Dernières nouveautés Choix de l'éditeur

E-enregistrement : la mesure tarde à se concrétiser

in Uncategorized
E-enregistrement : la mesure tarde à se concrétiser

Economie

E-enregistrement : la mesure tarde à se concrétiser

Hausse des résultats de la BCP pour le premier trimestre 2019

in Uncategorized
Hausse des résultats de la BCP pour le premier trimestre 2019

Business

Hausse des résultats de la BCP pour le premier trimestre 2019

Traite des êtres humains : l’équipe de la commission connue

in Uncategorized
Traite des êtres humains : l’équipe de la commission connue

Maroc

Traite des êtres humains : l’équipe de la commission connue

La 22ém édition du Festival Gnaoua et Muisque du Monde prévue du 20 au 23 juin

in Uncategorized
La 22ém édition du Festival Gnaoua et Muisque du Monde prévue du 20 au 23 juin

Encore Essaouira abritera du 20 au 23 juin la 22ème édition du Festival Gnaoua et Muisque du Monde. Sa notoriété n’est plus a présenté, le Festival Gnaoua fait partie aujourd’hui des agendasculturels mondiaux avec des visiteurs venus du monde entier.

De forts moment de musiques et de débat rythmeront les 3 jours dans la ville bleue.

Festival Gnaoua et Musiques du monde, c’est « 22 années qui nous confortent quant à la pertinence et la justesse de notre projet culturel, celui d’une longue lutte pour la reconnaissance d’une confrérie musicale longtemps marginalisée… », a déclaré Neila Tazi, productrice du Festival Gnaoua et Musiques du monde. Et d’ajouter : « Le Festival a révélé la richesse d’une culture populaire et réaffirmé notre ancrage africain à travers une culture aux profondes racines subsahariennes ».

Pour madame Tazi le Festival n’est plus Essaouira, « les Gnaoua sont devenus des véritables ambassadeurs du Maroc. Ils s’envolent chaque année vers des destinations comme New-York, Washington, Los Angeles, Londres, Paris… ». D’ailleurs, le Comité intergouvernemental de l’UNESCO statuera sur la demande présentée par le Maroc d’inscrire l’art des Gnaoua à la liste du patrimoine oral et immatériel de l’humanité. Comme quoi c’est le Festival des musiques du monde.

En vue de répondre aux satisfactions d’un public ayant la soif de cette musique qui se distingue par ses mots, son rythme, ses gestes…, le festival s’efforce chaque année de lui proposer une palette large et étoffée de ses œuvres.

Pour cette 22ém édition, « On retrouvera pour notre plus grand plaisir la voix profonde et intense du showman Hamid El Kasri, le généreux Mustapha Baqbou dont la force est de fusionner avec tous les genres musicaux tout en conservant la dimension traditionnelle de la musique gnaoua. Mais aussi la scénographie si particulière du plus reggae des maâlems, Omar Hayat, ou encore la personnification du renouvellement de l’art gnaoui avec Hassan Boussou », expliquent les organisateurs.

Coté artistes, Hassan Hakmoun qui a franchi les océans et a magistralement fait vivre cet art dans la foisonnante énergie créatrice de New York, et Majid Bekkas, multi-instrumentaliste et fervent acteur de la fusion gnaoua-jazz… participeront à cette 22ém éditions qui verra aussi la présence de ous ces maâlems, musiciens et artistes font qu’aujourd’hui on parle de musique gnaoua comme on parle de rock, de reggae ou de rumba… Preuve de sa vivacité : la nouvelle génération a repris le flambeau et perpétue avec talent, succès et conviction ce patrimoine vivant.

La rédaction

Le projet de décret sur le statut des fonctionnaires de la DGSN approuvé

in Uncategorized
Le projet de décret sur le statut des fonctionnaires de la DGSN approuvé

Maroc

Le projet de décret sur le statut des fonctionnaires de la DGSN approuvé

Algérie : un acte 14 sous tensions, plusieurs interpellations

in Uncategorized
Algérie : un acte 14 sous tensions, plusieurs interpellations

International

Algérie : un acte 14 sous tensions, plusieurs interpellations

Les droits de douane seront réintroduits sur les importations de blé tendre

in Uncategorized
Les droits de douane seront réintroduits sur les importations de blé tendre

Economie

Les droits de douane seront réintroduits sur les importations de blé tendre

Investissement : L’ANP cherche un emprunt 1 MMDH sur le marché obligataire

in Uncategorized
Investissement : L’ANP cherche un emprunt 1 MMDH sur le marché obligataire

Business

Investissement : L’ANP cherche un emprunt 1 MMDH sur le marché obligataire

Journée de la femme digitale débarque en Afrique

in Uncategorized
Journée de la femme digitale débarque en Afrique

Bref

Journée de la femme digitale débarque en Afrique

Inscription de 12 sites à la convention de Ramsar relative aux zones humides

in Uncategorized
Inscription de 12 sites à la convention de Ramsar relative aux zones humides

Le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) du Maroc a inscrit jeudi 12 nouveaux sites à la Convention de Ramsar relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau.

Il s’agit des lacs d’Imouzzer Kandar, la lagune et barrage de Smir, l’Oued Tizguite, le littoral de Jbel Moussa, l’Oued Assaquia Al Hamra à Laayoune, l’Assifs Ahançal-Melloul, l’Assifs Réghaya-Aït Mizane, la Côte des Bokkoyas, l’Assif Mgoun, la Côte Aftissate-Boujdour, le Cap Ghir-Imsouan et le Haut Oued Lakhdar.

L’inscription de ces nouveaux sites a eu lieu à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de Biodiversité, placée cette année sous le thème « Notre biodiversité, notre nourriture, notre santé », un thème qui met en exergue la multiplicité des services capitaux fournis par les systèmes naturels pour l’existence et le bien-être de l’humanité sur Terre, tout en contribuant à d’autres objectifs de développement durable, notamment l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques et la restauration des écosystèmes.

Ce classement est le résultat de la collaboration entre le HCEFLCD du Maroc, le WWF Afrique du Nord et les experts de l’Institut scientifique de Rabat.

En matière de conservation de la diversité biologique, il est à souligner que le HCEFLCD a mis en œuvre des plans d’actions nationaux pour les espèces en danger, faisant partie des annexes de la Convention sur les espèces migratrices (CMS), de la Convention internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore (CITES) ou de la liste rouge de l’UICN.

Pour rappel, le Maroc est l’un des premiers signataires de la Convention sur la diversité biologique en 1992. Depuis, le HCEFLCD a entrepris des actions dont la mise en œuvre du plan directeur des aires protégées par la création de plus de 154 Sites d’Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE), la création d’une dizaine de parcs nationaux, et l’inscription de 24 zones humides d’importance mondiale dans la liste Ramsar.

La rédaction

Go to Top