National - page 32

MRE: Les autocars dans le viseur des autorités espagnoles

in International/MRE/National/Société
MRE: Les autocars dans le viseur des autorités espagnoles

Si vous comptez prendre le car pour faire votre voyage du Maroc à l’étranger, sachez que les douaniers espagnols ont durci la procédure, notamment pour ceux qui ont l’habitude de prendre des produits ou autres douceurs du Maroc.


Depuis quelques semaines, les douaniers espagnols obligent tous les voyageurs à décharger leurs bagages à leur arrivée et à les conserver tout au long de leur voyage par bateau, rappelle le journal l’Economiste, ce qui rend très difficile le voyage, notamment pour les personnes les plus âgées.

Des témoins cités par le journal confient avoir souffert durant leur voyage, surtout que le port d’Algésiras n’est pas bien équipé en chariot. De plus, il est strictement interdit de les monter dans le bateau. Prenez donc vos précautions avant de préparer votre voyage.

Par ailleurs, on a noté une augmentation substantielle du prix du billet d’autocar. La raison ? elle découle de la première. Etant interdits de transporter des bagages, les sociétés d’autocars voient leur chiffre d’affaires baisser et répercutent cette baisse sur les voyageurs.

Et gare à ceux qui ne respectent pas cette nouvelle consigne ou ils devront mettre la main à la poche, prévient de la même source. Les douaniers dressent en effet des amendes comprises entre 1000 et 3000 euros aux chauffeurs qui ne vident pas leur car avant d’embarquer.


>> À lire aussi:

Mondial 2030: L’Espagne et le Portugal préparent une candidature commune sans le Maroc

in International/National/Sport
Mondial 2030: L’Espagne et le Portugal préparent une candidature commune sans le Maroc

Après la Coupe du monde en Russie en 2018 et l’échec de la candidature Maroc-2026, l’Espagne comme le Portugal avaient pris contact avec le Maroc pour une éventuelle candidature bipartite ou tripartite. Une idée très séduisante car ce serait la première fois de l’histoire qu’une coupe du monde aurait lieu à cheval sur deux continents.


Un communiqué de la Fédération espagnole, diffusé ce samedi matin 8 juin, ne cite pas le Maroc




Hier, les fédérations espagnole et portugaise ont annoncé étudier une candidature commune à l’organisation du Mondial 2030 et avoir « lancé un profond processus d’analyse ». Curieusement il n’est plus question du Maroc, pays pourtant à qui le Chef du gouvernement avait proposé une candidature commune incluant l’Espagne et le Portugal.

« Après diverses réunions ces dernières semaines, les fédérations de football d’Espagne et du Portugal confirment débuter un profond processus d’analyse sur la possibilité de présenter une candidature commune pour organiser la Coupe du monde 2030 », lit-on dans le communiqué conjoint diffusé par les deux fédérations, ajoutant que « Les gouvernements des deux pays ont été informés de manière adéquate sur ce processus, dont ils seront parties prenantes ».

Pourtant, en novembre dernier alors qu’il était en visite au Maroc chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez avait proposé au roi Mohammed VI ainsi que qu’au chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani une candidature commune avec le Maroc. Cette proposition avait été accueillie très favorablement par les responsables marocains, qui y voyaient une opportunité de présenter la première candidature de deux continents.



>> À lire aussi:

Le 22ème Festival Gnaoua et Musiques du Monde rend hommage à feu Randy Weston

in National
Le 22ème Festival Gnaoua et Musiques du Monde rend hommage à feu Randy Weston

La 22ème édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira rend un vibrant hommage à la grande figure de Jazz, feu Randy Weston, ont annoncé les organisateurs.

Cet hommage, prévu du 20 au 23 juin, s’articulera autour de trois temps forts : une Lila, une exposition et la projection d’un documentaire.

Eternel amoureux des Gnaoua, Randy Weston est l’incarnation de l’universalité musicale à travers les styles. Laissant un héritage capital de plus d’un demi-siècle, Randy Weston est considéré comme un des derniers de toute une génération de légendes du panthéon du jazz. Il a côtoyé des géants tels que Duke Ellington et Count Basie, a joué avec Charlie Parker et a pris des leçons avec le pianiste et compositeur américain Thelonious Monk.

L’African Soul Pianiste de renom a toujours puisé dans les racines africaines du jazz pour développer sa musique. Celui qui a été sacré « Docteur de musique » par de nombreuses institutions culturelles et conservatoires de jazz s’est toujours intéressé aux musiques populaires et aux musiques d’Afrique.

Randy Weston a pris pour refuge le Maroc où il s’installe et tombe amoureux de la musique Gnaoua et développe une véritable complicité avec le maâlem Abdellah El Gourd de Tanger. Il a enchanté les mélomanes avec « Spirit ! The power of music » qu’il a mis au point avec l’African Rythm Quintet et son grand ami El Gourd. Une envoûtante fusion de musique gnaoua et de jazz à travers laquelle cet ethnologue de la musique a su rassembler 3 religions : christianisme, islam et yoruba.

En 2011, sa reconnaissance fût marquée au Maroc avec sa décoration, aux côtés du mâalem Abdellah El Gourd. Lors de la 4ème édition du « World Nomads Morocco » à New York, placée sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, Randy Weston et mâalem El Gourd reçurent respectivement le Wissam de mérite intellectuel, et le Wissam de mérite national de l’Ordre d’officier.

Randy Weston a sillonné tout le continent à la recherche de rythmes et de nouvelles couleurs mais le Maroc reste son coup de cœur, sa deuxième maison. Il s’est produit en 2016 au Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira.

Après 92 années de splendeur musicale, le grand Randy s’est éteint paisiblement le 1er septembre 2018.

Aujourd’hui, le Festival honore la mémoire de cet amoureux inconditionnel des musiques africaines et pionnier de la fusion gnaoua-jazz.


En 1967, durant une tournée Afrique organisée par le Département d’Etat américain, Randy Weston découvre le Maroc. C’est le coup de foudre ! Il décide alors de s’installer à Tanger jusqu’en 1972. Ne parlant ni le français ni l’espagnol ni l’arabe, c’est le langage universel de la musique qui fait sa force. Treize ans plus tard, une production franco-espagnole réalise un documentaire tout à fait unique et jamais produit en DVD.

« Randy in Tangier » filme et suit Randy Weston lors de son retour au Maroc. 85 minutes de pur bonheur, où l’on voit ce jazzman amoureux de la musique, embrasser la magie des musiques Jilala et Gnaoua. Tout au long de ce documentaire, Randy parle de sa vie musicale comme on raconterait une histoire. L’histoire de la genèse de son amour et sa curiosité envers la musique africaine, qu’il décrit comme essentielle quant à la compréhension même de la musique. « Randy in Tangier » met en lumière les précieuses amitiés musicales marocaines du grand jazzman entre autres celle avec Maâlem Abdellah El Gourd. Des retrouvailles inespérées qui donnent lieu à des performances magiques.

Après une projection en décembre 2017 à « The New School » à New York, rendez-vous à Essaouira pour un dernier hommage à l’un des jazzmen les plus emblématiques.


À lire aussi:

Le Maroc, 2ème ou 3ème pays à obtenir le plus de visas français?

in International/National/Société
Le Maroc, 2ème ou 3ème pays à obtenir le plus de visas français?

La France a délivré un peu plus de 400.000 visas d’entrée à des ressortissants marocains, a déclaré le ministre des Affaires étrangères français Jean-Yves Le Drian en marge de sa visite au Maroc entamée vendredi 7 juin.





Lors du point presse, Le Drian a déclaré: “Je sais. Mais jamais dans l’histoire, la France n’a délivré autant de visas aux Marocains que l’année dernière. Plus de 400.000, on sera à plus de 400.000 cette année. C’est donc considérable. Le Maroc est devenu le deuxième pays après la Chine dans la délivrance de visas par la France.

“C’est très significatif. Je suis plutôt pour me réjouir de cette situation. 10% de plus par an. Cela montre l’attractivité de la relation. Nous sommes deux victimes de notre succès.

“Il faut comprendre qu’il y a des délais d’instruction, lorsqu’on gère des demandes, le coût n’a pas augmenté. Il y a l’afflux et les délais d’instruction obligatoires.

“C’est donc plutôt une bonne nouvelle pour notre relation mais il faut bien la gérer“.

Cependant, les chiffres du ministre français des Affaires étrangères ne sont pas exactes. Toutes les statistiques consultées, qu’elles soient officielles françaises ou européennes, annoncent des chiffres nettement inférieurs.

Le ministère français de l’Intérieur indique 334.016 visas délivrés par la France à des Marocains en 2018, situant notre pays au troisième rang derrière la Chine et la Russie, avec une hausse de seulement 3,2% (pas 10%) précise Média24.


A noter que la visite du ministre des Affaires étrangères français doit s’achever demain lundi. En plus de rencontres avec des responsables marocains, il est prévu qu’il participe à une rencontre économique à l’université Euromed consacrée aux enjeux de la coopération technologique et il devrait également recevoir la communauté française.


À lire aussi:

MRE: Des changements à connaître dans l’admission temporaire de véhicules

in International/MRE/National/Société
MRE: Des changements à connaître dans l’admission temporaire de véhicules

Les MRE qui avaient pour habitude de remplir les longs feuillets verts (D16) à leur entrée au Maroc ne seront pas mécontents d’apprendre que cette formalité a été remplacée par une autre, beaucoup plus simple. Quoique l’administration marocaine aurait pu aller encore beaucoup plus loin.


Depuis le 1er janvier dernier, les Marocains du monde ne remplissent plus les feuillets verts de la douane, cette tâche étant dévolue aujourd’hui aux douaniers. Composés de trois feuilles, une était gardée à l’entrée par la douane, deux autres étaient rendus au propriétaire avec les informations précises de son véhicule. A la sortie du Maroc, le deuxième feuillet était rendu aux douaniers et le dernier était gardé par le propriétaire du véhicule. Celui-ci était cacheté en guise de preuve.

Cette procédure est finie depuis le début de l’année. A l’entrée sur le territoire marocain (Tanger-Med, Sebta, Nador…) les agents des douanes demandent le passeport ainsi que la carte grise de la voiture pour entrer les informations dans leur système. Il leur est ensuite fourni une petite carte au format « carte bancaire » sur laquelle on trouve toutes les informations sur le véhicule et son propriétaire :


Nom et prénom
Numéro d’immatriculation (pays)
Numéro de passeport (pays)
Durée de validité
Un code barre, sans doute pour les besoins internes de la douane marocaine
Date d’entrée sur le territoire marocain.
Cette carte est à mettre en lieu sûr et vu sa fragilité, il faudra donc faire attention à ne pas la chiffonner (conseil d’un douanier). Celle-ci est visée par un autre douanier, du moins en ce qui concerne Tanger-Med, qui s’assure que les informations sont bien correctes, notamment le numéro d’immatriculation.

A la sortie du Maroc, cette carte est à nouveau présentée à la douane marocaine et l’agent contrôle le véhicule et « le retire » du système. Pour éviter sans doute des erreurs et responsabiliser les douaniers, son nom est cacheté à l’arrière de cette carte avec sa signature (voir photo en dessous). Nous vous conseillons vivement de garder cette carte, un erreur est vite arrivée et les problèmes qui vont avec …


>> À lire aussi:

MRE: Des changements à connaître dans l’admission temporaire de véhicules

in International/MRE/National/Société
MRE: Des changements à connaître dans l’admission temporaire de véhicules

Les MRE qui avaient pour habitude de remplir les longs feuillets verts (D16) à leur entrée au Maroc ne seront pas mécontents d’apprendre que cette formalité a été remplacée par une autre, beaucoup plus simple. Quoique l’administration marocaine aurait pu aller encore beaucoup plus loin.


Depuis le 1er janvier dernier, les Marocains du monde ne remplissent plus les feuillets verts de la douane, cette tâche étant dévolue aujourd’hui aux douaniers. Composés de trois feuilles, une était gardée à l’entrée par la douane, deux autres étaient rendus au propriétaire avec les informations précises de son véhicule. A la sortie du Maroc, le deuxième feuillet était rendu aux douaniers et le dernier était gardé par le propriétaire du véhicule. Celui-ci était cacheté en guise de preuve.

Cette procédure est finie depuis le début de l’année. A l’entrée sur le territoire marocain (Tanger-Med, Sebta, Nador…) les agents des douanes demandent le passeport ainsi que la carte grise de la voiture pour entrer les informations dans leur système. Il leur est ensuite fourni une petite carte au format « carte bancaire » sur laquelle on trouve toutes les informations sur le véhicule et son propriétaire :


Nom et prénom
Numéro d’immatriculation (pays)
Numéro de passeport (pays)
Durée de validité
Un code barre, sans doute pour les besoins internes de la douane marocaine
Date d’entrée sur le territoire marocain.
Cette carte est à mettre en lieu sûr et vu sa fragilité, il faudra donc faire attention à ne pas la chiffonner (conseil d’un douanier). Celle-ci est visée par un autre douanier, du moins en ce qui concerne Tanger-Med, qui s’assure que les informations sont bien correctes, notamment le numéro d’immatriculation.

A la sortie du Maroc, cette carte est à nouveau présentée à la douane marocaine et l’agent contrôle le véhicule et « le retire » du système. Pour éviter sans doute des erreurs et responsabiliser les douaniers, son nom est cacheté à l’arrière de cette carte avec sa signature (voir photo en dessous). Nous vous conseillons vivement de garder cette carte, un erreur est vite arrivée et les problèmes qui vont avec …


>> À lire aussi:

Crises internationales: Rabat et Paris, des positions proches sur l’ensemble des dossiers

in International/National/Politique

Le Maroc et la France partagent la même vision au sujet de plusieurs question régionales et internationales, notamment la situation en Libye, en Afrique subsaharienne et en Méditerranée, ont souligné, samedi à Rabat, les ministres des Affaires étrangères des 2 pays, Nasser Bourita et Jean-Yves Le Drian.


Rabat et Paris ont des positions « extrêmement proches » et « avancent dans le même sens » dans la gestion des crises internationales, ont indiqué les 2 responsables lors d’un point de presse conjoint, tenu à l’issue de leurs entretiens.

Bourita a indiqué, dans ce cadre, qu’il a évoqué avec son homologue français la situation en Libye, en Afrique subsaharienne et en Méditerranée, précisant que « c’était l’occasion de constater que sur ces questions, nous avançons dans le même sens et nous poursuivons les mêmes objectifs ».

Il a réaffirmé, à cet égard, l’appui du Maroc à l’initiative française « importante » du Sommet des 2 rives, prévu les 23 et 24 juin à Marseille, une rencontre de nature à renforcer la pertinence de la Méditerranée et à créer un cadre de discussion autour de projets concrets des pays méditerranéens.

Le Sommet des 2 rives est un moment important pour réaffirmer que la Méditerranée peut être une zone de crise, mais peut demain être une zone de sérénité et de paix à condition que l’on est la volonté politique et qu’on y affecte les moyens nécessaires, a tenu à préciser le ministre français.

« Nos positions sont extrêmement proches sur l’ensemble des dossiers et nous agissons ensemble dans le multilatéralisme auquel nous sommes très attachés pour faire aboutir des solutions de paix sur l’ensemble des théâtres où il peut y avoir aujourd’hui des crises », a dit le chef de la diplomatie française.


À lire aussi:

Le nouveau chantier naval de Casablanca en cours d’achèvement

in Économie/National/Société
Le nouveau chantier naval de Casablanca en cours d’achèvement

La première phase de la construction du nouveau chantier naval de Casablanca est en cours d’achèvement, selon la Société maghrébine de génie civil (Somagec).


Faisant partie du projet Wessal Casa Port, ce nouveau chantier s’inscrit dans le cadre de la restructuration et la réhabilitation de la zone portuaire de la métropole en vue d’une reconfiguration d’une bonne partie du centre-ville, a souligné le président du directoire de la SOMAGEC, Roger Sahyoun, dans un entretien à la MAP, précisant que ce projet porte sur la réalisation de deux lots d’un coût total de près de deux milliards de dirhams (MMDH).

Le premier lot est constitué d’une cale sèche, destinée principalement aux navires plus grands de 180m à 240m, d’un quai de 460ml dont 350ml pour réparation à flot et 110ml de liaison, d’un portique à sangle de 450 tonnes, outre l’aménagement d’un terre-plein de 21 hectares.

Le second lot consiste à réaliser un élévateur à bateaux et un système de guidage des bateaux, des voies de garages sur 450ml de profondeur, des travaux de fourniture et pose des rails et des réseaux divers ainsi qu’à construire un poste de commande de l’élévateur, traiter le sol de la zone de transbordement des navires et mettre en service le chariot élévateur du chariot de transfert des bers d’attinage pour des navires de 150m de longueur.


>> À lire aussi:

La vidéo insoutenable d’une agression de supporters du KACM indigne la toile

in Faits divers/National/Société

Indignation générale sur Facebook suite aux terribles actes auxquels se sont adonnés des supporters de l’Olympique de Safi sur des supporters du Kawkab de Marrakech.














Sur sa page officielle,les Green Boys ont exprimé leur soutien aux supporters marrakchis et leur indignation: “Dans le contexte de la concurrence entre les groupes ultras, nous remarquons toujours certaines choses qui n’ont aucun rapport avec le mouvement et qui contribuent à la destruction de sa réputation et à son développement en tant que culture footballistique (…). La rivalité ne peut jamais nous priver de nos valeurs humaines, ni faire de nous des monstres impitoyables. Ce crime a violé tous les principes humanitaires et religieux.”



À lire aussi:

(Vidéo) Sidi Ahmed: ils utilisent le VAR dans un match d’équipes amateurs

in National/Société/Sport

Depuis la finale très controversée entre le Wydad et l’Espérance, le VAR fait jaser tous les férus de ballon rond. Cette nouvelle technologie a visiblement été adoptée dans un match d’équipes amateurs au village de Sidi Ahmed, dans la province de Youssoufia. Le VAR semble bien respecté par l’arbitre du match.








À lire aussi:

Go to Top