National - page 3

Suspension des échanges transfrontaliers entre Ceuta et le Royaume au mois d’août

in Économie/International/National/Société

Afin d’accélérer les passages et d’éviter les bouchons, les autorités espagnoles et marocaines ont décidé de la suspension « temporaire et mutuellement convenue » des échanges transfrontaliers à pied et dans des véhicules de tous types de marchandises, entre Ceuta et le Royaume, durant le mois d’août.


La décision de cette restriction à l’activité des porteurs est prise d’un commun accord par les autorités frontalières des 2 pays et entrera en vigueur le 29 juillet. Elle durera au moins jusqu’au 3 septembre, juste après la Journée de l’Autonomie, informe le média espagnol, La Vanguardia.

Il s’agit là, relève Europa Press, de l’arrêt de l’activité commerciale à laquelle des milliers de citoyens marocains sont voués et qui pèse entre 25 et 30% du Produit intérieur brut (PIB) de la ville espagnole.

Pour justifier cette décision, les autorités gouvernementales avancent qu’elle correspond à « la confluence d’une série de dates festives ». Il s’agit, entre autres, souligne le même média, des fêtes patronales en l’honneur de la Vierge de l’Afrique (du 30 juillet au 5 août) et de l’Aid El-Kébir, la célébration la plus importante du calendrier musulman, qui aura lieu à la mi-août.

Par ailleurs, détaille la même source, cette décision facilitera le transit des Marocains qui se rendent dans leur pays d’origine, en été, dans le cadre de l’Opération « Paso del Estrecho » (OPE ou « Marhaba » 2019, du côté marocain), dont les « journées les plus critiques » sont attendues pour la fin du mois d’août.


À lire aussi:

EasyJet relance un vol de France vers Agadir

in International/National/Tourisme
EasyJet relance un vol de France vers Agadir

La compagnie à bas coût, EasyJet, vient d’annoncer le lancement prochain d’une nouvelle liaison aérienne entre les villes de Toulouse et d’Agadir. Ce vol ne sera pas saisonnier et devrait être proposé toute l’année.


Ce n’est pas vraiment une nouveauté puisqu’EasyJet proposait déjà ce vol dans le passé, avant de l’abandonner. Dans le détail, la nouvelle route sera disponible à partir de fin octobre 2019, est-il indiqué dans un communiqué. Ainsi, 3 vols hebdomadaires seront proposés (mardi, jeudi et dimanche).

En ce qui concerne les prix, une brève consultation effectuée, ce jeudi 11 juillet 2019, montre que les billets sont proposés à partir de 38 euros, pour l’aller simple, au départ de Toulouse. A cela, il faudra bien sûr ajouter les frais auxquels les compagnies nous ont déjà habitués.

À noter qu’EasyJet a annoncé, il y a quelques jours, un nouveau vol entre l’Aéroport de Belfast et celui de Marrakech-Ménara.


À lire aussi:

Les Français, toujours les premiers touristes à Agadir

in International/National/Société/Tourisme

Les touristes français ont encore été, durant les 5 premiers mois de l’année et, de loin, les premiers, en termes d’arrivées d’étrangers à Agadir, selon les chiffres qui ont été diffusés par le Conseil régional du Tourisme d’Agadir Souss-Massa.


Ils ont en effet passé quelque 497.367 nuitées dans la capitale du Souss, en progression de plus de 10%, par rapport aux mêmes chiffres de l’année dernière. Ils devancent les Allemands qui ont passé 366.574 nuitées à Agadir, en augmentation de 3,7%, entre les mois de janvier et de mai derniers.

Mais, la ville d’Agadir attire également les touristes locaux avec 289.674 nuitées, en augmentation de 11,37%, par rapport à l’année dernière. Comme dans les précédents rapports, il ressort que les touristes, qu’ils soient nationaux ou étrangers, ont une préférence pour les hôtels 4 étoiles (575.152 nuitées), puis pour les hôtels 5 étoiles (378.919 nuitées) et, enfin, pour les clubs touristiques.

Par ailleurs, le Conseil régional du Tourisme d’Agadir se félicite d’une augmentation du nombre de nuitées, qui est légèrement en hausse.


À lire aussi:

Le Maroc, un acteur clé dans l’intégration économique de l’Afrique

in Afrique/Économie/International/National

Le Maroc est devenu un acteur clé dans l’intégration économique du continent africain, a affirmé, mercredi à Kigali, Akinwumi Adesina, le président du groupe la Banque africaine de développement (BAD).


« Le Maroc affiche une détermination admirable pour investir sur le continent africain et faire avancer l’intégration économique de l’Afrique », a affirmé M. Adesina dans une déclaration à la MAP en marge de la 4ème assemblée générale annuelle des actionnaires de la plateforme panafricaine d’investissement Africa50 qui se tient dans la capitale rwandaise.

M. Adesina, par ailleurs président du conseil d’administration d’Africa50, a souligné que le Royaume a une importante expérience à partager avec les pays africains, notamment en matière d’énergies renouvelables qui constitue un levier de croissance inclusive et dans laquelle le Maroc s’impose en tant que « leader incontesté du contient ».

Admirateur des idées avant-gardistes du Royaume en matière d’énergies renouvelables, M. Adesina a salué à cet effet les actions entreprises par SM le Roi Mohammed VI pour l’intégration de l’économie marocaine en Afrique et le renforcement des investissements destinés à l’Afrique.

« En mettant en place l’une des plus grandes centrales solaires au monde et en favorisant les projets éoliens et solaires, le Maroc est en train de réaliser quelque chose de grand », a-t-il déclaré.

D’autre part, M. Adesina a indiqué que la BAD est en discussion avec le Maroc pour bénéficier de son appui technique pour son programme « Desert to Power » qui a pour objectif de fournir de l’énergie solaire à 250 millions de personnes dans la région du Sahel.

Se félicitant du partenariat « stratégique » liant le Maroc et la BAD, il a fait savoir que plusieurs projets sont en vue entre les deux partenaires, particulièrement en matière des infrastructures, de la gouvernance et de l’intégration du marché financier.


À lire aussi:

Nouveau vol de la compagnie Easyjet vers Marrakech

in International/National/Tourisme

La ville de Marrakech continue d’attirer les compagnies aériennes. En effet, EasyJet vient d’annoncer le lancement d’une nouvelle ligne entre les aéroports de Belfast et celui de la ville ocre.


Installée en Irlande du nord depuis 23 ans, la compagnie low cost lance cette nouvelle liaison durant la prochaine saison hivernale, c’est-à-dire du 31 octobre au mois de mars 2020. Ces liaisons auront lieu les mercredi et samedi.

Pour le directeur d’EasyJet au Royaume-Uni, la destination Marrakech a été sélectionnée au terme d’une étude approfondie. Le directeur espère également que cette nouvelle liaison séduira leurs clients d’Irlande du nord à la recherche d’un soleil d’hiver.

La chaleur et la culture marocaine attirent beaucoup plus la clientèle irlandaise, avance Neil Slaven, soutenu par son directeur commercial pour qui le Maroc est une destination prisée des vacanciers locaux.


À lire aussi:

Le Maroc aura une chaîne électronique dédiée à la recherche scientifique

in Culture/National/Société

Le lancement d’une chaîne électronique, visant à promouvoir la recherche scientifique universitaire et à faire connaitre les réalisations dans ce domaine, est en cours d’étude, a indiqué, lundi à Rabat, le secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Khalid Samadi.


Dans le cadre des évolutions accélérées imposées par la communication numérique, il est nécessaire de penser à mettre en place une chaîne électronique qui jettera la lumière sur la réalité de la recherche scientifique dans les universités, à travers la programmation de rapports et d’entretiens avec les différents acteurs, et qui assurera la couverture des rencontres et conférences scientifiques ainsi que des projets et recherches réalisés par les étudiants, a expliqué M. Samadi dans une interview à l’Agence marocaine de presse dans le cadre des rencontres « Face à la MAP ».

Cette initiative qualitative aura des retombées positives sur l’opinion publique en général et sur les étudiants chercheurs en particulier, du fait qu’ils pourront suivre les efforts déployés dans les domaines de la formation et de la recherche scientifique et le « très haut » niveau des infrastructures disponibles dans les universités marocaines, a souligné M. Samadi.

Par ailleurs, le secrétaire d’Etat a précisé que la recherche scientifique comprend trois catégories: une première relative à la recherche scientifique dans les universités marocaines, une seconde dans le cadre des institutions publiques (en collaboration avec les universités) et une dernière comprenant les projets de recherche au niveau de la coopération internationale auxquels participent des chercheurs marocains.

Les efforts déployés en matière de recherche scientifique sont considérables tant au niveau du budget que de la qualité des recherches, a-t-il fait savoir, tout en mettant en exergue la vision globale de la réforme de la recherche scientifique universitaire et l’adhésion des départements gouvernementaux à ce chantier en vue de réaliser le développement du Royaume et renforcer sa position scientifique et académique au niveau régional et international.

Évoquant la situation de la recherche scientifique, M. Samadi a relevé que 34.000 étudiants sont inscrits en doctorat, 7.000 articles scientifiques réalisés par des chercheurs marocains et 100 brevets d’invention inscrits chaque année.


À cet égard, le secrétaire d’Etat a mis en avant le rôle important joué par les cités de l’innovation dans les différentes universités et qui interviennent comme médiateur entre l’université marocaine et l’investissement, afin d’accompagner les projets innovants et transformer les brevets d’invention en investissements.

« Nous sommes en train de revoir le système doctoral en vue de rassembler les différents laboratoires de recherche dans un seul centre doctoral pour chaque université, afin de garantir la convergence des ressources humaines et financières et un plus grand rendement », a-t-il fait savoir, assurant que son département œuvre à réformer le système des masters, qui constitue la pépinière du doctorat.

Sur le volet des partenariats, M. Samadi a indiqué que dans le dessein de promouvoir la recherche scientifique, 14 partenariats ont été signés avec les départements gouvernementaux, à l’instar du département des transports (14 projets), de l’agriculture (9) et de l’industrie, du commerce et de l’économie numérique (1 projet sur l’intelligence artificielle).

Au niveau international, le secrétaire d’Etat a fait savoir que son département a adhéré à deux grands projets: le projet « Horizon 2020 » avec l’Union européenne et le projet « PRIMA » à Bruxelles conclu en 2017, soulignant que ces deux projets témoignent de la place prépondérante qu’occupent le chercheur marocain et les universités marocaines au niveau européen.

Il a, dans ce sens, noté que certaines spécialités dans les universités marocaines, comme la médecine, l’agriculture et l’environnement, attirent de plus en plus d’étudiants étrangers, avec pas moins de 22.000 lors de l’année universitaire 2017-2018, dont 81% d’étudiants d’Afrique.

Il existe également une ouverture croissante sur les pays asiatiques, comme l’Inde et la Malaisie, dans le cadre de la « diplomatie académique » qui revêt une grande importance, a-t-il fait observer.

La recherche scientifique au Maroc connaît des évolutions significatives qui nécessitent un suivi en termes de communication, ainsi que des efforts visant à immuniser les compétences universitaires et à limiter l’exode des cerveaux par le biais d’un plan complet capable de contrer ce phénomène imposé par la mondialisation, a conclu M. Samadi.


À lire aussi:

HCP: L’économie marocaine devrait enregistrer un taux de croissance de 2,7% en 2019

in Économie/International/National
HCP: L’économie marocaine devrait enregistrer un taux de croissance de 2,7% en 2019

La croissance économique marocaine devrait se situer à 2,7% en 2019 au lieu de 3% enregistrée en 2018, a annoncé, mardi à Casablanca, le Haut-commissaire au Plan (HCP) Ahmed Lahlimi Alami.


Ce ralentissement est imputable au repli de 2,1% de la valeur ajoutée du secteur primaire, ce qui contribuerait négativement à la croissance du produit intérieur Brut de -0,3 point en 2019 au lieu d’une contribution positive de 0,3 point une année auparavant, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation de la situation économique nationale en 2019 et ses perspectives en 2020.

Il a, en outre, relevé, que les activités non agricoles devraient s’accroître de 3,2%, en légère amélioration par rapport à 2,8% enregistrée en 2018, soulignant que ce résultat s’explique essentiellement par un accroissement des activités secondaires de 3,5% au lieu de 3% en 2018. Quant aux activités du secteur tertiaire, elles devraient progresser de 3% au lieu de 2,7% en 2018.

Au niveau du secteur secondaire, les industries de transformation poursuivraient leur reprise, affichant un taux de croissance de près de 3% en 2019, a indiqué M. Lahlimi, notant que le secteur du bâtiment et travaux publics devrait connaitre une amélioration avec une croissance de près de 1% au lieu de 0,1% en 2018, grâce à la poursuite des projets d’infrastructures.

Quant au secteur minier, sa valeur ajoutée poursuivrait sa consolidation et afficherait un taux de croissance de 3,9% en 2019 après 4,7% en 2018 et un net rebondissement de 16,5% en 2017, a t-il ajouté, faisant savoir que les services marchands devraient progresser de 3% en 2019, en amélioration par rapport à 2,4% enregistré en moyenne entre 2013 et 2018, alors que les services fournis par les administrations publiques dégageraient une valeur ajoutée en hausse de 3,4% après 2,5% une année auparavant.


Par ailleurs, le Haut-commissaire au Plan a annoncé une baisse de l’inflation, exprimée par le niveau général des prix, passant de 1,1 % en 2018 à 0,8% en 2019. Concernant le déficit budgétaire, M. Lahlimi a révélé que celui-ci devrait s’accentuer pour atteindre 4,5% du PIB en 2019 contre 3,7% en 2018, faisant remarquer qu’en tenant compte des recettes de la privatisation, ce déficit devrait s’alléger à 3,6% du PIB.

Au sujet de l’épargne nationale, il a estimé qu’elle connaitrait une légère baisse, passant de 27,6% du PIB en 2018 à près de 27,3% en 2019, relevant que cette épargne resterait inférieure à l’investissement brut qui serait en recul, passant de 33,5% du PIB en 2018 à 32,6% en 2019.

Quant à la balance des échanges extérieurs des biens et des services, elle dégagerait un déficit commercial rigide à la baisse par rapport au PIB passant de 18,6% du PIB en 2018 à 18,7% l’année en cours, alors que la balance des paiements devrait dégager un déficit du compte courant de 5,3% du PIB, en atténuation par rapport à 5,9% du PIB enregistré en 2018.

Le taux de la dette publique globale s’accroitrait pour atteindre près de 81,3% du PIB en 2019 au lieu 73,4% durant la période 2010-2017 et 60,2% durant 2005-2009. Le taux d’endettement global du Trésor devrait augmenter, lui, à 65,3% du PIB au lieu de 64,9% en 2018, a t-il fait savoir.


À lire aussi:

Fouzi Lekjaâ sanctionné par le Comité de Discipline de la CAF

in Afrique/International/National/Sport
Fouzi Lekjaâ sanctionné par le Comité de Discipline de la CAF

Fouzi Lekjaâ, patron de la Renaissance sportive de Berkane (RSB) et Président de la Fédération royale marocaine de Football (FRMF), vient d’être suspendu, pour une période d’un an, par le Comité de Discipline de la Confédération africaine de Football (CAF). Il s’agit d’une décision qui fait suite à son altercation avec l’arbitre éthiopien, Bamelak Tessama, lors de la finale de la Coupe africaine des Confédérations.


Fouzi Lekjaâ n’est pas au bout de ses peines ! A peine sorti d’une participation ratée des Lions de l’Atlas à la CAN, qu’il doit déjà faire face à une sanction qui émane de l’instance de gestion du football africain, la CAF. On se rappelle d’ailleurs la réunion d’urgence du Président de la FRMF au Caire avec le sélectionneur Hervé Renard, pour comprendre les raisons de la défaite des Lions, face au petit poucet que représentaient les Ecureuils du Bénin, qui ont réussi à éliminer le Maroc.

Alors que le Président de la FRMF se démène pour résoudre toutes ces équations que sont la défaite des Lions et le départ d’Hervé Renard, c’est la CAF qui se charge de lui infliger une sanction qui vient davantage ajouter à ses soucis. Cette décision de la CAF est motivée par un recours introduit par la Fédération éthiopienne de Football contre le patron du football marocain.

En effet, une réunion a été tenue ce mardi 9 juillet matin, au Caire, durant laquelle le Comité de Discipline de la CAF a entendu Fouzi Lekjaâ. Après quoi, celui-ci est suspendu, en sa qualité de Président de la RSB. Cette sanction ne concerne aucunement son poste à la FRMF.


À lire aussi:

La FRMF dément les fausses informations faisant état d’une suspension de Fouzi Lekjaa

in International/National/Sport

La Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a démenti toutes les fausses informations faisant état mardi d’une suspension de son président, Fouzi Lekjaa, par la Commission de discipline de la Confédération africaine de football (CAF) en rapport avec la finale retour de la Coupe de la CAF entre Zamalek d’Egypte et la Renaissance Sportive de Berkane (RSB).


La Commission de discipline de la CAF tiendra une réunion consacrée à ce sujet en présence de M. Lekjaa lors des prochains jours, a indiqué la FRMF dans un communiqué.

La Fédération Royale marocaine de football avait adressé une lettre de contestation à la Confédération africaine de football sur l’arbitrage de l’Éthiopien Bamlak Tessema Weyesa qui a officié la finale retour de la CAF de Football entre le Zamalek et la RSB le dimanche 26 mai à Alexandrie, une rencontre qui s’est soldée par une victoire des Égyptiens aux tirs au but 5-3 (1-1 temps réglementaire).


À lire aussi:

Migration illégale et traite humaine: un Camerounais arrêté à Tanger

in Faits divers/International/National/Société

Le service préfectoral de la police judiciaire de Tanger a procédé, lundi à minuit, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, à l’arrestation d’un ressortissant camerounais soupçonné d’appartenir à un réseau criminel s’activant dans la migration illégale et la traite humaine.


Les investigations préliminaires menées dans le cadre de cette affaire ont permis d’appréhender le présumé dans la zone de Rahrah à Tanger, à bord d’un véhicule utilitaire transportant 29 candidats à l’immigration clandestine, dont 5 en provenance de la Birmanie, tandis que les 24 autres, dont 5 femmes et 2 mineurs, sont originaires de pays subsahariens, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

La fouille du véhicule a permis la saisie de pneus et de sommes d’argent chez le suspect, soupçonnées être une contrepartie de l’opération de l’immigration clandestine, qui devrait être lancée depuis une plage près de Tanger, selon la même source.

Le mis en cause a été placé en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, alors que les candidats à l’immigration clandestine ont été auditionnés en vue de déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire et identifier toutes les personnes ayant participé ou sont impliquées dans ce réseau criminel, conclut le communiqué.


À lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils