Dernières nouveautés Choix de l'éditeur

(HCP) Les ménages Marocains pessimistes sur leur capacité future à épargner

in Économie/National/Société

Les ménages marocains sont « pessimistes » quant à leur capacité future à épargner au cours des 12 prochains mois, souligne une enquête du Haut-Commissariat au Plan (HCP).


En effet, 16,7% contre 83,3% des ménages s’attendent à épargner au cours des 12 prochains mois, indique le HCP dans une note d’information sur les résultats de l’enquête de conjoncture auprès des ménages pour le deuxième trimestre 2019.

Le solde d’opinion relatif à cet indicateur est resté négatif, à moins 66,6 points, en dégradation aussi bien par rapport au trimestre précédant que par rapport à une année auparavant où il était à moins 63 points et à moins 57,9 points respectivement.

Concernant la perception des ménages à l’évolution des prix des produits alimentaires, 89% des ménages déclarent que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois contre une proportion minime des ménages (0,1%) qui ressentent leur diminution, relèvent les résultats de l’enquête.

Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, à moins 88,9 points, après avoir été de moins 88,1 points le trimestre précédent et de moins 88,2 points une année auparavant, ajoute la même source.

Au cours des 12 prochains mois, les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter selon 86,5% des ménages, le reste (13,5 %) prévoient leur maintien au même niveau, estime la même source, notant que le solde d’opinion est ainsi resté négatif, se situant à moins 86,5 points, au lieu de -87,5 points enregistrés un trimestre auparavant et -84 points une année passée.


À lire aussi:

Match WAC-EST: le Tribunal Arbitral du Sport statuera au plus tard le 31 juillet

in International/lire aussi:/National/Sport/x
Match WAC-EST: le Tribunal Arbitral du Sport statuera au plus tard le 31 juillet

Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a annoncé lundi qu’il statuera au plus tard le 31 juillet sur les appels interjetés par le Wydad Athletic Club (WAC) et l’Espérance sportive de Tunis (EST) contre la décision du Comité Exécutif de la Confédération Africaine de Football (CAF) ordonnant aux deux clubs de rejouer sur terrain neutre le match retour de la finale de la Ligue des Champions de la CAF 2018/2019.


Dans un communiqué, le TAS précise avoir enregistré les appels déposés par le WAC et l’EST respectivement les 14 et 17 juin 2019 contre la décision rendue le 5 juin 2019 par le Comité Exécutif de la CAF demandant aux deux clubs de rejouer le match retour de la finale de la Ligue des Champions d’Afrique.

Dans son appel, le Wydad « a sollicité, à titre principal, que la décision attaquée soit annulée et que le titre de vainqueur de la Ligue des Champions 2018/2019 ainsi que la prime en cas de victoire lui soient attribués », indique le TAS.

Quant à l’EST, elle demande, également à titre principal, que la décision du Comité Exécutif « soit déclarée nulle et non avenue, d’être ainsi déclarée vainqueur de la Ligue des Champions de la CAF 2018/2019, de pouvoir conserver le trophée et les médailles décernés le 31 mai 2019 et d’ordonner à la CAF le paiement de la prime allouée au vainqueur ».

Les clubs et la CAF, poursuit le communiqué, se sont mis d’accord sur un calendrier procédural régissant la procédure d’arbitrage devant le TAS.

Le 5 juin, la Confédération africaine de football avait décidé, au terme d’une réunion d’urgence de son comité exécutif à Paris, de faire rejouer le match entre le WAC de Casablanca et l’Espérance de Tunis comptant pour la finale retour de la Ligue des Champions d’Afrique.


La décision du Comité exécutif de la CAF précise que le match sera rejoué après la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) sur un terrain hors Tunisie, soulignant que l’EST devra restituer le Trophée et les médailles qui lui ont été remis.

Disputée au stade olympique de Radès (banlieue de Tunis), cette finale avait connu une fin chaotique suite à l’injustice dont l’arbitre de la rencontre, le Gambien Bakary Gassama, s’est rendu coupable en refusant d’accorder le but égalisateur du WAC inscrit par Walid Karti à la 59ème minute pour un supposé hors-jeu sans qu’il y ait possibilité de recourir à la VAR défaillante pour en confirmer la parfaite régularité.

Le WAC, qui avait concédé le nul lors de la finale aller (1-1) disputée à Rabat, était alors mené au score (1-0) suite à un but marqué à la 41ème minute par Youssef Belaili.

Après une longue interruption, le référé a jugé que l’EST pouvait être proclamée vainqueur.

