MRE - page 2

Casablanca: il squatte la villa d’une MRE et la loue à une autre famille

in Faits divers/insolite/MRE

Un homme a été déféré devant le juge pour avoir utilisé puis loué une maison appartenant à une ressortissante marocaine qui réside en Allemagne, et, aussi, pour s’être procuré eau et électricité illégalement. Cette Marocaine résidant à l’Étranger (MRE) s’était absentée pour longtemps si bien qu’on ne l’attendait plus.


Un homme aurait appris qu’un appartement, à Casablanca, dans le quartier de Salmia, était vide. Il emmena sa femme y vivre et paya un spécialiste pour qu’il lui permette d’avoir de l’eau et de l’électricité, via des moyens que ne précise pas le média Assabah, source de cette information.

Cette épouse, de plus en plus malade, n’arrivait plus à vivre dans cet appartement au troisième étage. Son mari et elle y habitaient depuis si longtemps que, pour lui, la demeure avait été abandonnée par ses propriétaires légitimes et qu’ils ne reviendraient jamais. Il décida alors de la louer.

Il proposa la demeure à des locataires potentiels, avec un avantage incontestable : pour 2000 dirhams par mois, ils n’avaient pas à payer l’eau et l’électricité. Il falsifia un contrat de location, tout en se trompant sur la superficie de l’appartement et, l’affaire était conclue. Ce vendeur de sandwich avait, à présent, 2000 dirhams de revenus en plus, mensuellement.


Cependant, un jour, la propriétaire légitime de la maison rentra chez elle. Elle fut surprise de voir une famille y habitant. Elle s’enquit de la situation auprès de ses proches, cherchant à savoir si c’était l’un d’eux qui avait loué son appartement sans la prévenir. La réponse en était toujours non, partout où elle se renseigna. L’affaire devenait de plus en plus louche.

Elle décida alors de s’en remettre aux autorités. Le caïd du quartier l’accompagna dans sa propre maison, en compagnie d’un auxiliaire d’autorité. Et, ils parvinrent à comprendre toute l’histoire. Le vendeur de sandwich fut arrêté et placé en garde à vue. Pour des raisons que le média ne précise pas, la MRE abandonna toutes les poursuites contre lui.

Mais, l’affaire était si grave qu’il sera bel et bien poursuivi, puisque la Lyonnaise des Eaux de Casablanca (Lydec) a déposé une plainte.


À lire aussi:

MRE: Qui peut conduire ma voiture au Maroc?

in International/MRE/National/Société
MRE: Qui peut conduire ma voiture au Maroc?

Parmi les nouveautés du Guide de la douane marocaine à destination des Marocains du Monde, l’une se trouve en rapport avec le véhicule accepté dans le cadre de la procédure dite d’Admission temporaire (AT).


Une période de 6 mois est permise par l’Administration des Douanes et des impôts indirects (ADII) à tous les Marocains résidant à l’Etranger (MRE), qui entrent au Maroc avec leur voiture. Les douaniers dresseront une amende si le délai est dépassé. Celle-ci peut aller de 1.000 à 10.000 dirhams.

En ce qui concerne le prêt de ce véhicule, la douane marocaine vient d’élargir les personnes à qui le MRE peut prêter sa voiture. Nous mettons, ici, la réponse, telle qu’elle est écrite dans la circulaire:

« La conduite d’un véhicule immatriculé à l’étranger, placé sous le régime d’Admission temporaire, est élargie aux ascendants, en sus des conjoints et des descendants, résidents eux aussi à l’étranger et ce, en dispense de procuration ».

La Douane évoque une procuration, ce qui veut dire que le MRE a la possibilité d’établir une procuration au niveau du consulat marocain ou d’une autre autorité étrangère, si celle-ci concerne, donc, une personne autre que la famille.


