Business - page 3

CFC a signé un Protocole d’entente entre CFC et Toronto Finance International

in Uncategorized
CFC a signé un Protocole d’entente entre CFC et Toronto Finance International

Business

CFC a signé un Protocole d’entente entre CFC et Toronto Finance International

Baisse de l’investissement étranger direct mondial pour la 3e année consécutive

in Uncategorized
Baisse de l’investissement étranger direct mondial pour la 3e année consécutive

Pour la troisième année consécutive, les flux mondiaux d’investissement étranger direct (IDE) ont reculé de 13% en 2018, tombant à 1.300 milliards de dollars, contre 1.500 milliards en 2017.

Selon ce nouveau rapport sur l’investissement dans le monde de la CNUCED, cette contraction s’explique largement par le fait que les entreprises multinationales des États-Unis ont rapatrié leurs profits de l’étranger afin de tirer parti des réformes fiscales que les autorités américaines avaient adoptées en 2017, « précisément dans ce but ».

« L’IDE reste bloqué aux faibles niveaux d’après-crise », a affirmé le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi, dans un communiqué de presse.

Selon le chef de la CNUCED, cela n’augure rien de bon quant à l’engagement pris par la communauté internationale de s’attaquer aux problèmes mondiaux qu’il est urgent de régler, comme la grande misère et la crise climatique.

Dans les pays développés, les IDE devraient repartir à la hausse lorsque les effets des réformes fiscales américaines se seront estompés

Ce sont les pays développés qui ont été les plus touchés, puisque les entrées d’ IDE y ont diminué d’un quart pour s’établir à 557 milliards de dollars, retombant au niveau enregistré en 2004.

Les IDE y ont reculé de 27%, ce qui marque leur troisième année consécutive de baisse.

Le Maroc, quatrième destination des IDE en Afrique

Le Maroc s’illustre dans la bataille des Investissements directs étrangers (IDE) et gagne une manche sur le terrain africain. Le Royaume est, en effet, arrivé à arracher la quatrième place sur le continent en termes d’accueil des IDE, avec 3,6 milliards de dollars en 2018, en nette hausse (35,5%) par rapport à l’année précédente, selon un nouveau rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) sur l’investissement dans le monde. Et ce, après avoir été classé cinquième dans l’édition de l’année dernière. Ce qui permet au pays de rester sur sa lancée, confirmant son trend haussier observé ces dernières années. Les flux d’IDE attirés par le Maroc en 2018 sont, en effet, au niveau le plus élevé durant les six années dernières, relève la Cnuced.

 Cette évolution renseigne sur l’amélioration de l’attractivité du Maroc pour les investissements étrangers, selon les auteurs de World Investment Report 2019. «Le pays continue de bénéficier de performances économiques relativement stables et d’une économie diversifiée, qui attire des investissements étrangers», indiquent-ils, précisant que ces IDE sont destinés notamment à la finance, aux énergies renouvelables, aux infrastructures et à l’industrie automobile. Ainsi, relève la Cnuced, l’investissement le plus important a été l’acquisition des 53% de Saham Finances par Sanlam Emerging Markets (Afrique du Sud) pour un milliard de dollars.

Cette attractivité devrait être renforcée, avec l’adoption de la charte d’investissement qui est prévue cette année, rappelle le rapport.

Le Maroc est devancé par l’Égypte qui a attiré 6,8 milliards de dollars d’IDE au cours de l’année dernière, l’Afrique du Sud (5,3 milliards) et le Congo (4,3 milliards). Le Maroc et l’Égypte sont ainsi les principaux acteurs de la dynamique des flux des IDE en Afrique du Nord qui ont augmenté de 7%, pour atteindre 14 milliards de dollars en 2018.

L’Égypte est restée donc le principal pays bénéficiaire d’IDE en Afrique en 2018, bien que les flux qu’il a attirés aient diminué de 8%, note la Cnuced. Ces IDE ont profité notamment à l’industrie pétrolière et gazière, avec d’importantes découvertes de réserves de gaz offshore ayant attiré les investissements des multinationales. Le pays est devenu un exportateur net de gaz en janvier 2019. L’Égypte a signé au moins 12 accords d’exploration et de production avec des sociétés pétrolières internationales en 2018. Ces IDE ont également bénéficié à la modernisation de l’infrastructure de stockage de céréales (2 milliards de dollars), l’infrastructure médicale (un milliard), l’industrie textile (830 millions de dollars). Par ailleurs, la France est le principal investisseur en Afrique, avec un stock des IDE de 64 milliards de dollars, suivie des Pays-Bas (63 milliards) et les États-Unis (50 milliards).

Mouhamet Ndiongue

Une entreprise américaine de fabrication de matériel agricole s’installe au Maro

in Uncategorized
Une entreprise américaine de fabrication de matériel agricole s’installe au Maro

AGCO, une entreprise américaine de fabrication et de distribution de matériel agricole a choisi Casablanca pour y ouvrir son bureau de vente régional pour l’Afrique du nord et de l’ouest.

Le choix de AGCO de se baser au Maroc est à la fois lié à sa position géographique et à son rôle socio-économique dans la région.  

L’agriculture est l’un des principaux secteurs contributeurs de l’économie du Maroc puisqu’elle représente près de 15% du PIB et génère pratiquement 40% des emplois, fait savoir le communiqué, ajoutant que la politique agricole du pays a joué un rôle clé dans l’orientation du développement du secteur de l’industrie agroalimentaire et la mise en avant des équipements en vue de moderniser le matériel agricole.

« Le continent abrite 60% des terres arables mondiales et devrait, par conséquent, jouer un rôle déterminant dans la future sécurité alimentaire internationale … L’ouverture de notre bureau de Casablanca ne consolide pas seulement notre présence au niveau sous-régional, mais met également en exergue la vision et la stratégie d’AGCO dans le but de faire progresser la prospérité agricole africaine », a expliqué Nuradin Osman, vice-président et directeur général d’AGCO pour l’Afrique, cité par le communiqué.

Selon une récente étude menée par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), stimuler la productivité, favoriser la compétitivité et assurer l’accès des agriculteurs de petite échelle aux marchés est indispensable à la réalisation du plein potentiel agricole de l’Afrique de l’Ouest.

La région présente les caractéristiques idéales pour être le théâtre de l’expansion d’Agri-Parks, une initiative d’AGCO axée sur le développement de centres agricoles intégrés en Afrique, afin de soutenir le transfert des techniques et compétences et de proposer à la communauté agricole des formations, des conseils, du matériel ainsi que des solutions d’entreposage, de traitement et de logistique des récoltes.

C’est dans ce sens que M. Osman a indiqué que le bureau de Casablanca fera également office de siège d’Agri-Parks, symbolisant une approche de la production agricole et de la transformation rurale à l’originalité marquante.

« L’innovation mise en œuvre par Agri-Parks réside dans le développement de l’infrastructure et de la communauté grâce à la mécanisation agricole », a-t-il fait remarquer.

Cette initiative adopte une approche holistique de la production agricole, du stockage et du traitement des récoltes, en regroupant les activités clés dans un seul et unique endroit. Mettant en évidence le large éventail de produits et de services AGCO, de la gamme complète de machines agricoles aux systèmes de traitement du grain et de production de protéines, le rôle de l’entreprise est de fournir la technologie, les équipements et l’expertise nécessaires à cette approche en réseau.

Outre la sécurité alimentaire, l’un des principaux objectifs d’Agri-Park est de contribuer à la création d’emplois à forte valeur ajoutée et d’encourager l’initialisation de secteurs connexes tels que les ateliers de machines agricoles et les points de vente de fournitures destinées aux agriculteurs.

Le but est de se concentrer sur l’élaboration d’une chaîne de valeur intégrée de la ferme à l’assiette au lieu de vendre des récoltes de faible valeur.

En outre, Agri-Park vise à développer plusieurs services comme ceux des entreprises de travaux agricoles capables d’aider les agriculteurs de petite échelle à accéder aux machines et aux technologies modernes.

MAP

L’OCP développe un nouveau programme « d’économie circulaire »

in Uncategorized
L'OCP développe un nouveau programme « d'économie circulaire »

Business

L’OCP développe un nouveau programme « d’économie circulaire »

Transparence financière : AMMC/UTRF : renforcent leur coopération

in Uncategorized
Transparence financière : AMMC/UTRF : renforcent leur coopération

Business

Transparence financière : AMMC/UTRF : renforcent leur coopération

CIH Bank envisage une expansion sur le continent africain

in Uncategorized
CIH Bank envisage une expansion sur le continent africain

Business

CIH Bank envisage une expansion sur le continent africain

Electricité et eau: Des investisseurs japonais s’intéressent au Maroc

in Uncategorized
Electricité et eau: Des investisseurs japonais s'intéressent au Maroc

Business

Electricité et eau: Des investisseurs japonais s’intéressent au Maroc

ADSL : La Cour des comptes demande la fin du monopole de Maroc Telecom

in Uncategorized
ADSL : La Cour des comptes demande la fin du monopole de Maroc Telecom

Business

ADSL : La Cour des comptes demande la fin du monopole de Maroc Telecom

Finéa organise un roadshow national de promotion de l’accès au financement

in Uncategorized
Finéa organise un roadshow national de promotion de l’accès au financement

Finéa, filiale du Groupe CDG, qui a pour mission de faciliter l’accès des entreprises au financement et à la commande publique, consolide son action en faveur des TPME et annonce le lancement d’un roadshow national.

Organisé de juin à juillet, le roadshow couvrira neuf villes selon le planning suivant :

  • Tanger le 17 juin ;
  • Fès le 19 juin ;
  • Meknès le 20 juin ;
  • Marrakech le 21 juin ;
  • Laâyoune le 1er juillet ;
  • Casablanca le 3 juillet ;
  • Rabat le 4 juillet ;
  • Oujda le 5 juillet ;
  • Agadir le 9 juillet.

« L’objectif de cette tournée nationale est de renforcer notre rôle de partenaire de confiance des TPME. Pendant deux mois, nous allons rencontrer 2200 chefs d’entreprises à qui nous allons présenter nos solutions et alternatives de financement, de manière à leur apporter toutes les réponses précises à leurs questionnements et leur démontrer la valeur ajoutée et l’utilité que l’intervention de Finéa peut leur apporter », a déclaré Ali Bensouda, Administrateur-Directeur Général de Finéa.

Agissant en partenariat avec la place bancaire, Finéa apporte aux entreprises à la conquête de marchés publics ou privés une large gamme de produits souples et adaptés aux différentes phases de réalisation d’un marché. Et cela à travers la mise à disposition de solutions de financement portant, notamment, sur la couverture des besoins en trésorerie (avances sur marchés nantis et cautionnement administratif).

Finéa a ainsi permis en 2018 d’apporter 10,2 milliards de DH à 4850 TPME, confirmant le rôle de l’établissement en faveur du développement de l’entreprise marocaine, source d’emplois et de croissance pour le pays.

L’établissement propose également des services non financiers consistant en l’accompagnement et le conseil des TPME de manière à renforcer leur capacité de gestion et leur transparence.

Porteur de nouvelles ambitions pour les TPME, Finéa place aujourd’hui son roadshow sous le signe de son plan de développement CAP 22. Adoptée l’an passé, cette stratégie vise à apporter davantage de financements et de conseil aux entreprises, en élargissant sa gamme de produits financiers et en mettant en place une offre de services non financiers à très forte valeur ajoutée.

Dans ce cadre, Finéa a développé de nouveaux produits afin de répondre à des besoins en financement plus larges et adaptés. Deux offres seront prochainement lancées : Finéa Essor pour mettre à la disposition des entreprises un crédit d’investissement destiné à renforcer les capacités opérationnelles des TPME, entre autres, dans le cadre de la réalisation des marchés publics ou privés, et Finéa Export pour accompagner et soutenir les entreprises participant à des appels d’offre publics à l’étranger.

La rédaction

Le Maroc toujours premier fournisseur de l’Espagne en fruits et légumes frais

in Uncategorized
Le Maroc toujours premier fournisseur de l’Espagne en fruits et légumes frais

Le Maroc a consolidé sa position de premier fournisseur de l’Espagne en fruits et légumes frais au premier trimestre de 2019, avec des exportations d’une valeur de 264 millions d’euros entre janvier et mars, selon la Fédération espagnole des associations de producteurs exportateurs de fruits, légumes, fleurs et plantes vivantes (FEPEX).

Les importations de fruits et légumes depuis le Maroc se sont inscrites en hausse de 4% par rapport à la même période de 2018, a ajouté la FEPEX dans un communiqué, citant des données du département espagnol des douanes et des impôts spéciaux.

En outre, la fédération espagnole relève que les exportations du Maroc de fruits et légumes vers l’Espagne durant les trois premiers mois de l’année en cours représentent 33% du total des importations espagnoles de ces produits.

En termes de volume, les importations de l’Espagne depuis le Maroc s’inscrivent également dans une tendance ascendante, enregistrant une hausse de 11% au premier trimestre de 2019 pour se situer à 137.760 tonnes.

Les données du premier trimestre mettent en évidence l’importance du Maroc comme fournisseur du marché espagnol en fruits et légumes frais, relève la FEPEX, expliquant que les importations en provenance du Royaume durant cette période représentent 31% du total de celles de l’Espagne et 51% de celles en provenance des pays non communautaires.

La fédération espagnole a fait observer, en outre, que les importations de l’Espagne de fruits et légumes marocains durant le premier trimestre ont progressé durant cette période au cours des cinq dernières années, passant de 70.420 tonnes en 2015 à 137.670 tonnes en 2019, soit une hausse de 95,5%.

En termes de valeur, ces importations ont progressé aussi passant de 125,5 millions d’euros au premier trimestre de 2015 à 264 millions d’euros durant les trois premiers mois de 2019, soit une progression de 110%.

Concernant les importations de l’Espagne de fruits et légumes en provenance de pays de l’Union européenne (UE), la France a été le premier fournisseur du pays ibérique au premier trimestre 2019 avec 295.565 tonnes et 116 millions d’euros.

La rédaction

Go to Top
Aller à la barre d’outils