International - page 19

La FIFA veut reprendre la main sur le football africain

in International/National/Sport
La FIFA veut reprendre la main sur le football africain

La CAF, et le football africain de manière générale, traverse une période délicate depuis quelques semaines. Avec, d’abord, le licenciement du secrétaire général Amr Fahmy en avril, puis le scandale de la finale de la Ligue des Champions entre l’Espérance Tunis et le Wydad Casablanca en mai et la garde à vue du président Ahmad Ahmad en juin.


Vu le contexte, la FIFA aurait décidé d’intervenir et de venir en aide à la CAF selon Reuters. Des annonces doivent être faites lors d’une conférence de presse ce jeudi, à la veille de l’ouverture de la CAN, par Ahmad Ahmad. L’instance internationale devrait temporairement prendre le contrôle de la CAF afin de revoir en profondeur son fonctionnement.




En attendant, un premier communiqué conjoit de la FIFA et de la CAF a d’ores et déjà été publié, précisant le plan d’action des deux instances. « Ahmad Ahmad, Président de la CAF, a proposé au Comité Exécutif de l’institution, réuni au Caire le 19 juin 2019, de solliciter l’expertise de la FIFA afin d’évaluer la situation actuelle au sein de la confédération et de contribuer à l’accélération du processus de mise en œuvre des réformes en cours, destiné à assurer à la CAF un fonctionnement de manière transparente, efficace et selon les standards de gouvernance les plus élevés », peut-on lire sur celui-ci.

« La FIFA et la CAF sont déterminés à travailler étroitement pour servir au mieux les intérêts des associations membres africaines, afin d’apporter stabilité, sérénité, professionnalisme et développement effectif du football sur le continent africain, dont la passion pour le football n’est plus à démontrer », est-il écrit ensuite.


>> A lire aussi:

(Photos) SM le Roi Mohammed VI préside la cérémonie d’inauguration de l’écosystème du Groupe PSA

in Économie/International/National

Le Roi Mohammed VI a présidé jeudi à la plateforme industrielle intégrée « Atlantic Free Zone », dans la commune d’Amer Saflia (province de Kénitra), la cérémonie d’inauguration de l’écosystème du Groupe français « PSA » au Maroc, un projet qui stimule le développement du secteur national de l’automobile et illustre l’excellence du « Made in Morocco ».


Le Souverain a, à cette occasion, procédé à l’inauguration de la nouvelle usine du Groupe PSA, d’une capacité de production annuelle de 100.000 véhicules et moteurs associés, et au lancement des travaux d’extension de ce complexe industriel de dernière génération, dont la capacité de production sera doublée avant même 2023 – date prévue pour la réalisation de cet objectif – et qui générera, à terme, 4.000 postes d’emplois.

La cérémonie d’inauguration a débuté par la projection d’un film institutionnel qui met en exergue les différentes étapes de réalisation de l’écosystème du Groupe PSA au Maroc, l’impact de ce projet sur le secteur automobile national et les efforts déployés pour en assurer plein succès.

Le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy a, ensuite, prononcé une allocution devant le Roi dans laquelle il a souligné que grâce à l’impulsion décisive et à la Haute sollicitude du Souverain, « les infrastructures, l’usine de PSA et les usines de ses sous-traitants ont été réalisées dans les conditions convenues et les délais impartis », quatre années après la signature de la convention stratégique, le 19 juin 2015, entre l’État marocain et le Groupe PSA.

Elalamy a affirmé, à cette occasion, que le groupe français PSA a investi 3 milliards de dirhams et prévoit d’investir autant dans ses futurs projets au Maroc, précisant que la nouvelle usine PSA de Kénitra a été conçue pour produire aussi bien des véhicules thermiques qu’électriques, confortant ainsi l’ambition industrielle du Royaume mais également la volonté affirmée du Roi de faire du Maroc un modèle au niveau du continent en matière du développement durable.


Développement durable

Elalamy a affirmé, à cette occasion, que le groupe français PSA a investi 280 millions d’euros et prévoit 275 millions additionnels dans ses futurs projets au Maroc, précisant que la nouvelle usine PSA de Kénitra a été conçue pour produire aussi bien des véhicules thermiques qu’électriques, confortant ainsi l’ambition industrielle du Royaume mais également la volonté affirmée du Roi de faire du Maroc le champion continental du développement durable.

« Les résultats enregistrés à date grâce à l’implantation de PSA sont substantiels », a poursuivi le ministre, notant à ce propos que les véhicules produits dans l’usine PSA bénéficient d’un taux d’intégration de plus de 60 pc (80 % à terme), que 27 nouvelles usines de 10 nationalités se sont déjà installées à Kénitra, et que le Centre de R&D qui devait initialement employer 1.500 ingénieurs et techniciens supérieurs emploie aujourd’hui 2.300 employés, dont 85% sont des ingénieurs.

Les achats par PSA de pièces fabriquées au Maroc ont atteint 700 millions d’euros pour l’année 2018, bien au-dessus des prévisions, a-t-il ajouté, faisant observer que l’objectif du milliard d’euros d’achats sera donc réalisé avant 2025.

Et d’ajouter que l’usine PSA inaugurée aujourd’hui bénéficie de la dynamique de développement que connait le Royaume, à la faveur notamment de la ligne à grande vitesse ferroviaire qui permet aujourd’hui de libérer les rails entre Kénitra et le port de Tanger Méditerranée, et la réforme de la formation professionnelle qui permettra d’améliorer la compétitivité des écosystèmes industriels.


Formation professionnelle

Pour sa part, le vice-président exécutif de PSA pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Jean-Christophe Quemard, a affirmé que la vision portée par le Roi « de développer des écosystèmes économiques performants est dorénavant une réalité pour le Groupe PSA avec toutes ses composantes, à commencer par la plus importante : la formation professionnelle des hommes et des femmes qui feront le futur de l’industrie automobile avec la promesse de carrières riches au sein de cette filière au Maroc ».

Quemard a tenu, à cette occasion, à rappeler que le Maroc est, plus que jamais, « au cœur de la stratégie de croissance du Groupe PSA, qui figure aujourd’hui parmi les constructeurs automobiles les plus performants au Monde », notant que c’est au Royaume « que notre Groupe a choisi d’implanter son centre de décision Régional, de développer un Centre de recherche et développement intégré dans le réseau mondial de R&D du Groupe PSA, et aujourd’hui une activité industrielle déterminante ».

Cette cérémonie a été marquée par le dévoilement de la nouvelle Peugeot 208, véhicule produit dans l’usine de Kénitra.

Par la suite, le Roi a été salué par les représentants d’équipementiers du Groupe PSA qui se sont installés au sein de la plateforme industrielle intégrée « Atlantic Free Zone ».

Le Souverain a ainsi été salué par Xinglong Mei, vice-président du Groupe Chinois « CITIC DICASTAL », numéro 1 mondial de la fabrication de jantes en aluminium, dont l’usine, construite sur un terrain de 24 hectares avec un investissement de près de 4 milliards de dirhams, dispose d’une capacité de production annuelle de 3 millions de jantes.


L’Écosystème

Le Roi a ensuite été salué par Hirai Yoshinori, vice-président exécutif du groupe japonais ASAHI Glass Co (AGC), un des leaders mondiaux dans l’industrie du verre pour diverses applications et utilisations y compris l’industrie automobile, et Hakim Abdelmoumen, administrateur, directeur général de AGC-Induver Automotive, une unité industrielle issue d’une alliance entre le groupe japonais AGC et la société marocaine Induver. Construite sur 13 hectares pour 1,5 milliard dirhams, cette usine fabrique des parebrises et des vitrages de dernière génération.

Le Souverain a également été salué par Rachid Rahmouni, vice-président en charge de l’Afrique du Nord au groupe français « FAURECIA », numéro un mondial de l’intérieur véhicule, dont la nouvelle usine, réalisée sur 4 hectares avec un investissement de 300 millions de dirhams vient compléter le réseau de ce groupe au Maroc.

Le Roi a, ensuite, visité les différents ateliers de l’usine PSA, avant de poser pour une photo-souvenir avec son personnel.

L’Écosystème structurant organisé autour de PSA dans le Royaume est une nouvelle réussite accomplie dans l’industrie automobile. Une industrie qui prospère et réalise des succès.

