le360

Coronavirus: 13 nouveaux cas confirmés ce samedi 28 mars au matin au Maroc, le bilan grimpe à 358 (Infographie)

in Uncategorized
Coronavirus: 13 nouveaux cas confirmés ce samedi 28 mars au matin au Maroc, le bilan grimpe à 358 (Infographie)

Treize nouveaux cas d’infection au nouveau coronavirus (Covid-19) ont été confirmés au Maroc, portant à 358 le nombre total des cas de contamination, annonce le ministère de la Santé sur son portail ce samedi matin.

Treize nouveaux cas d’infection au nouveau coronavirus (Covid-19) ont été confirmés au Maroc, portant à 358 le nombre total des cas de contamination, annonce le ministère de la Santé sur son portail ce samedi matin.

 

Le nombre de décès et de rémissions n’a pas changé. On dénombre toujours ce samedi matin 23 décès et 11 guérisons.

 

La nouveauté, c’est le nombre de tests de dépistage effectués ces trois derniers jours. Alors qu’il peinait à dépasser le seuil de 1000 tests depuis trois semaines, le nombre de personnes dépistées au coronavirus s’élève désormais à 1813 ce samedi matin. En dépit de cette augmentation, le nombre de tests de dépistage effectués au Maroc demeure très bas.

 

Bilan 28-03-2020 à 08h00

© Copyright : DR

 

 

Vendredi 27 mars, le ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration a annoncé l’allocation de 2 milliards de dirhams (MMDH) pour le renforcement du dispositif médical et ce, dans le cadre du Fonds spécial pour la gestion de la Pandémie du Coronavirus (Covid-19). Ce montant a servi essentiellement à l’achat d’équipement médical et hospitalier (1.000 lits de réanimation, 550 respirateurs, 100.000 kits de prélèvements, 100.000 kits testeurs, équipement de radiologie et imagerie…), indique ce ministère. L’acquisition de 100.000 kits de dépistage va renforcer considérablement la capacité du pays à faire des tests de dépistage pour limiter la propagation du nouveau coronavirus.

 

Rappelons que le Maroc a proclamé l’état d’urgence sanitaire, entré en vigueur le vendredi 20 mars dernier, à 18 heures. Un projet de décret fixant les modalités de cette situation exceptionnelle a été adopté, le dimanche 22 mars, par le Conseil de gouvernement. Le gouvernement a prévu la levée de ce confinement forcé le 20 avril. Mais l’évolution de l’épidémie au Maroc pourrait conduire à durcir davantage le confinement et à le prolonger bien au delà de cette date.

 

Le Maroc n’est pas le seul pays qui a appelé sa population à rester à la maison. Plus de trois milliards de personnes sont entrées samedi dans un nouveau weekend de confinement à travers le monde confronté à une accélération de la pandémie de coronavirus qui a déjà fait plus de 25.000 morts et frappe de plein fouet l’Europe, Italie en tête.

 

En Italie, la maladie de Covid-19 a tué près d’un millier de personnes en 24 heures, un bilan quotidien inédit pour un seul pays depuis le début de la crise. Après l’Italie (9.134 morts), c’est l’Espagne qui compte le plus de décès (plus de 4.858, dont 769 lors des dernières 24 heures) dans le monde.

 

Les Etats-Unis ont dépassé vendredi la barre des 100.000 personnes contaminées. La veille, ils avaient déjà dépassé l’Italie et la Chine pour devenir le pays du monde à compter le plus de cas déclarés d’infection au nouveau coronavirus.

 

Avec plus de 3.300 cas et plus de 90 décès, selon un bilan établi ce samedi matin par l’AFP, l’Afrique reste encore largement épargnée par la pandémie. Mais la propagation du virus suit une «évolution dramatique», a alerté la responsable régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Matshidiso Rebecca Moeti.



lire la suite

Médecins, infirmiers, secouristes: ces Marocains de la diaspora qui luttent contre l’épidémie

in Uncategorized
coronavirus
Par Hassan Benadad le 25/03/2020 à 21h39

coronavirus

© Copyright : DR

Kiosque360. En cette période de grave crise épidémiologique, nombreux sont les Marocains résidant à l’étranger qui se retrouvent à l’avant-poste dans la lutte contre le coronavirus. Ils sont médecins, infirmiers, secouristes et bravent le danger de la contamination pour venir en aide aux malades.

Les Marocains résidant à l’étranger (MRE) subissent, tout comme les ressortissants des pays d’accueil, les affres de la crise épidémiologique sans précédent qui fait trembler le monde entier. Le coronavirus, cet ennemi invisible qui guette tout un chacun, ne cesse de faire des milliers de morts et de contaminer des dizaines de milliers de personnes à travers le monde. Les Marocains vivant dans les pays rudement touchés par cette pandémie l’affrontent avec courage et abnégation. En effet, nombreux sont les MRE qui se distinguent dans les équipes de secouristes, d’intervention ou des forces de l’ordre, malgré la peur et le danger. 

 

Ils sont ainsi des centaines de Marocains à exercer dans le domaine hospitalier et à participer à la lutte contre la propagation du Covid-19. Les médecins et infirmiers marocains qui exercent dans les divers hôpitaux européens n’hésitent pas se mettre en première ligne pour combattre ce virus.

 

Dans son édition du jeudi 26 mars, le quotidien Al Massae ajoute que la population immigrée, notamment en Italie et en Espagne où le coronavirus fait rage, vit une situation difficile. L’instauration de l’état d’urgence sanitaire l’a privée de toute ressource financière. Mais ce sont les centaines de Marocains mineurs non accompagnés qui se trouvent dans la situation la plus précaire, malgré toutes les mesures prises pour assurer leur protection.

La cellule de vigilance, de suivi et d’orientation au ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger essaye tant bien que mal de répondre aux demandes d’informations et de renseignements de la diaspora marocain. Ce département indique qu’il continue d’assurer tous ses services électroniques à travers son site web, son adresse électronique et sa page officielle Facebook, suite aux répercussions de la pandémie de Covid-19.

Par Hassan Benadad



lire la suite

Vidéo. Coronavirus: en Suisse, des réservistes mobilisés pour la première fois depuis 1939

in Uncategorized
Vidéo. Coronavirus: en Suisse, des réservistes mobilisés pour la première fois depuis 1939

Romain est infirmier dans le civil, Gabrielle élève-ambulancière: comme des milliers de réservistes de l’armée suisse, ils ont été mobilisés pour monter au front de la bataille contre le nouveau coronavirus, une première dans le pays depuis la Seconde Guerre mondiale.

Un vent glacial souffle ce dimanche matin sur la place d’armes de la caserne de Bière, à quelques kilomètres du Lac Léman dans le Jura suisse. Hommes et femmes du « bataillon Hôpital 2 » s’aguerrissent aux techniques de lutte sanitaire, avant de partir en mission de soutien dans le pays, pour certains dès la soirée.

 

Dans un hangar, une quinzaine de militaires, certains portant des masques, apprennent les gestes simples de brancardier, comment allonger un patient sur un lit, comment le relever, etc. Sur une table près des instructeurs, des flacons de gel hydroalcoolique, des masques, des gants.

 

S’il évoque sa « fierté » de s’engager pour son pays, le sergent Romain Berset, 28 ans, reconnaît aussi « un peu d’inquiétude » d’avoir dû déserter son poste d’infirmier à la ville en pleine pandémie. « C’était toute une question, en tout cas pour moi, de voir comment je pouvais être remplacé », explique-t-il à l’AFPTV.

 

La Suisse a passé samedi la barre des 7.000 cas d’infection au Covid-19, dont 60 morts (37 dans le seul canton du Tessin, frontalier de l’Italie), selon les derniers chiffres publiés dimanche par l’Office fédéral de la santé publique.

 

 

« La situation est grave (…). Les jours qui viennent vont être critiques pour le système de soins », a prévenu dimanche lors d’une conférence de presse le directeur général de la Santé du canton de Genève, Adrien Bron.

 

Afin de soulager les hôpitaux sous tension, l’armée a annoncé qu’elle pourrait mobiliser jusqu’à 8.000 militaires dans les 26 cantons de la Confédération helvétique, petit Etat de 8,5 millions d’habitants au coeur du massif alpin.

 

Gabrielle Ramseier, ambulancière de 24 ans, est venue former les soldats. Elle était de garde quand elle a reçu sa convocation. « Je ne m’y attendais pas donc il a fallu aller rechercher le matériel, préparer le paquetage dans un délai assez court, préparer aussi toute l’organisation familiale. Je n’ai pas d’enfants donc ma tâche était facilitée de ce point de vue là mais il y avait quand même beaucoup de choses à préparer », explique-t-elle.

 

Dans un second hangar, des réservistes – appelés miliciens en Suisse – suivent un cours sur l’utilisation des ambulances militaires et leur désinfection, tandis que d’autres s’entraînent à enfiler des tenues de protection intégrales.

 

 

Considérée comme l’un des piliers fondateurs de la Nation, l’armée suisse est organisée comme une milice. Ses effectifs, répartis entre armée de Terre et forces aériennes, ont été profondément revus à la baisse, de 625.000 en 1961 à environ 100.000 actuellement.

 

Encadrés par quelques milliers de professionnels, les conscrits effectuent un service de quatre mois minimum avant d’être appelés tous les ans à participer à des sessions de trois semaines d’entraînement.

 

« C’est la première fois que l’armée de milice est dans une mobilisation ‘réelle’. La dernière fois c’était en 1939 », explique le lieutenant-colonel Raoul Barca, qui commande le bataillon stationné à Bière et constitué d’environ 750 soldats.

 

 

Dans un des hangars d’entraînement, un espace « détente » a été aménagé pour leur permettre de consulter leur ordinateur ou téléphone portable. « Les militaires sont confinés, on ne sait pas pour combien de temps ils sont séparés de leurs familles, de leurs enfants. C’est indispensable de pouvoir garder le contact social », justifie le lieutenant-colonel Barca.

 

Le dernier engagement de l’armée suisse dans un contexte de crise sanitaire remonte à la canicule de 2015. Les troupes avaient alors été requises pour approvisionner en eau le bétail en pâturage dans les montagnes.

 

Ces dernières années, des débats ont régulièrement agité le pays sur la pertinence de conserver une importante armée de conscription, jugée par certains coûteuse et inutile, alors que la plupart de ses voisins européens ont professionnalisé la leur.

 

« Je ne rentre pas dans cette polémique », avertit Raoul Barca. « L’armée suisse a toujours répondu présente quand on lui a demandé, que ce soit pour des engagements d’appui comme actuellement ou l’appui lors de différentes conférences internationales comme le Forum économique mondial » tenu chaque année dans la station alpine de Davo



lire la suite

Vive l’Etat!

in Uncategorized
Vive l’Etat!


Kiosque360. Qui aurait imaginé qu’un jour les citoyens exigeraient la limitation de leur liberté de circulation et que des mesures répressives, et donc rejetées normalement, seraient approuvées et même exigées par les citoyens, un peu partout dans le monde?

lire la suite

Coronavirus: le Cameroun ferme ses frontières, ses écoles et suspend l’attribution des visas

in Uncategorized
Coronavirus. Sénégal: ni les touristes ni les Sénégalais de l'extérieur ne sont les bienvenus
Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem le 18/03/2020 à 09h33

Coronavirus. Sénégal: ni les touristes ni les Sénégalais de l'extérieur ne sont les bienvenus

© Copyright : DR

Le gouvernement vient d’édicter une série de mesures préventives pour éviter la propagation du coronavirus dans le pays. Cinq nouveaux cas d’infection ont été confirmés le mardi 17 mars 2020 au Cameroun.

Lire la suite de l’article sur notre site: le360afrique.com

 

Par De notre correspondante au Cameroun Patricia Ngo Ngouem



lire la suite

La Botola se confine dans une trêve non programmée

in Uncategorized
FRMF Botola
Par Ismail El Fassi le 15/03/2020 à 21h27 (mise à jour le 15/03/2020 à 21h44)

FRMF Botola

© Copyright : DR

Kiosque360. Championnat suspendu, entraînements reportés, joueurs au chômage technique, cadres étrangers interdits de quitter le pays… Voici le rythme de la Botola en pleine crise du coronavirus.

Par Ismail El Fassi



lire la suite

Banques: la commission parlementaire se met en action

in Uncategorized
Gouvernement Commission des Finances
Par Fayçal Ismaili le 10/03/2020 à 21h31

Gouvernement Commission des Finances

© Copyright : Dr

Kiosque360. La mission d’information parlementaire sur les banques et organismes assimilés a tenu sa première rencontre, pour fixer les priorités et déterminer les données et rapports qui seront épluchés.

C’est parti pour la mission d’information parlementaire sur les banques et organismes assimilés. Il y a quelques semaines, la commission des finances de la Chambre des représentants avait en effet décidé de mettre en place une mission d’information sur le secteur bancaire, rapporte le quotidien Aujourd’hui le Maroc dans son édition du 11 mars.

 

Ladite commission a ainsi tenu sa première rencontre pour fixer les priorités et déterminer les données et rapports qui seront épluchés tout au long de la mission d’information. Il faut préciser que les députés ont déjà esquissé un premier plan d’action à travers des visites de terrain auprès de la tutelle, à savoir le ministère de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, en plus de Bank Al-Maghrib (BAM) et de la Trésorerie générale du Royaume (TGR). Parmi les organismes figurant sur la liste des visites des parlementaires, il y a également le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM), la Caisse centrale de garantie (CCG), ainsi que les différents établissements bancaires.

Pour rappel, l’annonce de la mission parlementaire avait été faite quelque temps après l’ouverture de la session parlementaire d’automne, en octobre dernier. Une ouverture marquée, notamment, par un discours royal. Le souverain avait, à cette occasion, abordé la question du financement de l’économie. «Le Maroc, Dieu soit loué, dispose d’un secteur bancaire alliant robustesse, dynamisme et professionnalisme. Autant d’atouts qui lui permettent de soutenir la résilience et le développement de l’économie nationale. Par ailleurs, le système financier marocain fait l’objet d’un contrôle rigoureux de la part d’institutions nationales indépendantes, hautement qualifiées. La crédibilité du secteur bancaire et la confiance dont il jouit s’en trouvent renforcées, aussi bien à l’échelle nationale qu’à l’extérieur. Son niveau d’évolution lui a permis d’investir dans nombre de pays étrangers, notamment en Afrique.

 

Les banques et les deux Chambres parlementaires avaient organisé, fin janvier, un séminaire sur le financement de l’économie. L’événement avait connu la participation de Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, de Hakim Benchamach, président de la Chambre des conseillers, ainsi que de Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration.

Par Fayçal Ismaili



lire la suite

Coronavirus (et autres plaies): recettes anciennes pour grandes épidémies

in Uncategorized
Coronavirus (et autres plaies): recettes anciennes pour grandes épidémies

Peste, choléra et fièvre jaune: dès le Moyen Âge, les quarantaines, puis les cordons sanitaires, ont été inventés et régulièrement appliqués en réponse aux grandes épidémies, comme c’est le cas à partir de dimanche pour des millions d’Italiens.

Mesure sans précédent en Europe, plus de 15 millions d’habitants du nord de l’Italie sont placés en quarantaine dès dimanche, leurs déplacements étant strictement limités à l’entrée et à la sortie de ces territoires.

 

Auparavant, les mesures de limitation de mouvements ont été prises à Wuhan, métropole de 11 millions d’habitants du centre de la Chine et chef-lieu de la province de Hubei, affectent la vie quotidienne de quelque 50 millions de Chinois.

 

« Ces quarantaines sont à l’échelle de la population chinoise. Hors le Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2003, il n’y a rien qui puisse approcher le gabarit de cette opération. Sauf peut-être la quarantaine de Bombay frappé par la peste en 1898 », explique à l’AFP Patrick Zylberman, spécialiste d’histoire de la santé à l’École des hautes études en santé publique (EHESP).

 

Plus récemment, lors de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest (2013-2016), des mesures de fermeture de frontières, de confinement et de quarantaine ont été imposées à plusieurs reprises.

 

Ainsi, les six millions de Sierra-Léonais ont-ils été contraints de rester chez eux pendant trois jours en septembre 2014 puis à nouveau en mars 2015. Ce « confinement général » visait à stopper l’épidémie.

 

Une quarantaine est un isolement provisoire imposé à des personnes, navires ou animaux provenant d’un pays infecté par une maladie contagieuse, selon la définition du dictionnaire Larousse.

 

Le cordon sanitaire correspond, lui, à des postes de surveillance pour contrôler et bloquer les entrées ou sorties d’une zone atteinte par une épidémie.

 

Dans le cas de l’épidémie chinoise, c’est l’équivalent d’un immense cordon sanitaire qui est installé autour la région de Wuhan.

 

C’est pour se protéger de la peste qu’apparaissent aux XIVe et XVe siècles les premières mesures documentées d’isolement des navires provenant de zones infestées, à Dubrovnik (Croatie) en 1377 puis à Venise (Italie) à partir de 1423.

 

La durée imposée de l’isolement, 40 jours, détermine le mot « quarantaine ». Les établissements qui accueillent les équipages confinés portent le nom de lazaret: déformation du nom de l’îlot dans la lagune vénitienne où accostaient les navires, Santa Maria di Nazaret, ou bien référence au lépreux de la Bible, Lazare.

 

Les quarantaines sont ensuite régulièrement adoptées en Europe lors d’épidémies, jusqu’à la grande pandémie de choléra qui touche le continent dans les années 1830.

 

Le terme « cordon sanitaire » naît en France au XIXe siècle lorsqu’en 1821 Paris envoie 30.000 soldats pour bloquer la frontière avec l’Espagne, afin d’empêcher la diffusion d’une épidémie de fièvre jaune.

 

Mais bien avant cette date, des barrières sanitaires ont parfois été instaurées lors de grandes épidémies de peste, rappelle Tom Solomon.

 

Ce spécialiste britannique des maladies émergentes à l’Université de Liverpool cite « l’exemple fameux » de l’isolement volontaire en 1665 du village d’Eyam (Angleterre) après un cas de peste pour éviter de contaminer le reste de la région.

 

Dans le sud-est de la France, un « mur de la peste » est érigé en Vaucluse en 1721 sur 27 kilomètres pour protéger la région du Comtat Venaissin de la peste qui sévit alors à Marseille et en Provence.

 

Les mesures de restriction des mouvements peuvent s’avérer « contre-productives », engendrant panique et incitant des personnes à fuir coûte que coûte, souligne Tom Solomon.

 

Elles peuvent aussi conduire à des troubles sociaux graves comme ce fut le cas à Bombay lors de l’épidémie de peste à la fin du XIXe siècle en raison d’hospitalisations forcées d’hommes et de femmes sans distinction de caste, explique Patrick Zylberman.

 

Plus proche de nous, l’épidémie de Sras en Chine a engendré en 2003 émeutes et manifestations violentes dans les régions de Nankin et Shanghai (est) à la suite de quarantaines brutales, indique cet historien dans son essai « Tempêtes microbiennes ».

 

Un haut responsable chinois a laissé entendre vendredi que la province du Hubei (centre), au coeur de l’épidémie de Covid-19, pourrait bientôt être rouverte, après plus d’un mois de fermeture pour endiguer la maladie.



lire la suite

Safi: des années et des millions de dirhams plus tard, la Cour d’appel sans toilettes

in Uncategorized
Toilettes publiques
Par Khalil Ibrahimi le 05/03/2020 à 21h28

Toilettes publiques

© Copyright : DR

Kiosque360. La Cour d’appel de Safi se retrouve sans toilettes après l’échec de 10 projets de mise à niveau ayant coûté 181 millions de dirhams. Le syndicat démocratique de la justice demande un audit financier et une enquête.

La situation a été révélée lors d’un sit-in de protestation du bureau local du syndicat démocratique de la justice, organisé mercredi 4 mars devant la Cour d’appel de Safi. En cause, l’absence de nombreux équipements, cet établissement n’étant même pas doté de toilettes, ni pour le personnel qui y travaille, ni pour les justiciables qui le fréquentent.

 

Une situation d’autant plus intolérable, indique Al Akhbar dans son édition du vendredi 6 mars, que la Cour couvre trois provinces (Safi, Youssoufia et Essaouira), soit plus de 1.4 million de citoyen. Une situation unique en son genre au Maroc et ce n’est pas la seule lacune dans la mesure où cet établissement ne dispose ni des ressources matérielles ni humaines pour s’acquitter de sa mission.

 

«Le plus étonnant, c’est l’échec systématique de pas moins de 10 projets de mise à niveau de cette structure, qui ont coûté quelque 181 millions de dirhams. Des projets dont un centre judiciaire à Guezoula ayant coûté 9,2 millions de dirhams mais qui est toujours fermé», lit-on dans Al Akhbar. Le syndicat de la justice demande un audit financier et une enquête. A bon entendeur…

Par Khalil Ibrahimi



lire la suite

Coronavirus: foot arrêté en Suisse, moto reportée en Thailande et événements en sursis

in Uncategorized
Coronavirus stade
Par Le360sport le 03/03/2020 à 09h07

Coronavirus stade

© Copyright : DR

Une première en Europe: le championnat de Suisse de football a été suspendu à cause de la propagation du coronavirus, qui a provoqué lundi de nouvelles annonces de reports d’événements sportifs, comme le Grand Prix Moto de Thaïlande.

Par Le360sport



lire la suite

1 2 3 10
Go to Top