MRE - page 3

Arabie Saoudite: Encore une Marocaine victime de torture et de viol

in International/MRE/National
Arabie Saoudite: Encore une Marocaine victime de torture et de viol

Interdite de séjour en Arabie Saoudite après avoir été séparée de son fils unique, une Marocaine pointe du doigt son ex-époux Soudanais et des éléments de la police saoudienne qu’elle accuse de torture et de tentative de viol.


La liste de Marocaines victimes de torture en Arabie Saoudite ne cesse de s’allonger. Une plainte vient d’être déposée par M. Ch, près le Parquet de Casablanca pour torture, tentative de viol, faux et usage de faux contre son ancien époux, de nationalité soudanaise, et des membres des forces de l’ordre saoudiennes. A en croire le quotidien Assabah de ce weekend, la plaignante a été contrainte de quitter l’Arabie saoudite, laissant derrière elle son enfant, après s’être séparée de son mari.

L’histoire de M. Ch commence à Casablanca où elle rencontre son futur ex-époux, un Soudanais établi en Arabie Saoudite. Une fois mariée, elle le rejoint en Arabie Saoudite, à Djeddah plus précisément, en 2006. Mais, raconte-elle, à son arrivée là-bas, elle découvre que son mari avait déjà une femme et des enfants. C’est là que commence son calvaire, avance Assabah qui, citant la victime, affirme que cette dernière a même été “soumise à toutes sortes de tortures psychologiques pour se débarrasser de sa grossesse car la première épouse ne voulait pas de cet enfant”.

Face à son refus d’avorter, elle sera “violentée à plusieurs reprises par la première femme de son mari, au point d’être hospitalisée, après avoir reçu des coups violents dans le ventre”, raconte le quotidien qui précise que M. Ch n’aura la vie sauve que grâce à des voisins égyptiens qui sont intervenus et ont insisté pour la transporter à l’hôpital. Après l’hôpital, elle porte plainte, mais son mari corrompt, dit-elle, des éléments de la police pour éviter que l’affaire soit portée devant le juge.


Plus tard, sous le coup d’une extradition, elle sera placée dans un centre spécial digne d’une prison où un agent de sécurité saoudien a tenté d’abuser d’elle lorsqu’il a appris qu’elle est Marocaine. Elle réussira tout de même à regagner Casablanca dans la douleur. Mais, comble de surprise, quand elle retourne à Djeddah après l’expiration d’un délai d’interdiction de territoire saoudien, elle découvre l’infamie : son ex-époux a corrompu les fonctionnaires saoudiens et inscrit officiellement son fils comme étant celui de sa première épouse.

Toutes les tentatives de M. Ch pour se faire entendre raison ayant échoué, elle s’en remet aux autorités de son pays, pour l’appuyer. Rappelant la procédure, Assabah fait observer qu’il revient au bureau du procureur du roi à Casablanca qui a déjà reçu la plainte de la victime, de transmettre le dossier à la police judiciaire qui sera chargée d’enquêter sur l’affaire.


>> À lire aussi:

Immobilier: Un ministre sollicite les MRE

in International/MRE/National/Société
Immobilier: Un ministre sollicite les MRE

Le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Abdelahad Fassi Fehri a appelé, vendredi à Paris, les Marocains résidant à l’étranger (MRE) à s’impliquer davantage dans la relance du secteur de l’immobilier, eu égard à son importance sur les plans économique et social.


Cité dans un communiqué du ministère, M. Fassi Fehri a rappelé, dans une allocution à l’occasion de l’inauguration de la 16è édition du salon de l’immobilier « SMAP Immo » organisée cette année avec la région Rabat-Salé-Kénitra comme invitée d’honneur, que ce secteur emploie un million de personnes et contribue à hauteur de 7 % au PIB. Les MRE, mais également les étrangers qui veulent acquérir un logement au Maroc, sont de plus en plus exigeants notamment en matière de durabilité et de qualité, a fait observé M.

Fassi Fehri, rappelant que la région Rabat- Salé- Kénitra fait partie des 5 régions (Casa-Settat, Tanger- Tétouan – Al Hoceima, Rabat- Salé-Kénitra, Marrakech- Safi et Fés- Meknés) où la demande est la plus accentuée, avec plus de 78% du total de la demande en logements, diversifiée en termes de standing et de capacité de financement.

Le ministre a, par ailleurs, affirmé que le logement doit être accessible, de qualité et adapté aux capacités d’achat des ménages. « Ce sont les trois priorités, à garantir pour atteindre nos objectifs ».


Pour sa part, M. Abdessamad Seqal, président de la Région Rabat-Salé-Kénitra, a exposé la dynamique que connaît cette région sur tous les plans et sa contribution au développement économique et social du pays.

Ce salon constitue une occasion pour les résidents marocains en France et les visiteurs français et européens, de s’enquérir des nouveautés du marché immobilier national et de s’informer sur les projets immobiliers proposés par les exposants venus de toutes les régions du Maroc, indique le communiqué.

Cette 16ème édition, marquée par un cycle de conférences-débats avec des notaires du Maroc et des spécialistes de l’immobilier et du Conseil en investissement, réunie une centaine d’exposants de toutes les régions du Maroc, les spécialistes de l’immobilier et du conseil en investissement.


>> À lire aussi:

Quelle somme peut-on entrer au Maroc en espèces ?

in MRE/National/Société
Quelle somme peut-on entrer au Maroc en espèces ?

Chaque année, les éléments de la douane arrêtent des MRE et/ou touristes qui transportent des devises illégalement. L’Office des changes annonce dans sa circulaire n°1716, le montant à ne pas dépasser sans faire une déclaration préalable.


« Les MRE peuvent importer librement au Maroc des moyens de paiement libellés en devises sans limitation de montant. L’importation de devises peut s’effectuer sous forme de billets de banque, chèques de voyage (traveller’s chèques), chèques bancaires ou postaux, lettres de crédit, cartes de crédit ainsi que tout autre moyen de paiement libellé en devises. », lit-on sur cette circulaire.

Les non-résidents – qu’ils soient de nationalité marocaine ou non – ne doivent pas dépasser la somme de 100.000 dirhams mais à partir de cette somme, il faudra impérativement le déclarer à la douane.

« Lorsque le montant des moyens de paiement importés est égal ou supérieur à la contre-valeur de 100.000 Dhs, la souscription à l’entrée du territoire national, auprès des services douaniers, d’une déclaration est obligatoire. Cette déclaration, mise à disposition sur demande par ledit bureau, doit être conservée pour justifier, notamment, aux services des douanes à la sortie l’origine des moyens de paiement exportés ou l’achat en détaxe, pour l’exportation, de produits d’une valeur supérieure à 100.000 dhs. », précise l’administration des douanes.

« Cette déclaration, mise à votre disposition sur demande par ledit bureau, doit être conservée pour justifier aux services des douanes à la sortie l’origine des moyens de paiement exportés. Elle est valable pour un seul séjour au Maroc et pendant une période ne dépassant pas six (06) mois », indique la même source.

Par ailleurs, l’importation et l’exportation de billets de banque marocains est possible pour une valeur n’excédant pas 2000 Dhs.


>> À lire aussi:

France: Le père de la petite martyre de l’A10 remis en liberté

in Faits divers/International/MRE
France: Le père de la petite martyre de l’A10 remis en liberté

Ahmed Touloub, 66 ans, père de la petite Inass dont le corps avait été retrouvé en août 1987 dans un fossé de l’autoroute A10, a été remis en liberté jeudi et placé sous contrôle judiciaire.


Cette décision a été prise à l’issue d’une audience qui s’est tenue à huis clos jeudi matin. Son ancienne épouse, Halima El Bakhti, reste incarcérée. Ahmed Touloub avait déposé une première demande qui avait été rejetée en décembre dernier, l’avocate générale ayant mis en avant le risque de concertation entre le père de l’enfant et des témoins ou complices éventuels.

Depuis son incarcération, il y a un an, Ahmed Touloub a été hospitalisé à plusieurs reprises. Selon son avocat Me Frank Berton, la mère de la fillette « seule est à l’origine des faits ».


Divorcé à la majorité du dernier enfant
Lors de sa garde à vue, Ahmed Touloub avait exprimé son soulagement d’être interpellé après avoir vécu « un enfer » auprès de son épouse qui était violente avec lui et avec leurs trois filles. Il avait attendu 2010, date de la majorité du dernier de leurs six enfants, pour demander le divorce. Les deux sœurs aînées et les quatre frères cadets de la petite Inass se sont constitués partie civile.

Après avoir appris la mort d’Inass, 4 ans, au soir du 10 août 1987, Ahmed Touloub aurait pris la décision d’abandonner le corps sur la route du Maroc, le lendemain, et de ne rien dire à la police pour ne pas priver ses enfants de leur mère. Faute de témoins et d’indices, avec juste un portrait posthume, d’intenses recherches avaient été menées dans toute la France jusqu’à ce que des analyses ADN prélevées sur un membre délinquant de la famille donnent une piste qui a abouti à l’arrestation des parents en juin 2018.


>> À lire aussi:

(Vidéo) Voici ce que vous pouvez ramener avec vous au Maroc !

in International/MRE/National
(Vidéo) Voici ce que vous pouvez ramener avec vous au Maroc !

Comme chaque année, vous serez des centaines de milliers de MRE à rejoindre le Maroc pour les vacances estivales. Nombre d’entre vous s’interrogent sur ce qu’ils peuvent apporter avec eux au Maroc, sans craindre des pénalités des services des douanes.


De nombreux MRE seront surpris de voir au port Tanger-Med la présence d’un contrôle au scanner à l’entrée du territoire. Ainsi des voitures sélectionnées au hasard sont envoyées au scanner munies d’un document à remplir par l’agent ayant procédé au contrôle. Nous parlons bien sûr de l’entrée au Maroc et non de la sortie, celui-ci étant présent depuis de nombreuses années.

À noter également que « les feuilles vertes » n’existent plus et ont été remplacées par une carte au format d’une carte bancaire. Dorénavant c’est la douane qui s’occupe de la procédure, le MRE ne devant devant fournir que la carte grise de la voiture et son passeport.

Voici une vidéo explicative, publiée en 2018 (et toujours d’actualité) par les services des douanes détaillant tous les produits que vous pouvez apporter, que ce soit les cadeaux, les devises, les jet-skis et les quads…




>> À lire aussi:

https://lepetitjournalmarocain.com/2019/05/12/mre-lespagne-compte-durcir-le-controle-des-bagages/

(Vidéo) Voici ce que vous pouvez ramener avec vous au Maroc !

in International/MRE/National
(Vidéo) Voici ce que vous pouvez ramener avec vous au Maroc !

Comme chaque année, vous serez des centaines de milliers de MRE à rejoindre le Maroc pour les vacances estivales. Nombre d’entre vous s’interrogent sur ce qu’ils peuvent apporter avec eux au Maroc, sans craindre des pénalités des services des douanes.


De nombreux MRE seront surpris de voir au port Tanger-Med la présence d’un contrôle au scanner à l’entrée du territoire. Ainsi des voitures sélectionnées au hasard sont envoyées au scanner munies d’un document à remplir par l’agent ayant procédé au contrôle. Nous parlons bien sûr de l’entrée au Maroc et non de la sortie, celui-ci étant présent depuis de nombreuses années.

A noter également que « les feuilles vertes » n’existent plus et ont été remplacées par une carte au format d’une carte bancaire. Dorénavant c’est la douane qui s’occupe de la procédure, le MRE ne devant devant fournir que la carte grise de la voiture et son passeport.

Voici une vidéo explicative, publiée en 2018 (et toujours d’actualité) par les services des douanes détaillant tous les produits que vous pouvez apporter, que ce soit les cadeaux, les devises, les jet-skis et les quads…




>> À lire aussi:

https://new.lepetitjournalmarocain.com/2019/05/12/mre-lespagne-compte-durcir-le-controle-des-bagages/

(Vidéo) Voici ce que vous pouvez ramener avec vous au Maroc !

in International/MRE/National
(Vidéo) Voici ce que vous pouvez ramener avec vous au Maroc !

Comme chaque année, vous serez des centaines de milliers de MRE à rejoindre le Maroc pour les vacances estivales. Nombre d’entre vous s’interrogent sur ce qu’ils peuvent apporter avec eux au Maroc, sans craindre des pénalités des services des douanes.


De nombreux MRE seront surpris de voir au port Tanger-Med la présence d’un contrôle au scanner à l’entrée du territoire. Ainsi des voitures sélectionnées au hasard sont envoyées au scanner munies d’un document à remplir par l’agent ayant procédé au contrôle. Nous parlons bien sûr de l’entrée au Maroc et non de la sortie, celui-ci étant présent depuis de nombreuses années.

A noter également que « les feuilles vertes » n’existent plus et ont été remplacées par une carte au format d’une carte bancaire. Dorénavant c’est la douane qui s’occupe de la procédure, le MRE ne devant devant fournir que la carte grise de la voiture et son passeport.

Voici une vidéo explicative, publiée en 2018 (et toujours d’actualité) par les services des douanes détaillant tous les produits que vous pouvez apporter, que ce soit les cadeaux, les devises, les jet-skis et les quads…




>> À lire aussi:

https://new.lepetitjournalmarocain.com/2019/05/12/mre-lespagne-compte-durcir-le-controle-des-bagages/

MRE: Les autocars dans le viseur des autorités espagnoles

in International/MRE/National/Société
MRE: Les autocars dans le viseur des autorités espagnoles

Si vous comptez prendre le car pour faire votre voyage du Maroc à l’étranger, sachez que les douaniers espagnols ont durci la procédure, notamment pour ceux qui ont l’habitude de prendre des produits ou autres douceurs du Maroc.


Depuis quelques semaines, les douaniers espagnols obligent tous les voyageurs à décharger leurs bagages à leur arrivée et à les conserver tout au long de leur voyage par bateau, rappelle le journal l’Economiste, ce qui rend très difficile le voyage, notamment pour les personnes les plus âgées.

Des témoins cités par le journal confient avoir souffert durant leur voyage, surtout que le port d’Algésiras n’est pas bien équipé en chariot. De plus, il est strictement interdit de les monter dans le bateau. Prenez donc vos précautions avant de préparer votre voyage.

Par ailleurs, on a noté une augmentation substantielle du prix du billet d’autocar. La raison ? elle découle de la première. Etant interdits de transporter des bagages, les sociétés d’autocars voient leur chiffre d’affaires baisser et répercutent cette baisse sur les voyageurs.

Et gare à ceux qui ne respectent pas cette nouvelle consigne ou ils devront mettre la main à la poche, prévient de la même source. Les douaniers dressent en effet des amendes comprises entre 1000 et 3000 euros aux chauffeurs qui ne vident pas leur car avant d’embarquer.


>> À lire aussi:

MRE: Les autocars dans le viseur des autorités espagnoles

in International/MRE/National/Société
MRE: Les autocars dans le viseur des autorités espagnoles

Si vous comptez prendre le car pour faire votre voyage du Maroc à l’étranger, sachez que les douaniers espagnols ont durci la procédure, notamment pour ceux qui ont l’habitude de prendre des produits ou autres douceurs du Maroc.


Depuis quelques semaines, les douaniers espagnols obligent tous les voyageurs à décharger leurs bagages à leur arrivée et à les conserver tout au long de leur voyage par bateau, rappelle le journal l’Economiste, ce qui rend très difficile le voyage, notamment pour les personnes les plus âgées.

Des témoins cités par le journal confient avoir souffert durant leur voyage, surtout que le port d’Algésiras n’est pas bien équipé en chariot. De plus, il est strictement interdit de les monter dans le bateau. Prenez donc vos précautions avant de préparer votre voyage.

Par ailleurs, on a noté une augmentation substantielle du prix du billet d’autocar. La raison ? elle découle de la première. Etant interdits de transporter des bagages, les sociétés d’autocars voient leur chiffre d’affaires baisser et répercutent cette baisse sur les voyageurs.

Et gare à ceux qui ne respectent pas cette nouvelle consigne ou ils devront mettre la main à la poche, prévient de la même source. Les douaniers dressent en effet des amendes comprises entre 1000 et 3000 euros aux chauffeurs qui ne vident pas leur car avant d’embarquer.


>> À lire aussi:

MRE: Des changements à connaître dans l’admission temporaire de véhicules

in International/MRE/National/Société
MRE: Des changements à connaître dans l’admission temporaire de véhicules

Les MRE qui avaient pour habitude de remplir les longs feuillets verts (D16) à leur entrée au Maroc ne seront pas mécontents d’apprendre que cette formalité a été remplacée par une autre, beaucoup plus simple. Quoique l’administration marocaine aurait pu aller encore beaucoup plus loin.


Depuis le 1er janvier dernier, les Marocains du monde ne remplissent plus les feuillets verts de la douane, cette tâche étant dévolue aujourd’hui aux douaniers. Composés de trois feuilles, une était gardée à l’entrée par la douane, deux autres étaient rendus au propriétaire avec les informations précises de son véhicule. A la sortie du Maroc, le deuxième feuillet était rendu aux douaniers et le dernier était gardé par le propriétaire du véhicule. Celui-ci était cacheté en guise de preuve.

Cette procédure est finie depuis le début de l’année. A l’entrée sur le territoire marocain (Tanger-Med, Sebta, Nador…) les agents des douanes demandent le passeport ainsi que la carte grise de la voiture pour entrer les informations dans leur système. Il leur est ensuite fourni une petite carte au format « carte bancaire » sur laquelle on trouve toutes les informations sur le véhicule et son propriétaire :


Nom et prénom
Numéro d’immatriculation (pays)
Numéro de passeport (pays)
Durée de validité
Un code barre, sans doute pour les besoins internes de la douane marocaine
Date d’entrée sur le territoire marocain.
Cette carte est à mettre en lieu sûr et vu sa fragilité, il faudra donc faire attention à ne pas la chiffonner (conseil d’un douanier). Celle-ci est visée par un autre douanier, du moins en ce qui concerne Tanger-Med, qui s’assure que les informations sont bien correctes, notamment le numéro d’immatriculation.

A la sortie du Maroc, cette carte est à nouveau présentée à la douane marocaine et l’agent contrôle le véhicule et « le retire » du système. Pour éviter sans doute des erreurs et responsabiliser les douaniers, son nom est cacheté à l’arrière de cette carte avec sa signature (voir photo en dessous). Nous vous conseillons vivement de garder cette carte, un erreur est vite arrivée et les problèmes qui vont avec …


>> À lire aussi:

Go to Top