une bonne gouvernance », après le scandale de corruption qui a entraîné la démission de Blatter (limitation de la durée des mandats…), M. Infantino a vanté son bilan dans ce domaine.

Tolérance zéro pour la corruption

« Il n’y a plus de possibilités pour la corruption. C’est tolérance zéro ! Ce qui s’est produit ne doit plus se répéter. Cela doit être clair pour ceux qui sont dans cette salle et en dehors », a-t-il prévenu.

Il s’est aussi réjoui de la « solidité financière » de son organisation, qui a vu ses revenus passer de 4,6 milliards à 6,4 milliards de dollars (de 4,08 à 5,7 Mds d’euros) sur le cycle 2015-2018, « dans une période où personne ne voulait s’associer avec la FIFA. »

« Nous ne devons pas avoir honte de devoir développer les recettes, c’est notre mission », a ajouté le dirigeant, citant l’élargissement de la Coupe du monde de 32 à 48 équipes en 2026, ou la création d’une « nouvelle Coupe du monde des clubs », dont l’édition pilote aura lieu en 2021.

A deux jours du match d’ouverture du Mondial-2019 féminin (7 juin-7 juillet), M. Infantino a aussi rappelé qu’il était à l’origine de la création “d’une division dédiée” au foot féminin à la FIFA, et de la nomination d’une femme, la Sénégalaise Fatma Samoura, pour le poste de secrétaire générale.

« Nous avons 20% de femmes présentes dans tous les commissions de la FIFA. Seulement 20% ? Oui, mais avant ce n’était que 4% ! Nous devons être meilleurs dans ce domaine, nous le serons », a-t-il promis.

« Aucune légitimité » selon Platini

Pourtant, le style de gouvernance de l’ancien secrétaire général de Michel Platini à l’UEFA, sa propension à s’entourer d’une garde rapprochée qui ne s’opposera jamais à lui et sa volonté d’avancer à tout prix sans se soucier des mises en garde, posent question dans l’univers feutré des instances.

« C’est un très bon juriste, un très bon secrétaire général, mais il n’a aucune légitimité, il n’est pas crédible comme président de la FIFA », avait lâché lundi Michel Platini devant plusieurs journaux européens.

« Comment peut-il venir promouvoir le football féminin alors qu’il s’en est toujours moqué ? Il n’y a jamais cru », avait ajouté l’ancien N.10 des Bleus, toujours suspendu de toutes activités liées au football.

Soupçonné de relations privilégiées avec le procureur général suisse Michael Lauber, celui-là même qui a enquêté sur la FIFA, Infantino a aussi subi plusieurs coups d’arrêt sur des dossiers qui lui tenaient à coeur.

Il a dû renoncer il y a quelques jours, face aux complications logistiques et géopolitiques, à élargir le Mondial-2022 au Qatar de 32 à 48 équipes.

Quant à son projet de Coupe du monde des clubs à 24 équipes dès juin 2021, il a certes été adopté par le Conseil de la FIFA en mars à Miami, mais sans les voix de l’UEFA qui y voit notamment une concurrence face à sa réforme de la Ligue des champions. L’opération séduction peut officiellement continuer.

MN

Go to Top
Aller à la barre d’outils