International - page 3

Facebook supprime plusieurs comptes anti-marocains

in International/National
Facebook supprime plusieurs comptes anti-marocains

Facebook a supprimé plusieurs comptes, pages et groupes, qui menaient des « campagnes de manipulation » depuis l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte, contre des pays de l’Afrique du Nord, dont le Maroc et d’autres pays.


Au moyen d’un communiqué publié le 1er août, Facebook a informé les internautes de la suppression de plusieurs comptes « factices », pages et groupes « inauthentiques » utilisés depuis des pays du Golfe, notamment, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte, pour diffuser des « campagnes de manipulation ».

À en croire Facebook, ces campagnes étaient dirigées contre des pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Parmi eux, le Maroc, la Libye, le Soudan, les Comores, le Qatar, la Turquie, le Liban, la Syrie et la Jordanie.

La même pratique a été observée sur un autre réseau social : Instagram, qui est devenu la propriété de Facebook, depuis 2012. Au total, l’équipe de Mark Zukerberg a supprimé 259 comptes, 102 pages, 5 groupes et 4 événements sur Facebook et 17 autres comptes sur Instagram.


« Nous avons découvert deux opérations distinctes : l’une, aux Émirats arabes unis puis en Égypte et, l’autre, en Arabie saoudite. Les deux campagnes que nous avons supprimées n’avaient pas de lien entre elles, mais les deux ont créé des comptes pour induire en erreur les autres sur qui ils étaient et ce qu’ils faisaient réellement », précise le communiqué de Facebook.

La tentative de dissimulation de l’identité des auteurs de ces activités aura été vaine. En effet, l’enquête de Facebook a révélé le visage des deux sociétés de marketing, qui se cachaient derrière cette machine de manipulation. Il s’agit de « New waves », basée en Égypte et, de « Newave », aux Émirats arabes unis.

Par ailleurs, Facebook assure avoir partagé les informations avec « les forces de l’ordre, les partenaires de l’industrie et les décideurs ».


À lire aussi:

Le Maroc, 1er pays arabe en nombre de SDF et de mendiants

in International/National/Société
Le Maroc, 1er pays arabe en nombre de SDF et de mendiants

La mendicité est un phénomène qui a pris une dimension inquiétante dans les rues marocaines. Le nombre de mendiants, au Maroc, place le pays à la tête des pays arabes en la matière et invite à se poser des questions quant aux origines et aux ramifications de ce phénomène sociétal.


Selon des statistiques officielles, le Maroc est le pays le plus touché par ce fléau social, avec 195.000 mendiants, suivi de l’Égypte, avec 41.000 et, l’Algérie, en troisième position, avec 11.000 mendiants.

La problématique de la mendicité a été l’objet d’un débat à la Chambre des Conseillers, le 4 juin dernier, en présence de la Ministre de la Famille et de la solidarité, Bassima Hakaoui. La séance s’est concentrée sur les différentes formes de mendicité, ainsi que sur les solutions à proposer pour y faire face.

Parmi ces formes, on retrouve des individus qui utilisent les enfants ou les nouveaux-nés, à des fins de mendicité. Les pleurs et les jérémiades, les tares ou les maladies physiques, les dons pour la construction de mosquées, les factures d’électricité, de loyer ou les ordonnances médicales, les périodes de fête ou le ramadan. Ce sont des moyens exploités par les mendiants pour susciter l’intérêt et la compassion.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de ce fléau social, selon les députés, qui ont insisté sur la nécessité de mettre en oeuvre des solutions pragmatiques, à des niveaux aussi bien social qu’économique. La pauvreté, le chômage et la cherté de la vie sont les principaux responsables de la prolifération de ce phénomène, bien que d’autres éléments, plutôt subjectifs, sont à incriminer.


À lire aussi:

Vous ne devinerez jamais quel est le prénom le plus populaire en Palestine occupée

in International/Société

La place qu’occupe « Mohammed », dans le classement des prénoms les plus utilisés en Israël Palestine occupée, reste inchangée. « Mohammed » demeure le prénom le populaire attribué aux bébés.


Les données du classement du Bureau central des Statistiques révèlent que « Mohammed » demeure le prénom le plus populaire en Israël Palestine occupée. C’est un prénom qui est, non seulement utilisé parmi les musulmans mais, également, parmi les non-musulmans du pays.

Selon la liste publiée chaque année, sur l’ensemble des naissances du pays, le prénom du messager d’Allah a été attribué à 2.646 garçons. Du côté des juifs, 1.447 enfants ont reçu le prénom « David ».

Quant aux filles, « Tamar », le prénom juif, est en tête du classement, avec un effectif de 1.289 bébés.  » Miriam », c’est le prénom musulman le plus attribué aux filles (523).

La même liste indique, par ailleurs, qu’ « Ahmad » et « Adam » figurent également parmi les prénoms musulmans les plus utilisés.


À lire aussi:

Un chauffeur espagnol dans de sales draps

in Faits divers/International/National
Un chauffeur espagnol dans de sales draps

Un chauffeur de 49 ans a été arrêté, le jeudi 1er juillet, soir. Il lui est reproché son implication présumée dans une affaire de tentative d’organisation d’une opération d’immigration irrégulière.


Transporteur routier international et propriétaire d’un camion immatriculé en Espagne, ce chauffeur de taxi facilitait l’entrée de clandestins sur le territoire espagnol. Ce jeudi 1er août, il a été arrêté pour avoir pris à son bord un candidat à l’immigration clandestine, soigneusement caché dans son camion. Celui-ci, arrivé à un état insupportable de suffocation, a eu la vie sauve, en contactant un proche.

Il a fourni les renseignements nécessaires aux services de la sûreté nationale, ce qui a permis ainsi d’intercepter le camion et de sauver le candidat à l’immigration, par l’intermédiaire d’un individu qui recevait des sommes d’argent atteignant 60.000 dirhams, par candidat. Les enquêtes menées ont prouvé que l’Espagnol en était un habitué. Il avait mené deux opérations identiques pour une somme de 10.000 dirhams, pour chaque candidat.

Le prévenu a été placé en garde à vue, pour les besoins de l’enquête. Quant au ressortissant espagnol appréhendé, il a été aussi placé en garde à vue, à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, tandis que les recherches se poursuivent, pour arrêter d’éventuels complices, dans cette affaire, indique la même source.


À lire aussi:

Séville: un Marocain s’évade juste avant son expulsion au Maroc

in Faits divers/International

Un ressortissant marocain sous le coup d’une expulsion a réussi à s’évader de la prison de Séville.


Ce détenu, qui a fini de purger sa peine, a fait preuve de malice en se soustrayant à la vigilance de l’équipe de sécurité en charge de le récupérer à l’entrée de la prison de Sévilla II.

Les responsables de la prison de Séville II sont encore sous le coup de la surprise qu’ils ont eue, le mardi 30 juillet 2019, à 11h 30. Après avoir purgé sa peine pour délit de conduite et attaque contre les services de sécurité, il devait être expulsé, conformément à une ordonnance du tribunal.

Tel un scénario d’un film, le ressortissant marocain a bien planifié son coup. Alors que les agents de sécurité en charge de le conduire hors des limites frontalières de l’Espagne s’apprêtaient à le récupérer, il a réussi à contourner le dispositif avant de prendre la fuite.

Pour l’heure, la police nationale ratisse large, afin de le ramener dans les locaux de la prison.


À lire aussi:

(Vidéo) Les confidences d’un ex-combattant marocain qui a déserté Daech

in Faits divers/International/Société

Après avoir découvert le vrai visage de Daech, Mustafa G***, jeune marocain et ex-combattant de cette organisation terroriste, raconte, dans une vidéo, sa fuite avec son épouse et deux autres combattants. Son grand regret, c’est d’avoir rejoint les rangs de l’Etat islamique terroriste.


Mustafa G*** s’ouvre au public. L’ex-combattant de l’Etat islamique terroriste affirme qu’il s’est heurté à un refus catégorique quand il demandait à retirer le passeport de sa femme, ce qui l’avait obligé à la faire fuir, avec d’autres combattants, en empruntant la frontière turque, rapporte Barlamane.

Selon son récit, il s’est « dirigé vers l’Ambassade marocaine une fois tous arrivés en Turquie ».

Même si Mustafa G*** a confié n’avoir jamais assisté à aucun événement lié au harcèlement sexuel dans le rang des combattants, il exprimait toutefois des craintes. « J’avais peur pour ma femme et je déplore le premier jour où j’ai pensé à rejoindre les rangs de l’État islamique terroriste », déclare l’ancien « djihadiste », plein de regrets.

D’autres raisons expliquent ses regrets. L’ex-combattant de l’EI a fait savoir qu’il avait été victime d’un racisme pratiqué par les dirigeants de l’organisation terroriste. Mustafa G*** ajoutera que la discrimination existait non seulement entre les différentes nationalités mais, aussi, entre les personnes originaires du même pays.

Les scènes d’exécution d’imams de mosquées qui se permettaient d’intervenir et de conseiller les dirigeants de Daech sont autant d’actes qui l’avaient fait déchanter, d’où la planification de sa fuite avec sa femme enceinte.





À lire aussi:

BMCE Bank of Africa inaugure les séminaires de l’investissement en faveur des MRE

in Économie/International/National/Société

La BMCE Bank of Africa a lancé, vendredi à Tanger, la 5ème édition des Séminaires régionaux de l’investissement en faveur des « Marocains citoyens du monde » (MCM).


Organisée sous le thème « Comment rendre le territoire plus attractif pour les Marocains citoyens du monde ? », cette édition vise à accompagner les clients résidant à l’étranger de BMCE Bank of Africa dans la réalisation de leurs projets au Maroc à travers des conseils personnalisés et une offre dédiée.

Le lancement de cette 5ème édition intervient après cinq années de succès de cette initiative entamée par BMCE Bank of Africa en 2015 pour instaurer une proximité et créer une interaction directe avec les Marocains citoyens du monde dans toutes les régions du Royaume ainsi qu’à l’étranger, a indiqué le directeur communication, média et digital du groupe BMCE Bank of Africa, Mounir Jazouli, dans une déclaration à la MAP.

« Depuis 2015, une trentaine de villes du Royaume ont accueilli les Séminaires régionaux d’investissement de BMCE Bank Of Africa au profit des MCM investisseurs », a précisé M. Jazouli, faisant savoir que les éditions précédentes ont connu environ 1.300 participants, avec l’accompagnement de plus de 125 experts métiers représentant des instances gouvernementales et des institutions qui oeuvrent dans l’accompagnement des investissements des étrangers, des Marocains résidant à l’étranger et des citoyens marocains.

Il a, dans ce sens, expliqué que BMCE Bank of Africa a lancé cette initiative afin de répondre concrètement aux priorités mises en avant par SM le Roi Mohammed VI, notamment le développement régional, le développement de l’investissement au Maroc, ainsi que l’accompagnement et la facilitation des procédures pour les MCM.

Pour sa part, le directeur régional de BMCE Bank of Africa au Nord Méditerranée, Fahim Idrissi, a rappelé que la région Tanger-Téoutan-Al Hoceima s’est hissée au rang de deuxième pôle économique à l’échelle national en contribuant à environ 10% du produit intérieur brut (PIB), mettant en avant l’infrastructure « exceptionnelle » dont elle jouit, notamment grâce à des zones off-shore, deux aéroports et une zone industrielle riche et variée.


Cette région étant une attraction pour les investisseurs marocains et étrangers, a poursuivi M. Idrissi, « BMCE Bank y consacre un intérêt particulier en développant un réseau de distribution qui dépasse 62 agences et 3 centres d’affaires, ainsi que plusieurs centaines de conseillers de clientèle à la disposition des MCM, proposant une palette de services et de produits développés sur mesures, outre des conseils continus pour les encourager à investir au Maroc ».

À l’instar des éditions précédentes, des intervenants d’organismes publics et privés et des spécialistes en création d’entreprises et fiscalité ont pris part au séminaire afin d’apporter des éclaircissements aux questionnements des MCM investisseurs, notamment en matière de montage de dossiers financiers et solutions de transfert d’argent pour le développement des opportunités d’affaires et de partenariats win-win.

Grâce à ces séminaires, BMCE Bank Of Africa se positionne comme un acteur clé dans le développement des projets des MCM et renforce ainsi sa promesse de proximité auprès de sa clientèle en mettant à leur disposition les opportunités et modalités d’investissement dans leurs régions ainsi que les mécanismes d’appui à forte valeur ajoutée, tels que la formule de financement à moyen ou long terme « BMCE MRE Invest », exclusivement dédiée aux promoteurs marocains résidant à l’étranger.

Adossé au fonds étatique « MDM Invest », ce crédit permet aux MCM investisseurs, seuls ou associés à des investisseurs marocains ou étrangers, porteurs de nouveaux projets d’investissement ou projets d’extension au Maroc, de bénéficier d’une subvention de l’Etat à hauteur de 10% du montant de la quote-part du MRE investisseur sous forme d’une contribution allant jusqu’à 5 millions de dirhams.


À lire aussi:

Les États-Unis félicitent le Royaume du Maroc

in International/National/Politique/Société

Au fil des ans, les relations diplomatiques entre les États-Unis et le Maroc se consolident. Le Royaume est devenu l’un des principaux alliés des Américains dans la lutte contre le terrorisme.


Dans le cadre du renforcement de leur coopération bilatérale, les deux pays mènent des actions constructives. A ce titre, lors d’une réception à Washington, dans le cadre du 20ème anniversaire de la Fête du Trône, le Secrétaire d’Etat américain à la Santé, Alex Azar, a salué les efforts du Maroc dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, relevant que ce pays d’Afrique du Nord est l’un des principaux partenaires antiterroristes des États-Unis.

Le responsable a également rappelé que les États-Unis sont un partenaire privilégié de la stratégie antiterroriste du Maroc. A cet effet, il a tenu à rappeler la mise en place du Bureau central d’Investigations judiciaires (BCIJ), dans le cadre de la stratégie de modernisation du système de sécurité marocain, pour lutter contre la radicalisation et le crime organisé, à la suite de l’attaque terroriste de 2011, à Marrakech.

Mieux, dans ses rapports nationaux 2018 sur le terrorisme, le Département d’État américain a déclaré que le Maroc avait « une stratégie globale de lutte contre le terrorisme qui inclut des mesures de sécurité vigilantes et une coopération régionale et internationale ». Azar n’a pas manqué de saluer l’opération de maintien de la paix du Maroc, menée par l’ONU.

À ce titre, il a envoyé plus de 2 000 soldats qui contribuent aux missions de maintien de la paix de l’ONU, en République centrafricaine, en République démocratique du Congo et dans le Soudan du sud. Le Secrétaire d’État a, en outre, mis un accent sur les activités commerciales entre les deux pays avec l’Accord de Libre-échange (ALE).


À lire aussi:

Le Prince Héritier Moulay Hassan dans l’apprentissage du pouvoir

in International/National/Politique

Malgré son jeune âge, le Prince Héritier, Moulay El Hassan, ne rate aucune grande occasion, pour s’afficher aux côtés du Souverain Mohammed VI, afin d’appréhender, certainement, au mieux, les rudiments nécessaires pour un futur exercice du pouvoir.


« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années », dit l’adage. SAR le Prince Héritier, Moulay El Hassan, semble bien faire sienne cette réalité. Pour preuve, le jeune homme de 16 ans se forge une personnalité, en se laissant mouler par un apprentissage assidu de l’exercice du pouvoir. En témoignent ses nombreuses apparitions aux côtés du Roi Mohammed VI, aux grands rendez-vous qui engagent l’avenir de la planète.

Le 11 novembre 2018, alors que les grands de ce monde se sont donné rendez-vous à Paris pour la célébration du centenaire de l’Armistice de 1918, on a vu, aux côtés du Roi Mohammed VI, Prince Héritier Moulay El Hassan, prendre part à ce grand rendez-vous de l’histoire du monde. Cet événement, dont se souvient Aujourd’hui Le Maroc, a rassemblé les dirigeants des Etats-Unis d’Amérique, de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne, du Canada et de la France. Malgré la présence de ces personnalités, les regards se tournent plutôt vers une, en particulier : le Prince Héritier Moulay El Hassan.

Prenant part à cet événement, spécialement suivi, à l’échelle planétaire, le Prince Héritier, à 16 ans, à peine, qui représente aux côtés du Souverain, le Royaume, effectuait ses premiers pas dans la cour des grands, souligne le média. Faut-il le rappeler, à ce grand rendez-vous mondial, plusieurs chefs d’États et de Gouvernements, des représentants des institutions européennes, de l’Organisation des Nations-unies et de plusieurs autres organisations internationales, se sont retrouvés pour évoquer les idéaux de la paix, de la réconciliation et de l’entente.


Il faut remonter au 8 mai 2003, la date où le peuple marocain a accueilli l’heureux événement de sa naissance, pour se rendre compte que l’initiation du Prince Héritier Moulay El Hassan a commencé très tôt. Depuis lors, son actualité est particulièrement suivie par le grand public, fait observer la même source. Depuis ses premiers pas au Collège royal ou, encore, les cérémonies de fin d’année, sans oublier les activités princières, les médias, tout comme la population, ne ratent aucune occasion, pour suivre Moulay El Hassan.

Sous la conduite du roi Mohammed VI, Prince Moulay El Hassan est initié à être le digne héritier d’une très grande lignée, affirme Aujourd’hui Le Maroc. Il compte plusieurs grands événements auxquels il a déjà participé, affirmant ainsi son leadership et son charisme. Parmi les plus récents, on peut citer, entre autres, la cérémonie de lancement des opérations portuaires du nouveau Port de Tanger-Med II, le vendredi 28 juin dernier, la cérémonie de sortie de la 19e promotion du Cours supérieur de Défense et de la 53e promotion du Cours d’État-major, le 26 juin au Collège royal de l’Enseignement militaire supérieur (CREMS) à Kénitra, sur Hautes instructions du Roi Mohammed VI.


À lire aussi:

(Vidéo) La police irlandaise retrouve 2 Marocains cachés dans le moteur d’un car

in Faits divers/International/Société

La police irlandaise a retrouvé 2 adolescents marocains cachés dans le moteur d’un car reliant Londres à Dublin.


Des faits étranges se seraient déroulés, le 26 juillet 2019, en Irlande. Deux adolescents marocains s’étaient cachés dans le compartiment moteur d’un car reliant Londres à Dublin, rapporte Irish mirror. Dans une vidéo certainement filmée par le conducteur du bus, on voit clairement les deux adolescents. Le premier à sortir de l’espace exigu dans lequel ils se trouvaient, a le corps noirci par la poussière des engins.

Après quelques minutes, le second sortit également. D’après la vidéo, les deux jeunes marocains auraient passé plus de 10 heures dans leur cachette. Par la suite, ils ont été confiés aux services sociaux locaux. À en croire une source policière, les incidents du genre sont légion dans le port.

“D’autres sont sortis de véhicules ne sachant pas où ils se trouvaient – Les agents de la Police nationale d’immigration les traitent avec compassion, mais ils sont habitués aux forces de police de leur propre pays, qui sont plus agressives”.





À lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils