journal maroc

Tunisie: Zine El Abidine Ben Ali dans un état comateux

in Uncategorized
Ben Ali
Par Karim Ben Amar le 13/09/2019 à 18h02

Ben Ali

© Copyright : DR

L’ancien président tunisien Zine El Abidine Ben Ali est actuellement dans le coma d’après son avocat, cité par l’agence de presse Reuters.

Lire la suite de l’article sur notre site: le360afrique.com

 

Par Karim Ben Amar



lire la suite

Hausse de 3,1% de l’encours des crédits aux entreprises non financières privées à fin juillet

in Uncategorized
Crédit à la consommation
Par Ismail Benbaba le 11/09/2019 à 01h18

Crédit à la consommation

© Copyright : Dr

Kiosque360. Cet encours est le plus élevé, sur les cinq dernières années et à la même période, pour cette catégorie d’entreprises. Dans le secteur public, les entreprises non financières ont réduit leur recours au crédit, alors que les administrations ont appuyé sur l’accélérateur.

Le total des prêts accordés aux entreprises non financières privées s’est élargi de 3,1% à 358 milliards de dirhams en juillet, rapporte L’Economiste dans sa livraison de ce mercredi. Le quotidien indique qu’il s’agit là du rythme le plus élevé enregistré à cette période au cours des cinq dernières années, et qu’il aurait été encourageant s’il n’avait pas été principalement tiré par les crédits de trésorerie. Notons que ce compartiment de crédits a enregistré une progression de 6,9% et les secteurs tels que le BTP, la chimie et parachimie, la métallurgie, la mécanique, l’électrique et électronique sont les principaux éléments ayant contribué à cette croissance.

 

On apprend aussi que les ménages y ont largement contribué (21,5%). De leur côté, les crédits destinés à l’investissement affichent une hausse de 1,7%. Dans le secteur public, les entreprises non financières ont réduit leur recours au crédit pour financer les investissements, alors qu’au niveau des administrations, l’encours des crédits à l’équipement a connu un bond de 16,2%. Selon L’Economiste, au niveau sectoriel, le commerce, la réparation automobile et les articles domestiques ont vu leur encours de crédits à l’investissement augmenter de 11,7% sur six mois, soit la plus forte hausse à cette période sur cinq ans. 

 

Soulignons que, dans les industries alimentaires et tabacs, les levées de fonds ont été importantes, avec un encours en hausse de 68%, soit 3,1 milliards de dirhams sur six mois. Par ailleurs, les investissements des ménages pour l’acquisition d’un bien immobilier ont augmenté de 4,5% en juillet sur un an. Selon le journal, la demande de cette clientèle est la plus dynamique et soutient la croissance du crédit ces dernières années. Pour leur part, les crédits à la consommation ont enregistré une progression de 4,7% à 57 milliards de dirhams.

Par Ismail Benbaba



lire la suite

Zimbabwe: Robert Mugabe est mort

in Uncategorized
Zimbabwe: Robert Mugabe est mort


L'ancien président zimbabwéen, Robert Mugabe est mort. Il avait 95 ans.

lire la suite

Vidéo. Surprise, Zemamra élimine le Raja de la Coupe du Trône

in Uncategorized
Raja-Zemamra
Par Le360sport le 31/08/2019 à 20h07

Raja-Zemamra

© Copyright : DR

La Renaissance de Zemamra a créé une grosse surprise, ce samedi, en éliminant le Raja de Casablanca dès les seizièmes de finale de la Coupe du Trône. Les hommes de Youssef Fertout ont battu les Verts (2-3) au complexe Mohammed V.

Par Le360sport



lire la suite

Retard dans le chantier du nouveau port de Safi: ces millions qui partent en fumée

in Uncategorized
port de safi
Par Fayza Senhaji le 29/08/2019 à 18h56

port de safi

© Copyright : DR

Kiosque360. Le retard pris dans la réalisation du nouveau port de Safi ne coûte pas seulement de l’argent au Maroc pour la construction, mais crée également un manque à gagner au niveau des exportations du pays.

Le retard pris dans la construction du nouveau port de Safi n’en finit plus de faire les choux gras de la presse nationale. Au fil des semaines, les données s’enchaînent, montrant l’ampleur de la problématique et ses répercussions sur d’autres secteurs. Les dernières en date relient, par exemple, ce retard à un manque à gagner considérable pour les exportations marocaines.

 

Dans son édition du vendredi 30 août, Al Akhbar révèle que le retard dans la construction du port pénalise les exportations du Maroc à hauteur de 10 millions de tonnes de phosphates par an. Cela engendrerait ainsi un manque à gagner se chiffrant en centaines de millions de dollars. Cette déduction du journal se base sur les données annoncées lors du lancement des travaux de construction du nouveau port que les autorités motivaient, entre autres, par sa capacité à permettre au royaume de relever significativement le niveau de ses exportations de produits phosphatés. De même, le retard a imposé le report de la réalisation de plusieurs autres chantiers liés à la centrale thermique que le port devait fournir en charbon, ou encore de ceux liés au transfert de certaines activités du groupe OCP dans la nouvelle zone portuaire.

 

Sur un autre registre, la publication révèle que les études techniques relatives à la sécurité de l’enceinte portuaire n’ont pas encore été réalisées. C’est d’ailleurs ce qui pousse aujourd’hui l’Agence nationale des ports (ANP) à lancer un appel d’offres pour remédier à cela, ce qui laisse entendre que le chantier est encore loin d’être achevé. En effet, les études en question devraient nécessiter au moins 5 mois pour être réalisées, sachant que l’opérateur qui en sera chargé ne devrait être connu que vers la fin du mois de septembre. En d’autres termes, ce n’est que durant le deuxième trimestre, au mieux, que les études seront faites, ce qui confirme que la finalisation des travaux du port et sa livraison ne devraient intervenir que plus tard dans l’année. C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé le gouvernement après son conseil de la semaine écoulée, conseil suite auquel il a été annoncé que l’Exécutif se donnait jusqu’à octobre 2020 pour que ce dossier soit définitivement classé. Le sera-t-il pour autant ? 

Par Fayza Senhaji



lire la suite

4 ans pour le transfert des produits de cession des biens hérités au Maroc

in Uncategorized
Justice
Par Rachid Al Arbi le 27/08/2019 à 01h13

Justice

© Copyright : DR

Kiosque360. Les étrangers héritant de biens au Maroc pourront transférer 25% du montant de chaque opération.

La législation relative au transfert des produits de cession des biens hérités au Maroc est assez complexe. Dans son édition du jour, L’Économiste rapporte que la loi donne le tournis, notamment aux ressortissants étrangers, dans le cadre de la liquidation d’un héritage. Les ressortissants français ayant hérité d’un bien immeuble au Maroc étaient dans l’incapacité de transférer le produit de cession de ce bien en France. Dans ce cas, qui est caractérisé par l’absence de justificatifs, la procédure consiste à transférer aux ayants droits 30.000 dirhams par année vécue par le défunt au Maroc. Les binationaux ne sont pas concernés.

 

Le reliquat doit être déposé dans un compte convertible à terme. Le crédit de ce compte pourra transférer à hauteur de 25% en 4 ans.  Il sera possible pour les héritiers de demander une dérogation spéciale pour un transfert en une seule fois. Le première annuité ne peut être transférée qu’un an à compter de la date d’inscription des fonds au compte.

 

Par Rachid Al Arbi



lire la suite

Algérie: Bensalah a limogé le chef de la DGSN

in Uncategorized
Algérie: Bensalah a limogé le chef de la DGSN


Le président par intérim Abdelkader Bensalah vient de limoger Abdelkader Kara Bouhadba, le patron de la Direction général de la sûreté nationale (DGSN).

lire la suite

Guerre des drones dans le ciel de Marrakech: les autorités s’en mêlent

in Uncategorized
Drone
Par Mohamed Younsi le 19/08/2019 à 18h52

Drone

© Copyright : DR

Kiosque360. Le phénomène des drones survolant sans autorisation le ciel de Marrakech soulève moult interrogations chez la population et met les autorités compétentes en état d’alerte. Surtout que ces engins volants sont dotés de caméras sophistiquées.

Les drones envahissent le ciel de Marrakech. Ce phénomène commence à susciter des inquiétudes quant aux dangers que pourraient provoquer ces engins volants s’ils ne sont pas correctement pilotés à distance. De plus, ces appareils volants, qui survolent l’espace aérien de la ville, seraient dotés de caméras pointues qui pourraient filmer à distance et avec précision. Selon le quotidien Al Ahdath Al Maghribia, qui rapporte cette information dans son édition de ce mardi 20 août, ce phénomène a provoqué, dimanche, une alerte dans le corps de la gendarmerie royale, après l’apparition d’un engin piloté à distance qui survolait l’espace aérien de la ville, suscitant interrogations et inquiétudes chez la population de la ville Ocre.

 

Les investigations menées par les éléments de la gendarmerie royale ont conduit à l’interpellation du propriétaire de l’engin volant. Après interrogatoire, l’engin volant et ses équipements ont été saisis, alors que le mis en cause devait être déféré devant le parquet compétent. Ce phénomène commence prend de l’ampleur ces derniers temps, font remarquer les sources du quotidien. A ce propos, Al Ahdath rappelle que les autorités compétentes avaient déjà repéré et localisé un drone qui survolait à basse altitude la place emblématique de Jamaâ El afna, filmant les activités qui animaient l’espace. De même, l’ancienne médina de la ville a été le théâtre du survol d’un drone qui serait de la catégorie espionnage.

 

Les auteurs de ces pratiques, ajoutent les sources du quotidien, commencent à franchir les lignes rouges en lançant des drones dans des espaces jugés très sensibles. C’est le cas du drone qui a été repéré en train de survoler la résidence royale et ses parages dans la ville. Ce drone a été lancé par un touriste étranger à partir d’un site touristique. Ce qui a poussé le quotidien à s’interroger sur les circuits permettant à ces appareils d’être introduits dans le pays. Car, quel que soit son usage, le drone volant peut être dangereux s’il n’est pas correctement piloté.

Par Mohamed Younsi



lire la suite

Santé: une faculté de médecine et un CHU en chantier à Laâyoune

in Uncategorized
Hopital
Par Hassan Benadad le 17/08/2019 à 00h26

Hopital

© Copyright : DR

Kiosque360. Le ministère de l’Education nationale va construire une faculté de médecine à Laâyoune. Un projet qui rentre dans le cadre du plan de développement du Sahara marocain dont le coût est estimé à 77 milliards de dirhams.

Le ministère de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur va allouer un budget colossal pour la construction d’une faculté de médecine à Laâyoune. Le coût de ce marché, qui sera supervisé par le ministère de l’Equipement, est estimé à 218 558 000 dirhams.

L’ouverture des plis pour l’appel d’offres sera effectuée le 30 septembre au siège de la direction provinciale de l’équipement de Laâyoune. Cette faculté, qui dépendra de l’université Ibn Zahr, va faciliter la tâche aux étudiants du Sahara marocain qui n’auront plus à se déplacer à Agadir ou dans d’autres villes.

 

En parallèle, ce nouvel établissement donnera un grand élan à la région en fournissant des ressources humaines pour combler le déficit actuel, dans l’attente de la construction de structures sanitaires qui accompagneront la formation des étudiants. Le quotidien Al Massae rapporte, dans son édition du samedi 17 août, que la région connaitra  la réalisation de grands projets dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau programme de développement. C’est ainsi qu’un centre hospitalier universitaire sera édifié avec des normes internationales et d’une capacité de 500 lits, dont le coût est estimé à 1,2 milliard de dirhams.

 

D’autres projets sont programmés dans ce secteur comme la construction d’un hôpital provincial à Tarfaya dont l’investissement s’élève à 78 millions de dirhams. L’enveloppe budgétaire allouée à la réalisation du nouveau modèle de développement des provinces du sud est estimée à 77 milliards de dirhams. Un investissement qui prévoit le doublement du produit intérieur brut local (PIB) et la création de 120 000 emplois. Sur le plan social, ce programme envisage une grande avancée dans le domaine de la formation et du développement humain afin de garantir l’équité et l’égalité des chances pour tous.

 

Pour ce faire, il est prévu la mise en œuvre de pôles d’excellence comme le CHU de Laâyoune avec un investissement de 1,2 milliard de dirhams et la création de la «Technopole» de Foum El Oued réservée à la formation et à l’invention avec un budget de 2 milliards de dirhams.

 

Le programme englobe aussi la réalisation de la route côtière rapide de Tiznit-Laâyoune-Dakhla, dont le coût de la première étape s’élève à 8,5 milliards de dirhams. Il est aussi prévu la construction du port de Dakhla situé à 70 kilomètres du centre ville avec une enveloppe budgétaire de 6 milliards de dirhams ainsi que le raccordement de Dakhla au réseau électrique national, dont le budget prévisionnel est estimé à 7,1 milliards de dirhams.

 

 

 

Par Hassan Benadad



lire la suite

Qui est Vahid Halilhodžić, le nouveau sélectionneur du Maroc?

in Uncategorized
Qui est Vahid Halilhodžić, le nouveau sélectionneur du Maroc?

Sondage. Lions de l’Atlas: la FRMF, aurait-elle dû opter pour un sélectionneur national marocain?

Oui

83%

83%

Non

14%

14%

Sans avis

4%

4%



lire la suite

Go to Top
Aller à la barre d’outils