Dernières nouveautés Choix de l'éditeur

Le Groupe Intelcia atteint le seuil des mille collaborateurs au Cameroun

in Uncategorized
Le Groupe Intelcia atteint le seuil des mille collaborateurs au Cameroun

Intelcia acteur du secteur de la relation client, notamment en Afrique Sub-Saharienne, célèbre le 1000ème collaborateur symbolique sur son centre de Douala, en présence de hautes personnalités locales et de ses partenaires, a annoncé le groupe dans un communiqué. La source révèle dans la foulée qu’« Intelcia confirme sa position parmi les plus grands pourvoyeurs d’emploi du secteur privé au Cameroun et en tant que premier employeur du secteur de la relation client ».

Pour l’occasion, le Gouverneur de la Région du Littoral, M. Samuel Ivaha Diboua a déclaré lors de son discours : « Nous sommes très heureux de ce résultat et nous nous réjouissons de la croissance exponentielle des effectifs d’Intelcia Cameroun. Cette réussite témoigne de la confiance de nos partenaires économiques à l’égard du bassin d’emploi camerounais, et en particulier de la qualité de la formation académique délivrée par nos établissements d’enseignement supérieurs. »

Acteur en faveur de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes et de la création de l’emploi durable, Intelcia investit plus de 8,5% de sa masse salariale dans la formation et adopte une politique RH qui favorise la culture de la performance et de la promotion interne.

Tous les collaborateurs recrutés par Intelcia Cameroun « ont ainsi bénéficié des dispositifs de formation et de développement de compétences du Groupe », lit-on dans le communiqué.  Jean Yves Kotto, Chairman Afrique Subsaharienne du Groupe Intelcia, indique à ce sujet : « C’est aujourd’hui pour moi une double fierté. Atteindre la barre symbolique des 1000 collaborateurs et avoir 100% de nos managers intermédiaires ayant démarré en tant que conseillers clients est une belle illustration de l’engagement d’Intelcia pour la création d’emplois et le développement de nos jeunes en Afrique »

Pour rappel, Intelcia Cameroun est la première implantation Subsaharienne du Groupe, où il a démarré il y a moins de trois ans, en décembre 2016 avec une quarantaine de collaborateurs, a déclaré le groupe. A propos des perspectives, Intelcia « prévoit d’ouvrir une centaine de positions supplémentaires à Douala cette année ».

Avec une présence au Maroc (7.000 collaborateurs), au Cameroun (1.000 collaborateurs), au Sénégal (500 collaborateurs), en Côte d’Ivoire (500 collaborateurs), à Madagascar (1.300 collaborateurs) et à Maurice (700 collaborateurs), Intelcia bénéficie d’une empreinte panafricaine unique.

La rédaction

Mise en examen du patron du PSG pour « corruption active »

in Uncategorized
Mise en examen du patron du PSG pour « corruption active »

Sport

Mise en examen du patron du PSG pour « corruption active »

Lancement d’une opération de lutte contre la déscolarisation

in Uncategorized
Lancement d’une opération de lutte contre la déscolarisation

Organisée sous le thème « Agissons tous ensemble pour garantir le droit à la scolarisation », Saïd Amzazi, ministre de l’éducation nationale et Giovanna Barberis, représentante de l’UNICEF au Maroc ont procédé au lancement de l’opération « Child to Child ».

Cette opération qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la vision stratégique 2015-2030 porte notamment sur la garantie de l’enseignement de rattrapage et l’amélioration de l’efficacité de l’éducation non formelle.

Organisée en partenariat avec la l’UNICEF et avec l’appui financier du Canada, l’opération a pour objectif de sensibiliser les acteurs éducatifs externes, les autorités et la société civile ainsi que les élèves et les familles au sujet de la non-scolarisation et l’abandon scolaire, dans la perspective d’y trouver des solutions locales adéquates.

Développer un sens de responsabilité

Le programme de sensibilisation porte sur la diffusion et l’activation du principe de l’obligation de scolarité en veillant à ce que les élèves ayant abandonné l’école regagnent leurs établissements, et à l’identification d’une carte territorialisée pour orienter les programmes du soutien scolaire et les programmes d’éducation non formelle. 

Cette opération s’appuie sur deux démarches principales, a souligné M. Amzazi dans une allocution à cette occasion. Il s’agit d’une approche préventive visant la lutte contre l’abandon scolaire, et d’une démarche « curative » qui vise à donner aux jeunes jamais inscrits à l’école, ou ceux qui l’ont quitté prématurément une seconde chance d’éducation et de formation.

Pour atteindre ces objectifs, l’opération agit sur la sensibilisation des acteurs et des intervenants pédagogiques au phénomène de la non-scolarisation, la sensibilisation de la famille à l’impact négatif de ce phénomène, et le renforcement, chez l’élève, du sens de responsabilité et de citoyenneté à travers son implication dans l’opération « Child to Child », a poursuivi le ministre. 

Un effectif important

Plus concrètement, l’opération devra permettre l’engagement et la participation de 7.721 écoles primaires et de 1.977 lycées collégiaux, la formation de 500.000 élèves de la sixième année primaire, et 400.000 de la 1ère année du lycée collégial sur les causes et les conséquences de l’abandon scolaire, ainsi que sur les techniques de sondages et d’interviews a ajouté M. Amzazi. 

Elle permettra aussi le recensement de 70.000 enfants non-scolarisés, la réinscription de près de 30.000 enfants aux écoles primaires suite à des formations de mise à niveau, et la réintégration de 30.000 enfants dans le cadre du concept de la deuxième chance, a expliqué le ministre. 

De son côté, la représentante résidente de l’Unicef, Giovanna Barberis, s’est réjoui que le Maroc ait « engagé d’importants efforts pour réaliser le droit des enfants à un accès équitable à une éducation de qualité », notant que « l’accès au primaire est quasi-universel ». 

Elle a fait observer que l’appui de l’Unicef au ministère de l’Education dans la lutte contre l’abandon scolaire est axé sur trois points d’entrée: une entrée pédagogique, à travers le développement des compétences de vie et le renforcement du système de l’orientation, une entrée de catch up (rattrapage) grâce au renforcement du système de l’éducation non formelle et le développement du concept de la deuxième chance; et une entrée préventive, qui se traduit par l’opération « de l’enfant à l’enfant ». 

Au niveau international, Mme Barberis a fait savoir que 265 millions d’enfants, dont 22% en âge d’école primaire, sont actuellement en dehors du système scolaire. 

Avec MAP

 

Horst Köhler démissionne pour « raisons de santé »

in Uncategorized
Horst Köhler démissionne pour « raisons de santé »

Maroc

Horst Köhler démissionne pour « raisons de santé »

La CGEM se concerte avec les partenaires financiers du Maroc

in Uncategorized
La CGEM se concerte avec les partenaires financiers du Maroc

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu, mardi soir à Casablanca, une rencontre avec les partenaires techniques et financiers du Royaume axée sur les moyens de consolider et de structurer un partenariat responsable, engagé et durable autour d’une plateforme commune.

Cette rencontre, à laquelle ont pris part les représentants de plusieurs institutions internationales, notamment des Nations-Unies, de la Banque mondiale, de l’Union européenne, de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, de la Banque islamique de développement, de l’Agence française de développement, de l’Agence allemande de développement (GiZ), ainsi que des administrateurs de la CGEM, a permis également de discuter des moyens de créer de nouvelles synergies en faveur du renforcement du secteur privé marocain.

Dans une déclaration à la presse, le président de la CGEM, Salaheddine Mezouar, a qualifié cette rencontre d’une « première en son genre », du fait qu’elle a réuni l’ensemble des institutions internationales, des agences et banques de développement ainsi que les représentations diplomatiques au Maroc.

« L’habitude voulait qu’on travaille toujours en bilatéral », a indiqué M. Mezouar, relevant que cette réunion constitue un passage vers une nouvelle étape « celle de réunir l’ensemble des intervenants et des acteurs, de manière à ce qu’on puisse discuter des priorités et de l’agenda de la CGEM ».

« L’objectif est de faire en sorte que les uns et les autres puissent adapter leurs outils, trouver les synergies, et, in fine, construire une plateforme qui va nous permettre de travailler en commun et de consolider le travail entre le secteur privé et les différentes institutions », a t-il précisé.

Le président de la CGEM a, par ailleurs, souligné l’importance d’un secteur privé solide et ouvert capable de stimuler la relance de l’investissement privé générateur de croissance et d’emplois.

De son côté, le coordonnateur résident du système des Nations unies au Maroc, Philippe Poinsot, a indiqué que l’intérêt de cette rencontre est d’échanger sur les priorités de la CGEM, sur sa feuille de route, ainsi que sur d’éventuelles opportunités de collaboration et de partenariat pour faire converger les efforts vers les objectifs fixés.

« Pour les partenaires financiers et techniques qui accompagnent le Royaume dans ses efforts pour la réalisation des objectifs mondiaux du développement durable (ODD), le secteur privé joue un rôle important non seulement dans ce processus, mais aussi à travers tous les secteurs dont le Maroc cherche à améliorer les performances » a déclaré M. Poinsot, notant que les partenaires présents lors de cette réunion travaillent, eux aussi souvent, sur les mêmes secteurs parfois déjà avec la CGEM, et parfois sans réelle coordination.

« Aujourd’hui, ils vont chercher justement à identifier les intérêts communs et dégager une plateforme d’échange et de suivi, d’une manière régulière, pour pouvoir faire le point ensemble afin de s’assurer de ces synergies et de cette nécessaire convergence », a t-il ajouté.

La Directrice du Département Maghreb et Malte, Moyen-Orient et Afrique du Nord de la Banque Mondiale, Marie Françoise Marie-Nelly, a indiqué, pour sa part, que le secteur privé est essentiel pour propulser le développement du Maroc et créer des emplois, soulignant que la CGEM est un partenaire de choix.

Elle a, en outre, relevé que cette rencontre est une occasion pour faire le point sur la coopération entre la CGEM et ses différents partenaires et d’examiner les moyens de la renforcer davantage, notant que « l’ensemble sera plus important que la somme des parties pour le bénéfice des jeunes, en particulier ceux à la recherche d’emploi, et de l’ouverture du Maroc sur le secteur privé et sur les chaines de valeurs mondiales ».

A l’issue de cette séance de travail, il a été convenu de mettre en place une plateforme digitale collaborative de consultation, d’appui et d’accompagnement afin de formaliser des projets concrets en faveur du développement des entreprises et de la création d’emplois, notamment ceux destinés aux jeunes.

(Billet 101) – Il était une foire… le PAM !

in Uncategorized
(Billet 101) – Il était une foire… le PAM !

Bien malin qui pourrait comprendre, et surtout expliquer, où le PAM veut en venir, et même s’il peut tenir ! Oh, rien d’important, car ce parti ne l’est pas… sauf qu’il est (quand même) la deuxième force politique du pays en termes de députés, et qu’il a été à un cheveu, ou du moins le croyait-il, de « diriger » le pays. Hélas pour ceux qui s’y vautrent, tant mieux pour tous les autres.

Aujourd’hui, le PAM, sentant sa mort (ou l’élection) prochaine, veut se remettre debout. Mais comment peut-on tenir debout quand on fait de la politique avec l’esprit d’un marabout… En plein soubresauts convulsifs, il n’intéresse désormais plus personne, lui qui voulait, disait-il, changer la politique pour de bon, avant de finir moribond. Pourquoi les Marocains ne veulent-ils pas de ce parti ? Parce qu’ils ne sont tout simplement pas cons…

Voilà un parti, né de rien, avec comme programme politique un grand rien, et qui s’est donné pour dirigeants politiques plusieurs vauriens… du moins en politique. Ce parti avait été fondé voici juste 10 ans pour, prétendaient ses promoteurs, faire la guerre au PJD. Il s’est contenté de guerroyer, puis de ployer sous le rouleau compresseur que fut Abdelilah Benkirane.  Il se voyait en Tracteur mais il a sous-estimé le bulldozer de son ennemi.

Le PAM est en réalité une sorte d’auberge espagnole peuplée d’un bel attelage d’anciens gauchistes, de vagues complotistes et de vrais opportunistes… plus quelques reliques du 20ème, et de très rares bonnes graines que l’on n’a pas laissé germer. Il s’était donné pour chef l’inénarrable Ilyas el Omari, l’homme qui a la componction poétique d’un pape et la pratique politique de Torquemada… Ilyas, l’homme à poigne qui, une fois dégagé, a laissé derrière lui une foire d’empoigne, passant le bavoir à l’étrange Hakim Benchamas.

En effet, le nouveau caudillo, ou caïd pour faire local, est cet homme à l’allure difficile et à l’abord pas facile, qui dirige un parti qui se perd et a qui pris un coup de tête d’un de ses pairs. Depuis, le SG a été éjecté par la porte, veut revenir par la fenêtre, colmatée par le Conseil national et clouée par le Bureau fédéral. C’est bien triste pour le pays de voir le 4ème personnage de l’Etat, car président de Chambre, traité de cette manière.

Et pourtant… en 2009, le PAM voyait l’avenir en rose, avant d’être submergé en 2011 par la vague verte, et d’envisager de s’allier en catastrophe en 2015 avec les Bleus du RNI. Depuis, il a glissé sur les grosses huiles (et les lubrifiants) de ce même RNI. Aujourd’hui, le PAM est confronté à ce choix cornélien de choisir la corde et le nouveau nœud qui va avec, plutôt coulant comme une fusion dans le RNI, ou plutôt serré comme un auto-sabordage définitif. Le PAM, comme Pour Agacer les Marocains…

Aziz Boucetta

Les Fake News polluent les européennes

in Uncategorized
Les Fake News polluent les européennes

International

Les Fake News polluent les européennes

La vidéo d’une voiture de luxe de la police marocaine aux Pays-Bas fait le buzz

in insolite/International/National
La vidéo d’une voiture de luxe de la police marocaine aux Pays-Bas fait le buzz

Un Marocain aux Pays-Bas a eu l’étrange idée de peindre sa voiture de luxe avec les couleurs des véhicules de la police marocaine. C’est une réussite !


On croirait voir un véhicule de la Sûreté nationale marocaine. Une Bentley d’un MRE aux Pays-Bas porte les couleurs usuelles des voitures de police au Maroc, avec les inscriptions en arabe et en français.

Il y a même des petites lumières rouges et vertes qui s’allument au devant du véhicule. Par contre, il est indéniable que ce Marocain ne saurait traverser la frontière avec ce genre de voiture…



>> À lire aussi:

https://new.lepetitjournalmarocain.com/2019/06/07/video-violente-agression-et-tentative-de-viol-sur-des-supporters/

Soudan : la création du Conseil souverain en suspend

in Uncategorized
Soudan : la création du Conseil souverain en suspend

International

Soudan : la création du Conseil souverain en suspend

Pris en flagrant délit, une quarantaine de tricheurs devant la justice

in Faits divers/National/Société
Pris en flagrant délit, une quarantaine de tricheurs devant la justice

Plusieurs candidats à l’examen régional unifié de la première année du Baccalauréat ont été surpris en flagrant délit de tricherie. Ils font l’objet d’enquêtes de la part de la police marocaine. L’évaluation a eu lieu le 8 juin 2019.


49. Le nombre des candidats au Baccalauréat 2019 poursuivis par la police marocaine pour tricherie. Un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) livre l’information.

Selon elle, 43 parmi eux ont été pris en pleine situation de fraude. Quant aux six autres, des délits de droit commun leur sont imputés. Et, à l’effet des enquêtes diligentées, plusieurs objets ont été saisis : 45 téléphones mobiles, 5 écouteurs et 1 appareil « Ipod ». Ils auraient été utilisés dans les actes de tricherie.

A en croire la DGSN, dans l’exercice de la procédure judiciaire, 16 suspects ont été placés en garde-à-vue. Un autre est mis sous surveillance. Tous les mis en cause restants restent poursuivis par la justice tout en demeurant en liberté.

Par ailleurs, celle-ci suspecte 21 personnes d’avoir usé malhonnêtement des réseaux sociaux pour ces fraudes liées au Baccalauréat. Elles font l’objet de recherches et seront poursuivies.


>> À lire aussi:

 

Go to Top
Aller à la barre d’outils