International - page 3

Nouveau vol de la compagnie Easyjet vers Marrakech

in International/National/Tourisme

La ville de Marrakech continue d’attirer les compagnies aériennes. En effet, EasyJet vient d’annoncer le lancement d’une nouvelle ligne entre les aéroports de Belfast et celui de la ville ocre.


Installée en Irlande du nord depuis 23 ans, la compagnie low cost lance cette nouvelle liaison durant la prochaine saison hivernale, c’est-à-dire du 31 octobre au mois de mars 2020. Ces liaisons auront lieu les mercredi et samedi.

Pour le directeur d’EasyJet au Royaume-Uni, la destination Marrakech a été sélectionnée au terme d’une étude approfondie. Le directeur espère également que cette nouvelle liaison séduira leurs clients d’Irlande du nord à la recherche d’un soleil d’hiver.

La chaleur et la culture marocaine attirent beaucoup plus la clientèle irlandaise, avance Neil Slaven, soutenu par son directeur commercial pour qui le Maroc est une destination prisée des vacanciers locaux.


À lire aussi:

HCP: L’économie marocaine devrait enregistrer un taux de croissance de 2,7% en 2019

in Économie/International/National
HCP: L’économie marocaine devrait enregistrer un taux de croissance de 2,7% en 2019

La croissance économique marocaine devrait se situer à 2,7% en 2019 au lieu de 3% enregistrée en 2018, a annoncé, mardi à Casablanca, le Haut-commissaire au Plan (HCP) Ahmed Lahlimi Alami.


Ce ralentissement est imputable au repli de 2,1% de la valeur ajoutée du secteur primaire, ce qui contribuerait négativement à la croissance du produit intérieur Brut de -0,3 point en 2019 au lieu d’une contribution positive de 0,3 point une année auparavant, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation de la situation économique nationale en 2019 et ses perspectives en 2020.

Il a, en outre, relevé, que les activités non agricoles devraient s’accroître de 3,2%, en légère amélioration par rapport à 2,8% enregistrée en 2018, soulignant que ce résultat s’explique essentiellement par un accroissement des activités secondaires de 3,5% au lieu de 3% en 2018. Quant aux activités du secteur tertiaire, elles devraient progresser de 3% au lieu de 2,7% en 2018.

Au niveau du secteur secondaire, les industries de transformation poursuivraient leur reprise, affichant un taux de croissance de près de 3% en 2019, a indiqué M. Lahlimi, notant que le secteur du bâtiment et travaux publics devrait connaitre une amélioration avec une croissance de près de 1% au lieu de 0,1% en 2018, grâce à la poursuite des projets d’infrastructures.

Quant au secteur minier, sa valeur ajoutée poursuivrait sa consolidation et afficherait un taux de croissance de 3,9% en 2019 après 4,7% en 2018 et un net rebondissement de 16,5% en 2017, a t-il ajouté, faisant savoir que les services marchands devraient progresser de 3% en 2019, en amélioration par rapport à 2,4% enregistré en moyenne entre 2013 et 2018, alors que les services fournis par les administrations publiques dégageraient une valeur ajoutée en hausse de 3,4% après 2,5% une année auparavant.


Par ailleurs, le Haut-commissaire au Plan a annoncé une baisse de l’inflation, exprimée par le niveau général des prix, passant de 1,1 % en 2018 à 0,8% en 2019. Concernant le déficit budgétaire, M. Lahlimi a révélé que celui-ci devrait s’accentuer pour atteindre 4,5% du PIB en 2019 contre 3,7% en 2018, faisant remarquer qu’en tenant compte des recettes de la privatisation, ce déficit devrait s’alléger à 3,6% du PIB.

Au sujet de l’épargne nationale, il a estimé qu’elle connaitrait une légère baisse, passant de 27,6% du PIB en 2018 à près de 27,3% en 2019, relevant que cette épargne resterait inférieure à l’investissement brut qui serait en recul, passant de 33,5% du PIB en 2018 à 32,6% en 2019.

Quant à la balance des échanges extérieurs des biens et des services, elle dégagerait un déficit commercial rigide à la baisse par rapport au PIB passant de 18,6% du PIB en 2018 à 18,7% l’année en cours, alors que la balance des paiements devrait dégager un déficit du compte courant de 5,3% du PIB, en atténuation par rapport à 5,9% du PIB enregistré en 2018.

Le taux de la dette publique globale s’accroitrait pour atteindre près de 81,3% du PIB en 2019 au lieu 73,4% durant la période 2010-2017 et 60,2% durant 2005-2009. Le taux d’endettement global du Trésor devrait augmenter, lui, à 65,3% du PIB au lieu de 64,9% en 2018, a t-il fait savoir.


À lire aussi:

Fouzi Lekjaâ sanctionné par le Comité de Discipline de la CAF

in Afrique/International/National/Sport
Fouzi Lekjaâ sanctionné par le Comité de Discipline de la CAF

Fouzi Lekjaâ, patron de la Renaissance sportive de Berkane (RSB) et Président de la Fédération royale marocaine de Football (FRMF), vient d’être suspendu, pour une période d’un an, par le Comité de Discipline de la Confédération africaine de Football (CAF). Il s’agit d’une décision qui fait suite à son altercation avec l’arbitre éthiopien, Bamelak Tessama, lors de la finale de la Coupe africaine des Confédérations.


Fouzi Lekjaâ n’est pas au bout de ses peines ! A peine sorti d’une participation ratée des Lions de l’Atlas à la CAN, qu’il doit déjà faire face à une sanction qui émane de l’instance de gestion du football africain, la CAF. On se rappelle d’ailleurs la réunion d’urgence du Président de la FRMF au Caire avec le sélectionneur Hervé Renard, pour comprendre les raisons de la défaite des Lions, face au petit poucet que représentaient les Ecureuils du Bénin, qui ont réussi à éliminer le Maroc.

Alors que le Président de la FRMF se démène pour résoudre toutes ces équations que sont la défaite des Lions et le départ d’Hervé Renard, c’est la CAF qui se charge de lui infliger une sanction qui vient davantage ajouter à ses soucis. Cette décision de la CAF est motivée par un recours introduit par la Fédération éthiopienne de Football contre le patron du football marocain.

En effet, une réunion a été tenue ce mardi 9 juillet matin, au Caire, durant laquelle le Comité de Discipline de la CAF a entendu Fouzi Lekjaâ. Après quoi, celui-ci est suspendu, en sa qualité de Président de la RSB. Cette sanction ne concerne aucunement son poste à la FRMF.


À lire aussi:

La FRMF dément les fausses informations faisant état d’une suspension de Fouzi Lekjaa

in International/National/Sport

La Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a démenti toutes les fausses informations faisant état mardi d’une suspension de son président, Fouzi Lekjaa, par la Commission de discipline de la Confédération africaine de football (CAF) en rapport avec la finale retour de la Coupe de la CAF entre Zamalek d’Egypte et la Renaissance Sportive de Berkane (RSB).


La Commission de discipline de la CAF tiendra une réunion consacrée à ce sujet en présence de M. Lekjaa lors des prochains jours, a indiqué la FRMF dans un communiqué.

La Fédération Royale marocaine de football avait adressé une lettre de contestation à la Confédération africaine de football sur l’arbitrage de l’Éthiopien Bamlak Tessema Weyesa qui a officié la finale retour de la CAF de Football entre le Zamalek et la RSB le dimanche 26 mai à Alexandrie, une rencontre qui s’est soldée par une victoire des Égyptiens aux tirs au but 5-3 (1-1 temps réglementaire).


À lire aussi:

Migration illégale et traite humaine: un Camerounais arrêté à Tanger

in Faits divers/International/National/Société

Le service préfectoral de la police judiciaire de Tanger a procédé, lundi à minuit, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, à l’arrestation d’un ressortissant camerounais soupçonné d’appartenir à un réseau criminel s’activant dans la migration illégale et la traite humaine.


Les investigations préliminaires menées dans le cadre de cette affaire ont permis d’appréhender le présumé dans la zone de Rahrah à Tanger, à bord d’un véhicule utilitaire transportant 29 candidats à l’immigration clandestine, dont 5 en provenance de la Birmanie, tandis que les 24 autres, dont 5 femmes et 2 mineurs, sont originaires de pays subsahariens, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

La fouille du véhicule a permis la saisie de pneus et de sommes d’argent chez le suspect, soupçonnées être une contrepartie de l’opération de l’immigration clandestine, qui devrait être lancée depuis une plage près de Tanger, selon la même source.

Le mis en cause a été placé en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, alors que les candidats à l’immigration clandestine ont été auditionnés en vue de déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire et identifier toutes les personnes ayant participé ou sont impliquées dans ce réseau criminel, conclut le communiqué.


À lire aussi:

Les consommateurs marocains craignent une pénurie et une flambée des prix du thé

in Économie/International/National/Santé
Les consommateurs marocains craignent une pénurie et une flambée des prix du thé

Pour gérer au mieux la situation de crise due à la présence de pesticides dans le thé, l’ONSSA a pris de nouvelles normes restrictives qui sont entrées en vigueur depuis le début de ce mois de juillet 2019. Si la nouvelle réjouit les consommateurs, les importateurs, eux, subiront la pression économique de leurs fournisseurs et risquent de faire monter les prix.


Il n’est point l’ombre d’un doute que les nouvelles mesures de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) contre le thé contaminé font craindre aux consommateurs une pénurie et une flambée des prix. Et, pour cause !

« Cette norme mettra du temps à se mettre en place. Il faudra plusieurs années avant que l’intégralité de la chaîne se conforme aux règles. On ne décide pas ça du jour au lendemain. L’ONSSA devra, soit annuler, soit repousser l’entrée en vigueur de ces restrictions ». Ce sont là des propos d’un professionnel du thé, rapportés par TelQuel. Cette source craint les désagréments que pourrait engendrer la mise en vigueur des mesures en question.

L’application des nouvelles normes de l’ONSSA, souligne la même source, se répercute jusque dans les cultures de feuilles de thé en Chine. « En effet, 99 % du thé consommé au Maroc provient de Chine et le Maroc représente le premier marché d’exportation du thé chinois, captant, chaque année, 21% des 365 000 tonnes du thé exporté par l’Empire du Milieu », fait-elle observer.


« Au cours de 2 congrès, tenus en présence des plus gros industriels chinois du secteur, les importateurs ont essayé de renégocier leurs importations, car ces dernières se font sur des récoltes des 3 années antérieures », a confié à TelQuel, une source du secteur.

Mais, c’est sans compter avec l’intransigeance des Chinois : ”Si vous n’êtes pas satisfaits avec nos normes, allez les trouver ailleurs !”, avaient-ils d’ailleurs répliqué aux importateurs marocains. En clair, selon ceux-ci, les producteurs chinois exigent des prix bien supérieurs à ce qui est appliqué aujourd’hui. « Ce qu’ils nous demandent comme prix va au-delà de ce qui est pratiqué en Europe. Le prix du produit fini répondant aux nouvelles normes connaîtra forcément une hausse de prix substantielle et ce sont les consommateurs qui en subiront le plus les conséquences », explique la source de TelQuel.

Dès lors, il est à craindre une augmentation des prix lorsque les importateurs épuiseront leurs stocks et, surtout, quand le pays atteindra un pic de consommation lors de l’Aïd El-Kébir et qui mettra à mal les réserves, avertit un importateur sous anonymat.


À lire aussi:

Hervé Renard va démissionner

in International/National/Sport

Ce n’est qu’une question d’heures apparemment. Le sélectionneur de l’équipe du Maroc de football, Hervé Renard, doit présenter sa démission suite à son échec cuisant à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN).


L’information est révélée par la chaîne Arryadia, qui cite une source proche de l’entraîneur français. Elle est donc à prendre avec précaution même si on se doute bien que les jours de Hervé Renard à la tête des Lions sont aujourd’hui comptés.

Le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaâ, avait rencontré la semaine dernière le coach pour discuter avec lui des raisons de l’échec de l’équipe nationale à la compétition africaine. Une autre réunion doit également avoir lieu cette semaine avec Hervé Renard et même si son contenu n’est pas dévoilé, on se doute bien que c’est pour évoquer son avenir.

Hervé Renard ne devrait a priori pas avoir de difficultés à retrouver un poste d’entraîneur, beaucoup de pays ayant déjà montré leur intérêt bien avant l’élimination des Lions. Il s’agit, entre autres, de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte et même l’Iran, à moins qu’il fasse un retour dans le championnat français.


À lire aussi:

De nouveaux missiles américains de type « air-air » pour le Maroc

in Économie/International/National

De nouveaux missiles sophistiqués de type « air-air » seront bientôt livrés aux Forces armées royales (FAR). C’est ce que précise une transaction effectuée par le Ministère américain de la Défense, pour le compte des FAR, auprès de Raytheon.


La nouvelle de cette transaction est révélée par des sources proches de l’Armée espagnole, reprises par le quotidien Akhbar Al Yaoum. En effet, il est question d’une transaction de 634 millions de dollars, conclue par le Ministère américain de la Défense, avec l’entreprise Raytheon, pour la fabrication de la commande n° 31, relative à des missiles sophistiqués « air-air ».

Selon la même source, plusieurs acteurs et des partenaires interviennent dans ce marché, dont le Maroc et l’Espagne, ainsi que d’autres alliés des Etats-Unis d’Amérique.

Ces missiles sophistiqués « air-air », des pièces de rechange et des systèmes aérospatiaux seront donc livrés au Maroc, au début de janvier 2020, renseignent les sources du quotidien Akhbar Al Yaoum. Ceci ne fera que confirmer la suprématie des FAR en Afrique, telle qu’elle a été relevée dans le dernier Rapport du Ministère américain de la Défense.


À lire aussi:

UE: Voici la liste du matériel reçu par le Maroc pour lutter contre l’immigration clandestine

in International/National/Société

Réuni le vendredi 5 juillet 2019, le Conseil espagnol des Ministres a approuvé l’accord signé avec le Maroc, en vue de lui fournir du matériel, pour lutter contre l’immigration clandestine, à partir de son territoire.


En tout, quelque 384 véhicules seront ainsi octroyés au Maroc pour un montant évalué à 26 millions d’euros, soit un peu plus de 270 millions de dirhams. Cette aide vient en application de l’accord global paraphé avec l’Union européenne.

Il s’agit de 7 lots d’automobiles comprenant des véhicules 4×4, des ambulances, plusieurs camions dont des citernes et des frigorifiques (voir les détails en fin d’article)

Cette aide au Maroc n’est pas sans contrepartie puisque les autorités marocaines devront, grâce à ce matériel, renforcer la surveillance des frontières terrestres, au niveau de Ceuta et de Mélilla, et empêcher tout assaut de migrants. En plus de cette surveillance, il s’agira de porter secours à ceux-ci, en mer, et de former des cadres marocains.

Cette aide est la première d’une longue série. L’Union européenne prévoit de débloquer 44 millions d’euros et 40 autres millions, le tout, pour mieux lutter contre l’immigration clandestine, au départ du Maroc.

Le détail du matériel:

  • 230 véhicules de type 4×4, pour un prix de 13,8 millions d’euros (ces véhicules sont équipés pour les conditions extrêmes)
  • 100 véhicules 4×4 de type Pick-up, pour 5,5 millions d’euros
  • 10 véhicules 4×4 équipés en tant qu’ambulances, pour 520.000 euros
  • 10 camions citernes (eau), pour 1,65 million d’euros
  • 8 camions citernes pour le carburant, pour 1,32 million d’euros
  • 10 autres 4×4, pour 2,61 millions d’euros
  • 8 camions frigorifiques, pour 600.000 euros



À lire aussi:

La Fédération royale marocaine de football va limoger Hervé Renard

in International/National/Sport
La Fédération royale marocaine de football va limoger Hervé Renard

La piètre performance des Lions de l’Atlas tombés en huitième de finale à la CAN en Egypte semble avoir scellé définitivement l’avenir d’Hervé Renard à la tête de sélection marocaine. La Fédération royale marocaine de football (FRMF) aurait prévu une réunion cette semaine, pour officialiser son départ.


L’élimination précoce des Lions de l’Atlas à la CAN Egypte 2019, coûtera sans doute sa place au sélectionneur français Hervé Renard. À en croire le quotidien Al Massae de ce lundi, « suite à l’humiliation du Maroc face au Bénin et sa sortie prématurée de la CAN, le président de la FRMF s’est réuni au Caire avec le sélectionneur Hervé Renard pour tenter de comprendre les raisons de cette défaite », relaie Al Massae.

À en croire le même média, la rupture du contrat de Renard qui court jusqu’en 2022 interviendra certainement au cours d’une seconde réunion prévue en ce début de semaine. Le sélectionneur n’a pas atteint l’objectif de la FRMF qui est de conduire les Lions de l’Atlas jusqu’en finale de la CAN, alors que la fédération a mis à sa disposition tous les moyens nécessaires, regrette Fouzi Lekjaa, président de la FRMF.

Globalement, le bilan de Hervé Renard à la tête de la sélection marocaine est peu satisfaisant. En effet, si le Français a réussi à faire qualifier les Lions de l’Atlas pour la Coupe du monde de Russie, il aura échoué par deux fois à « mener le Maroc au sacre continental que représente la CAN », relève la même source.

Par ailleurs, concernant l’avenir des joueurs, le journal entrevoit le départ de plusieurs cadres à l’instar de M’Barek Boussoufa. Des départs oui, mais qui pour les remplacer ?


À lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils