Dernières nouveautés Choix de l'éditeur

Guerre des drones dans le ciel de Marrakech: les autorités s’en mêlent

in Uncategorized
Drone
Par Mohamed Younsi le 19/08/2019 à 18h52

Drone

© Copyright : DR

Kiosque360. Le phénomène des drones survolant sans autorisation le ciel de Marrakech soulève moult interrogations chez la population et met les autorités compétentes en état d’alerte. Surtout que ces engins volants sont dotés de caméras sophistiquées.

Les drones envahissent le ciel de Marrakech. Ce phénomène commence à susciter des inquiétudes quant aux dangers que pourraient provoquer ces engins volants s’ils ne sont pas correctement pilotés à distance. De plus, ces appareils volants, qui survolent l’espace aérien de la ville, seraient dotés de caméras pointues qui pourraient filmer à distance et avec précision. Selon le quotidien Al Ahdath Al Maghribia, qui rapporte cette information dans son édition de ce mardi 20 août, ce phénomène a provoqué, dimanche, une alerte dans le corps de la gendarmerie royale, après l’apparition d’un engin piloté à distance qui survolait l’espace aérien de la ville, suscitant interrogations et inquiétudes chez la population de la ville Ocre.

 

Les investigations menées par les éléments de la gendarmerie royale ont conduit à l’interpellation du propriétaire de l’engin volant. Après interrogatoire, l’engin volant et ses équipements ont été saisis, alors que le mis en cause devait être déféré devant le parquet compétent. Ce phénomène commence prend de l’ampleur ces derniers temps, font remarquer les sources du quotidien. A ce propos, Al Ahdath rappelle que les autorités compétentes avaient déjà repéré et localisé un drone qui survolait à basse altitude la place emblématique de Jamaâ El afna, filmant les activités qui animaient l’espace. De même, l’ancienne médina de la ville a été le théâtre du survol d’un drone qui serait de la catégorie espionnage.

 

Les auteurs de ces pratiques, ajoutent les sources du quotidien, commencent à franchir les lignes rouges en lançant des drones dans des espaces jugés très sensibles. C’est le cas du drone qui a été repéré en train de survoler la résidence royale et ses parages dans la ville. Ce drone a été lancé par un touriste étranger à partir d’un site touristique. Ce qui a poussé le quotidien à s’interroger sur les circuits permettant à ces appareils d’être introduits dans le pays. Car, quel que soit son usage, le drone volant peut être dangereux s’il n’est pas correctement piloté.

Par Mohamed Younsi



lire la suite

Santé: une faculté de médecine et un CHU en chantier à Laâyoune

in Uncategorized
Hopital
Par Hassan Benadad le 17/08/2019 à 00h26

Hopital

© Copyright : DR

Kiosque360. Le ministère de l’Education nationale va construire une faculté de médecine à Laâyoune. Un projet qui rentre dans le cadre du plan de développement du Sahara marocain dont le coût est estimé à 77 milliards de dirhams.

Le ministère de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur va allouer un budget colossal pour la construction d’une faculté de médecine à Laâyoune. Le coût de ce marché, qui sera supervisé par le ministère de l’Equipement, est estimé à 218 558 000 dirhams.

L’ouverture des plis pour l’appel d’offres sera effectuée le 30 septembre au siège de la direction provinciale de l’équipement de Laâyoune. Cette faculté, qui dépendra de l’université Ibn Zahr, va faciliter la tâche aux étudiants du Sahara marocain qui n’auront plus à se déplacer à Agadir ou dans d’autres villes.

 

En parallèle, ce nouvel établissement donnera un grand élan à la région en fournissant des ressources humaines pour combler le déficit actuel, dans l’attente de la construction de structures sanitaires qui accompagneront la formation des étudiants. Le quotidien Al Massae rapporte, dans son édition du samedi 17 août, que la région connaitra  la réalisation de grands projets dans le cadre de la mise en œuvre du nouveau programme de développement. C’est ainsi qu’un centre hospitalier universitaire sera édifié avec des normes internationales et d’une capacité de 500 lits, dont le coût est estimé à 1,2 milliard de dirhams.

 

D’autres projets sont programmés dans ce secteur comme la construction d’un hôpital provincial à Tarfaya dont l’investissement s’élève à 78 millions de dirhams. L’enveloppe budgétaire allouée à la réalisation du nouveau modèle de développement des provinces du sud est estimée à 77 milliards de dirhams. Un investissement qui prévoit le doublement du produit intérieur brut local (PIB) et la création de 120 000 emplois. Sur le plan social, ce programme envisage une grande avancée dans le domaine de la formation et du développement humain afin de garantir l’équité et l’égalité des chances pour tous.

 

Pour ce faire, il est prévu la mise en œuvre de pôles d’excellence comme le CHU de Laâyoune avec un investissement de 1,2 milliard de dirhams et la création de la «Technopole» de Foum El Oued réservée à la formation et à l’invention avec un budget de 2 milliards de dirhams.

 

Le programme englobe aussi la réalisation de la route côtière rapide de Tiznit-Laâyoune-Dakhla, dont le coût de la première étape s’élève à 8,5 milliards de dirhams. Il est aussi prévu la construction du port de Dakhla situé à 70 kilomètres du centre ville avec une enveloppe budgétaire de 6 milliards de dirhams ainsi que le raccordement de Dakhla au réseau électrique national, dont le budget prévisionnel est estimé à 7,1 milliards de dirhams.

 

 

 

Par Hassan Benadad



lire la suite

Bébé échangé à la maternité Souissi à Rabat

in Faits divers/National/Société

Un autre scandale vient d’éclater à la maternité « Souissi », relevant du Centre hospitalier d’Ibn Sina de Rabat. Gardé pendant trois jours après sa naissance, au service de néonatalologie, un bébé de sexe féminin a été échangé avec un autre, de sexe masculin. La maman du premier refuse de quitter l’hôpital avant de faire effectuer un test d’ADN au nouveau-né.


Selon le Réseau marocain pour la Défense du droit à la santé et du droit à la vie, relayé par le site Belwadeh, la maman, qui est restée pendant neuf jours à l’hôpital, exige qu’on lui restitue sa fille ou que l’ADN du bébé de sexe masculin soit réalisé.

Suite aux protestations de la maman et de sa famille, la direction de l’hôpital a convoqué médecins et sages-femmes à une réunion, le vendredi 16 août 2019, afin de délibérer sur ce scandale qui n’est pas, apparemment, le premier de ce genre, dans l’établissement.

Le Réseau de Défense du droit à la santé et du droit à la vie dénonce l’attitude de l’administration de l’hôpital, qui, selon l’Association, a souvent recours à des communiqués qui ne servent qu’à tromper l’opinion publique. Elle demande au Ministère de la Santé et au Gouvernement d’assumer pleinement leurs responsabilités et d’intervenir afin de défendre les droits des familles marocaines.


>> A lire aussi:

Si vous prenez un vol Transavia ceci vous concerne

in International/National/Société
Si vous prenez un vol Transavia ceci vous concerne

Le Syndicat du Personnel navigant commercial de la Compagnie générale transsaharienne (PNC/CGT), Low cost Transavia France, lance un mouvement de grève, dès le vendredi 16 août 2019, jusqu’au 5 janvier 2020. Celui-ci dénonce un climat interne « déplorable » et la « mainmise d’Air France ». Ce faisant, cette grève risque de bloquer le retour au pays de bon nombre de Marocains.


Un grand nombre de Marocains risquent d’être bloqués dans leur pays de résidence à cause de la grève annoncée par le Syndicat du Personnel navigant commercial de la Compagnie générale transsaharienne (PNC/CGT), Low cost Transavia France. Ce mouvement d’humeur laisse pressentir de nombreuses perturbations du trafic dans les jours et les mois à venir, surtout avec le retour au pays de certains compatriotes. Le préavis de grève, rendu public, le mercredi 14 août 2019, au niveau de la compagnie française spécialisée dans le vol bon marché, en dit long. Il court du 16 août 2019 jusqu’au 5 janvier 2020

Les travailleurs, en ayant « assez d’être autant méprisés de toutes parts » condamnent leur mise à l’écart « de la table des négociations pour discuter de [leur] avenir ». A travers leur Syndicat, ils soulignent, en outre, que Transavia entre dans « la perversité des conséquences » d’un climat social « désastreux », avec une gestion humaine et matérielle jugée « catastrophique ». De ce qui précède, le Syndicat ne demande, en retour, à Transavia France que « de l’humanité et du respect à l’égard de l’ensemble de ses salariés », et de « leur garantir ainsi qu’à ses passagers une sécurité absolue à bord de ses avions ».

Du côté de la direction de Transavia France, on tente de rassurer. Celle-ci ne semble nullement inquiétée par ce préavis. Elle rassure de pouvoir faire « tout son possible pour maintenir son programme de vols ».

La dernière grève du PNC, menée par la CGT, chez Transavia, remonte à décembre dernier et avait duré deux jours.


À lire aussi:

Le japonais Yokogawa s’implante au Maroc

in Économie/International/National
Le japonais Yokogawa s’implante au Maroc

Le groupe nippon Yokogawa pose ses valises au Maroc. Celui-ci s’installe après l’implantation dans le Royaume de Toyo inc Group, un autre groupe industriel du pays du soleil levant.


Le leader mondial de l’instrumentation et de la maintenance industrielles réalise un chiffre d’affaires de 3,8 milliards de dollars (près de 35 milliards de dirhams) et emploie 18.300 personnes, par l’intermédiaire d’une centaine de filiales dont 17 sites de production, à travers le monde.

Les produits et les solutions de ce Groupe sont une référence mondiale en matière de systèmes numériques de contrôle/commande des équipements, d’acquisition de données dites SCADA, des instruments de terrain, des enregistreurs et des analyseurs de procédés. A cet effet, le groupe nippon compte sur sa nouvelle filiale, Yokogawa Africa Holding, pour augmenter sa base de clientèle au Maroc. Le Groupe entend s’attaquer également à divers secteurs économiques dont sont déjà issus ses milliers de clients, au niveau mondial, tels l’énergie, la chimie et la pétrochimie, la fabrication de médicaments, l’agro-alimentaire, la papeterie, la verrerie, la métallurgie, le traitement de l’eau et des déchets et l’environnement.

Au Maroc, le Groupe a changé de stratégie. Celui-ci ne compte plus opérer traditionnellement, comme dans d’autres contrées africaines, où il mise sur des distributeurs et d’intégrateurs, tel Metis Africa, qui couvrent une dizaine de pays subsahariens (Congo, Cameroun, Côte d’Ivoire, Gabon, Sénégal, etc). Le groupe japonais préfère plutôt s’attaquer directement au marché marocain, vu la taille et le potentiel de celui-ci, notamment, dans le sillage de sa stratégie industrielle volontariste.

Le Groupe Yokogawa, propriétaire de plus de 7.000 brevets déposés, a récemment intégré le dernier « Global 100 », l’indice mondial des 100 sociétés les plus performantes privilégiant le développement durable.


>> A lire aussi:

(Vidéo) Un MRE force le passage douanier au poste-frontière de Sebta

in Faits divers/International/MRE/National
(Vidéo) Un MRE force le passage douanier au poste-frontière de Sebta

Le poste-frontière de Sebta a été le théâtre d’une tentative de fuite d’un Marocain résidant à l’Étranger (MRE), qui a essayé de forcer le passage douanier, sans subir les points de contrôle.


Selon des témoignages sur place, rapportés par Alyaoum24, l’individu, qui était à bord d’une voiture immatriculée en Belgique, avait traversé à grande vitesse les points de contrôle de la police et de la douane, avant de violer le poste espagnol.

L’homme, qui a été finalement arrêté par les services douaniers espagnols, avait échappé à un poste de contrôle de la Gendarmerie royale, près de Marina Smir. Les témoins se demandaient comment il avait réussi à atteindre l’enclave espagnole, en dépit des nombreux postes de contrôle sur la route.

Cette question remet en cause l’efficacité et la compétence des services de contrôle marocains, ainsi que leur formation, s’est inquiété le site, surtout que l’individu a pu parcourir une quinzaine de kilomètres pour atteindre la frontière espagnole.





>> A lire aussi:

France : recrudescence des cambriolages commis par les mineurs isolés

in International/National/Société

Quinze interpellations ont eu lieu autour de Chantilly et Orry-la-Ville, ces derniers mois. Et, pour cause, la recrudescence des cas de cambriolage par des mineurs isolés dont des marocains.


En France, le Sud Oise vit au rythme des cambriolages à répétition. Deux individus ont été arrêtés, la semaine dernière, à Chantilly, pour tentative de cambriolage d’une maison de l’avenue du Maréchal-Joffre. L’un d’eux s’est présenté comme un mineur marocain, selon Le parisien.

A Orry-la-Ville, trois jeunes mineurs avaient été arrêtés, juste après avoir dérobé la caisse d’un magasin, en pleine nuit, quelques jours plus tôt.

A en croire les autorités, les cas de cambriolage se multiplient. Et, ce sont des personnes mineures, étrangères et sans domicile fixe, souvent en provenance de la région parisienne, qui en sont les auteurs. Au total, une quinzaine d’arrestations, pour des faits similaires ont eu lieu au cours de ces quatre derniers mois, dans le sud de l’Oise, précise la même source.

« Ça se passe principalement sur les communes de l’Aire cantilienne, à proximité des gares », indique le Commandant de la Compagnie de Chantilly, Nicolas Blot. Pour inverser la tendance, il assure qu’une surveillance accrue à ces endroits est organisée avec le concours des agents de la Sûreté ferroviaire. Selon lui, cette mesure dissuade les mineurs isolés car « généralement, quand ils nous voient, ils remontent dans le train et font demi-tour ».

Confiant qu’ « ils [mineurs isolés] sont très organisés », Henri Herry, le maire (SE) d’Orry-la-Ville, appelle ses concitoyens à redoubler de vigilance, en cette période, et à ne pas hésiter à regarder « ce qui se passe chez les voisins », en leur absence.


>> A lire aussi:

Voici le salaire de Vahid Halilhodzic

in International/National/Sport
Voici le salaire de Vahid Halilhodzic

Le Franco-bosniaque Vahid Halilhodzic a été nommé nouveau sélectionneur des Lions de l’Atlas, a annoncé jeudi le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaa.


Le choix porté sur M. Halilhodzic, qui est l’aboutissement d’un travail mené depuis un mois au niveau de la commission, s’est basé sur plusieurs critères, notamment la connaissance du contexte africain avec ses spécificités et ses contraintes, a souligné M. Lekjaa lors d’un point de presse consacré à la présentation du nouvel entraîneur.

Le deuxième critère est lié à une grande expérience de football de haut niveau permettant de qualifier une équipe à la Coupe du monde, a fait savoir M. Lekjaa, rappelant que le Franco-bosniaque a réussi cet objectif avec trois sélections différentes.

Mais le plus important des critères reste celui répondant au besoin de s’inscrire dans une logique de développement du football national dans le cadre de la restructuration de la Direction technique nationale (DTN), a-t-il ajouté.

Ayant reçu les candidatures de plusieurs techniciens, la commission a opté pour M. Halilhodzic en tenant compte de l’ensemble de ces critères, avec pour objectif de poursuivre sur la dynamique positive que connait l’équipe nationale ces dernières années, a estimé M. Lekjaa, rappelant l’ascension de la sélection dans le classement FIFA.

Recruté pour un salaire mensuel de 80.000 euro, le technicien franco-bosniaque aura pour objectifs de qualifier les Lions de l’Atlas, dans un premier temps, à la demi-finale de CAN-2021 au Cameroun et aux phases finales de la Coupe du monde 2022, puis de gagner la CAN-2023, assure M. Lekjaa.


La non-atteinte des objectifs fixés signifiera automatiquement la résiliation du contrat du nouveau sélectionneur, qui aura par ailleurs l’obligation de résider à Rabat et de travailler en permanence au Centre national de football, a expliqué M. Lekjaa.

Pour sa part, M. Halilhodzic a indiqué qu’entraîner la sélection marocaine est un challenge, notant que sa première mission sera de mettre en place un staff technique compétent à même de relever les défis et réaliser les objectifs fixés. Mettant en avant les qualités techniques des Lions de l’Atlas notamment lors de la dernière Coupe du monde, le nouveau sélectionneur a souligné qu’avec de l’abnégation, un travail sérieux et de la patience, la sélection atteindra ses objectifs et aura des résultats très positifs.

Le technicien de 67 ans a mis en exergue la nécessité de travailler en synergie avec la DTN et les sélectionneurs des équipes de différentes catégories, et ce afin de permettre aux jeunes et aux joueurs évoluant dans le championnat national d’accéder à l’équipe nationale. M. Halilhodzic, qui avait quitté début août les rênes du club français FC Nantes, succède au Français Hervé Renard démissionnaire en juillet dernier, après 41 mois passés à la tête du staff technique de l’équipe nationale.



À lire aussi:

Tanger: Création d’un centre d’accueil pour les MRE

in International/MRE/National/Société
Tanger: Création d’un centre d’accueil pour les MRE

Le Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, réuni récemment dans le cadre d’une session ordinaire, a adopté un projet de convention de partenariat avec le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration portant sur la création d’un centre d’accueil pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE).


Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en application de la stratégie nationale relative aux Marocains du monde et aux affaires de la migration. Il vise à créer un espace d’échange et de communication continue avec les membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger.

Ainsi, en vertu de la convention, les deux parties s’engagent à doter ledit centre d’équipements nécessaires et à assurer le suivi et le renforcement des compétences des ressources humaines, ainsi que la gestion et la maintenance périodique du centre.

Un comité de gestion, composé des différents services extérieurs représentant les différents départements et établissements publics, sera créé pour assurer le bon fonctionnement du centre conformément à un programme d’action adopté annuellement.


>> A lire aussi:

Drame en pleine célébration de l’Aïd al-Adha à Béni Mellal

in Faits divers/National/Société
Drame en pleine célébration de l’Aïd al-Adha à Béni Mellal

Un drame a frappé une famille en pleine célébration de l’Aïd al-Adha, à Béni Mellal. Le père qui dépeçait un mouton s’est tué suite à un geste malencontreux avec le couteau de cuisine.


Le quartier d’Oulad Ayad, à Béni Mellal, peine encore à comprendre le drame dont il a été le théâtre, le jour de l’Aïd al-Adha. Même la famille du défunt, sous le choc, tente de cerner les circonstances de ce malheur survenu en pleine fête.

Au cours du dépeçage du mouton immolé, le père de famille en question a reçu, malheureusement, en plein cœur, le couteau qu’il utilisait pour l’opération, la lame lui ayant échappé des mains, rapporte Barlamane.com.

Evacué à l’hôpital, le père de famille a succombé à ses blessures. En attendant les résultats de l’enquête ouverte, sous la supervision du parquet compétent, pour déterminer les tenants et aboutissants de ce drame, le corps du défunt a été évacué à la morgue pour autopsie.



À lire aussi:

1 2 3 105
Go to Top
Aller à la barre d’outils