Inscription de 12 sites à la convention de Ramsar relative aux zones humides

Inscription de 12 sites à la convention de Ramsar relative aux zones humides

in Uncategorized

Le Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (HCEFLCD) du Maroc a inscrit jeudi 12 nouveaux sites à la Convention de Ramsar relative aux zones humides d’importance internationale particulièrement comme habitats des oiseaux d’eau.

Il s’agit des lacs d’Imouzzer Kandar, la lagune et barrage de Smir, l’Oued Tizguite, le littoral de Jbel Moussa, l’Oued Assaquia Al Hamra à Laayoune, l’Assifs Ahançal-Melloul, l’Assifs Réghaya-Aït Mizane, la Côte des Bokkoyas, l’Assif Mgoun, la Côte Aftissate-Boujdour, le Cap Ghir-Imsouan et le Haut Oued Lakhdar.

L’inscription de ces nouveaux sites a eu lieu à l’occasion de la célébration de la Journée internationale de Biodiversité, placée cette année sous le thème « Notre biodiversité, notre nourriture, notre santé », un thème qui met en exergue la multiplicité des services capitaux fournis par les systèmes naturels pour l’existence et le bien-être de l’humanité sur Terre, tout en contribuant à d’autres objectifs de développement durable, notamment l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques et la restauration des écosystèmes.

Ce classement est le résultat de la collaboration entre le HCEFLCD du Maroc, le WWF Afrique du Nord et les experts de l’Institut scientifique de Rabat.

En matière de conservation de la diversité biologique, il est à souligner que le HCEFLCD a mis en œuvre des plans d’actions nationaux pour les espèces en danger, faisant partie des annexes de la Convention sur les espèces migratrices (CMS), de la Convention internationale sur le commerce des espèces de faune et de flore (CITES) ou de la liste rouge de l’UICN.

Pour rappel, le Maroc est l’un des premiers signataires de la Convention sur la diversité biologique en 1992. Depuis, le HCEFLCD a entrepris des actions dont la mise en œuvre du plan directeur des aires protégées par la création de plus de 154 Sites d’Intérêt Biologique et Ecologique (SIBE), la création d’une dizaine de parcs nationaux, et l’inscription de 24 zones humides d’importance mondiale dans la liste Ramsar.

La rédaction

Tags:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

*

Latest from Uncategorized

Go to Top