Une réunion d’urgence a été par la suite convoquée par le président de la CAF, Ahmad Ahmad, « pour débattre des issues réglementaires à réserver à cette rencontre ».


À lire aussi:

Nigéria: l’ancien président Obasanjo craint un «génocide de type rwandais» dans son pays

in Uncategorized
Obasanjo
Par Kofi Gabriel le 15/07/2019 à 18h51

Obasanjo

© Copyright : DR

La situation sécuritaire au Nigeria est telle qu’elle pourrait conduire à un génocide identique à celui du Rwanda. C’est l’avis de l’ancien président du pays, Olusegun Obasanjo. Une sortie qui intervient dans un contexte de tensions communautaires.

Par Kofi Gabriel



lire la suite

Maroc-France: 2 puissances de paix, d’ouverture et d’acceptation de la diversité

in International/National/Politique/Société

Liés par un partenariat d’exception singulier, le Maroc et la France sont 2 puissances de paix, d’ouverture et d’acceptation de la diversité, a affirmé dimanche l’ambassadeur français à Rabat, Jean-François Girault.


S’exprimant lors d’une réception à l’occasion de la commémoration de la fête nationale française du 14 juillet, en présence notamment du chef de gouvernement Saad Dine El Otmani7, M. Girault a souligné que Rabat et Paris « mènent ensemble les mêmes combats contre le réchauffement climatique, le terrorisme, la radicalisation et les migrations illégales ».

« Dans votre pays où l’on ressent si fortement la densité des siècles, l’énergie alternative de la tradition et du renouveau a su imprimer à sa politique un incontestable élan créateur », a-t-il fait observer, mettant l’accent sur les principaux enjeux à relever que sont notamment la santé, l’éducation, la justice, l’emploi des jeunes et le partage équitable des fruits de la croissance.

L’ambassadeur a souligné que ces défis « sont communs à nos sociétés. Aussi la France et le Royaume se tiennent-ils plus que jamais côte-à-côte pour les relever ». « Dans notre relation d’égal à égal, respectueuse de l’indépendance et de la souveraineté de l’autre, notre dialogue et nos échanges ont retrouvé leur ampleur et leur sérénité naturelles », a-t-noté, tout en exprimant « les sentiments déférents d’immense gratitude à SM le Roi Mohammed VI ».


Mettant en avant le caractère singulier du partenariat d’exception entre les deux nations, le diplomate a rappelé entre autres la commémoration par les deux chefs D’État, SM le Roi Mohammed VI et le Président français Emmanuel Macron, le 11 novembre 2018 à l’Arc de Triomphe, le centenaire de l’armistice de la grande guerre.

M. Girault a de même rappelé le trajet inaugural de Tanger à Rabat de la première ligne à grande vitesse d’Afrique par SM le Roi et le président français en novembre 2018 ainsi que l’inauguration par les 2 chefs d’État en juin dernier de la première usine du groupe PSA, qui arrime le Maroc au rang de 1er constructeur automobile du continent africain.

Cette réception s’est déroulée en présence également de membres du gouvernement, d’anciens ministres et des personnalités du monde de la diplomatie et des représentants de la communauté française établie au Maroc.


À lire aussi:

Un Marocain nommé Conseiller du Roi des Pays-Bas

in International/MRE/Politique
Un Marocain nommé Conseiller du Roi des Pays-Bas

Le roi des Pays-bas, Willem-Alexander a nommé un nouveau conseiller personnel et qui officiera aussi pour la reine Máxima. Il s’agit de Hassan Outaklla et débutera dans ses fonctions le 15 août.


Le nouveau secrétaire général adjoint du roi des Pays-Bas est d’origine marocaine. Il s’agit de Hassan Outaklla et succède à Bram Gille, en poste depuis février. Selon hollanda.nu, Outaklla est né en 1983 et a étudié les sciences politiques à l’Université d’Amsterdam. Après ses études, il a travaillé pendant plus de quatre ans en tant que consultant en gestion chez KPMG.

Depuis 2011, il a occupé divers postes au sein de l’Autorité néerlandaise des marchés financiers, l’équivalent du gendarme de la bourse. Il était jusqu’à récemment haut responsable de l’AFM en tant que conseiller principal en matière de politique pour la coordination des activités de politiques publique et stratégique.


À lire aussi:

En crise, la FRMF organise une réunion et licencie de nombreux responsables

in National/Société/Sport
En crise, la FRMF organise une réunion et licencie de nombreux responsables

La Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) organisera, le 22 juillet au Centre national de football (CNF) de Mâamora, une rencontre avec la famille du football national consacrée à la situation du ballon rond marocain.


Dans un communiqué publié dimanche sur son site internet, la FRMF a indiqué que cette rencontre réunira les présidents des clubs des première et deuxième divisions, ainsi que ceux du championnat amateurs et des ligues régionales. L’Amicale Nationale des entraineurs de football et des joueurs seront également conviés à cette rencontre.

L’élimination prématurée des « Lions de l’Atlas » de la Coupe d’Afrique des Nations, en Egypte, a suscité beaucoup de critiques à l’encontre du staff technique, ce qui a provoqué une avalanche de licenciements au sein de la Fédération royale marocaine de Football (FRMF). Le Président, Fouzi Lekjaâ, a décidé de se passer des services de plusieurs responsables, au sein de l’institution.


Après avoir remercié la Responsable du Service « Information » de l’équipe nationale, Dounia Lahrech, le Président a licencié le Vice-secrétaire général de la Fédération, Mohamed Hourane, et le Secrétaire général de la Ligue professionnelle, Abderrahman El Bakaoui.

La série de licenciements ne va s’arrêter à ce stade, souligne le quotidien Assabah, puisque d’autres postes sont dans le collimateur de Fouzi Lekjaâ, notamment, la Direction de l’Arbitrage, ainsi que des cadres administratifs qui n’ont assuré aucune fonction durant l’année. La Fédération a également dû remercier le Colonel Driss Lakhal, Administrateur de la sélection nationale, depuis 20 ans, et son Assistant.


À lire aussi:

Halte aux arnaques sur la place Jemaa El Fna

in MRE/National/Société
Halte aux arnaques sur la place Jemaa El Fna

Un ensemble de mesures seront mises en place par le Wali de Marrakech, Karim Kassi-Lahlou, en vue de mettre fin à l’anarchie qui règne sur la place de Jamaâ el Fna.


L’affaire de la touriste escroquée par un charmeur de serpents, les histoires de taxis, ainsi que d’autres faits divers ont contraint les autorités à adopter une nouvelle politique de gestion de l’espace public.

Sur la place de Jamaâ el Fna, aucune spéculation ne sera plus tolérée par les responsables du service public. Tous les “commerçants” de la place seront soumis à un régime de travail spécifique. Les “hlayqias”, les charmeurs de serpents, les tatoueuses au henné et, même les chauffeurs de taxi, devront, dorénavant, afficher clairement leurs tarifs et porter un badge d’identification.


Au mois de juin 2019, une touriste étrangère a fait l’objet d’une arnaque de la part d’un charmeur de serpents, sur la place de Jamaâ el Fna. Pour une photo prise avec un reptile, celui-ci lui avait réclamé la somme de 450 dirhams. Elle a fini par porter plainte auprès de la Police touristique et, l’homme a été arrêté.

Quelques jours auparavant, des touristes étrangers avaient été contraints de payer la somme de 5.000 dirhams, dans un restaurant de la même place. Le gérant avait répondu à ceux qui le critiquaient que rien n’était caché et que les prix pratiqués étaient affichés et publics.


À lire aussi:

Casablanca déclare la guerre aux rats

in National/Santé/Société
Casablanca déclare la guerre aux rats

Une convention, dotée d’un budget annuel de 20 millions de dirhams, a été signée ce mercredi 10 juillet 2019, entre la Commune de Casablanca et la Société de Développement local (SDL) Casa Baia.


Cette convention permettra, entre autres, d’améliorer les services fournis aux habitants et aux visiteurs de la métropole mais surtout de lutter contre les différents insectes et contre les animaux errants qui se sont multipliés ces dernières années. Bonne nouvelle, sans doute, pour les populations de la métropole, qui pourront conjuguer bientôt au passé cette recrudescence constatée en matière de divagation d’animaux dans la ville blanche.

Le projet en question s’articule autour de 5 axes principaux, à savoir la lutte contre les vecteurs de maladies, la lutte contre les nuisibles, la lutte contre les reptiles et contre les scorpions, la capture des animaux errants et la réalisation de diverses opérations d’assainissement. Il s’agit, selon le maire de la ville, d’une activité très importante pour le développement durable à Casablanca.

« Nous avons mandaté la SDL Casa Baia, car elle s’est dotée de moyens modernes, pour permettre le traitement des insectes et de tout le réseau d’assainissement, en matière de lutte contre les nuisibles, l’objectif étant de créer un cadre de vie agréable pour les citoyens », a confié Abdelaziz El Omari, maire de Casablanca, à Hespress lors de la cérémonie de présentation dudit projet.


Pour s’en tenir à l’essentiel, il convient de souligner que le plan d’action du projet prévoit le traitement de plus de 120.000 bouches d’égout contre les rats et les rongeurs, la lutte contre les insectes rampants, dans plus de 5000 km de réseaux d’assainissement, le traitement de 50.000 km de boulevards et de rues contre les insectes et la capture de plus de 30.000 chiens errants.

À tout cela s’ajoute le traitement de plus de 800 hectares de terres vierges contre les rats et les insectes rampants, la mise en place d’une ceinture sanitaire autour de la ville de Casablanca pour lutter contre les chiens errants, ainsi que la lutte contre les serpents et les insectes toxiques.

La même source signale qu’un numéro vert a été mis en place par les responsables du projet, le 08.00.00.45.45, ainsi qu’une application, « Casa mdinti« , afin de recevoir les requêtes et les réclamations.


À lire aussi:

Une fillette gravement malade prise en charge par le ministère de la Santé

in National/Santé/Société
Une fillette gravement malade prise en charge par le ministère de la Santé

Une vidéo largement partagée sur les réseaux sociaux a fait réagir le Ministre de la Santé.


Une fillette atteinte d’une maladie depuis sa naissance a finalement été admise lundi dernier à l’hôpital provincial de Khémisset après la dégradation de son état de santé, a annoncé le ministère de la Santé dans un communiqué.

Aussitôt informé du cas de la fillette, Z. K., suite à la diffusion d’une vidéo à ce sujet sur les réseaux sociaux, le ministère a décidé de prendre en charge les frais de traitement et d’hospitalisation de la patiente, âgée de 8 ans, au regard de la situation sociale de sa famille sachant que son père ne dispose ni de la carte Ramed, ni de couverture maladie.

La fillette a ainsi subi des examens aux urgences sous la supervision d’un médecin spécialisé en chirurgie pédiatrique, de même qu’elle a reçu tous les premiers soins nécessaires, dont les analyses en laboratoire, les examens de radiologie et d’échographie, a précisé le communiqué, ajoutant que des traitements topiques au niveau du pied lui ont été administrés, au même titre que des antibiotiques par voie intraveineuse.

Dès que son état de santé s’est stabilisé, la patiente a été transférée au Centre hospitalier universitaire (CHU) Ibn Sina de Rabat pour un examen IRM (Imagerie par résonance magnétique) afin de diagnostiquer la maladie et d’identifier les approches appropriée de prise en charge médicale et chirurgicale.

Selon la même source, elle bénéficie actuellement d’un suivi socio-médical au service de pédiatrie de l’Hôpital provincial de Khémisset, avant de voir, lundi, un spécialiste en neurochirurgie au CHU Ibn Sina.


À lire aussi:

Rapatriement des dépouilles des marocains tués dans un raid à Tajoura, près de Tripoli

in International/National/Société

Le consulat général du Maroc à Tunis a annoncé avoir entamé l’opération de rapatriement des Marocains tués la semaine dernière dans un raid aérien contre un centre de migrants à Tajoura (11 kilomètres à l’est de Tripoli).


Dans un communiqué, le consulat a ajouté avoir « engagé, en coordination avec le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le ministère délégué chargé des Marocains Résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration, les procédures de rapatriement des corps, qui s’étalera sur 3 étapes, à partir du vendredi 12 juillet 2019 ».

La même source a rappelé que le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a informé les familles des victimes de la date de décès de leurs fils et de l’arrivée des dépouilles à l’aéroport international Mohammed V de Casablanca.

Le communiqué a fait savoir que le consulat général du Royaume à Tunis poursuit ses contacts avec les autorités marocaines et libyennes pour parachever les procédures de détermination de l’identité des victimes et de leur rapatriement.


Le consulat, qui poursuit également sa coordination avec le croissant rouge libyen, a entrepris des contacts avec les Marocains blessés pour s’assurer de leur état de santé dans l’attente du parachèvement des procédures de leur évacuation vers le Maroc.

Tout en réitérant ses condoléances les plus attristées pour ces disparitions tragiques, il dit partager toute la détresse des familles et les invite à se manifester à l’une des 2 cellules mises en place auprès du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (00212613500678) et auprès du Consulat Général du Royaume à Tunis (0021698765801).

Un premier bilan préliminaire avait fait état de sept morts, huit blessés et trois portés-disparus parmi les 18 Marocains présents au centre lors de cette frappe aérienne, rappelle-t-on.


À lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils