Société - page 14

Nouvelle colère de SM le Roi Mohammed VI

in National/Politique/Société

À l’horizon 2025, la pénurie d’eau se fera pressante, avec une réserve de 500 m3 d’eau potable, contre 720 m3, aujourd’hui, et, 1700 m3, dans les années 1970. Ce risque de stress hydrique a provoqué la réaction du Roi Mohammed VI qui n’a pas manqué de signaler son mécontentement, lors de sa récente réunion avec les membres du Gouvernement.


Plusieurs projets liés à la gestion de l’eau sont encore à l’arrêt, faute de stratégies d’implémentation concrètes, de la part des responsables des différents ministères. Cette situation a contraint le Souverain à exhorter les membres du Gouvernement à mettre en oeuvre, de façon urgente, les dispositions du Plan national de l’Eau.

Selon Assabah, de nombreuses mesures censées être implémentées accusent un grand retard, malgré leur urgence. L’approvisionnement en eau potable des régions du Nord-est et du Sud-est du Maroc, l’inauguration de grands barrages, la mise en place de stations de dessalement de l’eau et la gestion équitable de l’eau dans le secteur agricole, font partie des dispositions urgentes retenues dans le cadre de la Stratégie nationale.

Inauguré par le Souverain, en 2007, dans la région d’Ouezzane, un projet de canalisations d’eau n’a jamais pu voir le jour, malgré l’importante enveloppe budgétaire de 433 millions de dirhams, qui lui a été allouée.


Pour des raisons de mauvaise gouvernance, le projet n’a pas été mené à terme et la population continue de subir les conséquences de la pénurie d’eau.

Les besoins du Maroc en eau potable sont estimés à 5 milliards de m3, à l’horizon 2030. Cette donnée a incité le Souverain à questionner le Ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Aamara, sur les taux de remplissage des barrages nationaux, suite aux dernières précipitations, dans le but de les comparer à ceux de l’exercice précédent.

Pour pallier le manque d’eau, au niveau national, le Plan national de l’Eau prévoit l’inauguration de 3 grands barrages, dont celui de Béni Mansour, qui sera doté d’une capacité d’1 milliard de m3. Le Roi Mohammed VI a exhorté les ministres à s’atteler au Plan national d’urgence, afin de pouvoir alimenter les centres et les régions vivant un stress hydrique, particulièrement, en eau potable.


À lire aussi:

El Othmani lance un appel aux MRE

in Économie/International/National/Politique/Société
El Othmani lance un appel aux MRE

Le Chef du Gouvernement marocain, Saâdeddine El Othmani, vient de lancer un nouvel appel aux Marocains résidant à l’Etranger (MRE), à l’occasion d’un forum sur l’investissement, qui s’est tenu à Tinghir, dans le sud-est du pays.


Pour le Premier ministre, les Marocains du Monde « forment la plus grande communauté à rendre visite à son pays de manière régulière », avec 2,7 millions de Marocains par an, sur environ 5 millions de MRE, ce qui montre leur attachement à leur pays d’origine.

Pour mieux les accueillir, El Othmani a rappelé la mise en place d’un Guichet unique, pour l’accueil des MRE, que ce soit dans les administrations territoriales ou dans celles centrales, afin de répondre à leurs attentes et de faciliter leur séjour dans leur pays d’origine.

Il affirme également avoir donné des instructions afin de « faciliter les investissements et les services fournis aux membres de la communauté, dans tous les départements ».

Par ailleurs, toutes les administrations sont appelées à s’occuper des dossiers des MRE qui se rendent, pour une grande partie d’entre eux, au pays, pour accomplir des tâches administratives.

Ce Forum vise à réunir les MRE investisseurs et leurs partenaires étrangers, avec les autorités territoriales, les conseils élus, les ministères chargés de l’amélioration du climat des affaires, les hommes d’affaires, ainsi que les services décentralisés.

Il vise également à montrer les opportunités d’investissement dans les énergies renouvelables, les minéraux et le développement durable, l’industrie, le commerce et l’économie numérique, outre l’économie du savoir et la valorisation du patrimoine culturel matériel et immatériel de la région.


À lire aussi:

Abdellatif Hammouchi réalise le rêve d’un enfant atteint d’un cancer

in National/Société

La Préfecture de police de Rabat a organisé une visite en l’honneur d’un enfant de 11 ans, atteint de la maladie du cancer. À l’initiative du Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), Abdellatif Hammouchi, le jeune enfant a pu réaliser son rêve de devenir policier et d’être au service de sa patrie et des citoyens, du moins, l’espace d’une matinée.


L’enfant a été accueilli dans l’enceinte de la Préfecture par les cadres et les employés, qui l’ont accompagné, dans une visite des différents services, notamment, le Centre d’appel, l’Unité mobile, ainsi que d’autres départements du Service préfectoral.

Selon le communiqué des services de sécurité, la visite de la Préfecture a fait suite à la demande d’une association, « Rêves d’oiseaux », qui accompagne les enfants atteints de cancer, et qui s’est chargée de transmettre le désir du petit Saad aux services concernés.

La requête a été accueillie favorablement par le Directeur général de la Sûreté nationale, Abdellatif Hammouchi, qui a ordonné d’arranger une visite spéciale en l’honneur du jeune malade.

Les services de police ont saisi l’occasion pour offrir au jeune Saad plusieurs cadeaux symboliques dont un uniforme officiel, avec un badge portant son prénom. »La visite a pris fin dans un climat familial », ajoute le communiqué, la « preuve que les services de la Direction générale de la Sûreté nationale adhèrent à la dynamique sociale active et veillent à assurer le rôle de police citoyenne, proche du pouls de la rue et des attentes du citoyen ».


À lire aussi:

Le Maroc lance un « Cachet du Joaillier » pour distinguer les bijoux en métaux précieux

in National/Politique/Société

« Un Cachet du Joailler » est prévu pour distinguer les bijoux en métaux précieux produits par les joailliers. Un projet de décret, en ce sens, a été adopté en Conseil de Gouvernement.


Ce projet de décret vise à permettre aux bijoutiers et aux joailliers de cacheter leurs œuvres, leur donnant ainsi une capacité incontestable pour différencier les sortes de bijoux et déceler les fraudes. Les contrôles seront renforcés, ainsi que le suivi. La lutte contre la fraude sera plus efficace et les consommateurs seront protégés. Ce sont les objectifs que se donne cette initiative.

En revanche, plusieurs questions se posent : quid des millions de bijoux déjà existants ? Leur valeur changera-t-elle ? Risquent-ils d’être taxés de contrefaçon ? Demandera-t-on de quelconques nouvelles garanties ou des tests (ou cachets) les concernant ? Un cachet ne peut-il être contrefait ou imité ?

À savoir que les modalités d’adoption de ce cachet seront déterminées par un texte réglementaire, à en croire le Porte-parole du Gouvernement, Mustapha El Khalfi, qui s’est exprimé à ce sujet, à l’issue du Conseil en question.

« Afin de préserver l’unité du texte régissant les marchandises et les bijoux soumis à la Taxe de Consommation intérieure et, dans l’attente d’une relecture du Code des Douanes et impôts indirectes, le texte juridique propose l’adoption d’un décret autorisant le Ministre de l’Économie et des finances à décider de la manière de faire adopter « le Cachet du Joaillier » par l’administration ».


À lire aussi:

CAN 2019: des supporters marocains escroqués

in Faits divers/International/Société/Sport

Des supporters des Lions de l’Atlas qui croyaient avoir tout prévu se sont rendus compte, arrivés en Egypte, et voulant assister aux matchs des Lions, qu’ils ne pouvaient assister à rien du tout. Ils auraient été dupés par des agences de voyage.


Beaucoup de supporters marocains n’ont pu accéder au stade pour assister aux matchs des Lions alors qu’ils ont payé pour cela auprès d’agences de voyage. Al Ahdath Al Maghribia titre son article à ce sujet « Des fans marocains trompés par des agences de voyage », et ça en dit long. Certains supporters avaient même des pass VIP. Et à la place ils n’ont eu droit qu’aux gradins de troisième catégorie.

Interdiction d’accéder aux loges. Il parait même que cela a été le lot de tous les supporters VIP. En effet, Al Ahdath Al Maghribia écrit : « l’ensemble des supporters VIP n’ont pas été admis dans les loges, mais dans les gradins de troisième catégorie ». Mais on doit bien évidemment quelque peu douter de la chose…

Le média donne l’exemple d’une Marocaine qui a déboursé 18.000 dirhams tout ronds, comptant le vol aller-retour entre Casablanca et Le Caire, une chambre dans un hôtel classé, et un ticket d’entrée VIP pour le match Maroc-Namibie. Un match qui s’est soldé, pour rappel, sur un score de 1 à 0 en faveur des Lions de l’Atlas.

Mais pas de loge finalement pour cette supportrice qui, donc, a décidé de porter plainte contre l’agence de voyage qui l’a, selon les termes de la même source, « grugée ».


À lire aussi:

Colère des Marocains après une grosse bourde du Milan AC

in International/Société/Sport

En voulant encourager l’un de ses joueurs, l’Ivoirien Franck Kessié, pour la rencontre qui allait opposer le Maroc à son équipe, celle de la Côte d’Ivoire, le Milan AC a commis l’erreur de publier une carte du Maroc coupée de son Sahara.


Le Milan AC a posté une mauvaise photo du Maroc, en vue d’encourager Franck Kessié, l’un de ses joueurs, l’Ivoirien Franck Kessié, membre de l’équipe ivoirienne. C’était avant le match opposant les « Lions de l’Atlas » aux « Eléphants » de Côte d’Ivoire, ce vendredi 28 juin 2019, au Caire. Cette rencontre comptait pour la 2ème journée de la phase de poules de la Coupe d’Afrique des Nation. Ce fut un match que le Maroc a finalement gagné.

En revanche, sur cette photo, on pouvait voir un Maroc amputé de ses régions du sud. Ceci a fortement déplu aux internautes marocains, des milliers, qui n’ont pas tardé à exprimer leur mécontentement, via les réseaux sociaux.

Le Milan AC a, suite à ces déboires, retiré la photo indiquée. Cependant, selon Alyaoum24, cette équipe n’a formulé aucune excuse d’aucune sorte aux Marocains. A savoir qu’en commentaire de la photo polémique, on pouvait lire la question voulue rhétorique suivante: « Qui peut arrêter les Eléphants ?! ». La réponse n’est pas « Personne » mais: « Les Lions, bien-sûr ».


À lire aussi:

Sénégal: la Royal Air Maroc transporteur officiel de la tariqa tdijania

in Culture/International/National/Société

La compagnie nationale Royal Air Maroc (RAM) et les représentants de la tariqa tidjania au Sénégal ont conclu, jeudi à Dakar, une convention en vertu de laquelle RAM deviendra le transporteur aérien officiel de cette confrérie.


La convention a été signée par Ahmed Benrbia, délégué général Afrique de Royal Air Maroc, et les représentants des grandes familles tidjanes du Sénégal, à savoir les familles Sy de Tivaouane, Niass de Kaolack, Ba de Médina Gounass et la famille omarienne de Tall.

Ce partenariat a pour objectif de renforcer les actions conjointes de RAM et de la tariqa Tijania pour promouvoir la ziyara à Fès, a fait savoir Benriba lors d’une conférence de presse tenue à cette occasion.

L’accord s’inscrit dans la volonté du top management de RAM de conforter davantage la collaboration engagée de longue durée entre la compagnie nationale marocaine et les confréries musulmanes du Sénégal et d’Afrique au service des événements religieux et culturels, a-t-il dit.

Ce partenariat prévoit plusieurs actions conjointes, notamment la promotion de l’offre RAM auprès de la communauté tidjane au Sénégal et de par le monde et la formalisation de l’appui de la compagnie aux actions entreprises par la confrérie, à travers l’octroi de facilités de transport aux hauts représentants de la confrérie, de tarifs préférentiels pour les groupes se rendant à Fès dans le cadre de la ziara (visite du mausolée de Sidi Ahmed Tijani) et le soutien aux manifestations organisées par la confrérie, notamment le « Gamou » (aid al mawlid annabawi) et d’autres journées culturelles.

L’accord précise aussi les conditions d’échange d’information et de partenariat entre RAM et la tariqa tidjania afin de faciliter l’identification d’opportunités susceptibles de mobiliser l’un ou l’autre partenaire et de mettre en synergie leurs moyens dans son domaine d’intervention.


La RAM a toujours eu des liens fraternels avec le peuple sénégalais, a souligné à cette occasion Benrbia ajoutant que « le marché sénégalais est prioritaire pour nous ».

« Il y a une volonté de notre top management de renforcer les liens avec les différentes confréries soufies, dont celle tidjane, au Sénégal et en Afrique en général », a-t-il enchaîné, notant qu’afin d’encourager et promouvoir la destination Fès, « nous offrons des tarifs intéressants aux disciples tidjanes, des offres très compétitives pour le déplacement de groupes dépassant 20 à 25 personnes ».

Pour sa part, l’ambassadeur du Maroc à Dakar, Taleb Barrada a assuré que la signature de cette convention est de nature à renforcer et consolider les liens fraternels et spirituels entre le royaume du Maroc et les confréries et familles religieuses tidjanes en Afrique de l’Ouest en général, et au Sénégal en particulier.

« Le Maroc et le Sénégal sont liés par des relations fortes basées sur la fraternité, la solidarité et l’unité du destin », a-t-il dit, relevant que les peuples des 2 pays entretiennent des relations fraternelles et amicales.


À lire aussi:

Au large de Sidi Ifni, la mer emporte 6 personnes, dont une maman et son bébé

in Faits divers/National/Société

Une embarcation avec, à son bord, une trentaine de personnes, candidats à l’immigration clandestine, vient de chavirer, sur son chemin vers les Iles Canaries. 6 personnes sont mortes, dont un bébé, sa mère, et une autre femme. On compte aussi plusieurs blessés.


C’est au large de Sidi Ifni que cette tragédie a eu lieu, le jeudi 27 juin 2019, très tôt. Une mauvaise manœuvre de l’organisateur de cette traversée serait à l’origine de cet accident, alors que l’embarcation s’apprêtait à quitter le port. 6 personnes sont mortes, dont fait partie l’organisateur, une mère et son bébé. 10 autres personnes ont été blessées et 24, en tout, ont été sauvées par des agents de la Protection civile.

Ces migrants seraient originaires, pour la plupart, des provinces de Tantan, de Sidi Ifni et de Kalim. Les blessés ont été transférés à l’hôpital pendant que les 14 autres personnes sauvées ont été arrêtées. Les corps des victimes décédées ont été emmenées à la morgue de l’hôpital de Sidi Ifni.

Une enquête a été ouverte afin de faire la lumière sur toute cette affaire et de situer les responsabilités, par rapport à cet accident.


À lire aussi:

Une étudiante Allemande fait Hanovre-Agadir à vélo (5134 kilomètres)

in International/National/Société/Sport/Tourisme

Une étudiante allemande en médecine (en 2ème année) vient de rallier Hanovre, en Allemagne, à Agadir, dans le sud du Royaume marocain, à vélo, en 1 mois et demi. Elle a parcouru exactement 5134 kilomètres.


Venus Svea, jeune étudiante en deuxième année de médecine, à l’Université d’Hanovre, vient d’effectuer, à vélo, le trajet entre cette ville et Agadir, en passant par le Portugal, en 1 mois et demi. Elle a débuté son périple le 5 mai 2019.

Depuis Tanger, celle-ci est passée par Larache, Kénitra, Rabat, Casablanca, El Jadida, Safi, Essaouira et Marrakech, pour enfin arriver à Agadir, selon une information du média, Leseco. Elle a affirmé: «Le voyage d’évasion m’a toujours intrigué afin de combattre les préjugés et de rapprocher des cultures différentes».

Elle aurait, dans sa démarche, voulu prouver que les pays musulmans n’étaient pas dangereux et qu’ils jouissaient de sécurité, à en croire le même média. Venus Svea a déclaré, en ce sens: «Ma perception du Maroc a beaucoup changé, j’ai expérimenté l’hospitalité marocaine et j’ai réussi à tisser des liens d’amitié dans ce beau pays sûr, pour voyager».

En outre, elle souhaiterait, après ses études, se lancer dans le domaine humanitaire.


À lire aussi:

 

Casablanca parmi les villes les plus chères au monde pour les expatriés

in Économie/International/Monde/National/Société

Une étude conduite par Mercer a placé la ville de Casablanca à la 128ème place des villes les plus chères au monde pour les expatriés. Menée sur un échantillon de plus de 500 villes mondiales, l’étude prend en considération l’indice du coût de la vie.


L’étude en question s’est penchée sur l’aptitude des expatriés à suivre le coût de la vie, dans les différentes métropoles, et vise à fournir les entreprises en données réelles, pour une meilleure affectation des ressources humaines et financières. Le classement des villes s’appuie sur les coûts respectifs du transport, des produits alimentaires, des vêtements, des articles ménagers, des activités culturelles et sportives, ainsi que sur le prix des loyers.

Le Top Ten est marqué, principalement, par des villes asiatiques, où Hong Kong prend la première place des villes les plus chères au monde, suivie de Tokyo et de Singapour. Quant aux villes arabes et africaines, Dubaï arrive à la 22ème place, suivie de Kinshasa à la 23ème position.

Casablanca arrive à la 128ème position, alors que Rabat est 160ème. Les deux métropoles marocaines figurent, ainsi, parmi les villes les plus chères, aussi bien pour les expatriés que pour les citadins. Un constat, qui peut être utile, pour les multinationales, dans l’établissement des salaires de leurs cadres expatriés mais, plus encore, pour l’évaluation des bourses marocaines.


À lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils