International - page 3

Qatar 2022 : Platini en garde à vue

in Uncategorized
Qatar 2022 : Platini en garde à vue

International

Qatar 2022 : Platini en garde à vue

Les Journées MENA-OCDE se tiennent à Tunis

in Uncategorized
Les Journées MENA-OCDE se tiennent à Tunis

International

Les Journées MENA-OCDE se tiennent à Tunis

La population mondiale devrait atteindre 9,8 milliards en 2050 selon l’ONU

in Uncategorized
La population mondiale devrait atteindre 9,8 milliards en 2050 selon l’ONU

La population mondiale, estimée actuellement à 7,6 milliards d’habitants, devrait atteindre 8,6 milliards en 2030, 9,8 milliards en 2050 et 11,2 milliards en 2100, selon un nouveau rapport des Nations-Unies rendu public lundi à New York.

Avec environ 83 millions de personnes qui s’ajoutent à la population mondiale chaque année, la tendance à la hausse de la population devrait se poursuivre, même en supposant que les niveaux de fécondité continueront à baisser, lit-on dans ce rapport réalisé par le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU.

L’étude, intitulée « Perspectives de la population mondiale : La révision de 2017 », propose un examen complet des tendances démographiques mondiales et des perspectives d’avenir, des informations « essentielles » pour orienter les politiques visant à atteindre les nouveaux objectifs de développement durable, selon ses auteurs.

Les nouvelles projections incluent ainsi des résultats remarquables au niveau des pays. La Chine (1,4 milliard d’habitants) et l’Inde (1,3 milliard d’habitants) restent les deux pays les plus peuplés, avec respectivement 19 et 18% de la population mondiale totale. Dans environ sept ans, ou autour de 2024, la population indienne devrait dépasser celle de la Chine.

Aussi, parmi les dix plus grands pays du monde, le Nigeria connaît la croissance la plus rapide. En conséquence, la population de ce pays d’Afrique, actuellement la septième plus grande au monde, devrait dépasser celle des Etats-Unis et devenir le troisième plus grand pays du monde peu avant 2050.

Il ressort également du rapport qu’entre 2017 et 2050, la moitié de la croissance démographique mondiale devrait se concentrer sur neuf pays seulement (Inde, Nigeria, République démocratique du Congo, Pakistan, Ethiopie, Tanzanie, Etats-Unis d’Amérique, Ouganda et Indonésie).

Le groupe des 47 pays les moins avancés (PMA) continue d’avoir un taux de fécondité relativement élevé, qui s’est établi à 4,3 naissances par femme en 2010-2015. En conséquence, la population de ces pays a connu une croissance rapide, de l’ordre de 2,4% par an, ajoute-t-on.

De même, l’Afrique continue d’enregistrer une forte croissance démographique. Entre 2017 et 2050, les populations de 26 pays africains devraient s’étendre au moins au double de leur taille actuelle. La concentration de la croissance démographique mondiale dans les pays les plus pauvres présente un défi considérable pour les gouvernements dans la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, qui vise à éliminer la pauvreté et la faim, à développer et à moderniser les systèmes de santé et d’éducation, à réaliser l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, à réduire les inégalités et veiller à ce que personne

ne soit laissé pour compte, selon le rapport

Immigration : 18.000 dossiers risques d’être rejetés par le Québec

in Uncategorized
Immigration : 18.000 dossiers risques d’être rejetés par le Québec

International

Immigration : 18.000 dossiers risques d’être rejetés par le Québec

L’ancien président égyptien Mohamed Morsi meurt au tribunal

in Uncategorized
L’ancien président égyptien Mohamed Morsi meurt au tribunal

International

L’ancien président égyptien Mohamed Morsi meurt au tribunal

Golan : Netanyahu rend hommage à Donald Trump

in Uncategorized
Golan : Netanyahu rend hommage à Donald Trump

International

Golan : Netanyahu rend hommage à Donald Trump

Les prix de l’énergie baisseront de 30% d’ici 10 ans (AIEA)

in Uncategorized
Les prix de l’énergie baisseront de 30% d’ici 10 ans (AIEA)

La production d’hydrogène à partir d’énergie à faible teneur en carbone est coûteuse. Mais, une analyse de l’Agence internationale de l’énergie constate que ce coût pourrait chuter de 30% d’ici 2030 en raison de la baisse des prix des énergies renouvelables. Grâce à sa stratégie Power to X, développée par l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles, le Maroc ambitionne d’exporter de l’hydrogène d’ici 2030.

«L’hydrogène jouit aujourd’hui d’une dynamique sans précédent, motivée par les gouvernements qui importent et exportent de l’énergie, ainsi que par le secteur des énergies renouvelables, les services publics d’électricité et de gaz, les constructeurs automobiles, les sociétés pétrolières et gazières, les grandes entreprises technologiques et les grandes villes», a déclaré le directeur de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol. Ce dernier commentait, en fin de semaine dernière au Japon, le rapport «L’avenir de l’hydrogène : saisir les opportunités d’aujourd’hui». Actuellement, l’hydrogène est déjà utilisé à l’échelle industrielle, mais il provient presque entièrement du gaz naturel et du charbon. «Sa production, principalement pour les industries de la chimie et du raffinage, est responsable de 830 millions de tonnes d’émissions de CO2 par an, l’équivalent des émissions de carbone annuelles du Royaume-Uni et de l’Indonésie combinées», selon le rapport qui souligne que la réduction des émissions provenant de la production d’hydrogène «constitue un défi». Mais la généralisation de cette nouvelle source d’énergie propre passe également par la réduction des coûts de sa production «trop élevés actuellement».

Ces coûts pourraient chuter de 30% en 2030 en raison de la baisse des coûts des énergies renouvelables, selon le même rapport. Le Maroc fait parties des pays qui ont installé les premiers jalons de cette industrie. Grâce à sa nouvelle stratégie «Power to X», développée par l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles, le Maroc ambitionne d’exporter de l’hydrogène d’ici 2030, selon deux études allemandes dont les résultats ont été dévoilés en février à Rabat afin de tracer une feuille de route pour la mise en œuvre du «Power to X», une technologie de stockage et de production de combustibles propres à partir d’énergies renouvelables. «Jouissant d’une situation géographique et d’un potentiel exceptionnel en énergie éolienne et solaire, le Maroc pourrait capter une part non négligeable de la demande de “Power-to-X”, estimée entre 2 et 4% de la demande mondiale en 2030», selon cette étude des Instituts allemands.

Les premiers pilotes, qui assureront une production constante, seront réalisés dans les 2 prochaines années», avait confié au «Matin» Badr Ikken, directeur de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles.

Fonds pour l’environnement mondial : Le FAO promet de renforcer sa stratégie

in Uncategorized
Fonds pour l’environnement mondial : Le FAO promet de renforcer sa stratégie

International

Fonds pour l’environnement mondial : Le FAO promet de renforcer sa stratégie

Le Conseil économique et social de l’ONU choisit ses membres

in Uncategorized
Le Conseil économique et social de l'ONU choisit ses membres

Les 18 Etats nouvellement élus rejoindront 36 autres pays, parmi lesquels figure le Maroc. Le Royaume avait été élu en juin 2017 membre de l’Ecosoc pour la période 2018-2020. Ph : DR

Les 18 Etats nouvellement élus rejoindront 36 autres pays, parmi lesquels figure le Maroc. Le Royaume avait été élu en juin 2017 membre de l’Ecosoc pour la période 2018-2020. Ph : DR

L’Assemblée générale des Nations unies a élu 18 pays au Conseil économique et social (Ecosoc) pour un mandat de trois ans commençant le 1er janvier 2020, lors d’un vote organisé vendredi pour le renouvellement du tiers de cet organe de l’Onu.

Les 18 États élus vendredi sont l’Australie, le Bangladesh, le Bénin, le Botswana, la Chine, la Colombie, la Fédération de Russie, la Finlande, le Gabon, la Lettonie, le Monténégro, le Nicaragua, la Norvège, le Panama, la République du Congo, la République de Corée, la Suisse et la Thaïlande.

L’Assemblée générale a, également, confirmé que la Turquie, qui a renoncé à son siège avant la fin de son mandat, sera remplacée par l’Espagne, à partir du 1er janvier 2020.

Les 18 Etats nouvellement élus rejoindront 36 autres pays, parmi lesquels figure le Maroc. Le Royaume avait été élu en juin 2017 membre de l’Ecosoc pour la période 2018-2020.

L’Ecosoc est composé de 54 États membres, élus par l’Assemblée générale pour un mandat de trois ans.

Les sièges y sont répartis comme suit : 14 pour le Groupe des États d’Afrique, 11 pour le Groupe des États d’Asie, 6 pour le Groupe des États d’Europe Orientale, 10 pour le Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes, et 13 pour le Groupe des États d’Europe Occidentale et autres États.

L’un des principaux organes de l’Onu, l’Ecosoc a pour rôle d’assurer la coordination des Agences des Nations unies et d’évaluer leur action dans les domaines économique, social et du développement durable.

Il contribue à travers ses organes subsidiaires, notamment, le Forum Politique de Haut niveau pour le développement durable et la Commission de la femme et celle du développement social, à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Le Mexique vendra l’avion présidentiel pour financer le plan de migration

in Uncategorized
Le Mexique vendra l’avion présidentiel pour financer le plan de migration

International

Le Mexique vendra l’avion présidentiel pour financer le plan de migration

Go to Top
Aller à la barre d’outils