Maroc - page 22

« Emeute » à la prison d’Oukacha: la DGAPR réfute et précise

in Uncategorized
« Emeute » à la prison d'Oukacha: la DGAPR réfute et précise

Maroc

« Emeute » à la prison d’Oukacha: la DGAPR réfute et précise

Plus de 30.000 tentatives d’immigration clandestine avortées selon El Khalfi

in Uncategorized
Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine avortées selon El Khalfi

Maroc

Plus de 30.000 tentatives d’immigration clandestine avortées selon El Khalfi

Enseignants contractuels/ ministère : l’impasse jusqu’au bout

in Uncategorized
Enseignants contractuels/ ministère : l’impasse jusqu’au bout

Maroc

Enseignants contractuels/ ministère : l’impasse jusqu’au bout

CNMH: 300 personnes bénéficieront quotidiennement des prestations

in Uncategorized
CNMH: 300 personnes bénéficieront quotidiennement des prestations

Maroc

CNMH: 300 personnes bénéficieront quotidiennement des prestations

Le déficit budgétaire repris en main

in Uncategorized
Le déficit budgétaire repris en main

Kiosque360. Le déficit budgétaire s’est allégé au cours du mois dernier pour s’établir à 21,6 milliards de dirhams. L’Etat compte sur les recettes de privatisation pour le résorber en partie.

Petit répit budgétaire en mai. Dans son édition du jour, L’Economiste note une légère détente du déficit budgétaire qui atteint 21,6 milliards de dirhams, s’allégeant de 1,8 milliard de dirhams par rapport à la même période de l’année dernière. Le journal précise que «le gouvernement compte s’appuyer sur les privatisations pour maintenir le déficit à des niveaux convenables».

 

Justement, une recette de 10 milliards de dirhams est prévue dans la loi de Finances. Une grande partie de ce montant va être assurée par la cession de 8% du capital de Maroc Telecom. Le quotidien pense qu’après IAM, l’Etat passera à la cession «d’Energie Electrique de Tahaddart, détenue à hauteur de 48 % par l’Office National de l’Eau et de l’Electricité aux côtés d’Endesa Generación (32%) et de Siemens Project Ventures (20%), ainsi que du célèbre hôtel la Mamounia de Marrakech, filiale de l’ONCF qui détient 65% de son capital».

 

L’Economiste relève, en attendant, que les dépenses de l’Etat évoluent de 14,2% contre 8,2% pour les recettes. En plus des dépenses de fonctionnement qui seront amenées à augmenter sous l’effet de la revalorisation des salaires de fonctionnaires, revalorisation décidée dans le cadre du dialogue social, le quotidien attire l’attention sur la compensation qu’il faudra «surveiller durant les prochains mois». Il faut dire que la charge a augmenté de 53,7%, atteignant 6,7 milliards de dirhams représentant 36,8% des ressources (18,3 milliards de dirhams) consacrées par la loi de Finances 2019 à la subvention de produits comme le gaz butane.

 

Pour ce qui est des dépenses d’investissement, elles sont en hausse de près de 9% à 29,7 milliards de dirhams, suite à l’accroissement des charges communes de 12,8% et des dépenses des ministères de 4,7%. «Les émissions représentent 40,4% du montant budgétisé. L’enveloppe prévue pour 2019 s’élève à 73,3 milliards de dirhams», précise le journal.

 

Par ailleurs, L’Economiste relève que l’amélioration des recettes (hausse de 3,3% de la TVA à l’importation, de 7,1% de la TIC, de 0,5% de l’IS et de 10,2% de l’IR) à fin mai recouvre une baisse de 6,9% des droits de douane et une diminution de 9,5% de la TVA à l’intérieur.



lire la suite

Traite des êtres humains : l’équipe de la commission connue

in Uncategorized
Traite des êtres humains : l’équipe de la commission connue

Maroc

Traite des êtres humains : l’équipe de la commission connue

Le projet de décret sur le statut des fonctionnaires de la DGSN approuvé

in Uncategorized
Le projet de décret sur le statut des fonctionnaires de la DGSN approuvé

Maroc

Le projet de décret sur le statut des fonctionnaires de la DGSN approuvé

Inscription de 12 sites à la convention de Ramsar relative aux zones humides

in Uncategorized
Inscription de 12 sites à la convention de Ramsar relative aux zones humides

Le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) du Maroc a inscrit jeudi 12 nouveaux sites à la Convention de Ramsar relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau.

Il s’agit des lacs d’Imouzzer Kandar, la lagune et barrage de Smir, l’Oued Tizguite, le littoral de Jbel Moussa, l’Oued Assaquia Al Hamra à Laayoune, l’Assifs Ahançal-Melloul, l’Assifs Réghaya-Aït Mizane, la Côte des Bokkoyas, l’Assif Mgoun, la Côte Aftissate-Boujdour, le Cap Ghir-Imsouan et le Haut Oued Lakhdar.

L’inscription de ces nouveaux sites a eu lieu à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de Biodiversité, placée cette année sous le thème « Notre biodiversité, notre nourriture, notre santé », un thème qui met en exergue la multiplicité des services capitaux fournis par les systèmes naturels pour l’existence et le bien-être de l’humanité sur Terre, tout en contribuant à d’autres objectifs de développement durable, notamment l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques et la restauration des écosystèmes.

Ce classement est le résultat de la collaboration entre le HCEFLCD du Maroc, le WWF Afrique du Nord et les experts de l’Institut scientifique de Rabat.

En matière de conservation de la diversité biologique, il est à souligner que le HCEFLCD a mis en œuvre des plans d’actions nationaux pour les espèces en danger, faisant partie des annexes de la Convention sur les espèces migratrices (CMS), de la Convention internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore (CITES) ou de la liste rouge de l’UICN.

Pour rappel, le Maroc est l’un des premiers signataires de la Convention sur la diversité biologique en 1992. Depuis, le HCEFLCD a entrepris des actions dont la mise en œuvre du plan directeur des aires protégées par la création de plus de 154 Sites d’Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE), la création d’une dizaine de parcs nationaux, et l’inscription de 24 zones humides d’importance mondiale dans la liste Ramsar.

La rédaction

Conseil de gouvernement : petites modifications au Code de la route

in Uncategorized
Conseil de gouvernement : petites modifications au Code de la route

Maroc

Conseil de gouvernement : petites modifications au Code de la route

Bilan: Elotmani défendra son bilan ce lundi au Parlement

in Uncategorized
Bilan: Elotmani défendra son bilan ce lundi au Parlement

La Chambre des représentants tiendra lundi prochain une séance plénière consacrée aux réponses du chef du gouvernement aux différentes interventions des groupes et groupements parlementaires relatives au bilan d’étape de l’action gouvernementale.

Selon un communiqué de la Chambre, cette séance, qui débutera à 22H00, se tient conformément aux dispositions de la Constitution et du règlement intérieur de la Chambre.

Le bilan d’étape de l’action gouvernementale a suscité des réactions divergentes des groupes et groupements parlementaires de la majorité et de l’opposition lors de son examen, mercredi, à la Chambre des représentants.

En effet, si la majorité a exprimé sa satisfaction quant aux réalisations enregistrées par l’exécutif, l’opposition estime que ces résultats sont insatisfaisants.

A cet égard, le groupe Justice et Développement s’est dit fier du climat constitutionnel distingué dans lequel le bilan d’étape a été présenté, notant qu’il « concrétise le modèle marocain exceptionnel » et consolide l’État des institutions, basé sur le principe de la corrélation entre responsabilité et reddition des comptes.

Le bilan d’étape correspond au programme gouvernemental et il est en harmonie avec la base contractuelle liant le citoyen à l’institution représentative, a-t-il soutenu, appelant à la poursuite des réformes, l’immunisation de l’économie nationale et la consolidation du volet social.

En tant que composante de la majorité gouvernementale, le groupe Haraki a souligné, lui, la nécessité de définir un nouvel horizon ayant un impact positif sur le citoyen marocain, appelant au contrôle de l’endettement et à l’adoption d’un indice évaluant le déficit d’investissement dans les zones éloignées.

Chez le groupement du Progrès et du socialisme, l’accent a été mis sur les dysfonctionnements ayant marqué la mise en œuvre des programmes et chantiers sectoriels, tout en insistant sur la nécessité de faire preuve d’objectivité et de tenir compte du contexte politique précédant la formation du gouvernement.

En revanche, le groupe Authenticité et Modernité a souligné que le bilan du gouvernement est « maigre », vu qu’il continue à s’endetter et ignore les rapports de la Cour des comptes, citant également l’augmentation des taux de chômage.

Pour sa part, le groupe istiqlalien s’est interrogé sur l’efficacité des chantiers et programmes adoptés par l’exécutif, exprimant son regret pour les décisions hâtives ayant impacté négativement plusieurs catégories, telles que les commerçants.

Go to Top