Dernières nouveautés Choix de l'éditeur

Le parquet déclare la guerre aux camions surchargés

in Uncategorized
Camion surchargé
Par Mohamed Younsi le 18/10/2019 à 19h46

Camion surchargé

© Copyright : DR

Kiosque360. Le parquet général vient d’adresser une circulaire aux procureurs généraux et procureurs du roi les appelant à appliquer vigoureusement les lois régissant le transport routier de marchandises. Toute surcharge est désormais sévèrement sanctionnée. Explications.

Pour remettre de l’ordre dans le secteur du transport routier des marchandises, Mohamed Abdennabaoui, président du parquet général, a recouru à l’arme de la loi. En effet, son institution vient d’adresser une circulaire aux procureurs généraux du roi près les cours d’appel et aux procureurs du roi près les tribunaux de première instance, les appelant à appliquer strictement la loi régissant le secteur du transport routier de marchandises. Aucun laxisme n’est désormais permis et toute infraction dans ce sens sera sévèrement sanctionnée, rapporte le quotidien Al Ahdath Al Maghribia dans son édition du week-end des 19 et 20 octobre.

 

Ainsi, le dépassement du poids total en charge autorisé de 40%, inscrit sur le certificat d’immatriculation, est pénalisé d’une amende variant entre 1200 et 2000 dirhams. Cette amende est appliquée par tonne transportée en excès. Et en cas de récidive, le contrevenant paiera le double de l’amende en question, selon les dispositions de l’article 177 du code de la route, précisent les sources du quotidien.

 

La circulaire du parquet général fait remarquer que la mise en application d’une précédente circulaire adressée aux mêmes responsables le 8 mars 2018 aurait souffert de laxisme. Aujourd’hui, il n’est plus permis de fermer les yeux sur ces dépassements qui nuisent à la chaussée et aux infrastructures routières, présentent des dangers pour la circulation et impactent l’environnement et les ponts.

 

C’est pour cela, souligne le quotidien, que le parquet général a interpellé les procureurs généraux du roi près les cours d’appel et les procureurs du roi près les tribunaux de première instance afin de faire un suivi des jugements rendus dans ces affaires et d’interjeter appel dans les cas où les sentences ne seraient pas à la hauteur des infractions.

 

De plus, des compte-rendus comportant les statistiques et toutes les données relatives à ces affaires devraient être communiqués au parquet général tous les trois mois. Enfin, rappelle le quotidien, les professionnels du transport routier des marchandises ont tenu samedi 12 octobre une réunion avec le ministre de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau. Lors de cette rencontre, les deux parties ont abordé les différentes contraintes qui entravent leurs activités. Il s’agit de la dernière hausse du prix du gasoil et ses répercussions négatives sur la compétitivité des entreprises du transport, de la problématique du sur-tonnage et des conditions d’accès à la profession.
 

Par Mohamed Younsi



lire la suite

Loi de Finances: Benchaâboun réunit patronat et syndicats

in Uncategorized
Mohamed Benchaâboun
Par Fayçal Ismaili le 13/10/2019 à 20h12

Mohamed Benchaâboun

Mohamed Benchaâboun, ministre de l’Economie et des Finances

© Copyright : DR

Kiosque360. Les secrétaires généraux des syndicats les plus représentatifs, ainsi que la direction de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), ont été conviés, ce lundi, à une réunion avec comme principal point à l’ordre du jour le projet de loi de Finances (PLF2020).

Cela ressemble à un nouveau round de dialogue social, mais ce n’en est pas un. Le chef de gouvernement reçoit l’argentier du Royaume, devenu également responsable de l’administration publique, et les partenaires sociaux, peut-on lire dans les colonnes du quotidien Aujourd’hui le Maroc du 14 octobre.

 

En effet, les secrétaires généraux des syndicats les plus représentatifs, ainsi que la direction de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), ont été conviés à une réunion ce lundi, avec comme principal point à l’ordre du jour le projet de loi de Finances (PLF2020). Certaines sources syndicales approchées restent cependant suspicieuses. Et pour cause. Selon elles, les dés de la prochaine loi de Finances sont déjà jetés et elles craignent ainsi que la réunion ne se transforme en une réunion protocolaire convoquée à la veille de la présentation du projet de budget vendredi prochain, au Parlement.

 

De même, le retard de la mise en œuvre de certains points contenus dans l’accord rend le climat de suspicion encore plus fort. Cela dit, les syndicats et le patronat semblent partager le même point de vue sur les chantiers à ouvrir pour le gouvernement, à commencer par la réforme de l’impôt sur le revenu (IR), pour aller vers plus de souplesse en faveur des classes moyennes.

 

Les syndicats devraient également soulever la question de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et son impact sur le pouvoir d’achat. A noter enfin que les grandes orientations du prochain budget viennent d’être approuvées à l’occasion du dernier Conseil des ministres.

Par Fayçal Ismaili



lire la suite

Le gouvernement El Othmani II vu par la presse

in Uncategorized
Le gouvernement El Othmani II vu par la presse

Kiosque360. Cela fait plus de 70 jours que la presse locale scrute en continu les moindres gestes, paroles et réunions de Saâd-Eddine El Othmami, tentant d’y déceler les contours de son équipe en gestation. L’accouchement a finalement eu lieu ce 10 octobre, et la presse ne semble pas trop emballée.

Après plus de deux mois de pronostics, de spéculations et parfois de prophéties sur ce que sera le gouvernement remanié de Saâd-Eddine El Othmani, la presse quotidienne arabophone de ce vendredi 11 octobre est largement revenue sur l’équipe des 23 qui a été divulguée dans l’après-midi du 10 octobre.

 

Cachant mal sa déception face à un gouvernement où le PJD reste présent en force, le quotidien Al Akhbar, qui analyse «les coulisses du gouvernement le plus réduit de l’Histoire du Maroc», trouve néanmoins beaucoup de points positifs à la nouvelle équipe. A commencer par le débarquement d’une vingtaine de ministres du navire gouvernemental, même si les nouveaux visages se limitent à quelque 6 “novices”, dont quatre femmes.

 

Le second avantage du nouveau gouvernement serait, toujours selon Al Akhbar, le grand nombre de ministres et compétences non-partisans, qui de surcroît occupent des départements stratégiques, et ce en réponse à la volonté du roi Mohammed VI d’injecter les compétences au sein de tous les étages supérieurs de l’administration en vue d’assurer un bon pilotage des chantiers de réforme en cours et du nouveau modèle de développement en phase d’élaboration. 

Le troisième point positif de ce remaniement serait la fin de l’éparpillement des secteurs d’un même domaine entre plusieurs ministères. L’homogénéité est désormais la règle, estime Al Akhbar qui salue l’adjonction de la culture au département de la Jeunesse et des sports, et l’élimination du ministère de la Communication qui n’a pas le droit d’être face aux institutions ad hoc, comme la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HACA) et le Conseil national de la presse. Et ce, même si cette agrégation des secteurs du même domaine a donné lieu à de gros ministères comme celui du Tourisme, du transport aérien, de l’artisanat et de l’économie sociale.

 

Des «super-ministères qui ont la peau dure» titre, pour sa part, le quotidien Al Massae qui explique cet état de fait par la réduction drastique du nombre de portefeuilles ministériels. De même, estime ce quotidien, il est fort probable qu’une telle équipe aura à gérer les affaires publiques en gardant un oeil sur le grand tournant que pourra constituer l’horizon 2021 et ses échéances électorales.

 

Mais c’est à un tout autre son de cloche que l’on a droit dans les colonnes d’Assabah qui consacre un dossier de plusieurs pages au nouveau gouvernement. En effet, ce quotidien rapporte que le «plat du remaniement» servi par El Othmani n’a pas été fidèle aux attentes que l’opinion espérait, car le chef du gouvernement a semblé ne pas avoir compris les instructions royales déclinées dans les récents discours du trône et lors de l’anniversaire de la révolution du roi et du peuple. Rareté des nouveaux visages et, par ricochet, des compétences pointues, telle est la principale tare du nouveau gouvernement.

 

Le constitutionnaliste Rachid Lazrak a d’ailleurs déclaré à Assabah que cette équipe est toujours constituée d’un conglomérat de partis politiques hétéroclites, fédérés par un semblant de consensus politique qui dénote une fausse coalition gouvernementale. Résultat des courses: la fuite en avant, voire la fuite des responsabilités tout court, pourrait rester de mise, met en garde le politologue. Ce dernier ne cache pas qu’il aurait préféré un gouvernement mené par une locomotive de technocrates.

 

Les mêmes critiques, on les retrouve également dans les colonnes d’Al Ahdath Al Maghribia, dont le dossier s’est également appuyé sur les analyses d’experts en science politique. Ainsi Omar Cherkaoui, professeur de droit constitutionnel, pour ne citer que lui, estime que le nouveau gouvernement n’a pas vraiment apporté de nouveau puisque la structure a très peu changé, alors que la colonne vertébrale est restée intacte.

 



lire la suite

Viandes rouges: les circuits parallèles inondent les marchés de Casablanca

in Uncategorized
Viandes rouges
Par Hassan Benadad le 08/10/2019 à 19h59

Viandes rouges

© Copyright : DR

Kiosque360. Les réseaux de commercialisation de la viande rouge provenant de l’abattage clandestin contrôlent aujourd’hui plus de 70% des marchés de Casablanca. Cette viande provient notamment des souks de Tit Mellil, Mediouna, Bouskoura, Tamaris, Had Soualem et Louizia, près de Mohammedia.

La production annuelle des abattoirs urbains de Casablanca a régressé, passant de 28.500 à 21.000 tonnes, en raison de la hausse de la production de viande dans les souks de Tit Mellil, Mediouna et Had Soualem. Les professionnels du secteur expliquent cette baisse par la prolifération des réseaux de distribution de la viande issue des abattages clandestins en provenance, notamment, des centres de Derb Ghallef, Oulfa et Chellalat, dans la région de Mohammedia. Les mêmes sources indiquent que ces viandes sont écoulées à grande échelle par les boucheries dans les quartiers populaires de Derb Sultan, Hay El Hassani et Hay Mohammedi. 

 

La consommation de cette viande, ajoutent les professionnels du secteur, constitue un danger pour la santé des citoyens. Ce produit est malheureusement très prisé par les Bidaouis à cause de son prix relativement bas par rapport à celui des viandes provenant des abattoirs urbains. La consommation des viandes rouges à Casablanca dépasse les 100.000 tonnes annuellement. C’est dire que plus de 73.000 tonnes proviennent du trafic des viandes dans les souks, principalement ceux de Tit Mellil, Mediouna, Bouskoura, Tamaris, Had Soualem et Louizia, dans la région de Mohammedia.

 

Le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte, dans son édition du mercredi 8 octobre, que les professionnels du secteur indiquent que les réseaux de distribution des viandes de souks et d’abattage clandestin contrôlent aujourd’hui plus de 70% des marchés de viandes à Casablanca. Il y a six mois encore, le taux d’approvisionnement assuré par les marchés non contrôlés (abattage clandestin et transport illégal des viandes) ne dépassait pas les 60%. Encore faut-il rappeler que la commercialisation des viandes de souks est formellement interdite dans le périmètre urbain de Casablanca. Malgré les multiples campagnes de lutte contre ce trafic dangereux pour la santé des citoyens et la saisie des viandes non contrôlées, la capitale économique demeure inondée par les circuits parallèles.
 

L’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a certes procédé au marquage indiquant la qualité des viandes rouges dans les abattoirs communaux et les souks hebdomadaires mais, faute de moyens humains et matériels, ce contrôle reste aléatoire. Autant dire que la «contrebande de viande» continue de prospérer, même si ce délit est passible de 6 mois à 5 ans d’emprisonnement et d’une amende allant de 50.000 à 100.000 dirhams.

Par Hassan Benadad



lire la suite

Suite à la visite du Pape François au Maroc, le Royaume est à l’honneur au Vatican

in Uncategorized
pape-bourita
Par Le360 (avec MAP) le 05/10/2019 à 18h47

pape-bourita

Le Pape recevant le MAECI, Nasser Bourita. 

© Copyright : DR

Sur Instructions du Roi Mohammed VI, une délégation marocaine de haut niveau a pris part, samedi au Vatican, au Consistoire tenu pour marquer l’élévation par le Pape François de 13 nouveaux Cardinaux, dont M. Christobal Lopez Romero, qui officiait jusque là comme Archevêque de Rabat.

La délégation marocaine était composée du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita, du ministre des Habous et des Affaires islamiques, M. Ahmed Toufiq et de l’ambassadeur de SM le Roi auprès du Vatican, Mme Rajae Naji.

 

Au cours d’une audience accordée à la délégation marocaine à cette occasion, un message écrit adressé par SM le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine a été remis au Pape François.

 

 

Dans une déclaration à la MAP à l’issue de cette audience, M. Bourita a précisé que “le message royal a réitéré la satisfaction de Sa Majesté le Roi, Amir Al Mouminine, Que Dieu L’assiste, de la visite du Pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019, une visite historique par sa symbolique, son déroulé et ses résultats”.

 

Il a affirmé que “la décision du Pape François d’élever l’Archevêque de Rabat à la haute dignité de Cardinal, intervient dans la suite de la visite historique du Souverain pontife dans le Royaume et inscrit dans la durée la convergence des deux Souverains sur les idéaux de la foi agissante, du vivre-ensemble, de la compassion, de la co-connaissance et du service des plus démunis”.

 

Le Maroc, a souligné M. Bourita, “est ainsi mis à l’honneur dans ces cérémonies, à travers l’élévation de l’Archevêque de Rabat, M. Cristobal Lopez Romero, qui, pendant plus de dix années passées au Maroc, s’est imprégné d’une connaissance intime de notre pays et de sa culture ouverte et humaniste, et a été témoin de son islam modéré et tolérant”.

 

“Le Cardinal saura, assurément, au sein du collège des Cardinaux, être porteur non seulement d’un message de foi, mais aussi d’un message d’ouverture et de co-connaissance”, a ajouté le ministre.
 

Par Le360 (avec MAP)



lire la suite

Dettes et corruption gangrènent le foot algérien

in Uncategorized
Corruption dénoncée dans les gradins algériens
Par Ismail El Fassi le 03/10/2019 à 20h02

Corruption dénoncée dans les gradins algériens

© Copyright : DR

Kiosque360. La victoire de l’Algérie à la CAN 2019 est un arbre qui cache la forêt du football local. Malgré l’entrée dans l’ère du professionnalisme en 2010, le football est gangréné par des facteurs structurels. Explications.

Par Ismail El Fassi



lire la suite

Météo. Il fera chaud ce mardi 1er octobre, jusqu’à 45°C dans le Souss et le Sahara

in Uncategorized
Ras El Ma, pont romain
Par Le360 (avec MAP) le 01/10/2019 à 08h00

Ras El Ma, pont romain

Pont romain de la source de Ras El Ma, près de Chefchaouen. 

© Copyright : DR

Voici les prévisions météorologiques pour la journée de ce mardi 1er octobre 2019, établies par la direction de la météorologie nationale.

– Temps assez chaud à chaud sur les plaines intérieures, le Souss, le sud-est et l’intérieur des provinces du Sud.

 

– Nages bas la nuit et la matinée avec brume ou brouillard près des côtes.

 

– Temps stable avec nuages cumuliformes sur les reliefs de l’Atlas et ciel clair à peu nuageux ailleurs.

 

– Chasse-sables possibles sur l’extrême sud.

 

– Vent modéré à localement assez fort de nord à est sur les provinces sud, de nord à ouest sur l’Oriental et les côtes centre et faible à modéré de nord à ouest ailleurs.

 

– Températures minimales de l’ordre de 12/17°C sur les reliefs, 22/27°C sur le Saiss, les plaines à l’ouest de l’Atlas, les régions centre, le sud-est et l’ouest des provinces du Sud, 27/32°C sur l’extrême sud-est et de 17/22°C ailleurs sur le pays.

 

– Températures maximale de l’ordre de 25/30°C sur les reliefs et près des côtes, 30/35°C sur l’Oriental, le Saiss et les plaines atlantiques, 35/40°C sur les plaines à l’ouest de l’Atlas et les versants sud-est et de 40/45°C sur le Souss, l’intérieur des provinces du Sud et sur l’extrême sud-est du pays.

 

– Mer belle à peu agitée sur la Méditerranée et le Détroit, agitée entre Mehdia et Tarfaya et peu agitée à agitée ailleurs.

Par Le360 (avec MAP)



lire la suite

Voici le montant que propose Lille pour Jabrane

in Uncategorized
Yahia jabrane
Par Le360sport le 28/09/2019 à 17h56

Yahia jabrane

© Copyright : DR

On en sait un peu plus au sujet de l’offre de Lille pour Yahya Jabrane, le milieu de terrain du Wydad. Voici la somme proposée par les Français pour attirer le joueur.

Par Le360sport



lire la suite

Météo. Voici le temps de ce jeudi 26 septembre 2019

in Uncategorized
Agadir
Par Le360 (avec MAP) le 26/09/2019 à 06h54

Agadir

Agadir, capitale du Souss.  

© Copyright : DR

Voici les prévisions météorologiques pour la journée de ce jeudi 26 septembre 2019, établies par la direction de la météorologie nationale.

– Temps relativement chaud sur les plaines à l’Ouest de l’Atlas, le Sud-est et l’intérieur de Souss et des provinces du Sud.

 

– Formations brumeuses et nuages bas la nuit et la matinée sur les côtes Nord et Centre.

 

– Nuages cumuliformes l’après-midi et la soirée sur les reliefs de l’Atlas et les versants sud-est avec orages isolés.

 

– Temps stable avec ciel peu nuageux à clair ailleurs.

 

– Vent modéré de nord sur les côtes sud et faible à modéré, de nord à ouest partout ailleurs.

 

– Températures minimales de l’ordre de 10/16°C sur les reliefs, de 22/27°C sur le sud-est et le sud et l’Est des provinces sahariennes, et de 16/20°C ailleurs.

 

– Température maximale de l’ordre de 24/30°C sur les reliefs et près des côtes, de 30/35°C sur l’Oriental, les plaines Nord, le Rif et le Nord ouest des provinces Sud, de 35/40°C sur le Saiss, les plateaux de phosphates et d’oulmès, les plaines de Tadla, Rhamna, l’intérieur du Souss et les versants Sud-est, et de 39/42°C sur le sud-est et l’est et le sud des provinces Sahariennes.

 

– Mer belle à peu agitée sur la Méditerranée et le détroit, peu agitée à forte entre Mehdia et Tan Tan ainsi qu’agitée au sud.

Par Le360 (avec MAP)



lire la suite

Droit de grève: retour à la case tensions entre le gouvernement et les syndicats

in Uncategorized
syndicats dialogue social
Par Mohamed Deychillaoui le 23/09/2019 à 19h29

syndicats dialogue social

Un round du dialogue social. 

© Copyright : DR

Kiosque360. Et rebelote! Pour les principales centrales syndicales, le projet de loi organisant le droit de grève est inacceptable dans sa mouture actuelle. Elles exigent son passage préalable, pour discussions approfondies, par la table du dialogue social tripartite.

Avec l’approche de la prochaine rentrée parlementaire, le bras de fer qui oppose le gouvernement et les principales centrales syndicales, sur le projet de loi organisant le droit de grève, remonte à la surface.

 

Selon le quotidien Al Massae du mardi 24 septembre, les relations entre les deux partenaires risquent de s’envenimer à nouveau, au cas où ce texte, déjà transmis par le gouvernement au Parlement, n’est pas retiré. En effet, et comme l’affirme une source syndicale au journal, «il est impossible d’accepter ce projet loi dans sa mouture actuelle, car il constitue une entrave à l’exercice du droit de grève, seul moyen d’exprimer le mécontentement et les revendications de la classe des travailleurs et des fonctionnaires».

 

Al Massae rappelle que l’Union marocaine du travail (UMT) a clairement exprimé sa position vis-à-vis du projet de loi sur la grève, qu’elle dit rejeter dans ses forme et fond actuels, au même titre d’ailleurs que le projet de loi organisant les «syndicats professionnels». Pour la centrale de Miloudi Moukharik, seuls un dialogue direct avec les syndicats et une concertation tripartite (patronat, gouvernement, syndicat) peuvent constituer la bonne méthode de confection de ce projet de loi sur le droit de grève, afin qu’aucune partie ne soit lésée.

 

Même son de cloche chez la Confédération démocratique du travail (CDT) qui fustige l’unilatéralisme de la confection d’une loi, où les premiers concernés auxquels elle est destinée n’ont pas été consultés.

In fine, les deux principales centrales syndicales s’accordent à dire que tout projet de loi, à caractère social, doit obligatoirement faire l’objet d’une concertation, puis d’un accord, entre les différents partenaires sociaux, exactement comme cela a été fait avant l’adoption de l’actuel Code du travail.

Par Mohamed Deychillaoui



lire la suite

Go to Top