Uncategorized - page 75

La croissance mondiale s’affaiblirait à 2,6%, des risques s’annoncent (BM)

in Uncategorized
La croissance mondiale s'affaiblirait à 2,6%, des risques s'annoncent (BM)

Economie

La croissance mondiale s’affaiblirait à 2,6%, des risques s’annoncent (BM)

Noor Ouarzazate III dépasse ses objectifs de performance

in Uncategorized
Noor Ouarzazate III dépasse ses objectifs de performance

Economie

Noor Ouarzazate III dépasse ses objectifs de performance

France: « Détérioration des droits » dans les Centres de rétention

in Uncategorized
France: « Détérioration des droits » dans les Centres de rétention

Un rapport commun de six associations concernant 24 centres de rétention administrative du territoire français a été publié ce mardi. Il pointe un nombre croissant de personnes placées dans ces lieux et des atteintes aux droits des personnes enfermées.

Un rapport pour demander au gouvernement de « cesser le recours prioritaire à l’enfermement dans la politique d’éloignement des personnes étrangères » et « la violation des droits qui s’attachent (…) à la privation de liberté ». Six associations dont France Terre d’Asile, La Cimade, ou encore Solidarité Mayotte ont publié un rapport alarmant sur les centres et locaux de rétention répartis sur le territoire français.

Des lieux « utilisés à plein régime », au cours de l’année 2018, dans lesquels « une détérioration des droits » des étrangers retenus dans l’attente d’une éventuelle expulsion, a été constatée. « La France demeure le pays européen qui a le plus recours à l’enfermement des personnes étrangères en vue de les éloigner », déplorent les associations Assfam-Groupe SOS, ForumRéfugiés-Cosi, France Terre d’Asile, Cimade, Ordre de Malte et  Solidarité Mayotte.

Au total, 45.851 personnes ont été placées dans ces centres, au cours de l’année 2018, dont 26.614 en métropole. En 2017, 46.800 personnes l’avaient été, soulignent ces associations, qui dénoncent un « usage quasi systématique de la rétention par de nombreuses préfectures ».

Les associations affirment que la décision du gouvernement d’augmenter « très fortement la capacité de ces lieux de privation de liberté », avec 480 places supplémentaires est une première depuis de nombreuses années. Un tel accroissement de ces lieux « n’avait plus été constaté depuis plus d’une décennie », et qui a de nombreuses conséquences sur la santé et la sécurité des demandeurs d’asile.

Ce qu’ont constaté les associations au cours de cette année, ce sont un allongement de la durée de rétention, des pratiques illégales dans certaines préfectures, des expulsions vers des pays dangereux pour les personnes concernées, la multiplication des décisions d’enfermement de personnes malades et atteintes de troubles psychiatriques qui peut causer des tensions extrêmement fortes dans les CRA.

La durée moyenne de la rétention a également augmenté l’année dernière, portant à 14.6 jours, la moyenne de rétention. En 2017, elle était de 12.8 jours. Quant aux personnes enfermées plus de 30 jours, leur nombre a quasiment doublé en deux ans, passant de 2468 en 2016 à 4432 en 2018. La rétention administrative est majoritairement masculine (93%) et les 7% de femmes pour la plupart, victimes de trafic d’êtres humains, ne sont pas prises en charge : « leur situation administrative prévaut trop souvent sur leur statut de victimes ».

Quant à l’enfermement des personnes malades au détriment des soins, il a été multiplié et les gestes désespérés également. Les associations ont relevé une multiplication des tentatives de suicide ou d’automutilation ainsi que des passages à l’acte « pouvant mettre en danger les autres personnes enfermées ».

Un nombre élevé d’enfants enfermés sur le territoire

Les humanitaires ont constaté que l’année 2018 « a été à nouveau marquée par un nombre élevé de familles avec enfants enfermées en rétention ». En tout, 1.221 enfants ont été dans le centre et local de rétention administrative à Mayotte, ainsi que 114 familles comptant 208 enfants en métropole, précise le rapport. Quatre départements totalisent plus de la moitié des enfermements de familles : la Moselle, le Doubs, la Meurthe-et-Moselle et Paris. « Ces pratiques constituent une atteinte au droit au respect de la vie familiale et un traitement inhumain et dégradant selon les critères de la CEDH ayant conduit à six condamnations de la France », rappelle les humanitaires. Quant au Pas-de-Calais, la préfecture est à l’origine de 42% des enfermements de mineurs. Géographiquement, cela s’explique par la proximité avec la frontière franco-britannique.

Avec agence

Près de 60 MDH pour la réhabilitation des sources d’eau d’El Hajeb

in Uncategorized
Près de 60 MDH pour la réhabilitation des sources d'eau d'El Hajeb

Quelque 59 millions de dirhams (MDH) seront mobilisés pour la réhabilitation des sources d’eau de la ville d’El Hajeb dans le cadre d’un effort global visant le renforcement de la vocation touristique de la province.

Ce projet, qui a fait l’objet d’une convention de partenariat approuvée lors de la dernière session ordinaire du conseil communal, porte, dans un premier temps, sur la réhabilitation des sources d’Ain Dhiba, Ain Madani, Ain Khadem et Ain Boutaghzaz.

La convention rassemble le ministère de l’habitat et de la politique de la ville (21 MDH), le conseil régional de Fès-Meknès (30 MDH), le conseil provincial d’El Hajeb (6 MDH) et la commune d’El Hajeb (2 MDH).

Le projet sera réalisé en trois phases avec la valorisation d’Ain Dhiba lors des deux premières tranches avant de lancer les travaux de réhabilitation des trois autres sources d’Ain Khadem, Ain Madani et Ain Boutaghzaz.

Ce projet intervient en application des recommandations élaborées à l’issu des rencontres de consultations auxquelles ont participé l’ensemble des acteurs locaux, qui ont appelé au renforcement de la vocation touristique d’El Hajeb en tirant profit du potentiel naturel, touristique et civilisationnel de la ville, porte du Moyen-atlas, a indiqué à la MAP, le premier vice-président du conseil municipal, Mustapha Hakim.

Outre ses falaises, son kasbah et la beauté et ses murailles, les sources d’eau d’El Hajeb constituent l’un des points principaux où convergent les touristes qui se rendent dans la ville.

Des sources comme ‘’Ain Dhiba’’, ‘’Ain Khadem’’ ou encore les sources ‘’Ain Boteghzaz’’, ‘’Ain El-Madani’’ meublent l’espace urbain d’El Hajeb, dont la région compte également d’autres comme la source ‘’Boudouba’’, qui jaillit au milieu de rochers et d’une végétation luxuriante, les sources ‘’Ain Aghbal’’, ‘’Ain Lhad’’, ‘’Ain Salama’’, ‘’Ain Bittit’’ et ‘’Ait Ikkou’’

Hydrocarbures au Sénégal : vive tension sur les contrats pétroliers

in Uncategorized
Hydrocarbures au Sénégal : vive tension sur les contrats pétroliers

La chaine britannique BBC a dans un reportage publié ce dimanche, affirmé détenir les preuves qu’Aliou Sall, frère cadet du président de la République Macky Sall, aurait touché des pots-de-vin de l’homme d’affaires roumain, Frank Timis, cela en 2012 dans un contrat pétrolier controversé. Ce montant dont accusent la BBC, l’opposant Ousmane Sonko, une partie de l’opposition sénégalaise et des ONG est consécutif à l’attribution de deux champs pétroliers et gaziers sur ls côtes sénégalaises.

« Un scandale à dix milliards de dollars », ou plus selon l’ex premier ministre de Macky Sall Abdoul Mbaye. Dans ce reportage, la chaîne britannique accuse notamment la compagnie pétrolière British Petroleum (BP) d’avoir accepté de verser quelque 10 milliards de dollars de royalties à Frank Timis.

Selon la BBC en 2012, Timis a fait appel aux services d’Aliou Sall – le frère de Macky Sall, tout juste élu président -, d’abord en tant que consultant puis pour prendre la tête de la filiale Petro-Tim Sénégal avec un salaire de 25 000 dollars pendant 5 ans.

Et malgré les réclamations des ong et autres personnalités politiques, la transparence des contrats pétroliers n’a jamais vu le jour. Et même des menaces s’en sont suivies, car l’actuel premier ministre de Macky Sall, Mahammad Boun Abdallah Dionne avertissait mettait en garde contre les diffamations et que personne ne doit se prononcer sur le sujet s’il ne l’a pas bien maîtrisé.

Après le reportage et les indignations, les accusations ont repris de plus belle et les réponses notamment de Aliou Sall n’a pas tardé niant et menaçant même de plainte ses accusateurs.

Et parmi les accusateurs de la fratrie Sall, le Congrès de la renaissance Démocratique (CRD) qui par un communiqué demande une enquête indépendante et neutre afin d’apporter un éclairage nouveau sur le scandale « inqualifiable » que représente l’immixtion du « parrain »Frank Timis dans le secteur pétrolier sénégalais en « complicité avec les plus hautes autorités du pays de 2012 à nos jours en particulier le Président de la République, Macky Sall. »

Pour rappel, Frank Timis, condamné par la justice est jugé « incompétent et inexpérimenté dans le domaine des hydrocarbures, » a été introduit au Sénégal par des hommes de réseau proche du « pouvoir de l’ancien Président Abdoulaye Wade et conforté par les services de Aliou Sall », a déclaré le CRD. Ce dernier a, selon la BBC, reçu des payements substantiels pour obtenir la signature de son frère, le Président de la République Macky Sall.

« Il ressort que la société Agritrans sarl qui aurait reçu une partie de ces montants a pour gérant Abdoulaye Timbo, oncle de Macky et Aliou Sall. En définitive ces attributions privent le Sénégal sur les 40 prochaines années d’environ 6 000 milliards de francs cfa. », lit-on dans le communiqué.

Non sans s’arrêté sur Aliou Sall, le CRD accuse aussi l’actuel ministre Aly Ngouille Ndiaye qui selon lui « a délibérément présenté au conseil des ministres un faux rapport pour établir les deux décrets qui ont permis l’entrée en vigueur des contrats liant le groupe de Frank Timis à l’État du Sénégal. »

Le Président de la République, Macky Sall a signé lesdits décrets malgré l’opposition de l’Inspection Générale d’État qu’il avait lui-même chargé d’enquêter sur les conditions d’obtention par Frank Timis des permis entre les deux tours de l’élection présidentielle de 2012.

« En définitive, nous sommes en présence d’un cas manifeste d’association de malfaiteurs où se mêlent corruption, concussion, et non transparence qui n’aurait jamais existé n’eut été l’implication directe et personnelle de Macky Sall, de Aly Ngouille Ndiaye et de hauts fonctionnaires de l’État. » se désole l’une des coalitions de l’opposition » et d’enfoncer le clou « la responsabilité ultime de Macky Sall est flagrante ».

MN

(Billet 110) – Visas : L’Espagne s’est excusée, la France continue d’abuser !

in Uncategorized
(Billet 110) – Visas : L’Espagne s’est excusée, la France continue d’abuser !

« Espagne et France, c’est fermé pour cet été ; merci de revenir en septembre ! » … Tel est le message délivré en substance par les services consulaires de ces deux pays, transmis par des sociétés privées, TLS ou BLS, car les consulats, les ambassades, les chancelleries, ne daignent pas communiquer directement avec les gens de peu que nous autres, Marocain(e)s, semblons être à leurs yeux à tous…

Tous ? On aurait pu le croire, mais non ! L’Espagne, par la voix de son chef de la diplomatie, reçu par le nôtre ce début juin, a tenu à faire le point : il s’est excusé auprès des Marocains, a promis de remédier à la situation… avant de s’entretenir avec ses consuls. Fort bien… Armons-nous donc de patience et attendons impatiemment la suite.

Avec la France, il en va autrement… La fille aînée de l’Eglise ne fait jamais acte de contrition, ce serait une faiblesse intolérable, voire même une infamie insoutenable ! « On délivre 335.000 visas par an, nous sommes débordés ! », est la réponse de compétition régulièrement lancée en réponse aux (molles) protestations de notre diplomatie. Quant à une prise de parole d’un diplomate français, d’un responsable consulaire, d’un geste ou d’un mot du peu riant M. Le Drian, point !

Le Marocain paie, et il doit être considéré et servi en conséquence, en conscience et bienveillance. Il est du devoir du gouvernement marocain d’exiger des solutions de nos amis Français. Et si l’Etat chérifien voulait bien s’y mettre aussi, pour rendre par exemple leur dignité rudement bafouée à ses citoyens devant une société privée (TLS, BLS…), ce serait mieux… et dans la règle des relations internationales, une telle démarche ne se fait que dans le rapport de force. A notre gouvernement de trouver ce rapport, s’il veut car il peut.

La France nous vend son TGV, ses satellites, ses trams et ses armes… elle fait ses emplettes de matière grise chez nous via son French Tech Visa, engrange 20 millions d’euros avec ses 335.000 visas délivrés… et nous envoie quelques 3 millions de touristes, dont une bonne part peu ou pas nantis… La France accueille 37.000 étudiants marocains, et en retient qui elle veut et autant qu’elle veut. La France est notre amie, certes, mais telle n’est pas l’amitié car seuls les bons comptes, dit-on, font les bons amis, et les comptes, qui sont faits pour être réglés, ne le sont pas.

Le principe est simple : les citoyens d’un pays ne sont respectés ailleurs que s’ils le sont par leur propre Etat chez eux, et il revient à M. Bourita (et accessoirement à M. Elotmani) de mettre bon ordre dans cet accueil condescendant réservé aux Marocains dans les consulats et les sociétés privées… Il est indigne, inadmissible, insoutenable que les Marocains continuent d’être humiliés de la sorte, chez eux, par d’autres, à la grande indifférence et/ou inconscience de leurs propres dirigeants !

Aziz Boucetta

Soudan : Bachelet et Guterres appellent à la réinstauration du dialogue

in Uncategorized
Soudan : Bachelet et Guterres appellent à la réinstauration du dialogue

Lundi, les militaires ont fait usage de la force pour disperser les manifestants. En conséquence, 35 personnes sont mortes à Khartoum.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres « condamne l’usage excessif de la force pour disperser les manifestants sur le site de sit-in et s’alarme des informations selon lesquelles les forces de l’ordre auraient ouvert le feu à l’intérieur d’établissement médicaux », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général rappelle au Conseil militaire de transition sa responsabilité en matière de sûreté et de sécurité des citoyens soudanais. Il exhorte toutes les parties à faire preuve de la plus grande retenue. Cela inclut la responsabilité de faire respecter les droits humains de tous les citoyens, y compris le droit à la liberté de réunion et d’expression », a-t-il ajouté après que les discussions aient été rompues. Ces pourparlers, ont mené à l’adoption d’un accord qui aboutirait à l’établissement d’une période de transition sur 3 ans.

Face à cette rupture, Antonio Guterres a exhorté les parties prenantes à poursuivre le dialogue pacifique et à maintenir le cap dans les négociations sur le transfert du pouvoir à une autorité de transition dirigée par des civils, comme l’exige l’Union africaine.

« L’ONU est déterminée à travailler avec l’UA pour appuyer ce processus et se tient prête à appuyer les parties prenantes soudanaises dans leurs efforts pour instaurer une paix durable », a dit son porte-parole.

Transférer le pouvoirs aux civils 

Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a également condamné l’usage de la force qui a eu lieu lundi à Khartoum.

« Je déplore complètement le recours présumé à une force excessive dans les camps des manifestants. Les informations selon lesquelles des balles réelles auraient été utilisées par les forces de sécurité à proximité des installations médicales, voire à l’intérieur de celles-ci, sont extrêmement alarmantes. J’exhorte les forces de sécurité à mettre immédiatement un terme à ces attaques et à garantir à tous un accès sûr et sans entrave aux soins médicaux », a-t-elle ajouté.

La Haut-Commissaire Bachelet a déclaré que « ceux qui exercent leur droit à la liberté de réunion et d’expression pacifiques doivent être protégés, pas visés, ni détenus. C’est un principe fondamental du droit international relatif aux droits humains ».

Au lendemain de la journée sanglante à Khartoum, le Conseil militaire a déclaré l’abandon de tous les accords conclus avec l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC). Avant d’ajouter que des élections auront lieu de 9 mois, sous la supervision nationale et internationale.

La rédaction 

Donald Trump, la bouée de secours commerciale de Londres

in Uncategorized
Donald Trump, la bouée de secours commerciale de Londres

International

Donald Trump, la bouée de secours commerciale de Londres

La réunion du comité exécutif de la CAF reprendra en milieu d’après-midi

in Uncategorized
La réunion du comité exécutif de la CAF reprendra en milieu d’après-midi

Sport

La réunion du comité exécutif de la CAF reprendra en milieu d’après-midi

Go to Top