Les exportations de ce secteur, qui emploie actuellement un total de 189.600 personnes, ont doublé entre 2013 et 2018, passant de 31,7 milliards de dirhams à 65,1 milliards de dirhams, faisant de l’industrie automobile le 1er secteur exportateur du Royaume pour la 4ème année consécutive.


>> A lire aussi:

Larache: Recherché à l’international, un ressortissant Français arrêté pour trafic de drogue

in Faits divers/International/National/Société
Larache: Recherché à l’international, un ressortissant Français arrêté pour trafic de drogue

Un ressortissant français d’origine algérienne a été interpellé, jeudi 20 juin 2019 pour trafic de drogue dans la zone côtière près de « Tnin de Sidi El Yamani » près de Larache.


Selon la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), le suspect fait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis à son encontre par les autorités judiciaires françaises depuis juillet 2012 pour liens présumés avec un réseau criminel s’activant dans le trafic international des drogues et des psychotropes.

Selon les informations contenues dans le mandat d’arrêt international, le mise en cause, âgé de 39 ans, est soupçonné d’être impliqué dans l’organisation de plusieurs opérations entre 2011 et 2012, plusieurs opérations de trafic international de drogue dans le cadre d’un réseau criminel s’activant au Maroc et en France, indique la DGSN.

Les services de la DGSN ont mené des recherches dans les bases de données internationales suite à l’arrestation du mise en cause, le 16 juin en compagnie d’un Marocain, par les éléments des forces armées royales chargées de la surveillance des frontières au niveau des côtes d’Asilah et de Larache. Les prévenus ont été arrêtés en flagrant délit de possession d’appareils de géo-positionnement (GPS), de batteries et de téléphones portables dans des conditions suspectées de trafic de drogue par voie maritime.

La DGSN a entamé les procédures de coordination avec les autorités sécuritaires françaises dans le cadre de la coopération internationale au sujet de cette affaire, poursuit la même source, notant que le mis en cause et son complice ont été déférés devant le parquet compétent par les services de la Gendarmerie Royale, pour implication présumée dans le trafic de drogue au niveau national.

(Avec MAP)


>> A lire aussi:

Officiel: Abdelkarim Baadi remplace Abderrazak Hamdallah

in International/National/Société
Officiel: Abdelkarim Baadi remplace Abderrazak Hamdallah

Abderrazak Hamdallah ne rejoindra pas l’équipe nationale en Égypte. La CAF a donné son feu vert à la FRMF pour introduire à sa place Abdelkarim Baadi dans la liste des 23 Lions de l’Atlas amenés à disputer la CAN.


Abdelkarim Baadi va être autorisé à disputer la Coupe d’Afrique des Nations 2019 à la place d’Abderrazak Hamdallah.

Après le départ de l’attaquant d’Al Nassr jeudi dernier, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a formulé une demande à la Confédération africaine de football (CAF) pour le faire remplacer par le jeune latéral du Hassania d’Agadir. Selon nos envoyés spéciaux au Caire, l’instance panafricaine a donné son feu vert. Ne reste plus qu’à officialiser la décision.

Hamdallah avait quitté le rassemblement des Lions de l’Atlas au lendemain du match amical face à la Gambie, disputé mercredi 12 juin à Marrakech, à cause de son désaccord avec Faycal Fajr. La FRMF et l’entourage du joueur avaient entamé des discussions pour le convaincre de revenir sur sa décision. Mais cette annonce vient couper court à cette éventualité.

Pour rappel, la délégation marocaine a atterri hier, mardi 19 juin, à l’aéroport international du Caire avec deux joueurs nons inscrits sur la liste des 23, Abdelkarim Baadi et Anas Zniti.

L’équipe nationale a effectué aujourd’hui son premier entraînement. Nos envoyés spéciaux rapportent que Manuel Da Costa, blessé après le match contre la Gambie, s’est bien rétabli et a pris part à la séance, contrairement à Noussair Mazraoui.

(Avec MAP)


>> A lire aussi:

(Audio) Jamel Debbouze interrompt sa carrière d’humoriste

in International/MRE/National/Société
(Audio) Jamel Debbouze interrompt sa carrière d’humoriste

Lors de la 9ème édition du « Marrakech du Rire » qui a eu lieu du 12 au 16 juin 2019, Jamel Debbouze a déclaré au micro de RTL qu’il allait arrêter la scène pendant plusieurs années. 

Après un passage éclatant dans la ville ocre, l’acteur et humoriste franco-marocain décide d’interrompre sa carrière humoristique, pour quelques années, du moins. Il a besoin de prendre une pause, afin de pouvoir se ressourcer.

L’artiste confie : « Je suis toujours très surpris de voir les salles pleines et le plaisir que je continue à prendre, ça n’a pas bougé, c’est formidable. Mais, pour que je puisse continuer à en prendre, il faut aussi que je ménage ma monture. J’arrêterai en décembre et je sais que je ne remonterai pas avant des années, c’est certain « .

La décision semble ne pas affecter son amour pour le cinéma, pour autant, ni sa carrière en tant qu’acteur et producteur. Plusieurs projets cinématographiques germent dans sa tête et il compte bien en profiter pour poursuivre le métier d’acteur ou de producteur.

« Il y a des trucs très intéressants qui se passent au niveau du cinoche, des trucs qui me passionnent vraiment, qui sont en gestation, depuis de nombreux mois, voire des années. Je ferai plus jamais deux trucs en même temps, acteur, réalisateur, producteur… Ça sert à rien, t’es forcément nul à un endroit. »

Mais, avant de partir en congés prolongés, le comédien devra reprendre la tournée de son spectacle, « Maintenant ou Jamel », qui redémarre au mois de septembre 2019 et qui se prolonge jusqu’à la fin de l’année.

>> A lire aussi:

(Vidéo) En larmes, Adil Rami évoque son enfance avec sa mère

in International/MRE/Sport
(Vidéo) En larmes, Adil Rami évoque son enfance avec sa mère

Dans le documentaire, «C’était écrit, la revanche des bleus», sur l’aventure de l’équipe de France en Coupe du monde, le footballeur Adil Rami se confie.


Champion du monde 2018 à l’âge de 32 ans, Adil Rami a connu un parcours pour le moins atypique avant de remporter le titre suprême pour un footballeur l’été dernier. L’actuel défenseur de l’OM était en effet employé municipal à la mairie de Fréjus jusqu’à l’âge de 21 ans avant de rejoindre Lille, son premier club professionnel.

Le natif de Bastia revient sur cette trajectoire singulière à l’occasion d’un documentaire intitulé « C’était écrit : la revanche des Bleus » et diffusé dimanche soir sur France 5.





>> A lire aussi:

Québec: Adoption d’un projet de loi controversé sur l’immigration

in International/National/Politique/Société
Québec: Adoption d’un projet de loi controversé sur l’immigration

L’Assemblée nationale du Québec a adopté ce dimanche un projet de loi controversé sur l’immigration, qui entraînera notamment l’abandon de 18.000 dossiers d’immigration déposés dans cette province francophone du Canada.


Le projet de loi 9 a été adopté dimanche vers 4h du matin (8h GMT), à l’issue une séance-marathon exceptionnelle convoquée par le parti Coalition Avenir Québec (CAQ, centre-droit) au pouvoir, a annoncé Simon Jolin-Barrette, ministre québécois de l’Immigration, sur Twitter.

Le texte prévoit une réforme du processus de sélection des candidats, qui sera désormais basée sur l’adéquation des compétences professionnelles avec les besoins de main-d’oeuvre du Québec.

Il entraînera ainsi l’annulation de 18.000 dossiers de candidatures, qui touchent au total quelque 50.000 personnes. Ces dossiers avaient été déposés sous l’ancien système, basé sur le principe du premier arrivé premier servi.

Ces candidats à l’immigration vont devoir déposer une nouvelle demande dans le cadre du nouveau système. Le gouvernement provincial a promis que les délais de traitement des dossiers pour les travailleurs qualifiés passeraient de 36 à 6 mois grâce à cette réforme.

L’opposition a dénoncé jusqu’au bout un projet de loi «inhumain», fustigeant l’«incapacité» du gouvernement à justifier l’abandon de ces 18.000 dossiers en souffrance. Le parti du premier ministre François Legault a été porté au pouvoir en octobre avec la promesse de réduire de plus de 20 % le nombre d’immigrants et de réfugiés que le Québec accueille chaque année.

Après une courte nuit de sommeil, les députés québécois ont repris leurs travaux dimanche peu après 9 heures pour l’examen d’un autre projet de loi controversé, cette fois sur la laïcité. Il prévoit d’interdire le port de symboles religieux à plusieurs catégories de fonctionnaires en position d’autorité, dont les policiers, les juges et les enseignants.

(Avec AFP)


>> A lire aussi:

(Vidéo) L’Arabie Saoudite ouvre sa première boîte de nuit… « Halal »

in International/Société

L’annonce de l’ouverture de la première boîte de nuit en Arabie Saoudite affole la toile.
Les citoyens du royaume et les internautes ne tolèrent pas cette annonce, et les tweets se multiplient exprimant un coup de gueule général reprochant à l’État de permettre ce genre de projets dans une ville proche de Mekkah.


Un événement « scandale » pour le pays des Al Saoud qui vit une ouverture historique impulsée par le prince héritier Mohammed Ben Salmane, et matérialisée notamment par l’autorisation de concerts publics, de l’ouverture de salles de cinéma et pour finir le lancement d’un night-club d’une signature émiratie sur le sol saoudien.

D’après le nombre de tweets, critiquant l’ouverture de cet établissement de marque mondiale, il apparaît que cette mesure impulsée par le prince héritier, sera décriée par l’establishment religieux et ne sera pas facilement acceptée par la société saoudienne qui juge que “cette ouverture s’éloigne complètement de la culture conservatrice du royaume, et déforme sa valeur islamique”.





>> A lire aussi:

(Vidéo) Le Salvador retire sa reconnaissance du Polisario

in International/National/Politique
(Vidéo) Le Salvador retire sa reconnaissance du Polisario

Le Salvador a décidé de retirer sa reconnaissance de la « RASD », et de soutenir l’intégrité territoriale du Maroc, a annoncé samedi le gouvernement salvadorien.


« Le Gouvernement du Salvador informe le Gouvernement du Royaume du Maroc de sa décision de retirer sa reconnaissance de la « RASD » et de rompre tout contact avec cette entité », a annoncé le gouvernement salvadorien dans un communiqué conjoint signé par le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale, Nasser Bourita et son homologue salvadorienne Alexandra Hill Tinoco, en présence du président du Salvador, Nayib Bukele.

« Cette décision sera notifiée à l’Organisation des Nations Unies et aux Organisations régionales concernées », souligne le communiqué conjoint.

De même, « le Gouvernement du Salvador soutient l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc et sa souveraineté nationale, ainsi que son initiative d’autonomie comme seule solution à ce différend régional », conclut le communiqué conjoint.





« Le Salvador en aucune manière n’a reconnu une République qui n’existe pas, la République Arabe Sahraoui Démocratique (RASD) n’a aucun territoire ni peuple. C’est une république virtuelle. Il l’a reconnue pour une raison idéologique ou autre, ce qui nous a totalement isolés du monde arabe et surtout du Royaume du Maroc », a déclaré le nouveau président de la république du Salvador, Nayib Bukele (…) Je crois que, outre les résultats tangibles de cet accord, nous nous ouvrons aux véritables relations diplomatiques durables de la coopération bilatérale et multilatérale ».

(Avec MAP)


>> A lire aussi:

Nador: Arrestation d’un inspecteur de police pour trafic de drogues dures

in International/National/Société
Agression d’une ressortissante allemande: un suspect arrêté à Tanger

Les éléments du commissariat de police de Beni Ansar à Nador ont arrêté, dimanche, un individu faisant l’objet d’un avis de recherche national pour trafic de drogues dures, indique la direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué.


Le suspect, aux multiples antécédents judiciaires, a été interpellé en compagnie d’un autre individu à bord d’une voiture et qui s’est avéré être un inspecteur de police exerçant à Nador, ajoute la DGSN, précisant que les fouilles effectuées dans le véhicule ont permis de saisir plusieurs doses de cocaïne et un morceau de chira destiné à la vente.

Le mis en cause et le policier ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée par le service préfectoral de la police judiciaire d’Oujda sous la supervision du parquet compétent, en vue d’élucider les circonstances de cette affaire et déterminer les faits qui leur sont reprochés, conclut le communiqué.


>> A lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils