Sebta: les mauvais traitements infligés aux touristes marocains grèvent le business

Sebta: les mauvais traitements infligés aux touristes marocains grèvent le business

in Uncategorized
Poste-frontière Sebta
Par Ismail Benbaba le 04/11/2019 à 23h53

Poste-frontière Sebta

© Copyright : Dr

Kiosque360. Depuis 2017, la situation ne fait qu’empirer. Les touristes et autres travailleurs marocains, même munis d’un visa, se voient interdire le passage frontalier pour des critères non justifiés. La Confédération des entrepreneurs de Sebta monte au créneau pour dénoncer cette situation.

Le patronat de Sebta s’insurge contre les conditions d’accueil réservées aux touristes marocains aux frontières, rapporte Les Inspirations Eco dans son édition de ce mardi 5 novembre. Le journal souligne que la Confédération des entrepreneurs de Sebta rejoint ainsi les multiples protestataires ayant élevé leur voix contre les mauvais traitements infligés aux touristes et travailleurs opérant dans le transport des fardeaux.

 

Pour la confédération, traverser la frontière, pour les Marocains, est devenu une mission impossible et à haut risque. «Depuis 2017, des visiteurs marocains assidus se voient interdire le passage pour des critères non justifiés. Des clients qui ont aidé et contribué à la variété commerciale, à la création d’emplois et à la richesse dont nous jouissons aujourd’hui», dénonce le patronat. «Cette interdiction injustifiée s’est intensifiée durant les derniers mois et concerne non seulement les riverains de Tétouan mais aussi les visiteurs marocains munis d’un visa», poursuit la confédération.

 

On apprend ainsi qu’hier, la délégation du gouvernement a annoncé le report de la reprise des activités liées au commerce transfrontalier, indiquant que cette décision dépend des autorités marocaines, qui n’ont pas bouclé les travaux d’ajustements des zones avoisinantes au passage frontalier. Les Inspirations Eco rapporte que les autorités de Sebta ont souligné qu’une nouvelle mesure visant à garantir la sécurité des porteurs était en cours d’étude par les deux parties.

Par Ismail Benbaba



lire la suite

Go to Top