À lire aussi:



>> À lire aussi:

Saâd Eddine El Othmani veut mieux accueillir les MRE

in MRE/National/Politique/Société
Saâd Eddine El Othmani veut mieux accueillir les MRE

La septième réunion de la Commission interministérielle en charge des Marocains du Monde s’est réunie le jeudi 20 juin 2019. Cette rencontre, présidée par Saâd Eddine El Othmani, a mis en avant les efforts du Gouvernement, en ce qui concerne les facilités administratives, pour les Marocains résidant à l’Etranger, désireux d’investir dans leur pays d’origine.


Pour Saâd Eddine El Othmani, l’Exécutif a pris cette décision, suivant le Décret n° 2-17-410. Ce texte prend en compte un certain nombre de procédures et de programmes, dont les modalités de légalisation des documents administratifs, la simplification des services administratifs liés aux investissements des Marocains du Monde, l’instauration d’un système d’information orientant et accompagnant, de loin, les compatriotes, investisseurs résidant à l’étranger, désireux d’investir au Maroc, avec une base centrale de données leur facilitant l’obtention des informations sur le climat des affaires et sur des opportunités d’investissement.

Mieux, selon le Chef de l’Exécutif, d’autres programmes sociaux et culturels sont mis en œuvre par le Gouvernement marocain pour l’enrôlement des compétences marocaines, la création de centres culturels, au niveau de bon nombre de pays d’accueil, l’enseignement des cours universitaires aux enfants des Marocains du Monde, au cours de l’année, sans oublier la programmation de colonies de vacances, l’organisation d’appels à communication, afin d’échanger, avec les compatriotes de l’étranger, sur la garantie de transferts d’expertise, la contribution au rayonnement scientifique et sur l’assurance du flux des investissements à valeur ajoutée.

Il ne faudrait pas perdre de vue la décision du Gouvernement de se préoccuper de la prise en charge des difficultés des Marocains à l’étranger, de régler les problèmes des mineurs et des prisonniers, tout en répondant aux souhaits des jeunes à l’étranger. À ce niveau, Saâd Eddine El Othmani a précisé que des mesures sont prises pour faciliter l’existence de cette catégorie de citoyens, tout en oeuvrant pour la préservation de leurs droits économiques et sociaux, aussi bien au Maroc que dans leurs pays d’accueil.

Cette réunion, faut-il le rappeler, a coïncidé avec le lancement de l’Opération « Marhaba » 2019 et a été une occasion pour faire le bilan annuel de tous les chantiers et des opérations concernant les Marocains du Monde. En outre, ce lancement s’est révélé l’opportunité pour faire une projection sur les questions liées à la migration, a précisé le communiqué. C’est le lieu de rappeler qu’au cours de cette rencontre, les membres de ladite Commission n’ont pas manqué de faire le point des préparatifs de l’Opération « Transit 2019 », au sein des départements identifiés.

(Avec MAP)


À lire aussi:



>> À lire aussi:

Orléans: le Consul général du Maroc à l’écoute des MRE

in International/MRE/Société

Sur invitation d’Harold Huwart, élu nogentais et, Vice-président du Conseil régional Centre Val de Loire, Kamal El Mahdaoui, Consul général du Royaume du Maroc à Orléans, a participé à la commémoration de l’Appel du 18 juin. Faisant d’une pierre deux coups, il a également rencontré des membres de la communauté marocaine nogentaise, dont le champion de course à pied, Saïd Lazaar.


Pour la toute première fois de l’histoire, un Consul du Maroc vient en visite à Nogent-le-Rotrou. La cérémonie s’est déroulée, le mardi 18 juin, dans les salons de la Mairie, où Kamal El Mahdaoui, Consul général du Maroc à Orléans, a été accueilli par le Maire François Huwart et quelques élus, rapporte lechorepublicain.

Selon le même média, cette visite vise, entre autres, à consolider et à fortifier l’amitié franco-marocaine. Kamal El Mahdaoui, qui a pris part à la cérémonie de commémoration de l’Appel du 18 juin 1940, a rencontré également des élus et visité l’entreprise Secos, spécialisée dans la cosmétologie. Faut-il le rappeler, la région Centre Val de Loire a un partenariat économique avec celle de Fès-Meknès, au Maroc.

Pour Harold Huwart, il s’agissait de faire toucher du doigt, à l’autorité marocaine, que « l’économie de la ville de Nogent est très orientée vers l’exportation en visitant l’entreprise Secos sur la zone d’activités du Val d’Huisne ». Mais, aussi et, surtout, le Vice-président du Conseil régional Centre Val de Loire, chargé du Développement économique, a voulu « montrer que […] c’est absolument vital de conserver cette capacité de liens avec [ses] partenaires ». Et, d’ajouter « qu’à Nogent, il y a une petite communauté marocaine d’environ 300 personnes, qui compte beaucoup, et qu’à travers ces citoyens, il est important de conforter des liens ».

Des propos qui ont réjoui le Consul marocain. En effet, Kamal El Mahdaoui a évoqué l’importance de mener des actions de partenariat avec « une vision globale », dans l’objectif « de rassembler tous ceux, communes, élus, associations, entreprises qui peuvent apporter leur contribution pour consolider et fortifier cet édifice qu’est l’amitié maroco-française », rapporte la même source.


À lire aussi:

MRE: Les nouveautés de la douane marocaine cette année

in MRE/National/Société
MRE: Les nouveautés de la douane marocaine cette année

Mieux accueillir les Marocains du Monde. Tel est le crédo de la douane marocaine. Elle vient d’assouplir quelques règles censées faciliter le passage des Marocains résidant à l’Etranger (MRE), au niveau des postes-frontières dont le plus important d’entre eux, Tanger-Med.


Dans une circulaire publiée au début du mois de juin, l’Administration des Douanes et des impôts indirects (ADII) a énoncé plusieurs nouveautés qui devraient satisfaire les Marocains du Monde, surtout ceux qui se rendent au Maroc en voiture.

La première concerne la fin des formulaires d’admission temporaire de moyens de transport, selon les modèles D16ter, D16bis et D716. Ce sont les fameux papiers verts, composés de trois volets, que les Marocains devaient remplir, à l’entrée sur le territoire.

« Ainsi, depuis le 1er janvier 2019, l’admission temporaire des moyens de transport, importés par les personnes ayant leur résidence habituelle à l’étranger, est prise en charge sur le système informatique de l’Administration des Douanes, sur la base des indications fournies par le voyageur, pour l’identification de son moyen de transport. Un document, selon le modèle joint à la présente, édité du système, est délivré à l’intéressé pour le présenter à l’occasion de tout contrôle sur le territoire national », écrit la Douane.

En d’autres termes, vous fournissez la carte grise et une pièce d’identité et les agents de la Douane s’occupent de cette procédure, en fournissant une petite fiche cartonnée, semblable à une carte bancaire, qu’il devra absolument présenter, le jour de sa sortie du Maroc.
En outre, à en croire la Douane, « cette nouvelle mesure qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie de digitalisation de l’Administration, permettra un passage plus rapide et plus fluide lors de l’accomplissement des formalités douanières d’admission temporaire des véhicules ».

Il est également question des personnes à qui le MRE peut prêter sa voiture au Maroc. « La conduite d’un véhicule immatriculé à l’étranger, placé sous le régime d’admission temporaire, est élargie aux ascendants, en sus des conjoints et des descendants, résidant eux aussi à l’étranger et ce, en dispense de procuration. », fait part la Douane.

La dernière mesure fait suite aux doléances émises par les MRE. Elle concerne « la levée, en cas de séjour continu, de la condition d’interruption de séjour d’au moins 24 heures pour prétendre au bénéfice du reliquat d’admission temporaire d’un véhicule au titre de l’année en cours. Les responsables locaux (Ordonnateurs) autorisent, désormais, ce genre de prorogation sans que l’importateur du véhicule ne soit obligé de quitter le territoire national ».


À lire aussi:



>> À lire aussi:

Véhicule volé au Maroc: voici quoi faire

in International/MRE/National/Société
Véhicule volé au Maroc: voici quoi faire

Un vol de voiture est vite arrivé, et dans ce cas mieux vaut être bien informé. Ce genre d’imprévu peut arriver à tout le monde. Pour cela, la douane marocaine prévoit une procédure, dans ce cas, surtout si le véhicule volé est soumis au régime de l’Admission temporaire (AT).


La réponse est donnée dans le guide dédié aux Marocains du monde, que l’Administration des Douanes et des impôts indirects (ADII) a publié, il y a quelques jours. Pour ne pas la dénaturer, nous publions la réponse telle qu’elle a été diffusée:

En cas de vol de son véhicule, le MRE demeure redevable des droits et des taxes d’importation, exigibles. Pour régulariser la situation douanière de son véhicule, il doit, soit acquitter les droits et taxes correspondants, soit les garantir selon les deux options ci-après:

  • en produisant l’engagement de régularisation, établi par une société d’assistance agréée

ou

  • en souscrivant par ses soins un engagement de régulariser la situation du véhicule volé dans un délai n’excédant pas 1 an (cf. note n°17707/421 du 25/09/2001).

Le modèle de cet engagement est téléchargeable via sur le site Internet:
www.douane.gov.ma/Particuliers / Marocains Résidant à l’Etranger.

En cas de souscription de l’engagement précité, le MRE ne peut importer une autre voiture qu’après régularisation de la situation douanière du premier véhicule. Il est précisé, à ce propos, que l’engagement souscrit est valable une (01) année et que des pénalités sont prévues, en cas de non-respect de ce délai.


À lire aussi:

https://lepetitjournalmarocain.com/2019/06/10/video-voici-ce-que-vous-pouvez-ramener-avec-vous-au-maroc/

(Vidéo) Justice pour Fouzia et ses trois enfants: El Kadaoui reste introuvable

in Faits divers/International/MRE/National/Société
(Vidéo) Justice pour Fouzia et ses trois enfants: El Kadaoui reste introuvable

Suite à l’appel lancé sur le réseaux sociaux pour arrêter le meurtrier de Fouzia et de ses trois enfants, qui se trouverait caché au Maroc, la Direction générale de la Sécurité nationale (DGSN) vient de réagir.


En réponse à cet appel, la DGSN affirme que, grâce à un mandat d’arrêt international, émis par les autorités judiciaires françaises, à l’encontre du mis en cause, le Bureau d’Interpol de Rabat a alors mené « toutes les recherches et investigations nécessaires », sans pour autant « réussir à localiser le mis en cause sur le territoire national ». Ceci a conduit à « la généralisation des recherches », afin de « faciliter son arrestation conformément aux dispositions de la coopération sécuritaire et judiciaire internationale « .

La DGSN dit rester mobilisée, interagissant avec l’appel diffusé. Elle a rassuré de la poursuite des recherches par le Bureau d’Interpol de Rabat. En coordination avec les autorités sécuritaires françaises, elle « facilitera l’arrestation du mis en cause ».

Pour rappel, les faits remontent au 24 juin 2013, Abdelkarim El Kadaoui a tué de 47 coups de couteau sa femme Fouzia. Son corps avait été retrouvé par sa mère. Le lendemain matin, dans la voiture du suspect, les corps des trois enfants du couple, Yasmine, Omayma et Hayoub, âgés de 2, 8 et 9 ans, étaient eux aussi trouvés sans vie, morts par asphyxie.

L’émission « crimes et faits divers, La quotidienne » diffusé sur NRJ 12 avait relaté les faits de cet abominable crime…






À lire aussi:

(Audio) Jamel Debbouze interrompt sa carrière d’humoriste

in International/MRE/National/Société
(Audio) Jamel Debbouze interrompt sa carrière d’humoriste

Lors de la 9ème édition du « Marrakech du Rire » qui a eu lieu du 12 au 16 juin 2019, Jamel Debbouze a déclaré au micro de RTL qu’il allait arrêter la scène pendant plusieurs années. 

Après un passage éclatant dans la ville ocre, l’acteur et humoriste franco-marocain décide d’interrompre sa carrière humoristique, pour quelques années, du moins. Il a besoin de prendre une pause, afin de pouvoir se ressourcer.

L’artiste confie : « Je suis toujours très surpris de voir les salles pleines et le plaisir que je continue à prendre, ça n’a pas bougé, c’est formidable. Mais, pour que je puisse continuer à en prendre, il faut aussi que je ménage ma monture. J’arrêterai en décembre et je sais que je ne remonterai pas avant des années, c’est certain « .

La décision semble ne pas affecter son amour pour le cinéma, pour autant, ni sa carrière en tant qu’acteur et producteur. Plusieurs projets cinématographiques germent dans sa tête et il compte bien en profiter pour poursuivre le métier d’acteur ou de producteur.

« Il y a des trucs très intéressants qui se passent au niveau du cinoche, des trucs qui me passionnent vraiment, qui sont en gestation, depuis de nombreux mois, voire des années. Je ferai plus jamais deux trucs en même temps, acteur, réalisateur, producteur… Ça sert à rien, t’es forcément nul à un endroit. »

Mais, avant de partir en congés prolongés, le comédien devra reprendre la tournée de son spectacle, « Maintenant ou Jamel », qui redémarre au mois de septembre 2019 et qui se prolonge jusqu’à la fin de l’année.

>> A lire aussi:

(Vidéo) En larmes, Adil Rami évoque son enfance avec sa mère

in International/MRE/Sport
(Vidéo) En larmes, Adil Rami évoque son enfance avec sa mère

Dans le documentaire, «C’était écrit, la revanche des bleus», sur l’aventure de l’équipe de France en Coupe du monde, le footballeur Adil Rami se confie.


Champion du monde 2018 à l’âge de 32 ans, Adil Rami a connu un parcours pour le moins atypique avant de remporter le titre suprême pour un footballeur l’été dernier. L’actuel défenseur de l’OM était en effet employé municipal à la mairie de Fréjus jusqu’à l’âge de 21 ans avant de rejoindre Lille, son premier club professionnel.

Le natif de Bastia revient sur cette trajectoire singulière à l’occasion d’un documentaire intitulé « C’était écrit : la revanche des Bleus » et diffusé dimanche soir sur France 5.





>> A lire aussi:

Belgique: Disparu en décembre 2018, le corps sans vie de Mohamed Harrouchy retrouvé

in Faits divers/International/MRE/National
Belgique: Disparu en décembre 2018, le corps sans vie de Mohamed Harrouchy retrouvé

Le corps sans vie d’un homme disparu depuis plusieurs mois, Mohamed Harrouchy, a été retrouvé le 9 juin dernier, enterré dans un parc industriel à Haren, a déclaré la porte-parole du parquet de Bruxelles, Stéphanie Lagasse, samedi.

« La personne qui a été retrouvée décédée le dimanche 9 juin dernier est Mohamed Harrouchy, disparu le 9 décembre dernier à Schaerbeek », a affirmé Stéphanie Lagasse. « Un juge d’instruction est saisi de l’affaire et l’enquête suit son cours pour déterminer dans quelles circonstances cette personne est décédée », a-t-elle affirmé.

Le dimanche 9 décembre 2018, Mohamed Harrouchy, un homme âgé de 41 ans, avait été vu pour la dernière fois rue Portaels à Schaerbeek. Il ne s’était plus manifesté ensuite. La police avait lancé un avis de recherche à la suite de cette inquiétante disparition.

Le corps de cet homme a été découvert il y a quelques jours. Il était enterré dans un parc industriel rue de Verdun à Haren. Une enquête est en cours pour déterminer dans quelles circonstances le décès est survenu.

Mohamed Harrouchy était un livreur âgé de 41 ans. Ce natif de Bruxelles était en couple depuis dix ans. Il laisse derrière lui deux enfants et des proches en deuil.

>> À lire aussi:

Go to Top