Dernières nouveautés Choix de l'éditeur

Maroc: «Tolérance zéro envers la violence à l’égard des femmes» (UAF)

in National/Société

Excédées, les Marocaines, réunies au sein de l’Union de l’Action féministe (UAF), appellent à la « tolérance zéro envers la violence à l’égard des femmes ».


Au vu de la sauvagerie dont sont victimes bon nombre de femmes, au Maroc, l’Union de l’Action féministe (UAF) dit stop. Parmi les victimes, de jeunes femmes comme Amina, Khadija, Hasna et Hanane, rapporte femmesdumaroc. Dans le rang des victimes, il y a des femmes violées, torturées, qui ont mis fin à leur vie ou qui ont été lâchement assassinées.

Après avoir dénoncé ces horreurs, l’UAF passe à une autre étape. Dans un post publié sur sa page Facebook, elle appelle à la « tolérance zéro envers la violence à l’égard des femmes ». C’est d’ailleurs le thème de sa campagne, lancée en début d’année, dans le cadre du réseau EuroMed.

Pour que cet appel produise un impact, l’Association invite le gouvernement à « instaurer des programmes de prévention contre la violence à l’égard des femmes au niveau des écoles, des médias, des réseaux sociaux, à prendre en charge également les rescapés et à être intransigeant vis-à-vis des coupables ».

Créée en 1987, l’UAF est une association non gouvernementale à but non lucratif, dont l’objectif est de renforcer le statut social et juridique des femmes et d’éliminer toutes les formes de discrimination à leur égard.


À lire aussi:

Aïd el-Adha: des familles contractent des crédits pour acheter leur mouton

in Économie/National/Société
Aïd el-Adha: des familles contractent des crédits pour acheter leur mouton

L’aïd el-Adha est une fête sacrée pour les familles marocaines. Contraintes par la tradition et par le regard des autres, elle ont recours au crédit, afin de pouvoir se procurer le mouton et de faire plaisir aux enfants.


Ces habitudes ne se conforment en aucune façon aux recommandations de l’islam, qui interdit expressément à tout musulman d’aller au-delà de ses capacités financières dans l’exécution d’un rituel (sunna). Faute de moyens, l’islam met à la disposition des croyants d’autres façons de se rapprocher de Dieu.

Ces dispositions, instaurées dans le but d’alléger le poids de la responsabilité du chef de famille, ne découragent guère certaines personnes qui n’hésitent pas à recourir au crédit ou à d’autres moyens, pour satisfaire le caprice d’un instant. Et, les organismes de crédit profitent justement de cet engouement insensé pour vendre leurs produits.

Le comble de l’absurdité : quand certains pères de famille, en dépit de leur connaissance des recommandations de l’islam, s’entêtent à vendre leurs biens ou à contracter des prêts, pour se procurer le mouton, sachant que la religion musulmane interdit les crédits avec intérêt.


À lire aussi:

(Vidéo) Taroudant: ce qu’ont fait ces femmes belges force l’admiration

in insolite/National/Société

Une dizaine de jeunes femmes, de nationalité belge, se sont portées volontaires, pour le revêtement d’une route escarpée, dans la ville de Taroudant. Sacrifiant leurs vacances d’été pour une action humanitaire, les jeunes bénévoles ont attiré la sympathie des habitants et des internautes sur la toile.


L’initiative des ressortissantes belges a été très appréciée par les habitants et sur les réseaux sociaux. Ils n’ont pas manqué de louer cette généreuse action humanitaire permettant le désenclavement d’un village isolé, dans la région de Taroudant.

Grâce aux travaux de revêtement des chaussées, la localité sera plus accessible aux ambulances et aux autres moyens de transport. Une action qui, selon les témoins, devrait voir la participation des autorités locales, pour un meilleur rendement.

Les habitants et les internautes ont déploré l’absence d’intervention des élus et des responsables locaux, et regrettent de voir les jeunes femmes bénévoles se substituer à leurs rôles. Certains ont même critiqué le manque d’esprit d’initiative des habitants.





À lire aussi:

La Garde civile de Ceuta repêche le corps sans vie d’un Marocain

in Faits divers/International

La Garde civile de Ceuta a repêché, le vendredi 2 août 2019, un Marocain dans les eaux proches des falaises de la côte Sud de la ville autonome. L’autopsie révèle que le corps de cet homme, dans un état avancé de décomposition, est en mer depuis une semaine.


Cette présence humaine, en pleine mer, a été signalée par le propriétaire d’un bateau de plaisance naviguant autour de la plage d’El Desnarigado, à environ cinq kilomètres de la frontière avec le Maroc, indique lavanguardia.com.

Aussitôt, la Garde civile a mobilisé l’un de ses navires, pour repêcher le cadavre. Il a été transféré à la base des services maritimes de Ceuta, où des autorités judiciaires ont procédé à sa levée définitive.

Selon la même source, le malheureux a dû finir sa course en pleine mer en tentant de rejoindre le territoire espagnol à la nage. Presqu’un mois plus tôt, un autre corps a été repêché dans des conditions similaires à proximité du brise-lames maritime de Tarajal. Celui-ci, en revanche, aurait été confronté aux courants dominants, dans la zone.


À lire aussi:

Facebook supprime plusieurs comptes anti-marocains

in International/National
Facebook supprime plusieurs comptes anti-marocains

Facebook a supprimé plusieurs comptes, pages et groupes, qui menaient des « campagnes de manipulation » depuis l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte, contre des pays de l’Afrique du Nord, dont le Maroc et d’autres pays.


Au moyen d’un communiqué publié le 1er août, Facebook a informé les internautes de la suppression de plusieurs comptes « factices », pages et groupes « inauthentiques » utilisés depuis des pays du Golfe, notamment, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte, pour diffuser des « campagnes de manipulation ».

À en croire Facebook, ces campagnes étaient dirigées contre des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Parmi eux, le Maroc, la Libye, le Soudan, les Comores, le Qatar, la Turquie, le Liban, la Syrie et la Jordanie.

La même pratique a été observée sur un autre réseau social : Instagram, qui est devenu la propriété de Facebook, depuis 2012. Au total, l’équipe de Mark Zukerberg a supprimé 259 comptes, 102 pages, 5 groupes et 4 événements sur Facebook et 17 autres comptes sur Instagram.


« Nous avons découvert deux opérations distinctes : l’une, aux Émirats arabes unis puis en Égypte et, l’autre, en Arabie saoudite. Les deux campagnes que nous avons supprimées n’avaient pas de lien entre elles, mais les deux ont créé des comptes pour induire en erreur les autres sur qui ils étaient et ce qu’ils faisaient réellement », précise le communiqué de Facebook.

La tentative de dissimulation de l’identité des auteurs de ces activités aura été vaine. En effet, l’enquête de Facebook a révélé le visage des deux sociétés de marketing, qui se cachaient derrière cette machine de manipulation. Il s’agit de « New waves », basée en Égypte et, de « Newave », aux Émirats arabes unis.

Par ailleurs, Facebook assure avoir partagé les informations avec « les forces de l’ordre, les partenaires de l’industrie et les décideurs ».


À lire aussi:

(Vidéo) Kénitra: un immeuble de 6 étages en cours de construction s’effondre

in Faits divers/insolite/National

Un immeuble de six étages en cours de construction s’est effondré, le samedi 3 août 2019, à Kénitra. Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée.


À l’origine de cet effondrement, le non-respect des normes requises dans la construction de ce bâtiment, en plein centre-ville, indiquent les données préliminaires.

Alertées, les autorités locales, ainsi que les éléments de la Protection civile se sont rendus rapidement sur les lieux. Aussitôt, un périmètre de sécurité a été établi.

Pour l’heure, une enquête a été diligentée pour connaître les raisons exactes de cet effondrement.





À lire aussi:

Aïd al-Adha: combien coûte un mouton au Maroc ?

in National/Société

Le prix du kilo du mouton varie entre 47 et 52 DH, sur les principaux marchés et au niveau des points de vente, dans le Royaume. La demande pourrait connaître un certain accroissement, en raison de la présence des MRE.


Plusieurs vendeurs et professionnels de l’élevage ovin ont confié à Médias24 que les prix du mouton, négociés sur les marchés, sont à des niveaux tout à fait raisonnables.

“Sur les marchés de référence, le prix d’un mouton de la race « Timahdit » varie entre 46 et 47 DH, le kilo. Le prix du « Bni Guil » et du « Sardi » se situent, en moyenne, à 51 DH, le kilo. De manière globale, les prix du mouton, toutes races confondues, se situent entre 47 et 52 DH le kilo“, affirme Abderrahmane Mejdoubi, président de l’Association nationale ovine et caprine (ANOC).

Ces mêmes prix sont pratiqués par une enseigne de grande distribution à Casablanca. Les prix varient entre 47 DH, pour la race « Timahdit » et, 51 DH, pour la race « Sardi ». Selon la même source, un vendeur, rencontré sur place, en a donné confirmation : “Les prix sont restés presqu’au même niveau que ceux de l’année dernière“.

Quant aux marchands qui ne vendent pas le mouton au kilo, le président a confié que ‘’sur le marché d’Aïn Bni Mathar, dans l’Oriental, par exemple, qui est un marché repère’’, ‘’les prix variaient entre 1.500 DH et 7.000 DH. Au kilo, il s’agit d’une moyenne de 48 DH“.

Pour l’heure, le marché du mouton est favorable. La présence des MRE, qui fêteront l’Aïd al-Adha avec leurs familles et leurs proches, serait susceptible d’accroitre la demande, laquelle rencontrerait l’offre. Mais, ‘’il n’y aura pas de tension autour de l’offre ou des prix“, rassure Abderrahmane Mejdoubi.


À lire aussi:

Vidéo. UFC: Nasrat Haqparast signe le KO du week-end

in Uncategorized
HAQPARAST UFC
Par Le360sport le 04/08/2019 à 19h05 (mise à jour le 04/08/2019 à 19h27)

HAQPARAST UFC

© Copyright : DR

L’ami proche d’Ottman Azaitar, Nasrat Haqparast, s’est offert une 3e victoire d’affilée hier soir lors de l’UFC Newark (USA). Le combattant allemand d’origine Afghane a envoyé Joaquim Silva au tapis grâce à un crochet du gauche dévastateur.

Par Le360sport



lire la suite

Le Maroc, 1er pays arabe en nombre de SDF et de mendiants

in International/National/Société
Le Maroc, 1er pays arabe en nombre de SDF et de mendiants

La mendicité est un phénomène qui a pris une dimension inquiétante dans les rues marocaines. Le nombre de mendiants, au Maroc, place le pays à la tête des pays arabes en la matière et invite à se poser des questions quant aux origines et aux ramifications de ce phénomène sociétal.


Selon des statistiques officielles, le Maroc est le pays le plus touché par ce fléau social, avec 195.000 mendiants, suivi de l’Égypte, avec 41.000 et, l’Algérie, en troisième position, avec 11.000 mendiants.

La problématique de la mendicité a été l’objet d’un débat à la Chambre des Conseillers, le 4 juin dernier, en présence de la Ministre de la Famille et de la solidarité, Bassima Hakaoui. La séance s’est concentrée sur les différentes formes de mendicité, ainsi que sur les solutions à proposer pour y faire face.

Parmi ces formes, on retrouve des individus qui utilisent les enfants ou les nouveaux-nés, à des fins de mendicité. Les pleurs et les jérémiades, les tares ou les maladies physiques, les dons pour la construction de mosquées, les factures d’électricité, de loyer ou les ordonnances médicales, les périodes de fête ou le ramadan. Ce sont des moyens exploités par les mendiants pour susciter l’intérêt et la compassion.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de ce fléau social, selon les députés, qui ont insisté sur la nécessité de mettre en oeuvre des solutions pragmatiques, à des niveaux aussi bien social qu’économique. La pauvreté, le chômage et la cherté de la vie sont les principaux responsables de la prolifération de ce phénomène, bien que d’autres éléments, plutôt subjectifs, sont à incriminer.


À lire aussi:

Vous ne devinerez jamais quel est le prénom le plus populaire en Palestine occupée

in International/Société

La place qu’occupe « Mohammed », dans le classement des prénoms les plus utilisés en Israël Palestine occupée, reste inchangée. « Mohammed » demeure le prénom le populaire attribué aux bébés.


Les données du classement du Bureau central des Statistiques révèlent que « Mohammed » demeure le prénom le plus populaire en Israël Palestine occupée. C’est un prénom qui est, non seulement utilisé parmi les musulmans mais, également, parmi les non-musulmans du pays.

Selon la liste publiée chaque année, sur l’ensemble des naissances du pays, le prénom du messager d’Allah a été attribué à 2.646 garçons. Du côté des juifs, 1.447 enfants ont reçu le prénom « David ».

Quant aux filles, « Tamar », le prénom juif, est en tête du classement, avec un effectif de 1.289 bébés.  » Miriam », c’est le prénom musulman le plus attribué aux filles (523).

La même liste indique, par ailleurs, qu’ « Ahmad » et « Adam » figurent également parmi les prénoms musulmans les plus utilisés.


À lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils