National - page 2

Bac 2019: le taux de réussite final est de 78%

in Culture/National/Société
Bac 2019: le taux de réussite final est de 78%

253.808 bacheliers en 2019, dont 39.052 ont réussi les examens de rattrapage. Le taux de réussite est en hausse de 6 points par rapport à l’année dernière.


Le taux de présence aux examens de rattrapage s’élève à 94,79%, annonce le ministère de l’éducation national dans un communiqué. Les conditions de déroulement ont été normales, similaires à celles de la première session.

Les filles représentent 54,30% des nouveaux bacheliers.

162.275 candidats ont décroché le bac dans les branches scientifiques, mathématiques et techniques. 86.780 dans les branches littéraires et traditionnelles.

Le bac international a connu la réussite de 24.107 élèves, soit un taux de réussite de 97,54%, contre 7.984 pour le bac professionnel, avec un taux de réussite de 59,53%.

Le taux de réussite des élèves en situation de handicap qui ont bénéficié du dispositif spécial de passage des examens est de 90,23%.

25.870 candidats libres ont décroché le bac, doit un taux de réussite de 41,1%.


À lire aussi:

Du nouveau dans l’affaire de l’actrice et du réalisateur arrêtés pour adultère

in Faits divers/National/Société
Du nouveau dans l’affaire de l’actrice et du réalisateur arrêtés pour adultère

Accusés d’adultère et placés en garde à vue, la célèbre actrice, Najate El Ouafi et son présumé amant, le réalisateur Saïd Khalaf ont maintenu leur ligne de défense devant le Parquet.


Le dossier a été retourné à la Police judiciaire pour approfondir l’enquête, surtout que, jusque-là, aucune preuve flagrante n’est encore établie. Mais, il ne faudrait pas compter sans la détermination du mari de l’actrice, qui dit avoir de quoi les confondre.

Cette affaire, qui a été révélée par le quotidien Assabah et qui est bien loin d’avoir livré tous ses secrets. En effet, interrogée par le représentant du Ministère public, Najate El Ouafi a plutôt évoqué des raisons strictement professionnelles pour justifier sa rencontre avec le réalisateur Saïd Khalaf, dans un appartement situé au quartier Gauthier, à Casablanca.

Selon le quotidien Assabah, les deux accusés sont passés devant le Procureur, dans la matinée du jeudi 11, après avoir été convoqués, la veille, au siège de la Police judiciaire d’Anfa. Najate El Ouafi et Saïd Khalaf ont été constants dans leurs déclarations, affirmant qu’ils ont passé la nuit dans ce même appartement où ils ont été interpellés, pour « discuter d’un projet artistique ».

De son côté, l’époux de l’actrice, qui se trouve aux Etats-Unis où il a convolé en justes noces, depuis deux ans, avec Najate El Ouafi, affirme que celle-ci avait prétexté d’un voyage professionnel pour retourner au Maroc.


Cependant, étant convaincu du contraire, l’homme a, de son côté, entrepris « de rassembler des preuves d’adultère, avec la complicité de l’un de ses amis au Maroc », précise Assabah.

Cette démarche personnelle du mari, menée à l’insu de sa femme, a permis, selon la même source, de rassembler « une soixantaine de clichés qui prouvent que son épouse avait une relation amoureuse avec le producteur en question, avec lequel elle aurait d’ailleurs passé plusieurs nuits dans un appartement loué dans le quartier Gauthier ».

De plus, selon le mari, « les deux amants se présentaient aux voisins de l’immeuble, ainsi qu’au concierge, comme un couple marié ».

Après l’audition des deux mis en cause, le représentant du Parquet a décidé de retourner le dossier à la Police judiciaire pour approfondir l’enquête, faute d’éléments probants qui attestent de l’adultère qui leur est reproché, relève le quotidien qui, d’ores et déjà, n’écarte pas la piste scientifique, pour la suite de l’enquête.


À lire aussi:

Pays-Bas: un Marocain qui a escroqué 16.000.000 dhs à la Douane extradé

in Faits divers/International/National/Société
Pays-Bas: un Marocain qui a escroqué 16.000.000 dhs à la Douane extradé

Un an après l’émission d’un mandat d’arrêt international à son encontre, les autorités néerlandaises ont finalement livré un ex-receveur des Douanes à leurs homologues marocaines. Celui-ci est poursuivi sous le chef d’inculpation d’escroquerie de la somme de 16 millions de dirhams.


Le prévenu a été extradé le 3 juillet 2019, via l’Aéroport international « Mohammed V » de Casablanca, où il a été interpellé par la Police judiciaire de Marrakech. Le Procureur général près la Cour d’Appel de la ville l’a déféré devant le Juge d’Instruction à la Chambre pénale, qui l’a placé en détention, en attendant les conclusions de l’enquête préliminaire.

En juin 2018, une Commission centrale d’inspection, relevant de la Direction régionale des Douanes et des impôts indirects, a conduit une mission de contrôle, durant une semaine, qui a confirmé le détournement de 30 millions de dirhams. L’ex-receveur avait passé 17 ans à Marrakech.

Ensuite, il a été affecté à Safi, en septembre 2016, avant de disparaître, suite à l’éclatement de l’affaire d’escroquerie.


Après un contrôle des documents financiers relatifs aux saisies et aux taxes perçues, la Commission avait constaté plusieurs irrégularités au niveau du recouvrement des ressources financières propres à la Direction régionale de Marrakech. La même opération a été conduite par la Commission dans les villes de Safi et d’Agadir.

Elle y a saisi des chèques d’une valeur de 8 millions de dirhams, au domicile d’un comptable de la Direction régionale de la ville. Ces chèques étaient supposés avoir été déposés dans le compte du Trésor. L’ex-receveur des Douanes de Marrakech menait un train de vie au-dessus de ses moyens, payant une rente mensuelle de 10.000 dirhams à son ex-épouse, passant ses vacances annuelles dans des destinations européennes.

Encore, il effectuait, chaque année, le rituel d’al-Omra.


À lire aussi:

Irak: Contribution marocaine à la renaissance de l’Université de Mossoul

in Culture/International/National/Politique/Société

Le ministère de la Culture et de la Communication a fait don de centaines de livres de diverses disciplines intellectuelle, littéraire et scientifique au profit de l’Université de Mossoul en Irak, dans le cadre de la mise en oeuvre des recommandations de la 21ème Conférence des ministres arabes de la Culture.


Ce don a été remis, lors d’une cérémonie organisée jeudi à l’ambassade du Royaume au Caire, en présence de l’ambassadeur irakien au Caire, Ahmed Al-Dulaimi, et de responsables de la Ligue des États arabes.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre de la recommandation de la Ligue des États arabes de contribuer à la renaissance du patrimoine de cette ancienne université, détruite par l’organisation terroriste « Daesh » lors de son occupation de la ville de Mossoul.

Il s’agit également d’une contribution de la Ligue des États arabes à la mise en œuvre de l’initiative lancée par l’UNESCO visant la renaissance du patrimoine culturel de la ville de Mossoul.

L’ambassadeur du Maroc au Caire et représentant permanent du Royaume auprès de la Ligue des États arabes, Ahmed Tazi, a mis en avant le statut scientifique prestigieux de l’Université de Mossoul, l’un des plus grands centres d’enseignement et de recherche du Moyen-Orient et la deuxième université d’Irak, ajoutant que cette université disposait avant sa destruction d’oeuvres, de livres et de manuscrits rares témoignant de la richesse de la civilisation et de l’histoire irakiennes.

Il a ajouté que ce don de livres couvrant divers aspects de la pensée, de la littérature, de l’histoire, de la sociologie et de l’économie, témoigne de l’importance de la dimension humaine et intellectuelle dans tout processus de reconstruction.

L’ambassadeur a exprimé, à cet effet, l’espoir de voir l’Irak renouer avec son rayonnement culturel et civilisationnel d’antan.


Pour sa part, l’ambassadeur d’Irak a exprimé sa gratitude pour cette initiative conforme aux positions de longue date du Maroc en matière de soutien aux causes des pays arabes.

Il a exprimé son regret pour les dommages subis par l’Université de Mossoul et la destruction de livres, d’oeuvres rares et de périodiques qui constituaient une source d’informations importante pour les chercheurs et les étudiants du monde entier.

M. Al-Dulaimi a mis l’accent sur l’importance des efforts concertés pour lutter contre les activités criminelles et terroristes de l’organisation Daech, soulignant la nécessité de préserver la composante culturelle seule garante de l’identité des peuples.

Pour sa part, la directrice du département d’information, de documentation et de traduction à la Ligue Arabe, Hala Jad a déclaré que la Ligue arabe avait élaboré une stratégie en plusieurs étapes pour la reconstruction de l’Université de Mossoul, en coopération avec plusieurs organisations et maisons d’édition arabes et l’Union des éditeurs arabes.

Elle a exprimé sa gratitude au Maroc pour être précurseur dans la mise en oeuvre de cette stratégie, ajoutant que l’Université de Mossoul et sa bibliothèque seraient dotées de livres couvrant divers domaines de la science, de la littérature, de l’astronomie, de la médecine, de l’histoire et autres lui permettant de renouer avec son passé glorieux.


À lire aussi:

L’expert agronome marocain Abdelouahab Zaid a reçu la médaille d’or de la FAO

in International/National/Société

L’expert agronome marocain Abdelouahab Zaid a reçu la médaille d’or de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en reconnaissance de ses efforts et réalisations en matière de culture du palmier aux plans arabe et international.


L’expert marocain s’est vu remettre cette médaille des mains du directeur général de la FAO José Graziano da Silva, lors du 41ème Congrès de cette organisation, tenu du 22 au 20 juin dernier à Rome.

Ambassadeur de bonne volonté de la FAO, Abdelouahab Zaid est secrétaire général du Prix international Khalifa du palmier dattier, coordonnateur général du Réseau international du palmier dattier et directeur général du Centre arabe du génie génétique et de la biotechnologie.

Le chercheur marocain, qui avait aussi occupé, pendant vingt ans, le poste de haut expert technique au sein de la FAO et du Programme des Nations unies pour le développement, est actuellement conseiller au ministère des Affaires de la présidence de l’Etat des Emirats arabes unis.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages scientifiques et lauréat d’autant de prix d’excellence qui lui ont été décernés notamment par la FAO et l’Organisation arabe pour le développement agricole.


À lire aussi:

Voici la véritable rémunération d’Hervé Renard et celle des autres responsables

in Économie/International/National/Société/Sport

Les chiffres publiés par le quotidien arabophone, Al Massae, dans son édition de ce jeudi 11 juillet 2019, sont édifiants. Il s’en dégage que Patrice Beaumelle, l’Adjoint du sélectionneur Hervé Renard, avait, durant la CAN, le 4ème meilleur salaire de la compétition, en comparaison avec les autres entraîneurs.


« Beaumelle toucherait ainsi 55.000 euros mensuellement, soit mieux que Djamel Belmadi, le coach de l’Algérie, qui jouera son quart de finale face à la Côte d’Ivoire, ce jeudi, et crédité d’une rémunération de 50.000 euros », écrit Al Massae qui évoque également le salaire de l’ancien international marocain, Mustapha Hadji, second adjoint d’Hervé Renard, qui touche, lui, un salaire de 30.000 euros mensuellement, ce qui le place au 8e rang des plus grosses rémunérations de la compétition.

Le salaire d’Hervé Renard, est plutôt largement au-dessus de ce qui avait été relayé par les médias. Il s’élèverait à 120.000 euros, au lieu de 80.000 euros, de la part de la Fédération royale marocaine de Football. De ce fait, le revenu mensuel du sélectionneur français devance bien largement ceux de plusieurs entraîneurs.


Le média cite, entre autres, Javier Aguirre, l’entraîneur mexicain de l’Egypte, récemment renvoyé (108.000 euros), le Néerlandais Clarence Seedorf, sélectionneur du Cameroun (96.000 euros), l’Ecossais Stuart Baxter, coach des « Bafana Bafana » sud-africains (62.300 euros) ou l’Algérien Djamel Belmadi (50.000 euros). Al Massae va encore plus loin, expliquant que la rémunération de Renard n’englobe pas les frais de déplacement et de loyer. Et, selon ce média, grâce à ce niveau de salaires, le staff marocain (205.000 euros) est le mieux payé, à l’échelle du continent.

Pendant ce temps, rappelle la même source, tous les staffs techniques des équipes nationales et des directions techniques coûtent annuellement quelque 87 millions de dirhams, tandis que les stages de préparation et les déplacements des équipes nationales coûtent plus de 21 millions de dirhams, chaque année, au contribuable marocain.


À lire aussi:

Maroc: la date de l’Aïd al-Adha

in Culture/Monde/National/Société

La fête du sacrifice ou Eid al-Adha, est célébrée le 10 du mois de l’hégire Dhu Al Hijjah, par l’ensemble de la communauté musulmane, à travers le monde. Dernier mois de l’année, Dhu Al Hijjah est le mois du pèlerinage à la Mecque, où des millions de musulmans se réunissent pendant un mois pour effectuer le rituel d’Al Haj.


La communauté musulmane pratique le sacrifice en respect de la sunna du Prophète Mohammed. Celle-ci commémore la force de la foi du prophète Ibrahim à Dieu, qui a accepté l’ordre de sacrifier son fils Ismaïl. Au dernier moment, Dieu envoya une offrande divine, en l’occurrence, un mouton, pour qu’i soit substitué à l’enfant.

Les familles musulmanes célèbrent cette fête, dans la tradition prophétique, en égorgeant des moutons, des chèvres, des bovins ou des chameaux. Le rituel est censé respecter certains règles recommandées par le Prophète, telles que l’âge de la bête, la manière de l’égorger ou la part à offrir aux pauvres.

Cette année, la nouvelle lune du dernier mois Dhu Al Hijjah 1440 sera née le 1er août 2019, mais ne sera visible à l’oeil nu que le 2 du mois. Le début du mois aura lieu le jour suivant, le 03 août. Par conséquent, les Marocains pourront célébrer l’Eid al-Adha les 12 et 13 août 2019.


À lire aussi:

Hervé Renard dément son départ de la sélection marocaine

in International/National/Sport

Les rumeurs liées au départ d’Hervé Renard de l’équipe marocaine de football sont infondées. Le sélectionneur français dément toutes les informations concernant son départ imminent du 11 marocain.


Hervé Renard reste au Maroc. Cette information démonte les récentes rumeurs sur le départ du Français de la tête de l’équipe nationale du Maroc. En réponse à l’interpellation d’un journaliste, le technicien français, loin de s’attarder sur le sujet, a juste notifié qu’il est toujours sous contrat avec le Maroc.

Le sélectionneur, qui reconnaît sa responsabilité dans l’échec cuisant du onze marocain, est annoncé à la tête de l’équipe des Emirats arabes unis, selon certains médias. D’autres rumeurs l’envoient vers l’Arabie Saoudite, l’Egypte ou encore l’Iran.

En attendant la confirmation de la Fédération bien trop occupée à régler une crise interne, plusieurs noms circulent, dont celui de Vahid Halilhodzic, en conflit avec le FC Nantes, annoncé par la presse bosniaque.


À lire aussi:

(Vidéo) Tanger: À la rencontre de Marocains du monde à leur arrivée

in International/National/Société/Tourisme

L’opération d’accueil des Marocains résidant à l’Etranger (MRE) se déroule normalement, notamment, au Port de Tanger-Ville. Cette année, plusieurs aménagements menés par les autorités ont permis de fluidifier les passages.


Interrogés par une équipe de la chaîne 2m, qui s’est rendue à Tanger, plusieurs MRE affirment avoir constaté une nette amélioration cette année, surtout concernant les prestations fournies et la fluidité du trafic.

« On passe ici, à l’aller comme au retour, et on voit que, maintenant, il y a vraiment de l’amélioration, que ce soit au niveau des autorités, de la fluidification des passages ; tout est vraiment facilité », déclare un voyageur à la chaîne.

Depuis le début de l’Opération « Marhaba » (15 juin au 15 septembre), près de 260.000 MRE, ainsi que 16.000 véhicules, ont transité via le Port de Tanger-Ville. Cette saison, on s’attend à une augmentation de près de 15% des arrivées, par rapport à l’année dernière.



À lire aussi:

UA: La marocaine Jamila Sedqi prête serment en tant que magistrat au Tribunal administratif

in Afrique/International/National/Société

La juge marocaine Jamila Sedqi a prêté mercredi serment devant la Commission de l’Union africaine à Addis-Abeba, en tant que nouveau magistrat au Tribunal administratif de l’Union africaine.


Mme Jamila Sedqi a été nommée pour un mandat de quatre ans en tant que juge au tribunal administratif aux côtés de 2 autres magistrats, à savoir MM. Sylvester Mainga de la Namibie et Paulo Comoane du Mozambique. La candidature marocaine à ce poste avait été entérinée lors du 32ème sommet de l’Union africaine tenu en février dernier à Addis-Abeba.

Avocat Général près de la Cour de Cassation du Maroc et Magistrat de Liaison, Conseillère Juridique au sein de la Mission du Royaume auprès de l’Union Européenne, Mme Jamila Sedqi devient ainsi la 1ère femme marocaine à occuper le poste de juge au tribunal administratif de l’UA.

«Cette nomination illustre les progrès considérables accomplies par la femme marocaine dans tous les domaines, y compris la Justice», a déclaré à la MAP Mme Jamila Sedqi qui s’est dite honorée par cette nomination.


En proposant une femme au poste de magistrat au tribunal administratif de l’Union africaine, le Maroc sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, met en avant les compétences de la femme marocaine, a ajouté Mme Sedqi qui a également occupé la fonction de Présidente de Chambre près la Cour d’appel de Rabat avec maintien comme Chef de poste à Bruxelles qui remplit la fonction du Magistrat de liaison auprès des Autorités Judiciaires Belges.

Entre 2008 et 2010, elle était membre Expert du Groupe de Travail Marocain sur le Statut Avancé Maroc-UE, et Conseillère au Cabinet du Ministre de la Justice (2006-2007).

De 2004 à 2007, elle a été nommée Magistrat Détaché au sein du Ministère de la Justice. En 2000, elle a été nommée au Poste du Vice-Présidente du Tribunal de 1ère Instance de Rabat puis Présidente de la Chambre Foncière au Tribunal de Première Instance de Rabat (2000 – 2005) et Magistrat Chargé des Marocains Résidant à l’étranger.


À lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils