Société - page 2

France : recrudescence des cambriolages commis par les mineurs isolés

in International/National/Société

Quinze interpellations ont eu lieu autour de Chantilly et Orry-la-Ville, ces derniers mois. Et, pour cause, la recrudescence des cas de cambriolage par des mineurs isolés dont des marocains.


En France, le Sud Oise vit au rythme des cambriolages à répétition. Deux individus ont été arrêtés, la semaine dernière, à Chantilly, pour tentative de cambriolage d’une maison de l’avenue du Maréchal-Joffre. L’un d’eux s’est présenté comme un mineur marocain, selon Le parisien.

A Orry-la-Ville, trois jeunes mineurs avaient été arrêtés, juste après avoir dérobé la caisse d’un magasin, en pleine nuit, quelques jours plus tôt.

A en croire les autorités, les cas de cambriolage se multiplient. Et, ce sont des personnes mineures, étrangères et sans domicile fixe, souvent en provenance de la région parisienne, qui en sont les auteurs. Au total, une quinzaine d’arrestations, pour des faits similaires ont eu lieu au cours de ces quatre derniers mois, dans le sud de l’Oise, précise la même source.

« Ça se passe principalement sur les communes de l’Aire cantilienne, à proximité des gares », indique le Commandant de la Compagnie de Chantilly, Nicolas Blot. Pour inverser la tendance, il assure qu’une surveillance accrue à ces endroits est organisée avec le concours des agents de la Sûreté ferroviaire. Selon lui, cette mesure dissuade les mineurs isolés car « généralement, quand ils nous voient, ils remontent dans le train et font demi-tour ».

Confiant qu’ « ils [mineurs isolés] sont très organisés », Henri Herry, le maire (SE) d’Orry-la-Ville, appelle ses concitoyens à redoubler de vigilance, en cette période, et à ne pas hésiter à regarder « ce qui se passe chez les voisins », en leur absence.


>> A lire aussi:

Tanger: Création d’un centre d’accueil pour les MRE

in International/MRE/National/Société
Tanger: Création d’un centre d’accueil pour les MRE

Le Conseil de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, réuni récemment dans le cadre d’une session ordinaire, a adopté un projet de convention de partenariat avec le ministère délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires de la migration portant sur la création d’un centre d’accueil pour les Marocains résidant à l’étranger (MRE).


Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en application de la stratégie nationale relative aux Marocains du monde et aux affaires de la migration. Il vise à créer un espace d’échange et de communication continue avec les membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger.

Ainsi, en vertu de la convention, les deux parties s’engagent à doter ledit centre d’équipements nécessaires et à assurer le suivi et le renforcement des compétences des ressources humaines, ainsi que la gestion et la maintenance périodique du centre.

Un comité de gestion, composé des différents services extérieurs représentant les différents départements et établissements publics, sera créé pour assurer le bon fonctionnement du centre conformément à un programme d’action adopté annuellement.


>> A lire aussi:

Drame en pleine célébration de l’Aïd al-Adha à Béni Mellal

in Faits divers/National/Société
Drame en pleine célébration de l’Aïd al-Adha à Béni Mellal

Un drame a frappé une famille en pleine célébration de l’Aïd al-Adha, à Béni Mellal. Le père qui dépeçait un mouton s’est tué suite à un geste malencontreux avec le couteau de cuisine.


Le quartier d’Oulad Ayad, à Béni Mellal, peine encore à comprendre le drame dont il a été le théâtre, le jour de l’Aïd al-Adha. Même la famille du défunt, sous le choc, tente de cerner les circonstances de ce malheur survenu en pleine fête.

Au cours du dépeçage du mouton immolé, le père de famille en question a reçu, malheureusement, en plein cœur, le couteau qu’il utilisait pour l’opération, la lame lui ayant échappé des mains, rapporte Barlamane.com.

Evacué à l’hôpital, le père de famille a succombé à ses blessures. En attendant les résultats de l’enquête ouverte, sous la supervision du parquet compétent, pour déterminer les tenants et aboutissants de ce drame, le corps du défunt a été évacué à la morgue pour autopsie.



À lire aussi:

Retour vers le Royaume des pèlerins marocains

in International/National/Société
Retour vers le Royaume des pèlerins marocains

Les pèlerins marocains qui ont achevé mercredi les rites du hajj, vont regagner le Royaume à partir de vendredi prochain, apprend-on auprès de la délégation officielle marocaine pour le pèlerinage.

Le premier groupe des pèlerins marocains qui vont faire le retour au Maroc sera réparti en trois vols, le premier à destination de Rabat alors que les deux autres mettront le cap sur Casablanca, précise la même source.

Les pèlerins non précipités auraient terminé ce mercredi le Hajj, après avoir procédé à la lapidation de Satan à Mina, lors du dernier jour du tachriq, avant d’accomplir le tawaf d’adieu à La Mecque.

Le secrétaire d’Etat chargé du développement rural et des eaux et forêts, Hamou Ouheli, qui conduit la délégation officielle marocaine aux Lieux-Saint de l’Islam, avait assuré que les pèlerins marocains ont accompli les rites du hajj en toute quiétude et sérénité et dans des conditions très normales.

Le nombre des pèlerins marocains cette année est estimé à environ 32.000 pèlerins, dont 22.000 de l’organisation officielle et 10.000 inscrits dans les agences de voyage.

Selon les autorités saoudiennes, le nombre des pèlerins au titre du Hajj 1440 aurait atteint 2.489.406, dont 1.855.000 pèlerins de l’étranger.

>> À lire aussi:

L’Espagnol Endesa quitte le Maroc

in Économie/International/National/Société
L’Espagnol Endesa quitte le Maroc

Alors que le Maroc était considéré, au départ, comme une expansion naturelle pour le leader espagnol, Endesa fait plutôt marche arrière. En effet, celui-ci renonce à ses ambitions dans le Royaume.

Les énergies renouvelables au Maroc, Endesa s’en désengage. Selon Challenge, le groupe espagnol vient de faire une croix sur son projet de se lancer dans les Energies renouvelables (ENR) au Maroc. Et, pourtant, quatre ans plus tôt, le Groupe avait planté son étendard, à travers « Endesa generacion Morocco ». Mieux, une campagne de recrutement de plusieurs experts locaux de la filière des énergies vertes avait même été menée, en 2017, à cet effet ! Pourquoi donc un tel revirement alors que le marché marocain semble être une expansion naturelle pour le Groupe Endesa ?

La même source rapporte que la réponse à ce changement soudain de cap se justifie par les limites du cadre réglementaire actuel qui régit la production privée de l’électricité à base d’ENR, en dehors des projets concédés par l’Office national de l’Energie électrique (ONEE), en mode « Build own and Transfer » (BOT). A cela s’ajoutent l’échec de la loi 13-09 qui a concrétisé, dès 2011, la libéralisation du secteur de l’électricité verte au Maroc et celle qui l’a complétée, en 2016 (en l’occurrence la loi 58-15).

Ceci se justifie par les délais effroyablement longs du processus de « permitting » (cycle allant des premières études préliminaires jusqu’à la concession définitive et au permis de construction) mais, aussi, de l’incapacité manifeste du Gouvernement à mettre en place les textes d’application nécessaires sans lesquels la rentabilisation d’une large partie des projets d’ENR n’est qu’un vœu pieux.

Bien avant l’acteur ibérique, contrôlé par le groupe italien, ENEL, le leader mondial, EDF, dont le bilan au Maroc, en matière d’ENR, est encore vierge, sept ans après avoir créé « EDF Maroc », a connu également cette difficulté.

Par ailleurs, Endesa garde un pied dans la production électrique conventionnelle, à travers sa participation à 32% dans le capital de la Centrale thermique de Tahaddart, près d’Asilah, fait observer la même source.

>> A lire aussi:

(Vidéo) Ruée des Marocains vers Marrakech pour célébrer l’Aïd

in International/National/Société
(Vidéo) Ruée des Marocains vers Marrakech pour célébrer l’Aïd

Les touristes marocains ont pris d’assaut les hôtels de Marrakech, où ils ont célébré avec faste l’Aïd al-Adha.

Dans une ambiance des grands jours, les touristes marocains ont eu leur Aïd al-Adha inoubliable, à Marrakech. Avec ses multiples hôtels de luxe, la ville ocre a été plébiscitée par de nombreux touristes marocains, rapporte 2M.ma.

« Nous sommes très heureux de pouvoir passer l’Aïd al-Adha ici. On se sent vraiment très bien. Chaque année, toutes les conditions sont réunies pour que l’on se sente bien chez nous. L’ambiance est très formidable », se réjouit une Marocaine. Un sentiment que partage un autre de ses compatriotes. Interrogé par la même source, il a exulté d’allégresse : « On se sent comme à la maison. L’établissement immole ses moutons, et nous avons pu ramener le nôtre. Nous avons déjeuné et nous avons mangé exactement ce que nous aurions pu manger à la maison. Nous nous sentons comme chez nous », a-t-il affirmé.

Pour réussir l’accueil des touristes, les promoteurs des hôtels de la ville ocre ont mis de gros moyens.

« Nous sommes habitués à recevoir, chaque année, les clients qui ont fait le choix de passer dans notre établissement. Il est clair que nous devons nous adapter. Les membres de notre équipe sont plus nombreux. Nous avons concocté un programme spécial pour ces clients spéciaux. Cela fait neuf ans que nous organisons cette journée annuelle », a confié un des responsables d’un hôtel à Marrakech.

>> A lire aussi:

Casablanca: Les hammams de la Mosquée Hassan II ouverts au public

in National/Société

Les hammams de la Mosquée Hassan II ont officiellement ouvert, mercredi, leurs portes au public, avec une offre associant à la fois des bains maures et des « bains de santé » modernes équipés d’animations aquatiques et puisant leurs eaux directement dans la richesse naturelle de l’océan atlantique.


Le hammam traditionnel des femmes et celui des hommes sont situés au-dessous de l’esplanade de la Mosquée et occupent une superficie de 3.000 m² chacun. Chaque hammam est composé d’un hall d’accueil comprenant une tisanerie, des vestiaires et un bain maure constitué de trois salles (tiède, chaude et très chaude).

Il comprend également un espace de services à la demande composé d’une salle de gommage et de savonnage, tandis que le « bain de santé » comprend un grand bassin multifonction de 300 m3 d’eau de mer chauffée, d’une profondeur de 1.20 mètre.

L’entrée de gamme a été fixée à 50 dirhams pour les hammams traditionnels. Le prix peut grimper jusqu’à 450 dirhams, en fonction des prestations supplémentaires demandées.

L’accès simple au « bain de santé » est au prix de 150 dirhams. Pour ce tarif, le client dispose d’un accès au bassin d’eau de mer chauffée et à l’utilisation du parcours aquatique utilisant les différents équipements du bassin, ainsi que des espaces de détente et de repos situés sur le pourtour des bassins.


Lors de l’inauguration de ces enceintes, le secrétaire général de la Fondation, Mohamed Berkaoui, a expliqué que le bien-être doit être accessible à un public le plus large possible et c’est ce principe qui a sous-tendu la stratégie de la Fondation et de son partenaire français « Deep Nature Group », en prévoyant des prestations de base abordables.

L’offre de service des hammams s’adresse tant à une clientèle marocaine qu’étrangère, contribuant ainsi au rayonnement touristique de la métropole, a-t-il fait savoir.

Le président-directeur général du spécialiste français de la gestion de spas, Julien Patty, a indiqué que les prestations des hammams sont guidées par le souci de respect de la tradition marocaine, mettant en avant la valeur et la portée de l’architecture de ces hammams « uniques au monde ».


À lire aussi:

S(H)ORTONS-LES !, un appel pour dire non “aux propagateurs de la haine”

in National/Politique/Société

« S(H)ORTONS-LES ! » est un appel pour dire non « aux propagateurs de la haine », lancé par plusieurs acteurs marocains de tous bords sur fond de l’appel d’un enseignant et la réaction d’un député contre des filles belges, venues construire une route au Maroc dans un cadre humanitaire, vêtues de shorts, de T-Shirts, de débardeurs.


« S(h)ortons-les ces propagateurs de haine, ne leur donnons plus d’audience, montrons-leur que le Maroc c’est nous et que nous sommes la solution ! », lit-on dans cet appel signé jusqu’à présent par une cinquantaine de personnalités et d’acteurs marocains de tous bords (journalistes, universitaires, acteurs associatifs, écrivains, artistes, cinéastes,…)

De jeunes filles Belges -dans le cadre d’une mission humanitaire- viennent construire une route pour désenclaver une ville près de Taroudant, elles sont vêtues de shorts, de T-Shirts, de débardeurs…quoi de plus normal, banal, habituel ?, rappellent les signataires, soulignant qu’un enseignant appelle à les décapiter, alors qu’un député PJD s’insurge au prétexte qu’elles viendraient « importer la débauche européenne »…

« Marchons-nous sur la tête, allons-nous nous laisser tirer vers le fond ! ». « Ils ne sont pas LE Maroc ! », notent-ils.


« Nous Marocain(e)s, Marocains du Monde, Marocain(e)s de Cœur, Non-Marocains vivant au Maroc, Touristes, Hommes et Femmes ami(e)s du Maroc…leur dénions le droit de parler en notre nom ! », soulignent les signataires de l’appel, qui par cette initiative tiennent à assurer les jeunes filles belges du soutien des Marocains, de leur amitié et de leurs remerciements fraternels.

Ils demandent par la même que l’enseignant soit poursuivi pour apologie du terrorisme et que le député remette sa démission, estimant qu ’ »il n’est pas acceptable que de tels individus prennent ainsi en otage toute une population ».

« Pour le projet de société qui est le nôtre et que nous défendons, nous ne pouvons laisser de tels propos sans réaction ! », notent les signataires, qui lancent un appel pour que « nous sortons nos shorts et que 10, que 100, que 1000 publient une photo de profil sur Facebook vêtus de shorts, répondons à la bêtise incommensurable par l’humour, la dérision et la fraternité… ».


À lire aussi:

Frontière Maroc-Algérie: la réponse de l’Algérie à SM le Roi Mohammed VI

in International/National/Politique/Société

Les récents développements dans le dossier maroco-algérien présagent d’une réouverture des frontières. De hauts responsables algériens viennent de solliciter l’avis d’académiciens sur le sujet, alors que le discours royal envoie des indicateurs très positifs.


Les manifestations algériennes contre le régime en place n’ont suscité qu’un discours positif, sinon neutre, de la part des autorités marocaines, loin de l’habituel langage de bois et de discorde. Il paraît que cet esprit positif est viral, transcendant le politique pour atterrir dans la rue où des milliers de citoyens marocains et algériens ont célébré, dans un esprit de liesse et de fraternité, la victoire des Fennecs lors de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en Egypte.

Ce « mouvement sportif » a été couronné par la lettre de félicitations, adressée par le Roi Mohammed VI au peuple algérien, dans laquelle il qualifie la victoire de l’Algérie de couronnement pour le Maroc.

Selon le journaliste, Reda Chennouf, spécialiste des relations maroco-algériennes, « l’ouverture des frontières maroco-algériennes ne dépend pas de l’ex-Président Bouteflika. La problématique existe avant son arrivée au pouvoir », « il s’agit d’une demande populaire avant d’être politique.


Les 2 peuples ont envie de communiquer sans obstacles, en témoigne l’ambiance aux frontières lors de la CAN 2019″.

Depuis 3 décennies, l’Algérie s’est obstinée à imposer ses conditions, en particulier, la lutte contre le trafic de drogue et l’immigration clandestine. Récemment, des académiciens et des spécialistes de la question ont été interrogés par les responsables algériens sur la meilleure méthode d’aborder le sujet.

Parmi les propositions soumises, « la libre circulation des personnes et la constitution de commissions mixtes interministérielles », en ajournant « le transport des marchandises et les échanges commerciaux, le temps de pouvoir étudier l’évolution du mouvement des voyageurs ».


À lire aussi:

L’actrice Libanaise Soha Kikano a appelé à brûler les Palestiniens

in Faits divers/insolite/International/Société

Dans l’un de ses posts incendiaires, l’actrice Soha Kikano a appelé à brûler les Palestiniens dans les fours du dirigeant nazi, Adolf Hitler. La star du grand écran réagissait ainsi, suite à la manifestation des Palestiniens contre la décision des Libanais de restreindre leurs droits au travail.


L’appel de l’actrice libanaise n’a pas tardé à déclencher une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. « Les Palestiniens à Sidon protestent contre les décisions du Ministre du Travail. Qu’ils soient aveuglés ! », a-t-elle proféré.

Pour Soha Kikano, il existe même des mesures par lesquelles on pourrait se débarrasser des Palestiniens qui, selon elle, sont « déchaînés comme des monstres », alors qu’ils « travaillaient sans lois ». Parmi les moyens suggérés pour « finir avec les Palestiniens », l’actrice évoque, notamment, les « fours d’Hitler ».

Alnas fait savoir que le tweet de l’actrice a provoqué une controverse généralisée au Liban. Plusieurs associations, ainsi que des personnalités mais, aussi et, surtout, le journaliste libanais, Hisham Haddad, ont appelé à poursuivre Soha Kikano.

D’autres encore ont appelé le Ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, à tenir un tribunal de partisans, afin de procéder à l’exclusion de l’artiste, une membre de son parti, le Free national current.


À lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils