Interdiction des collectes de dons pour rapatrier des Marocains décédés à l’étranger

in National/Politique/Société

Faire des collectes de dons pour le rapatriement des Marocains décédés à l’étranger est désormais interdit par le Royaume chérifien, qui assure pleinement cette opération, a martelé Abdelkrim Benatiq, Ministre des MRE et des affaires de la migration.


Plus question de faire cotiser de l’argent, pour rapatrier au bercail tout citoyen marocain de la diaspora, décédé. Le Royaume prend en charge tous les rapatriements de la dépouille des MRE sur leur terre natale. Cette nouvelle donne est annoncée par le Ministre de tutelle, Abdelkrim Benatiq. De ses déclarations, on apprend que la bagatelle de 35 millions de dirhams est dépensée chaque année par le Maroc pour ces opérations.

Ainsi, à l’en croire, depuis une dizaine d’années, près de 197 millions de dirhams ont été débloqués pour assurer tous ces rapatriements, rapporte le quotidien Assabah, dans sa parution de ce jeudi 4 juillet. Cette décision du Ministre décourage plus que jamais les arnaqueurs qui se font beaucoup d’argent sur la dépouille de leurs compatriotes.

C’est le lieu de rappeler les efforts du Royaume au profit des Marocains du Monde. Leurs enfants, rappelle le Ministre, bénéficient des colonies de vacances. Par conséquent, plus de 500 enfants ont été privilégiés par ce programme de vacances, a indiqué l’autorité qui répondait aux questions orales des conseillers à la Deuxième Chambre du Parlement. Il ne faut pas perdre de vue le droit au logement économique et à la formation professionnelle, accordé à l’immigré, comme à tout autre citoyen.

Par ailleurs, fait savoir la même source, Abdelkrim Benatiq a rappelé les efforts fournis par le Royaume pour la régularisation des immigrés, favorisée par la révision de certains textes de loi : 50.000 immigrés ont bénéficié de la régularisation de leur situation au Maroc, ce qui leur permet d’inscrire leurs enfants (6.000 enfants d’immigrés) dans les écoles marocaines, a souligné le Ministre.


À lire aussi:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*