Dernières nouveautés Choix de l'éditeur

Infantino réelu pour un deuxième mandat

in Uncategorized
Infantino réelu pour un deuxième mandat

Gianni Infantino reste aux commandes de la FIFA. Attendue, sa réélection comme président de la fédération internationale de football a été actée par une acclamation des 211 fédérations membres, mercredi, lors du 69e congrès de la FIFA qui se tient à Paris. Son deuxième mandat à la tête de la FIFA va durer jusqu’en 2023.

Infantino rempile. Comme attendu, le président de la FIFA Gianni Infantino, seul candidat en lice, a été réélu pour un deuxième mandat à la tête de l’instance jusqu’en 2023, mercredi à Paris lors du 69e Congrès de la fédération internationale de football qui s’est tenu à la porte de Versailles.

Le dirigeant suisse, qui a succédé en 2016 à Sepp Blatter, a été élu par acclamation devant les 211 fédérations membres, à deux jours du match d’ouverture du Mondial-2019 féminin en France (7 juin-7 juillet).

Un Mondial 2018 en Russie sans fautes, « la meilleure édition de l’histoire », l’introduction de l’assistance vidéo à l’arbitrage, la « meilleure innovation des dernières décennies », ou encore un Mondial 2026 à 48 équipes attribué « sans problèmes » au trio Etats-Unis/Canada/Mexique… Le bilan d’Infantino a convaincu, sans surprise, les 211 fédérations membres de renouveler son mandat.

« Ces trois dernières années n’ont pas été parfaites. J’ai fait des erreurs, certainement, j’ai essayé d’améliorer les choses pour qu’elles soient meilleures », a déclaré le président de la FIFA dans son discours inaugural exprimé en quatre langues (français, allemand, anglais, espagnol).

« Mais aujourd’hui, en ce jour d’élection, personne ne parle de crise, de scandales, ou de corruption. On parle d’une organisation qui parle de football (…) qui, aujourd’hui, est synonyme de crédibilité, de confiance, d’intégrité », s’est-il félicité.

Avec la mise en place de réformes institutionnelles pour « une bonne gouvernance », après le scandale de corruption qui a entraîné la démission de Blatter (limitation de la durée des mandats…), M. Infantino a vanté son bilan dans ce domaine.

Tolérance zéro pour la corruption

« Il n’y a plus de possibilités pour la corruption. C’est tolérance zéro ! Ce qui s’est produit ne doit plus se répéter. Cela doit être clair pour ceux qui sont dans cette salle et en dehors », a-t-il prévenu.

Il s’est aussi réjoui de la « solidité financière » de son organisation, qui a vu ses revenus passer de 4,6 milliards à 6,4 milliards de dollars (de 4,08 à 5,7 Mds d’euros) sur le cycle 2015-2018, « dans une période où personne ne voulait s’associer avec la FIFA. »

« Nous ne devons pas avoir honte de devoir développer les recettes, c’est notre mission », a ajouté le dirigeant, citant l’élargissement de la Coupe du monde de 32 à 48 équipes en 2026, ou la création d’une « nouvelle Coupe du monde des clubs », dont l’édition pilote aura lieu en 2021.

A deux jours du match d’ouverture du Mondial-2019 féminin (7 juin-7 juillet), M. Infantino a aussi rappelé qu’il était à l’origine de la création « d’une division dédiée » au foot féminin à la FIFA, et de la nomination d’une femme, la Sénégalaise Fatma Samoura, pour le poste de secrétaire générale.

« Nous avons 20% de femmes présentes dans tous les commissions de la FIFA. Seulement 20% ? Oui, mais avant ce n’était que 4% ! Nous devons être meilleurs dans ce domaine, nous le serons », a-t-il promis.

« Aucune légitimité » selon Platini

Pourtant, le style de gouvernance de l’ancien secrétaire général de Michel Platini à l’UEFA, sa propension à s’entourer d’une garde rapprochée qui ne s’opposera jamais à lui et sa volonté d’avancer à tout prix sans se soucier des mises en garde, posent question dans l’univers feutré des instances.

« C’est un très bon juriste, un très bon secrétaire général, mais il n’a aucune légitimité, il n’est pas crédible comme président de la FIFA », avait lâché lundi Michel Platini devant plusieurs journaux européens.

« Comment peut-il venir promouvoir le football féminin alors qu’il s’en est toujours moqué ? Il n’y a jamais cru », avait ajouté l’ancien N.10 des Bleus, toujours suspendu de toutes activités liées au football.

Soupçonné de relations privilégiées avec le procureur général suisse Michael Lauber, celui-là même qui a enquêté sur la FIFA, Infantino a aussi subi plusieurs coups d’arrêt sur des dossiers qui lui tenaient à coeur.

Il a dû renoncer il y a quelques jours, face aux complications logistiques et géopolitiques, à élargir le Mondial-2022 au Qatar de 32 à 48 équipes.

Quant à son projet de Coupe du monde des clubs à 24 équipes dès juin 2021, il a certes été adopté par le Conseil de la FIFA en mars à Miami, mais sans les voix de l’UEFA qui y voit notamment une concurrence face à sa réforme de la Ligue des champions. L’opération séduction peut officiellement continuer.

MN

La date de la prochaine rentrée scolaire connue

in Uncategorized
La date de la prochaine rentrée scolaire connue

Maroc

La date de la prochaine rentrée scolaire connue

Grâce royale au profit de 755 personnes

in Uncategorized
Grâce royale au profit de 755 personnes

A l’occasion de l’Aïd Al Fitr, le Roi Mohammed VI a accordé Sa grâce à 755 personnes, dont certaines sont en détention et d’autres en liberté, condamnées par les différents tribunaux du Royaume, indique un communiqué du ministère de la Justice.

Voici le texte du communiqué:

« A l’occasion de l’Aïd Al Fitr de cette année 1440 H. – 2019 G, Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu perpétue Sa gloire, a bien voulu accorder Sa grâce à un ensemble de personnes condamnées par différents tribunaux du Royaume. Ces personnes sont au nombre de 755 et se présentent comme suit :

Les bénéficiaires de la grâce Royale qui sont en détention sont au nombre de 576 détenus se répartissant comme suit :

Grâce sur le reliquat de la peine d’emprisonnement au profit d’un (01) détenu.

Remise de la peine d’emprisonnement ou de réclusion au profit de 554 détenus.

Commutation de la peine de mort en peine perpétuelle ou à temps au profit de 02 détenus.

Commutation de la peine perpétuelle en peine à temps au profit de 19 détenus

+ Les bénéficiaires de la grâce Royale qui sont en liberté sont au nombre de 179 personnes se répartissant comme suit :

Grâce sur la peine d’emprisonnement ou son reliquat au profit de 48 personnes.

Grâce sur la peine d’emprisonnement avec maintien de l’amende au profit de 05 personnes.

Grâce sur les peines d’emprisonnement et d’amende au profit de 06 personnes.

Grâce sur la peine d’amende au profit de 120 personnes.

Et en cette heureuse occasion, Sa Majesté le Roi, que Dieu perpétue Sa gloire, a bien voulu accorder Sa grâce à 11 personnes parmi les condamnés dans des affaires d’extrémisme et de terrorisme ayant participé à la troisième édition du programme « Réconciliation » (Moussalaha) qui intervient en réponse aux demandes de grâce que ces détenus soumettent à Sa Majesté, que Dieu L’assiste et Le glorifie, après avoir officiellement annoncé leur rejet de toute forme d’extrémisme et de terrorisme, ainsi que leur ferme attachement aux constantes et aux sacralités de la Nation et aux institutions nationales.

Les bénéficiaires de cette haute initiative Royale sont répartis comme suit:

Grâce sur le reliquat de la peine d’emprisonnement au profit de 08 détenus

Commutation de la peine perpétuelle en peine à temps au profit d’un (01) détenu

Remise de la peine d’emprisonnement au profit de 02 détenus.

Et pour la même occasion, et en considération des circonstances familiales et humaines des personnes condamnées dans le cadre des évènements de la région d’Al Hoceima et Jerada, et en concrétisation de la volonté Royale dans toutes les occasions, Sa Majesté le Roi a octroyé Sa grâce royale à plusieurs personnes condamnées qui n’ont pas commis des crimes et des actes graves lors de ces évènements, dont le nombre est de 107 se répartissant comme suit:

Grâce sur la peine au profit de 60 détenus dans le cadre des évènements de la région d’Al Hoceima

Grâce sur la peine au profit de 47 détenus dans le cadre des évènements de la région de Jerada

Puisse Dieu garder Sa Majesté le Roi, source de clémence et de miséricorde, perpétuer Sa gloire et préserver Son Altesse Royale le Prince Héritier Moulay Al Hassan, ainsi que tous les membres de la famille Royale ».

Avec MAP

Sponsoring : Maroc Telecom quitte le Botola

in Uncategorized
Sponsoring : Maroc Telecom quitte le Botola

Sport

Sponsoring : Maroc Telecom quitte le Botola

Conseil des ministres : un nouveau président à la tête du CIH

in Uncategorized
Conseil des ministres : un nouveau président à la tête du CIH

Maroc

Conseil des ministres : un nouveau président à la tête du CIH

Mohammed VI a présidé un Conseil des ministres

in Uncategorized
Mohammed VI a présidé un Conseil des ministres

Le Roi Mohammed VI, a présidé, mardi au Palais Royal à Rabat, un Conseil des ministres, au cours duquel il a été procédé à l’approbation de plusieurs textes juridiques et nombre d’accords internationaux, indique un communiqué du porte-parole du Palais Royal, M. Abdelhak El Mrini.

En voici la traduction :

« Le Roi Mohammed VI, a présidé ce 4 juin 2019 au Palais Royal à Rabat, un Conseil des ministres, au cours duquel il a été procédé à l’approbation de plusieurs textes juridiques et nombre d’accords internationaux.

Au début des travaux du Conseil, Monsieur le ministre de la Justice a présenté un exposé sur la mise en conformité de certaines dispositions de la loi organique fixant les conditions et modalités de l’exception d’inconstitutionnalité d’une loi, avec la décision de la cour constitutionnelle n° 70/18. 

Dans sa décision, la Cour Constitutionnelle a déclaré que les dispositions de la loi organique précitée sont conformes à la Constitution, à l’exception de certaines de ses dispositions.

Dans ce cadre, la version réaménagée du projet de loi organique précité comporte les dispositions qui ont été mises en conformité avec la décision de la Cour constitutionnelle qu’elle avait déclaré non conformes à la Constitution. Ces dispositions concernent en particulier la procédure de filtrage et d’appréciation du caractère sérieux des requêtes par la Cour constitutionnelle, tout en lui accordant la prérogative de fixer les cas à examiner à huis clos, l’octroi au ministère public la qualité de partie au procès sujet de la requête, l’inscription de la disposition législative et des droits et liberté parmi les conditions qui doivent être examinées par le magistrat statuant sur la requête et la procédure de la mise en conformité de la décision de la cour. 

Par la suite, le Conseil des ministres a approuvé le projet de loi organique modifiant et complétant la loi organique relative à la nomination aux hautes fonctions.

Les principaux amendements contenus dans ce projet portent notamment sur :

– Le reclassement de l’Institut supérieur de la magistrature et de la « Caisse marocaine de l’assurance maladie », qui se substitue à la « Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale » (CNOPS), parmi les établissements publics stratégiques dont la nomination des responsables est délibérée en Conseil des ministres.

– L’ajout de « la Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales du personnel du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale » et de la « Fondation des Œuvres Sociales des Travaux Publics » à la liste des établissements publics dont les responsables sont nommés en Conseil de gouvernement.

Lors des travaux de ce Conseil des ministres, il a été également procédé à l’approbation du Projet de décret modifiant le décret portant réorganisation de l’École de la protection civile.

Ce projet de décret a pour objectifs de conférer aux élèves officiers, sous-officiers et agents de secours, tout au long de leur formation, le statut de fonctionnaires avec rémunération, ce qui permettra à la Direction Générale de la Protection Civile de les intégrer dans ses rangs à l’instar des Forces Auxiliaires.
Dans le cadre de la Haute sollicitude dont le Roi, Chef Suprême et Chef d’Etat-Major Général des Forces Armées Royales, ne cesse d’entourer les membres de ses Forces et améliorer leurs situations, le Conseil des ministres a adopté le projet de décret modifiant et complétant le Dahir fixant le traitement des personnels militaires à solde mensuelle des Forces Armées Royales et le projet de décret modifiant et complétant le décret fixant le régime de solde, alimentation et frais de déplacement des militaires à solde spéciale progressive des Forces Armées Royales ainsi que les règles d’administration et de comptabilité, y afférentes.

En outre, il a été procédé à l’adoption du projet de décret modifiant et complétant le décret fixant les conditions d’attribution des prestations familiales aux fonctionnaires, personnels militaires et agents de l’État, des municipalités et des établissements publics.

Ce projet de décret, qui s’inscrit dans le cadre des mesures prises à l’issue du dialogue social, a pour objectif d’augmenter les allocations familiales pour l’ensemble des fonctionnaires civils et militaires.

Dans le même cadre, il a été procédé à l’adoption du projet de décret modifiant le décret fixant les modalités d’application du statut particulier des Forces auxiliaires. Ce projet de décret a pour objectif de permettre aux membres des Forces auxiliaires de bénéficier de l’augmentation générale des salaires décidée pour l’ensemble des fonctionnaires dans le cadre du dialogue social.

Par ailleurs, et dans le cadre du renforcement des relations du Maroc avec plusieurs pays frères et amis et avec les groupements économiques régionaux et continentaux, le Conseil a approuvé dix-sept (17) accords internationaux, dont seize (16) supportés par des projets de loi. 

Il s’agit particulièrement de l’accord de partenariat dans le domaine de la pêche durable entre le Maroc et l’Union européenne, son Protocole de mise en œuvre et l’échange de lettres accompagnant ledit accord et l’accord sous forme d’Échange de lettres entre le Royaume du Maroc et l’Union européenne sur la modification des Protocoles n° 1 et n° 4 de l’Accord Euro-Méditerranéen établissant une association entre les Communautés Européennes et leurs Etats membres d’une part, et le Royaume du Maroc d’autre part, ainsi que l’accord portant création de la Zone de Libre-Échange Continentale Africaine (ZLECAF).

Les accords bilatéraux visent le renforcement de la coopération dans le domaine judiciaire notamment en matière pénale et de la lutte contre la criminalité, le domaine économique et commercial ainsi que les domaines de la défense, le tourisme, la navigation commerciale et le transport international routier.

Conformément aux dispositions de l’article 49 de la Constitution et sur proposition du Chef du gouvernement et à l’initiative du ministre de l’Économie et des Finances, le Roi a nommé :

– Monsieur Lotfi Sekkat, président directeur général du Crédit Immobilier et Hotellier ;

– Monsieur Abderrahim Chafii, directeur du Fonds de solidarité contre les événements catastrophiques. (MAP).

WAC/EST : la réunion reportée à mercredi

in Uncategorized
WAC/EST : la réunion reportée à mercredi

Sport

WAC/EST : la réunion reportée à mercredi

Go to Top