Dernières nouveautés Choix de l'éditeur

Soudan : Bachelet et Guterres appellent à la réinstauration du dialogue

in Uncategorized
Soudan : Bachelet et Guterres appellent à la réinstauration du dialogue

Lundi, les militaires ont fait usage de la force pour disperser les manifestants. En conséquence, 35 personnes sont mortes à Khartoum.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres « condamne l’usage excessif de la force pour disperser les manifestants sur le site de sit-in et s’alarme des informations selon lesquelles les forces de l’ordre auraient ouvert le feu à l’intérieur d’établissement médicaux », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général rappelle au Conseil militaire de transition sa responsabilité en matière de sûreté et de sécurité des citoyens soudanais. Il exhorte toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue. Cela inclut la responsabilité de faire respecter les droits humains de tous les citoyens, y compris le droit à la liberté de réunion et d’expression », a-t-il ajouté après que les discussions aient été rompues. Ces pourparlers, ont mené à l’adoption d’un accord qui aboutirait à l’établissement d’une période de transition sur 3 ans.

Face à cette rupture, Antonio Guterres a exhorté les parties prenantes à poursuivre le dialogue pacifique et à maintenir le cap dans les négociations sur le transfert du pouvoir à une autorité de transition dirigée par des civils, comme l’exige l’Union africaine.

« L’ONU est déterminée à travailler avec l’UA pour appuyer ce processus et se tient prête à appuyer les parties prenantes soudanaises dans leurs efforts pour instaurer une paix durable », a dit son porte-parole.

Transférer le pouvoirs aux civils 

Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a également condamné l’usage de la force qui a eu lieu lundi à Khartoum.

« Je déplore complètement le recours présumé à une force excessive dans les camps des manifestants. Les informations selon lesquelles des balles réelles auraient été utilisées par les forces de sécurité à proximité des installations médicales, voire à l’intérieur de celles-ci, sont extrêmement alarmantes. J’exhorte les forces de sécurité à mettre immédiatement un terme à ces attaques et à garantir à tous un accès sûr et sans entrave aux soins médicaux », a-t-elle ajouté.

La Haut-Commissaire Bachelet a déclaré que « ceux qui exercent leur droit à la liberté de réunion et d’expression pacifiques doivent être protégés, pas visés, ni détenus. C’est un principe fondamental du droit international relatif aux droits humains ».

Au lendemain de la journée sanglante à Khartoum, le Conseil militaire a déclaré l’abandon de tous les accords conclus avec l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC). Avant d’ajouter que des élections auront lieu de 9 mois, sous la supervision nationale et internationale.

La rédaction 

Donald Trump, la bouée de secours commerciale de Londres

in Uncategorized
Donald Trump, la bouée de secours commerciale de Londres

International

Donald Trump, la bouée de secours commerciale de Londres

La réunion du comité exécutif de la CAF reprendra en milieu d’après-midi

in Uncategorized
La réunion du comité exécutif de la CAF reprendra en milieu d’après-midi

Sport

La réunion du comité exécutif de la CAF reprendra en milieu d’après-midi

Sensibiliser les entreprises au numérique, le nouvel objectif du ministère

in Uncategorized
Sensibiliser les entreprises au numérique, le nouvel objectif du ministère

Bref

Sensibiliser les entreprises au numérique, le nouvel objectif du ministère

WAC/EST : Paris abrite la 3ème mi-temps

in Uncategorized
WAC/EST : Paris abrite la 3ème mi-temps

« Suite aux événements survenus lors du match EST/WAC comptant pour la finale retour (de la Ligue des Champions) et après l’arrêt du match, le président de la CAF, Ahmad Ahmad, décide de provoquer un comité exécutif d’urgence le 4 juin pour débattre des issues réglementaires à réserver à cette rencontre », avait en effet indiqué la CAF dans un communiqué publié samedi dernier.

Ce mardi donc, à Paris, a eu lieu la réunion du comité exécutif de la CAF a eu lieu. La délégation marocaine à cette réunion était conduite par Fouzi Lekjaa, président de la FRMF et composée de Said Naciri, président du bureau dirigeant du WAC, Hamza El Hajoui, vice-président de la Fédération, Tarek Najm, son secrétaire général, et Mohamed Makrouf, Conseiller de M.Lekjaa et responsable communication à la Fédération.

Pour la réunion d’urgence, seuls les membres du comité exécutif étaient admis à y participer conformément aux règlements de l’instance sportive africaine.

Avant le début effectif de la réunion d’urgence consacrée à la finale retour EST-WAC, le comité exécutif de la CAF a tenu une séance dont l’ordre du jour comportait des allocutions des présidents de la CAF et des Unions zonales.

Fouzi Lekjaa, en sa qualité de 3ème vice-président de la CAF, devait se retirer de la réunion à l’annonce de la décision du comité, au même titre de son homologue tunisien.  

Les supporters widadis à Paris

Au moment où se tenait la réunion, des dizaines de supporters wydadis revêtant le maillot de leur équipe et brandissant le fanion et les bannières s’étaient mobilisés à l’extérieur de l’édifice pour lui témoigner leur solidarité et réclamer que justice lui soit rendue.

Lors de la finale retour de la Ligue des Champions d’Afrique, disputée vendredi dernier à Tunis, l’arbitre de la rencontre, le Gambien Bakary Gassama, a refusé d’accorder le but égalisateur du WAC inscrit par Walid Karti à la 59ème minute pour un hors-jeu sans qu’il y ait possibilité de recourir à la VAR défaillante pour en confirmer la parfaite régularité.

Le WAC était alors mené au score (1-0) suite à un but marqué à la 41ème minute par Youssef Belaili. Après une longue interruption, le référé a jugé que l’EST pouvait être proclamée vainqueur. En finale aller, les deux équipes avaient fait match nul 1-1 à Rabat.

Avec MAP

 

Le groupe parlementaire du PJD juge « honorable » l’action gouvernementale  

in Uncategorized
Le groupe parlementaire du PJD juge « honorable » l’action gouvernementale  

Quelques jours après la présentation par le Chef de gouvernement Saadeddine Elotmani du bilan d’étape des son gouvernement, c’st autour du groupe parlementaire du PJD par la voix de son président de se prononcer sur l’action du gouvernement depuis la venue aux affaires de leur secrétaire général, M. Elotmani.

Dans un discours du 3 juin 2019, à la Chambre des conseillers, Nabil Chikhi, président du groupe parlementaire du PJD, a déclaré, lors d’une discussion sur les résultats du gouvernement, que le débat sur les résultats du gouvernement était également approprié pour rappeler que ce gouvernement avait trouvé un travail difficile en raison du « blocage gouvernemental ».

Le responsable de l’équipe Justice et développement de la Chambre des conseillers a souligné que, malgré les campagnes qui avaient tenté d’exploiter les manifestations sociales dans certaines régions à travers le boycott de certaines marques lancées sur des réseaux n’a pas fléchi la réussite du gouvernement.

Il a souligné que malgré le contexte difficile et malgré certaines lacunes, le Maroc et le gouvernement ont été en mesure de réaliser et d’acquérir plusieurs réalisations.

À cet égard, il a souligné « l’engagement complet de toutes les forces du pays dans la défense de nos principes nationaux, dont la principale est notre juste cause nationale. Nous rendons également hommage aux membres de nos Forces armées royales, des forces auxiliaires et des forces de sécurité soucieux de la sécurité et de la stabilité de ce pays » .

Il a évoqué la signature par le Maroc de deux accords avec l’Union européenne, à savoir la convention sur la pêche et l’accord agraire, qui ont été ratifiés respectivement par le Parlement européen et qui respectent la souveraineté du Maroc sur tout son territoire et sans distinction entre ses régions septentrionale et méridionale.

Dans ce contexte, il a noté le travail diplomatique parallèle mené par les parlementaires des différentes divisions diplomatiques, soulignant que le dernier en date devait suivre le vote positif et unanime de la Commission permanente de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe sur le rapport d’évaluation du Partenariat pour la démocratie avec le Parlement marocain.

Nabil Chikhi a souligné que la signature de l’accord de dialogue social entre le gouvernement et les groupes économiques et sociaux, y compris l’Union nationale du travail au Maroc, entre dabs les réalisations du gouvernement.

 Le chef de file des parlementaires Pjdistes a déclaré que cet accord contribuerait à jeter les bases de la paix sociale, à consolider et à renforcer la confiance entre l’administration et les divers partenaires sociaux et économiques, en créant un climat de compréhension et en créant les conditions de la stabilité sociale.

MN

Santé rurale : le ministère fait le bilan de l’année 2018

in Uncategorized
Santé rurale : le ministère fait le bilan de l’année 2018

Un total de 12.000 sorties  été effectuées par les équipes mobiles opérant dans le cadre du programme de santé rurale l’année écoulée, au cours desquelles 480.000 consultations médicales ont été prodiguées, a affirmé, lundi à Lamradsa (province de Sidi Slimane), le ministre de la Santé, Anas Doukkali.

Dans une déclaration à la MAP, à l’occasion de la mise en service de deux centres de santé communaux de niveau 1 à « Fajar » et « Lamradsa » (province de Sidi Slimane), M. Doukkali a fait savoir que le ministère a adopté pour approche le renforcement des unités fixes par celles mobiles, notamment en ce qui concerne les services de santé, notant l’initiation de 437 caravanes médicales spécialisées, conformément au programme de santé rurale, ayant dispensé quelques 300.000 consultations médicales.

Dans ce sillage, le ministre de la Santé a expliqué que l’ouverture de ces deux centres « modèles » en matière de santé primaire s’inscrit en droite ligne avec la nouvelle approche du département en matière d’amélioration de l’accueil et de la qualité des services, relevant que les deux centres ont été construits conformément à un guide référentiel relatif aux infrastructures et au matériel médical, de manière à garantir la qualité des services et desservir les populations de ce centre de la manière la plus humaine qui soit.

La généralisation des programmes de santé comprend plusieurs axes liés aux programmes relatifs aux examens de contrôle de la grossesse et de la santé maternelle et infantile, du diagnostic du cancer du sein et du col utérin, ainsi qu’un programme inhérent à la lutte contre les maladies transmissibles telles que la tuberculose, a-t-il dit, mettant l’accent sur le programme de maladies chroniques telles que le diabète et l’hypertension artérielle, outre les programmes de prévention et de santé scolaire et dans le milieu rural.

Les deux centres se caractérisent par la mise à disposition d’un équipement mobile conçu pour faciliter le traitement des personnes âgées, en particulier pour les personnes à mobilité difficile, a fait observer M. Doukkali, citant à ce titre le programme de vaccination, étalé sur cinq ans.

Les deux centres communaux de santé de niveau 1 « Fajar » et « Lamradsa » fourniront diverses consultations spécialisées, a de même soutenu M. Doukkali, notant que ces deux structures viennent améliorer les conditions du personnel médical, en fournissant des ressources humaines largement suffisantes, dans la mesure où une grande importance a été accordée par le département de tutelle à la formation continue en « doublant son budget trois fois cette année ».

Dans le même contexte, il a mis l’accent sur l’adoption de programmes régionaux de formation continue, en plus de l’augmentation du nombre de postes budgétaires, insistant sur la nécessité de doter les centres de santé de niveau 1 d’un médecin résident, de sages-femmes et d’infirmiers polyvalents.

Ces centres disposent de 4 à 5 cadres de santé, a-t-il précisé, notant que ces effectifs sont susceptibles d’être multipliées le cas échéant.

De son côté, le directeur régional de la Santé de Rabat-Salé-Kénitra, Abdelmoula Boulamizat a indiqué que ces deux projets contribueront à l’amélioration de l’offre de soins au niveau de la région, faisant savoir que l’inauguration de ces deux centres de santé de niveau 1 en milieu rural vise à renforcer l’offre de soins et permettre à la population locale d’accéder à des services de santé de qualité.

Boulamizat a expliqué que ces deux projets s’assignent pour objectif d’assurer l’accès aux services médicaux, précisant que ces infrastructures hospitalières, qui bénéficieront à 30.000 habitants, dispenseront des soins de santé portant sur la santé de la mère et de l’enfant, les maladies transmissibles et celles chroniques, telles que la tension artérielle et le diabète.

Il a, également, souligné la remise d’une ambulance au niveau de la province, ainsi que des unités médicales mobiles, réalisées dans le cadre du partenariat entre le ministère de la Santé et l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH).

Pour sa part, le chef de la division de l’action sociale à la province de Sidi Slimane, Zouhair Alouliji a indiqué que l’inauguration de ces deux centres de santé s’inscrit dans le cadre du programme de réduction des disparités sociales et territoriales en milieu rural, soulignant que le premier projet concerne un centre de santé à « douar Fajar » relevant de la commune territoriale « Dar Belamri », construit dans le cadre de l’INDH et équipé par le ministère de la Santé, pour une enveloppe budgétaire de près de 1,7 MDH.

« L’ambition est d’améliorer les services de santé au profit des habitants et les conditions de travail du personnel médical du centre », a-t-il fait savoir, ajoutant que près de 8.500 habitants du « douar Fajar » et des alentours vont bénéficier des services du centre.

S’agissant du centre de santé « Lamradssa », situé dans la commune « Sfafaa », M. Alouliji a souligné que celui-ci a été réalisé par le ministère de la Santé et équipé par l’INDH, avec la mobilisation d’une enveloppe budgétaire d’environ 2,15 MDH dans l’objectif d’améliorer les services de santé offerts à près de 18.000 habitants, répartis entre la commune « Lamradssa » et les douars voisins.

La rédaction

Le Millennium Challenge Account-Morocco fait le bilan d’étape

in Uncategorized
Le Millennium Challenge Account-Morocco fait le bilan d’étape

Deux ans après son entrée en vigueur, le programme de coopération Compact II conclu entre le gouvernement des États-Unis d’Amérique, représenté par Millennium Challenge Corporation (MCC), et le gouvernement marocain, dresse son bilan d’étape. C’était l’objet de la sixième session du conseil d’orientation stratégique de l’Agence Millennium Challenge Account-Morocco (MCA-Morocco) qui s’est tenue en fin de semaine dernière à Rabat. Lors de cette session, présidée par le Chef du gouvernement, le directeur général de l’Agence MCA-Morocco a présenté le bilan d’exécution du Compact II dans ses deux principaux volets «Éducation et formation pour l’employabilité» et «Productivité du foncier».

Le Chef du gouvernement, Saâdeddine Elotmani, a présidé, le vendredi 31 mai 2019 à Rabat, la sixième session du conseil d’orientation stratégique de l’Agence Millennium Challenge Account-Morocco (MCA-Morocco), consacrée essentiellement à l’examen du bilan d’exécution du programme de coopération «Compact II» et à ses principales prochaines échéances.

Elotmani a rappelé à cette occasion l’importance des projets relevant du Compact II. Le premier projet «Éducation et formation pour l’employabilité», qui comprend trois activités, à savoir «Éducation secondaire», «Formation professionnelle» et «Emploi», vise à accroître l’employabilité des jeunes et leur taux d’emploi à travers l’amélioration de la qualité de l’enseignement secondaire, l’adaptation des programmes de formation professionnelle aux besoins du marché du travail et le développement des programmes d’insertion professionnelle des jeunes et des femmes en situation vulnérable via le financement basé sur les résultats.

Le second projet «Productivité du foncier» vise à améliorer la productivité du foncier au Maroc à travers le renforcement de la satisfaction par les marchés fonciers des exigences des investisseurs et l’amélioration du climat d’investissement, et ce via trois activités : «Gouvernance du foncier», «Foncier rural» et «Foncier industriel». Le Chef du gouvernement a noté avec satisfaction que ces différents projets ont entamé actuellement la phase des réalisations concrètes, ce qui requiert de toutes les parties prenantes de déployer des efforts concertés et de veiller à adopter un rythme de réalisation soutenu afin de garantir l’atteinte des objectifs de ces projets dans les délais impartis.

Concrètement, s’agissant du projet «Éducation et formation pour l’employabilité», l’Agence MCA-Morocco a pu, dans le cadre de l’activité «Éducation secondaire», achever les études techniques relatives aux travaux d’infrastructures des établissements scolaires bénéficiaires dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, dont la réalisation devrait débuter à partir de l’été prochain. Les autres établissements scolaires bénéficiaires dans les régions Fès-Meknès et Marrakech-Safi devraient leur emboiter le pas prochainement. En outre, un plan de formation dans les domaines pédagogique et managérial a été finalisé et ciblera près de 6.000 enseignants et cadres administratifs dans les établissements scolaires concernés.

En ce qui concerne l’activité «Formation professionnelle», le processus de sélection des projets bénéficiant du financement du fonds «Charaka» a été récemment achevé. Il s’agit de 15 projets couvrant des secteurs variés, tels que l’agriculture, l’industrie, le tourisme, l’artisanat, la santé, et la logistique. La réalisation des études architecturales et techniques sera lancée prochainement en vue d’entamer les travaux d’infrastructures portant sur la création, l’extension ou la réhabilitation de centres de formation professionnelle.

 À cet égard, le Chef du gouvernement a appelé l’Agence et tous les intervenants à faire de ces centres un modèle d’implication du secteur privé et de bonne gouvernance de manière à garantir de réelles opportunités d’intégration dans le marché du travail aux diplômés de ces centres. S’agissant de l’activité «Emploi», l’appel à projets d’un programme pilote d’insertion dans le marché du travail via le financement basé sur les résultats a été lancé au mois de mars dernier. Les propositions de projets soumises à l’Agence sont en cours d’évaluation en vue de la sélection des projets éligibles au soutien. De plus, plusieurs mesures prioritaires et ayant une importante valeur ajoutée ont été identifiées et seront mises en œuvre dans le cadre du renforcement du dispositif d’observation du marché du travail.

En ce qui concerne le projet «Productivité du foncier», les travaux techniques et de terrain de l’opération d’appropriation («Melkisation») des terres collectives situées dans les périmètres d’irrigation du Gharb et du Haouz au profit des ayants droit devraient être lancés en juillet prochain sur une superficie totale d’environ 66.000 hectares. Par ailleurs, les études techniques et préparatoires relatives aux zones industrielles pilotes seront bientôt achevées. Les travaux hors site devraient commencer au cours du second semestre de cette année, après l’achèvement des procédures administratives relatives à la mobilisation de l’assiette foncière, l’obtention de certaines autorisations administratives et la conclusion d’accords avec les établissements concernés par le raccordement aux réseaux d’électricité, d’eau et d’assainissement. Il convient également de noter qu’un appel à projets a été lancé pour bénéficier du soutien du Fonds des zones industrielles durables (FONZID), financé conjointement par Millennium Challenge Corporation (MCC) et le gouvernement marocain.

La rédaction

Le déficit commercial s’est creusé de 5%, entre janvier et avril 2019

in Uncategorized
Le déficit commercial s’est creusé de 5%, entre janvier et avril 2019

Le déficit commercial du Maroc s’est creusé de 5%, atteignant 67,2 milliards de dirhams au cours des quatre premiers mois de 2019 par rapport à la même période de l’année dernière, a annoncé lundi l’Office des changes.

Les importations ont augmenté de 4,7% pour atteindre 167,6 milliards de dirhams, dépassant les exportations (100,3 milliards de dirhams), en hausse de 4,5%.

Les importations d’énergie, y compris le gaz et le pétrole, ont pesé sur la balance commerciale du Maroc avec une hausse de 5,5% à 26 milliards de dirhams, représentant 15,5% du total des importations.

Le Maroc a également levé les subventions sur le pétrole mais contrôle les prix du gaz, du sucre et du blé. Le projet de loi de finances 2019 prévoit d’allouer 17,65 milliards de dirhams au fonds de subventions, en hausse de 4,65 milliards de dirhams par rapport à l’année dernière.

Par ailleurs, les ventes du secteur automobile ont représenté 27,1% des exportations marocaines avec 27,7 milliards de dirhams, en hausse de 0,3%. De leur côté, les exportations de phosphates et de sous-produits ont augmenté de 16,1%, pour atteindre 15,8 milliards de dirhams.

Enfin, les envois de fonds des Marocains résidant à l’étranger ont baissé de 2,9% à 20,5 milliards de dirhams, tandis que les investissements directs étrangers ont diminué de 23,3% à 5,8 milliards de dirhams.

La rédaction

Go to Top
Aller à la barre d’outils