National

L’engagement du Maroc en faveur des libertés religieuses exposé à Washington

in International/National/Politique/Société

Le Royaume du Maroc « a toujours été fortement engagé en faveur des libertés religieuses et continue à déployer des efforts pour promouvoir la paix à travers le dialogue interreligieux et la tolérance », a affirmé, jeudi à Washington, la Secrétaire d’Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Mme Mounia Boucetta.


Dans une allocation à l’occasion de sa participation à la 2ème Réunion ministérielle pour la promotion des libertés religieuses, qui se tient du 16 au 18 juillet dans la capitale fédérale américaine, Mme Boucetta a souligné que le Maroc « continue d’être concrètement engagé en faveur des actions entreprises dans le prolongement de cette conférence ».

À cet égard, a-t-elle noté, le Maroc se réjouit d’accueillir prochainement la 1ère Conférence régionale sur la préservation du patrimoine culturel et religieux, une initiative saluée par le Secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo comme l’une des 4 rencontres de par le monde qui s’inscrivent dans le cadre des actions de suivi de la réunion ministérielle de Washington et dans le prolongement de la Déclaration et du Plan d’action de Potomac, ayant sanctionné l’édition de l’année dernière de cette conférence.

Passant en revue les actions entreprises par le Maroc dans le domaine du dialogue interreligieux et de la liberté de culte, depuis la première réunion ministérielle, tenue en juillet 2018, Mme Boucetta est ainsi revenue sur la visite historique du Pape François au Maroc en mars dernier, « un événement exceptionnel qui a mis en avant l’ouverture et les efforts en cours du Maroc pour promouvoir la paix à travers le dialogue inter-religieux ».

À cette occasion, a-t-elle rappelé, SM le Roi Mohammed VI, en Sa qualité de Commandeur des croyants, avait livré un important discours transmettant des messages forts de coexistence religieuse.

La Secrétaire d’Etat s’est également attardée sur la signature à Rabat par Sa Majesté le Roi et Sa Sainteté le Pape François de « l’Appel d’Al Qods », qui vise à conserver et à promouvoir le caractère spécifique multi-religieux, la dimension spirituelle et l’identité particulière de la ville Sainte.


Mme Boucetta a aussi rappelé l’organisation, en septembre dernier à Fès, sous le Haut Patronage de SM le Roi, de la 2ème édition de la Conférence internationale sur le dialogue des cultures et des religions. De même, elle a mis en relief les réalisations de l’Institut Mohammed VI pour la formation des Imams, Morchidines et Morchidates, qui a formé, depuis sa création en 2015, plus de 4.300 imams et morchidates issus de pays africains et européens.

La secrétaire d’Etat a aussi évoqué le lancement par le Souverain de l’émission radio « Addourous Al Hadithia », une initiative phare visant la sauvegarde du Hadith du Prophète et sa préservation de toute falsification, altération ou instrumentalisation à des fins idéologiques. Par ailleurs, Mme Boucetta a fait observer que SM le Roi a lancé, en avril 2019, la construction d’un Musée de la culture juive à Fès, la capitale spirituelle du Royaume, afin de préserver l’héritage juif du Maroc.

En outre, a-t-elle ajouté, le Souverain, en Sa qualité de Président du Comité Al-Qods, a également accordé une subvention financière comme contribution du Royaume du Maroc à la restauration et à l’aménagement de certains espaces à l’intérieur de la mosquée sainte d’Al-Aqsa et de son environnement.

Organisée par le département d’Etat américain, la réunion ministérielle pour la promotion des libertés religieuses entend réaffirmer les engagements internationaux visant à promouvoir la liberté religieuse pour tous en se concentrant sur des résultats concrets permettant un changement durable et positif.

Un large éventail de parties prenantes, y compris des représentants gouvernementaux de haut niveau, d’organisations internationales, des chefs religieux et des activistes de la société civile se réunissent à Washington pour discuter des défis, identifier des moyens concrets de lutter contre la persécution religieuse et la discrimination et assurer un plus grand respect de la liberté de religion ou de conviction.


À lire aussi:

Drame d’Imlil: les meurtriers des touristes scandinaves condamnés à mort

in Faits divers/National/Société

Des peines allant jusqu’à la sentence capitale ont été prononcées à l’encontre des accusés du meurtre des deux jeunes touristes scandinaves, au mois de décembre 2018, dans la région d’Imlil.


Abdessamad El Joud, Younès Ouziad et Rachid Afati ont ainsi été condamnés à mort, alors que le 4ème accusé, Abderrahmane Khayali, finira sa vie en prison, la Chambre criminelle chargée des Affaires de Salé l’ayant condamné à la perpétuité. Said Toufiq, Amine Dimane, Abdelaziz Fériat et Kévin Zoller Guervos ont été condamnés, eux, à une peine de 20 ans de prison ferme. Et, Bachid Driouch, Rachid Ouali, Mohamed Chakor et Abdeslam Idriss prennent 15 ans de prison, tandis qu’Ayoub Chellaoui, 18 ans.

Quant à Mohamed Salah, Nourédine Khili, Said Khiyali et à Abdellah Ouafi, ils écopent, eux, respectivement, de 12 ans de prison, de 8 ans de prison, assortis d’une amende de 10.000 dhs, de 6 ans et de 5 ans de prison ferme, rapporte la MAP. Les 4 principaux accusés doivent également verser la somme de 2 millions de dirhams, au titre de réparations, pour la partie civile.

Les accusés étaient poursuivis pour « constitution d’une bande pour préparer et commettre des actes terroristes, atteinte à la vie de personnes avec préméditation, possession d’armes à feu et tentative de fabrication d’explosifs en violation de la loi, dans le cadre d’un projet collectif visant à porter gravement atteinte à l’ordre public ».


À lire aussi:

SM le Roi Mohammed VI adresse un message aux pèlerins marocains (texte intégral)

in International/Monde/National/Société

SM le Roi Mohammed VI a adressé un message aux pèlerins marocains se rendant sur les Lieux saints de l’Islam, à l’occasion du départ du premier contingent des pèlerins vers les Lieux Saints.


Voici le texte du message royal dont lecture a été donnée jeudi à l’aéroport de Rabat-Salé par le ministre des Habous et des affaires islamiques, M. Ahmed Taoufiq:

« Louange à Dieu.

Paix et salut sur le Prophète, Sa famille et Ses compagnons.

Nos pèlerins bénis,

Que Dieu vous protège et vous garde, wassalamou alaïkoum wa rahmatoullahi wa barakatouh,

Conformément à une louable tradition qui se renouvelle à chaque saison de pèlerinage, Il Nous plaît, en qualité d’Amir Al-Mouminine, Protecteur du Dogme et de la communauté des Croyants, de vous adresser ce message, et à travers-vous, à tous les pèlerins marocains, hommes et femmes, pour vous féliciter alors que vous vous apprêtez à accomplir le devoir sublime du Hajj. Nos bénédictions vous accompagnent, ainsi que Nos prières afin que votre pèlerinage soit agréé et votre effort amplement récompensé.

Perpétuant la tradition de Nos vénérables ancêtres, Nous nous adressons à vous -honorables pèlerins- pour vous rappeler le devoir qui vous incombe en pareille circonstance d’observer une bonne moralité, de montrer que vous avez bien assimilé les principes, les prescriptions et les règles canoniques se rapportant au rite du hajj et à la visite du Haram (la Sainte Mosquée de la Mecque). Nous nous référons plus particulièrement, à la pratique de la circumambulation, de la procession et de l’arrêt au Mont d’Arafat. Nous prions le Très-Haut de vous assister afin que vous accomplissiez ces rituels sans peine et en toute sécurité.

Vous n’ignorez pas que la crainte révérencielle de Dieu doit être votre vertu cardinale pour vous acquitter exemplairement de cette obligation religieuse. Gardant à l’esprit que vous êtes entre les mains du Seigneur, vous devez vous employer à obtenir Ses bonnes grâces, en vous montrant tolérants, secourables, capables d’élévation morale. Abstenez-vous donc de toute polémique susceptible de vous incliner à un comportement transgressif. Ainsi vous vous conformerez à la parole de Dieu le Très-Haut : « Le pèlerinage a lieu en des mois déterminés. Le pèlerin doit s’abstenir de toute cohabitation avec une femme, de libertinage et de disputes pendant le pèlerinage. Dieu connaît le bien que vous faites. Emportez des provisions de voyage, mais la meilleure provision est la crainte révérencielle de Dieu. Ô vous les hommes doués d’intelligence, craignez-moi». Véridique est la parole de Dieu.


Vous savez également -que Dieu vous garde -, que l’Islam a érigé le pèlerinage en pilier majeur de la religion pour amener les Musulmans à se connaître les uns les autres, à communier sur un même lieu en frères solidairement disposés à travailler ensemble pour faire prévaloir le bon droit et la Vérité, à proscrire le Mal, à réprouver toute attitude belliqueuse. Otant tout habit cousu, les fidèles manifestent ainsi ouvertement leur égalité devant le Seigneur et en leur for intérieur, en invoquant le nom de Dieu et en élevant de ferventes prières à Sa gloire, conformément à la parole divine : « Et fais aux gens une annonce pour le Hajj. Ils viendront vers toi, à pied, et aussi sur toute monture, venant de tout chemin éloigné. Ils y viennent pour être témoins des avantages qui leur ont été accordés et pour invoquer le nom d’Allah pendant des jours déterminés ».

À cet égard, Nous tenons à vous rappeler fort judicieusement quelques règles à observer pour vous acquitter pleinement de cette obligation religieuse majeure. Vous devez ainsi vous préparer mentalement pour cette entreprise noble, en vous armant d’une volonté sincère de renoncer aux plaisirs mondains, de vous garder de tout égocentrisme. Ayez constamment à l’esprit que vous êtes en présence du Seigneur lorsque vous répéterez à l’unisson la formule rituelle : « Labayka lahouma labayk, labayk la charika laka labayk, inna lhamda wa niaamata laka wal molk la charika lak. »

Vous êtes sans doute parfaitement au fait de tout ce qui se rapporte au rite du Hajj en termes de rituels obligatoires, de dévotions surérogatoires, de règles canoniques, dans la mesure où vous y avez été dûment initiés grâce aux enseignements et aux orientations qui vous ont été judicieusement prodigués par nos prédicateurs et nos prédicatrices dans le cadre des préparatifs qui précèdent ce périple béni.

Tâchez donc pendant votre séjour aux Lieux Saints, de consacrer chaque instant de votre temps précieux, à invoquer sans cesse le nom de Dieu, à élever de ferventes prières à Sa gloire, à solliciter continuellement le pardon divin. Car c’est à cette seule condition que vous atteindrez la finalité ultime du Hajj, en accédant à la récompense promise par Dieu à Ses fidèles dans la Hadith du Prophète, Notre aïeul, paix et salut sur lui : « Le pèlerinage agréé n’a de récompense que le Paradis ».


Vous savez sans nul doute qu’en raison de l’affluence régulière, vers les Lieux Saints, de pèlerins venus de partout en grand nombre pour accomplir le Hajj, des dispositions organisationnelles et des mesures sécuritaires sont rigoureusement prises dans le cadre d’un effort concerté entre les autorités compétentes au Royaume du Maroc et au Royaume d’Arabie saoudite pour assurer le bon déroulement de ce rite majeur.

À cet égard, Nous apprécions à leur juste valeur les efforts louables que déploie, sans cesse, Notre Illustre Frère, le Serviteur des deux Saintes Mosquées, le Roi Salmane Ibn Abdulaziz, que Dieu le garde, pour réserver aux hôtes du Seigneur un bon accueil, dans des conditions idéales de confort et de sécurité. Puisse Dieu le rétribuer de fort belle manière pour son engagement exemplaire au service des pèlerins et pour son souci constant d’améliorer les conditions de déroulement du Hajj.

Donnez donc -que Dieu vous garde- l’exemple par le strict respect des dispositions et des règlements en vigueur, y compris ceux prévus par Notre ministre des habous et des affaires islamiques, qui ne ménage aucun effort pour vous assurer, conformément à Nos Hautes Instructions Royales, les meilleures conditions de déplacement, de séjour, de confort, d’accompagnement sanitaire, de suivi administratif et d’encadrement religieux. Nous tenons à saluer par ailleurs, les efforts déployés par les cadres relevant de ce ministère.

Dans le même ordre d’idées, en évoquant avec vous ce qu’il vous appartient de faire pour remplir cette obligation religieuse de premier ordre, Nous vous rappelons le devoir patriotique qui est le vôtre d’incarner, lors de vos déplacements, individuels et collectifs, les vertus emblématiques de votre chère patrie. Il vous incombe aussi d’être les porte-étendards de la civilisation séculaire de votre pays et de son identité, illustrée par l’attachement aux symboles sacrés et aux constantes nationales, en l’occurrence la modération et l’esprit du juste milieu, l’unité doctrinale, le rejet de toute forme d’extrémisme et d’exclusion. Ainsi, vous serez les dignes ambassadeurs de votre pays dans les Lieux-Saints.


Nos pèlerins bénis,

Lors de votre séjour aux Lieux Saints, vous allez accomplir un acte sublime par lequel vous affirmerez votre foi et comblerez un souhait profond, celui de vous rendre notamment à la Sainte Mosquée du Prophète pour vous recueillir sur sa tombe, avec toute la déférence qui lui est due et tous les honneurs dont il est digne, lui, le meilleur de tous les hommes et le Sceau des Prophètes et des Messagers, Notre Aïeul, paix et salut sur lui.

En ce moment éminemment solennel, comportez-vous dignement sur ce lieu sacré, en vous recueillant intensément et en élevant de ferventes prières à la mémoire du Prophète. Puissiez-vous ainsi accéder à la promesse faite par Dieu à quiconque prie pour le Prophète comme annoncé dans le saint-hadith : «Pour chaque prière qui m’est dédiée, Dieu en offre dix à son auteur».

Dans ce lieu solennel et en d’autres sanctuaires que vous visiterez, n’oubliez-pas d’élever les plus ardentes prières pour Votre Roi, qui veille sur votre sécurité et votre bien-être, qui œuvre pour la préservation de l’unité de votre pays et pour la sauvegarde de sa souveraineté, qui s’attache à le hisser au rang qui lui échoit dans son environnement régional et international, pour qu’Il Nous comble en la personne de Notre Prince Héritier, Son Altesse Royale le Prince bien-aimé Moulay El Hassan, et l’ensemble de Notre Famille Royale Chérifienne, qu’Il couvre de Sa divine miséricorde Notre Auguste Grand-Père et Notre Vénéré Père, feus Leurs Majestés les Rois Mohammed V et Hassan II, que Dieu bénisse et perpétue leur mémoire.

Pour conclure, Nous prions à nouveau le Seigneur d’agréer l’œuvre de Nos pèlerins bénis, hommes et femmes, et de les en récompenser généreusement. Puisse-t-Il exaucer vos vœux en vous guidant sur la voie du salut et en assurant à votre pays la prospérité que vous lui souhaitez. Nous implorons également le Très-Haut de raffermir les liens d’allégeance qui vous unissent indéfectiblement à votre Roi, et vous garantir un bon et fructueux retour à la patrie. Dieu est l’Audient. Il est le Tout-Puissant.

Wassalamou alaikoum warahmatoullahi wabarakatouhou « .


À lire aussi:

Les parlementaires marocains veulent bénéficier gratuitement du TGV

in Économie/National/Politique/Société

Les parlementaires marocains tiennent à leurs avantages et en veulent toujours plus. Aujourd’hui, ils demandent à bénéficier de la carte de gratuité pour voyager à bord du Train à Grande vitesse Al Boraq.


En peu de temps, leurs requêtes ont reçu l’assentiment d’El Malki et de Benchemass, leurs présidents respectifs et, également, de Rabie Khlie, Directeur de l’Office national des Chemins de fer (ONCF).

La requête a été d’abord approuvée par le Bureau de la Chambre des Représentants. Suivra l’approbation de la Chambre des Conseillers. De son côté, le Directeur de l’ONCF a décidé de confectionner, pour les parlementaires, des cartes devant leur permettre de voyager gratuitement dans le train, Al Boraq.

Tout porte à croire que les parlementaires défendent au mieux leurs intérêts, au détriment de celui du peuple.


Leur absentéisme au Parlement, même quand il s’agit des questions d’intérêt majeur, crie plus que leurs arguments.

Et, pourtant, ils sont rémunérés aux frais du prince. Une somme de 32.800 dirhams est versé à tout parlementaire marocain. Mieux, cet intéressement est majoré de 7.000 dirhams, s’il occupe une responsabilité au sein des 2 Chambres.

Aussi dispose-t-il d’une carte de gratuité de train (1ère classe), d’une indemnité de carburant de 800 dirhams/mois, d’une prise en charge des frais de péage, d’une chambre d’hôtel à Rabat (700 dirhams) et d’une somme de 2.000 dirhams/jour d’argent de poche, quand il voyage à l’étranger, sans compter la pension de retraite, un objet de vives polémiques.


À lire aussi:

Maroc: une hausse historique de 26,54% du transport aérien de passagers en juin

in International/National/Société/Tourisme

Le transport aérien de passagers a enregistré un record historique au Maroc en juin dernier, avec une progression de 26,54% par rapport à la même période de 2018, d’après les chiffres publiés, lundi, par l’Office national des aéroports (ONDA).


Au total 2.093.323 voyageurs ont transité par les aéroports du royaume au cours de ce mois, soit 439.000 passagers supplémentaires, précise la même source, dans le rapport mensuel du trafic aérien.

Un nouveau record de croissance a été également battu par l’aéroport Mohammed V de Casablanca avec un taux d’évolution de 22,82% en accueillant 877.655 passagers et un pic observé le samedi 30 juin (38.776).

Cette évolution concerne la majorité des aéroports qui ont enregistré des taux d’évolution importants à 2 chiffres : Tanger (38,57 %), Marrakech Menara (36,23 %), Nador (29,82 %) et Fès Saiss (25,24%).

Au cours du même mois le trafic domestique a connu une forte croissance de 52,97%, idem pour le trafic international qui a augmenté de 23,71% et qui a concerné la majeure partie des marchés émetteurs.


À lire aussi:

Les Marocains résidant à l’Étranger (MRE) toujours privés du droit de vote au Maroc

in International/MRE/National/Politique/Société

En dépit de leur citoyenneté et des droits garantis par la Constitution, les Marocains résidant à l’Étranger (MRE) ont toujours été privés du droit de vote au Maroc. 12% de la population marocaine ne peut pas participer aux élections communales et législatives, malgré leur importance sur les plans économique et commercial.


Chaque année, plus de 2,5 millions de MRE rejoignent le Royaume, créant une dynamique économique significative, par le biais du transfert de devises étrangères. Selon l’Office de Changes, le montant des transferts, en 2018, s’élève à 65,9 milliards de dirhams.

Malgré leur importance, la communauté marocaine à l’étranger ne bénéficie pas des droits de citoyenneté, à l’instar des citoyens marocains dans le Royaume. 5 millions de marocains sont ainsi privés d’un droit garanti par la Constitution.

Depuis le début de la pratique des élections au Maroc, les MRE ont été autorisés à voter une seule fois, en 1984, avant d’en être interdits à nouveau. Pourtant, aucun texte législatif ne prive le droit de vote à cette catégorie de citoyens.

À cet effet, l’article 17 de la Constitution stipule : « Les MRE bénéficient de l’ensemble des droits de citoyenneté, notamment, le droit de voter, de se présenter aux élections, à travers les listes électorales locales, régionales et nationales.


La loi détermine les critères d’éligibilité des candidats aux élections, ainsi que les conditions et les procédures pour exercer le droit de vote et de candidature, à partir du pays de résidence ».

Pour le Chef du Gouvernement, Saâdeddine El Othmani, un long débat a été initié entre les différentes parties concernées, notamment, l’Exécutif et les acteurs aussi bien politiques que de la société civile, afin d’arriver à un compromis sur les différents points en rapport avec ce sujet.

Certains responsables marocains imputent l’absence des MRE aux élections à des problèmes financiers et logistiques, en raison de leur nombre important et de leurs disparités géographiques. En 2016, l’ex-Ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, avait déclaré, devant les membres du Parlement, que « le vote des MRE pose plusieurs problèmes ». Il s’était demandé : « Où peut-on placer un bureau de vote aux États-Unis, à titre d’exemple ? ».

Puis, il a ajouté : « Je pourrais vous surprendre, si je vous posais la même question sur Israël, où résident entre 700 à 800 mille Marocains ».


À lire aussi:

(HCP) Les ménages Marocains pessimistes sur leur capacité future à épargner

in Économie/National/Société

Les ménages marocains sont « pessimistes » quant à leur capacité future à épargner au cours des 12 prochains mois, souligne une enquête du Haut-Commissariat au Plan (HCP).


En effet, 16,7% contre 83,3% des ménages s’attendent à épargner au cours des 12 prochains mois, indique le HCP dans une note d’information sur les résultats de l’enquête de conjoncture auprès des ménages pour le deuxième trimestre 2019.

Le solde d’opinion relatif à cet indicateur est resté négatif, à moins 66,6 points, en dégradation aussi bien par rapport au trimestre précédant que par rapport à une année auparavant où il était à moins 63 points et à moins 57,9 points respectivement.

Concernant la perception des ménages à l’évolution des prix des produits alimentaires, 89% des ménages déclarent que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois contre une proportion minime des ménages (0,1%) qui ressentent leur diminution, relèvent les résultats de l’enquête.

Le solde d’opinion est ainsi resté négatif, à moins 88,9 points, après avoir été de moins 88,1 points le trimestre précédent et de moins 88,2 points une année auparavant, ajoute la même source.

Au cours des 12 prochains mois, les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter selon 86,5% des ménages, le reste (13,5 %) prévoient leur maintien au même niveau, estime la même source, notant que le solde d’opinion est ainsi resté négatif, se situant à moins 86,5 points, au lieu de -87,5 points enregistrés un trimestre auparavant et -84 points une année passée.


À lire aussi:

Match WAC-EST: le Tribunal Arbitral du Sport statuera au plus tard le 31 juillet

in International/lire aussi:/National/Sport/x
Match WAC-EST: le Tribunal Arbitral du Sport statuera au plus tard le 31 juillet

Le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a annoncé lundi qu’il statuera au plus tard le 31 juillet sur les appels interjetés par le Wydad Athletic Club (WAC) et l’Espérance sportive de Tunis (EST) contre la décision du Comité Exécutif de la Confédération Africaine de Football (CAF) ordonnant aux deux clubs de rejouer sur terrain neutre le match retour de la finale de la Ligue des Champions de la CAF 2018/2019.


Dans un communiqué, le TAS précise avoir enregistré les appels déposés par le WAC et l’EST respectivement les 14 et 17 juin 2019 contre la décision rendue le 5 juin 2019 par le Comité Exécutif de la CAF demandant aux deux clubs de rejouer le match retour de la finale de la Ligue des Champions d’Afrique.

Dans son appel, le Wydad « a sollicité, à titre principal, que la décision attaquée soit annulée et que le titre de vainqueur de la Ligue des Champions 2018/2019 ainsi que la prime en cas de victoire lui soient attribués », indique le TAS.

Quant à l’EST, elle demande, également à titre principal, que la décision du Comité Exécutif « soit déclarée nulle et non avenue, d’être ainsi déclarée vainqueur de la Ligue des Champions de la CAF 2018/2019, de pouvoir conserver le trophée et les médailles décernés le 31 mai 2019 et d’ordonner à la CAF le paiement de la prime allouée au vainqueur ».

Les clubs et la CAF, poursuit le communiqué, se sont mis d’accord sur un calendrier procédural régissant la procédure d’arbitrage devant le TAS.

Le 5 juin, la Confédération africaine de football avait décidé, au terme d’une réunion d’urgence de son comité exécutif à Paris, de faire rejouer le match entre le WAC de Casablanca et l’Espérance de Tunis comptant pour la finale retour de la Ligue des Champions d’Afrique.


La décision du Comité exécutif de la CAF précise que le match sera rejoué après la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) sur un terrain hors Tunisie, soulignant que l’EST devra restituer le Trophée et les médailles qui lui ont été remis.

Disputée au stade olympique de Radès (banlieue de Tunis), cette finale avait connu une fin chaotique suite à l’injustice dont l’arbitre de la rencontre, le Gambien Bakary Gassama, s’est rendu coupable en refusant d’accorder le but égalisateur du WAC inscrit par Walid Karti à la 59ème minute pour un supposé hors-jeu sans qu’il y ait possibilité de recourir à la VAR défaillante pour en confirmer la parfaite régularité.

Le WAC, qui avait concédé le nul lors de la finale aller (1-1) disputée à Rabat, était alors mené au score (1-0) suite à un but marqué à la 41ème minute par Youssef Belaili.

Après une longue interruption, le référé a jugé que l’EST pouvait être proclamée vainqueur.

Une réunion d’urgence a été par la suite convoquée par le président de la CAF, Ahmad Ahmad, « pour débattre des issues réglementaires à réserver à cette rencontre ».


À lire aussi:

Maroc-France: 2 puissances de paix, d’ouverture et d’acceptation de la diversité

in International/National/Politique/Société

Liés par un partenariat d’exception singulier, le Maroc et la France sont 2 puissances de paix, d’ouverture et d’acceptation de la diversité, a affirmé dimanche l’ambassadeur français à Rabat, Jean-François Girault.


S’exprimant lors d’une réception à l’occasion de la commémoration de la fête nationale française du 14 juillet, en présence notamment du chef de gouvernement Saad Dine El Otmani7, M. Girault a souligné que Rabat et Paris « mènent ensemble les mêmes combats contre le réchauffement climatique, le terrorisme, la radicalisation et les migrations illégales ».

« Dans votre pays où l’on ressent si fortement la densité des siècles, l’énergie alternative de la tradition et du renouveau a su imprimer à sa politique un incontestable élan créateur », a-t-il fait observer, mettant l’accent sur les principaux enjeux à relever que sont notamment la santé, l’éducation, la justice, l’emploi des jeunes et le partage équitable des fruits de la croissance.

L’ambassadeur a souligné que ces défis « sont communs à nos sociétés. Aussi la France et le Royaume se tiennent-ils plus que jamais côte-à-côte pour les relever ». « Dans notre relation d’égal à égal, respectueuse de l’indépendance et de la souveraineté de l’autre, notre dialogue et nos échanges ont retrouvé leur ampleur et leur sérénité naturelles », a-t-noté, tout en exprimant « les sentiments déférents d’immense gratitude à SM le Roi Mohammed VI ».


Mettant en avant le caractère singulier du partenariat d’exception entre les deux nations, le diplomate a rappelé entre autres la commémoration par les deux chefs D’État, SM le Roi Mohammed VI et le Président français Emmanuel Macron, le 11 novembre 2018 à l’Arc de Triomphe, le centenaire de l’armistice de la grande guerre.

M. Girault a de même rappelé le trajet inaugural de Tanger à Rabat de la première ligne à grande vitesse d’Afrique par SM le Roi et le président français en novembre 2018 ainsi que l’inauguration par les 2 chefs d’État en juin dernier de la première usine du groupe PSA, qui arrime le Maroc au rang de 1er constructeur automobile du continent africain.

Cette réception s’est déroulée en présence également de membres du gouvernement, d’anciens ministres et des personnalités du monde de la diplomatie et des représentants de la communauté française établie au Maroc.


À lire aussi:

En crise, la FRMF organise une réunion et licencie de nombreux responsables

in National/Société/Sport
En crise, la FRMF organise une réunion et licencie de nombreux responsables

La Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) organisera, le 22 juillet au Centre national de football (CNF) de Mâamora, une rencontre avec la famille du football national consacrée à la situation du ballon rond marocain.


Dans un communiqué publié dimanche sur son site internet, la FRMF a indiqué que cette rencontre réunira les présidents des clubs des première et deuxième divisions, ainsi que ceux du championnat amateurs et des ligues régionales. L’Amicale Nationale des entraineurs de football et des joueurs seront également conviés à cette rencontre.

L’élimination prématurée des « Lions de l’Atlas » de la Coupe d’Afrique des Nations, en Egypte, a suscité beaucoup de critiques à l’encontre du staff technique, ce qui a provoqué une avalanche de licenciements au sein de la Fédération royale marocaine de Football (FRMF). Le Président, Fouzi Lekjaâ, a décidé de se passer des services de plusieurs responsables, au sein de l’institution.


Après avoir remercié la Responsable du Service « Information » de l’équipe nationale, Dounia Lahrech, le Président a licencié le Vice-secrétaire général de la Fédération, Mohamed Hourane, et le Secrétaire général de la Ligue professionnelle, Abderrahman El Bakaoui.

La série de licenciements ne va s’arrêter à ce stade, souligne le quotidien Assabah, puisque d’autres postes sont dans le collimateur de Fouzi Lekjaâ, notamment, la Direction de l’Arbitrage, ainsi que des cadres administratifs qui n’ont assuré aucune fonction durant l’année. La Fédération a également dû remercier le Colonel Driss Lakhal, Administrateur de la sélection nationale, depuis 20 ans, et son Assistant.


À lire aussi:

1 2 3 23
Go to Top
Aller à la barre d’outils