Dernières nouveautés Choix de l'éditeur

Commerce dans la zone MENA: Le Maroc plus performant en termes d’ouverture

in Uncategorized
Commerce dans la zone MENA: Le Maroc plus performant en termes d’ouverture

Selon l’indice mondial d’ouverture économique, établi par l’Institut Legatum, le Maroc est l’un des pays ouverts au commerce dans la région MENA. Le royaume occupe aussi le premier rang en Afrique du Nord devançant ainsi ses voisins maghrébins, rapporté le site Yabiladi.

Le Maroc est l’un des pays les plus ouverts au commerce dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), selon l’indice mondial de l’ouverture économique (Global Index of Economic Openness), qui classe la capacité commerciale de 156 pays.

Publié le 17 mai et mené par le Legatum Institute, une organisation caritative éducative indépendante basée à Londres, l’indice a classé le royaume au 76e rang. Le Maroc réussit ainsi à améliorer ses performances par rapport à l’année précédente, où il figurait à la 77e place.

Les données compilées par l’indice d’ouverture économique montrent que le Maroc est bien positionné en Afrique du Nord. En effet, le royaume occupe la première place dans la région, devant la Tunisie (87e), l’Egypte (102e), l’Algérie (26e), la Mauritanie (149e) ou encore la Libye (150e).

Cependant, le Maroc se classe derrière d’autres pays de la région MENA. Il figure ainsi à la 9e place, derrière les Émirats arabes unis, premiers dans le monde arabe et 30e mondial, le Qatar (39e), Bahreïn (46e), le Sultanat d’Oman (53e), l’Arabie Saoudite (55e), la Jordanie (61e) et le Koweït (73e).

Ouverture, infrastructure et gouvernance

L’indice repose sur quatre facteurs principaux qui évaluent l’ouverture des pays au commerce. En classant les pays sur la base de ces sous-indices, le rapport indique que la meilleure performance du Maroc est liée au facteur d’accès au marché et au facteur d’infrastructures (62e). Ce sous-indice «mesure la qualité de l’infrastructure permettant le commerce, telle que les communications, les transports et l’énergie ainsi que les inhibiteurs de la circulation des biens et services à destination et en provenance des partenaires commerciaux d’un pays».

Le Maroc se classe aussi au 70e rang en ce qui concerne le sous-indice relatif à l’investissement et l’environnement qui examine «la mesure dans laquelle les investissements sont correctement protégés grâce à l’existence de droits de propriété, de la protection des investisseurs et du respect des contrats». Il se situe également au 84e rang du sous-indice relatif aux conditions des entreprises, qui «mesure la facilité avec laquelle les entreprises démarrent, se font concurrence et se développent» dans un pays.

La performance la plus faible du Maroc est en matière de gouvernance. Dans ce sous-indice, qui met l’accent sur «la nature de la gouvernance d’un pays et son impact matériel sur sa prospérité» et mesure «les contrôles et les contraintes du pouvoir et si les gouvernements fonctionner efficacement et sans corruption», le Maroc arrive à la 93e place.

Globalement, Hong Kong arrive en tête du classement, suivi par Singapour, les Pays-Bas, la Suisse et le Danemark en (5e place). De l’autre côté du classement, le Venezuela (153e), la République centrafricaine, le Yémen, la République démocratique du Congo et le Tchad (157e) occupent les dernières places.

L’indice mondial de l’ouverture économique a été créé avec le soutien de la Templeton World Charitable Foundation afin de classer «la capacité des pays à interagir avec le commerce national et international et à en tirer profit», rappellent ses rédacteurs.

« Programme Minhaty »: 950.000 cartes bancaires distribuées à fin mars 2019

in Uncategorized
« Programme Minhaty »: 950.000 cartes bancaires distribuées à fin mars 2019

Depuis le lancement du programme  »Minhaty » en 2011, un total de 950.000 cartes bancaires dont 516.232 cartes actives ont été distribuées par Al Barid Bank (ABB) à fin mars 2019, indique la filiale du groupe Barid Al Maghrib.

Fruit d’un accord entre ABB et le département de l’enseignement supérieur, l’Office national des œuvres universitaires sociales et culturelles (ONOUSC) et la Trésorerie générale du Royaume (TGR), ce programme porte sur la création d’une carte bancaire prépayée 100% gratuite à destination des étudiants qui leur permet de recevoir facilement leurs bourses et de les gérer en toute simplicité, rappelle ABB dans un bilan de ses actions au profit de l’inclusion financière au Maroc.

Cette carte alimentée périodiquement par les bourses universitaires, poursuit la Banque, permet l’inclusion financière des étudiants par un accès direct au large réseau d’ABB et aux solutions bancaires, faisant observer qu’elle met à disposition ses agences et guichets mobiles dans les établissements universitaires, pour fournir un service de proximité aux bénéficiaires.

La distribution des cartes se fait ainsi au sein des universités désignées par le département de l’enseignement supérieur selon un calendrier précis et affiché dans chaque université et sur le site web du ministère.

En matière d’éducation financière, ABB relève qu’à l’issue de sa participation du 25 au 31 mars aux journées de la finance pour les enfants et les jeunes organisées par la Fondation marocaine pour l’éducation financière (FMEF), plus de 200.000 élèves ont été ciblés, dont des enfants du primaire, secondaire collégial et secondaire qualifiant.

Ainsi, plusieurs agences ont été désignées au niveau de chaque région afin d’organiser des visites sur place, d’assurer l’accueil des enfants et des jeunes concernés et de leur expliquer ce qu’est le domaine bancaire et financier tout en leur remettant un livret élaboré à cette fin par la FMEF.

Depuis sa création en 2010, Al Barid bank s’est imposé comme un acteur de l’univers bancaire et de l’inclusion financière au Maroc. En effet, avec plus de 6 millions clients à son actif, ABB est un acteur d’inclusion financière et sociale de premier plan au Maroc et a contribué à porter le taux de bancarisation à 70 % depuis sa création.

Les MRE du Golfe ont transféré 11,6 milliards de dirhams en 2018

in Uncategorized
Les MRE du Golfe ont transféré 11,6 milliards de dirhams en 2018

Economie

Les MRE du Golfe ont transféré 11,6 milliards de dirhams en 2018

« Emeute » à la prison d’Oukacha: la DGAPR réfute et précise

in Uncategorized
« Emeute » à la prison d'Oukacha: la DGAPR réfute et précise

Maroc

« Emeute » à la prison d’Oukacha: la DGAPR réfute et précise

Les règles pour bien vivre le ramadan chez une personne âgée (Dr Moussayer)

in Uncategorized
Les règles pour bien vivre le ramadan chez une personne âgée (Dr Moussayer)

Le ramadan est en général sans danger pour les pratiquants et l’âge n’est pas en soi un obstacle à son bon respect. Il existe des contre-indications absolues (quelque soit l’âge) en cas de diabète traité à l’insuline et non équilibré, d’insuffisance rénale, de maladie cardiaque… et de toute autre pathologie ne supportant pas un jeûne même court. Il est sage, en tout état de cause, de faire le point avec son médecin traitant pour ne pas mettre sa santé en péril, et de faire preuve de responsabilité, surtout après 75 ans où le jeûne est plutôt à déconseiller. Les personnes âgées de plus de 60 ans (ainsi que leur entourage) doivent par contre savoir que leurs « paramètres » physiologiques, très différents d’une personne plus jeune, les oblige à plus de vigilance. Passons en revue toutes ces évolutions du corps et ce qu’elles impliquent. 

Le manque d’appétit fréquent chez la personne âgée : un pari parfois risqué avec le Ramadan

Les personnes âgées ont souvent tendance à diminuer leur apport alimentaire sans que leurs besoins énergétiques ne soient réduits. Ce manque d’appétit qui survient avec l’âge est en partie dû notamment à l’altération des perceptions des odeurs et du goût (qui stimulent ainsi moins). La capacité discriminative s’affaiblit d’où une difficulté à identifier et apprécier les aliments. Le seuil de détection des 4 saveurs de base est ainsi augmenté en moyenne de 11,6 fois pour le salé, 7 pour l’amer, 4,3 pour l’acide et 2,7 pour le sucré par rapport à un individu jeune !

Contrairement aux idées reçues, les besoins énergétiques de la PA sont presque identiques  à ceux de l’adulte jeune : 2000 kcal/j pour l’homme et 1800 kcal/j pour la femme contre respectivement 2800 et 2200 à 30 ans. De ce fait, la conjonction d’une baisse de l’appétit et l’observation de longues heures de jeune peut compromettre l’état nutritionnel de la PA et mener à une spirale de conséquences fâcheuses. La PA ne doit donc pas restreindre sa consommation alimentaire habituelle après la rupture du jeûne sans d’ailleurs verser dans des excès tout aussi nocifs (quelque soit l’âge !)

Une grande vigilance à l’égard des troubles de l’hydratation

La PA a tendance naturellement à baisser ses apports en eau, le seuil de perception de la soif s’émoussant aussi avec l’âge. Les pertes en eau de la PA sont aussi plus importantes à cause de la plus forte résistance du rein à l’action d’une substance qui limite les pertes en urine (l’hormone antidiurétique). De plus, les mécanismes de régulation sont moins bien assurés, et l’élimination des surplus de sucre ou de sodium s’accompagne d’une plus grande perte  en eau. L’équilibre hydrique est également menacé par certains médicaments (diurétiques, neuroleptiques…). Pour toutes ces raisons, les besoins en eau de boisson sont toujours plus élevés chez la PA que l’adulte jeune (1,7 l/j contre 1,5l/j), d’autant plus que les signes d’une déshydratation, en particulier lors du ramadan, sont souvent tardifs et pas toujours faciles à interpréter. Ainsi, des manifestations de somnolence brusque, de troubles neuromusculaires, de constipation… ou d’accélération du rythme cardiaque doivent conduire à une réhydratation d’urgence… et cela sans perdre son temps à « discuter » de la part de la personne et/ou de son entourage.

Attention à la diminution du capital musculaire

Le capital musculaire diminue chez la PA, ce qui aggrave l’état nutritionnel et d’hydratation. Les réserves en eau (73% de l’eau totale du corps sont stockés dans les muscles) baissent en effet corrélativement à la diminution de la masse musculaire (17% du poids du corps à 70 ans contre 30% à 30 ans). Ce phénomène, la sarcopénie, a des répercussions considérables par les faiblesses qu’il provoque : risques infectieux par baisse des réserves protéiques nécessaires aux défenses immunitaires, chutes et fractures éventuelles compromettant l’autonomie de la PA…

Pour éviter l’aggravation de la fonte musculaire, l’apport nutritionnel conseillé en protéines animales (viandes, poissons …) et/ou végétales (amande, pistache, noix de cajou, haricots rouges, lentilles, pois chiches, pois cassés, champignons, dattes et figues séchées, céréales…) et en particulier lors du ramadan, doit être supérieur à celui de l’adulte jeune : 1 à 1,2 contre 0,8 à 1g/kg/j, soit 12 à 15 % des nutriments.

Une qualité du sommeil à préserver

Le sommeil se modifie avec l’âge tant par sa structure que par sa qualité. Son temps total  diminue et il devient moins efficace car plus fragmenté par des réveils nocturnes fréquents. L’observation du  ramadan ne doit pas se faire en complète rupture avec une bonne hygiène de vie et donc de sommeil.

Il faut donc, autant que possible, essayer de conserver une heure de coucher et de lever régulière, de consacrer une heure de sont temps l’après-midi, à une sieste réparatrice, de pratiquer une activité physique et de s’exposer (sans excès) à lumière naturelle durant la journée. Les boissons contenant des excitants (café, thé) ainsi que le tabac sont à éviter ou à consommer de façon minime. Pas non plus d’abus de nourriture toute la nuit qui vont ensuite perturber ce sommeil. La bonne règle en ce domaine est de prendre un petit déjeuner très consistant avant le lever du soleil, de faire un repas léger au moment de la rupture et d’en faire un autre 3 heures après.

Les médicaments   et le jeûne: un arbitrage raisonnable entre deux éléments contradictoires

Les médicaments restent en plus grande quantité et plus longtemps dans l’organisme d’une personne âgée. Leur élimination rénale ralentie, leur accumulation dans les graisses et leur passage plus agressif dans le cerveau rendent de fait les PA beaucoup plus fragiles face aux médicaments. Ainsi, le paracétamol s’élimine deux fois plus lentement, le diazepam (valium), quatre fois plus lentement : il faut 80 heures – 3 jours ! – pour éliminer la moitié de la dose donnée de ce dernier médicament qui, avec une prise quotidienne, peut s’accumuler jusqu’à l’intoxication. L’observance du ramadan se révèle ainsi toujours problématique face à la prise de médicaments, même anodins en apparence. Surtout quand on sait que l’intoxication médicamenteuse est responsable d’un tiers des hospitalisations des PA dans les pays développés ! Une étude réalisée en France en 2015 par l’association et revue renommée Que Choisir a même montré que 40 % des prescriptions médicales pour les PA étaient inappropriés et donc potentiellement dangereuses !

La bonne perception de tous ces risques que connaissent les PA, de par leurs changements physiologiques, lors du ramadan, n’est aussi malheureusement encore pas toujours bien appréhendée par l’ensemble des professionnels de santé au Maroc. La gériatrie, c’est-à-dire la médecine de la personne âgée et de ses maladies, nest apparue en effet que très récemment dans notre pays, avec la décision du ministère de la Santé, dans les années 2000, d’envoyer en France une quinzaine de spécialistes en médecine interne pour acquérir cette formation en gériatrie. C’est donc encore une science médicale presqu’inconnue du grand public, même si plusieurs dizaines de médecins généralistes ont aussi maintenant une orientation « gériatrie », grâce à des formations complémentaires.

Les principales recommandations à retenir :

Pour jeûner en toute sérénité, Il est fortement conseillé à la personne âgée de :

consulter son médecin avant toute décision d’observer ou non le ramadan et sur la prise de ses médicaments (pas d’auto-médication !);

ne  pas diminuer sa consommation alimentaire habituelle ;

– veiller à consommer une bonne ration de protéines ;

–  bien boire (1,7 litre par jour  au minimum en moyenne) ;

–  adopter autant que possible de nouvelles heures de sommeil identiques et régulières d’un jour à l’autre ;

prendre un petit déjeuner très consistant avant le lever du soleil,  faire un repas léger au moment de la rupture et en faire un autre 3 heures après.

Bon ramadan à tous et, si vous êtes âgé, soyez toujours vigilant à ne pas dépasser les exigences physiologiques de votre corps !

Dr Moussayer Khadija 

Spécialiste en médecine interne et en Gériatrie en libéral

Présidente de l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS)

Ex – interne aux Hôpitaux de Paris (Hôpital gériatrique Charles  Foy)

 

Pour en savoir plus :

– Moussayer K. Nutrition et personnes âgées, Quand on avance en âge, mieux vivre c’est mieux se nourrir Doctinews N° 25 Août/Septembre 2010 www.doctinews.com

– Moussayer  K . Seuil de la vieillesse : comment le déterminer Doctinews N° 91 Août-Septembre 2016

 https://www.doctinews.com

– Halte à l’overdose pour les personnes âgées ! Que Choisir Santé 28/01/2015

 https://www.quechoisir.org

– 30% des hospitalisations chez les personnes âgées liées à une médication inappropriée, Communiqué Université catholique de Louvain (UCL) 30 septembre 2016

https://cdn.uclouvain.be

 

La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique

in Uncategorized
La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique

La concurrence loyale et équitable entre les entreprises représente un levier de croissance majeur dans le développement économique du Maroc, a souligné, jeudi à Casablanca, le président de la Confédération Générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar.

Intervenant à l’ouverture du Conseil national de l’entreprise (CNE) de la confédération placé sous le thème de la concurrence, M. Mezouar a relevé que le choix de la question de la concurrence n’est pas fortuit, mais qu’il s’agit d’un sujet choisi par la CGEM, vu l’importance de cette dernière pour le tissu économique marocain.

L’objectif, selon M. Mezouar, étant d’éclairer les membres du CNE sur le fonctionnement du Conseil de la concurrence, ses chantiers en cours ainsi que la méthodologie de saisine de cet organe, et ce en présence du président de ce Conseil, Driss Guerraoui.

Notant que cette journée sera l’occasion aussi de nominer les différents membres désignés du CNE, M. Mezouar a rappelé que le CNE joue le rôle d’un organe consultatif où s’énoncent les avis, les remarques et les recommandations concernant toutes les questions relatives à la CGEM, en l’occurrence, celles relatives à la politique générale telle que statuée par le Conseil d’administration.

Pour sa part, le vice-président de la CGEM, Faycal Mekouar, a indiqué que cette rencontre, qui se tient au siège de la Somaca, un lieu dont « la charge historique et symbolique n’échappe à personne », étant l’un des premiers fleurons de l’industrialisation du Maroc, sera l’occasion de faire découvrir aux patrons marocains ce site industriel de grande envergure.

Cet échange, a-t-il poursuivi, intervient à un moment où le Maroc est à la recherche d’un nouveau modèle de développement et ce dans un contexte national empreint de nouveaux défis et un environnement régional et mondial marqué par l’émergence et le développement de risques majeurs d’incertitudes divers et d’insécurités d’un genre nouveau.

« Lesquels risques, posent à notre économie de nombreux défis en termes de confiance, de visibilité et de mobilisation générale », a-t-il fait observer.

Le dernier Conseil national de l’entreprise a été tenu à Errachidia en février 2018, sous la présidence de Miriem Bensalah Chaqroun. L’ex-présidente avait lancé un appel pour mobiliser les moyens nécessaires en faveur du désenclavement terrestre et aérien de la région de Drâa-Tafilalet.

Facebook supprime des milliards de faux comptes

in Uncategorized
Facebook supprime des milliards de faux comptes

Lifestyle

Facebook supprime des milliards de faux comptes

Plus de 30.000 tentatives d’immigration clandestine avortées selon El Khalfi

in Uncategorized
Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine avortées selon El Khalfi

Maroc

Plus de 30.000 tentatives d’immigration clandestine avortées selon El Khalfi

Enseignants contractuels/ ministère : l’impasse jusqu’au bout

in Uncategorized
Enseignants contractuels/ ministère : l’impasse jusqu’au bout

Maroc

Enseignants contractuels/ ministère : l’impasse jusqu’au bout

CNMH: 300 personnes bénéficieront quotidiennement des prestations

in Uncategorized
CNMH: 300 personnes bénéficieront quotidiennement des prestations

Maroc

CNMH: 300 personnes bénéficieront quotidiennement des prestations

Go to Top