Faits divers

Arrestation de 2 individus soupçonnés de braquage d’une agence de transfert d’argent

in Faits divers/National/Société

La brigade de la police judiciaire relevant du district de sûreté de Mohammedia a arrêté, samedi, 2 individus, dont un multirécidiviste, pour leur implication présumée dans le braquage d’une agence de transfert d’argent sous la menace d’une arme blanche.


Selon les premiers éléments de l’enquête, les 2 mis en cause ont volé une somme de 22.000 DHs, après avoir menacé avec une arme blanche une employée de l’agence de transfert d’argent, située au quartier Al Hassania à Mohammedia, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Les investigations intenses menées sur le terrain ont permis l’arrestation du premier suspect à proximité de la scène du crime, alors que son complice a été appréhendé peu de temps après, précise la DGSN dans un communiqué, faisant état de la saisie de la somme d’argent issue de ce crime, ainsi que 2 cagoules et 1 coutelas.

Les 2 mis en cause, ainsi qu’un troisième individu soupçonné d’avoir gardé le butin, ont été placés en garde à vue, à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent en vue de déterminer les circonstances de cet acte criminel, note le communiqué.


À lire aussi:

(Vidéo) Mediouna: violemment battue par son mari, cette femme scandalise la toile

in Faits divers/National/Société

Dans une vidéo devenue virale, une femme déclare avoir été sauvagement battue par son mari. Les internautes ont très vite réagi et ont demandé une sanction exemplaire envers ce dernier.


Originaire de la commune rurale Mejjatia Ouled Taleb, dans la province de Mediouna yeux enflés, le corps couvert d’hématomes et visiblement encore sous le choc, une dame originaire de Mejjatia Ouled Taleb, une commune rurale située dans la province de Mediouna, dans la région de Casablanca, raconte à un passant sa terrible mésaventure.

La jeune femme affirme avoir été violemment tabassée par son mari. « Parce que je lui ai demandé pourquoi il avait tardé à rentrer », explique t-elle tout en montrant les traces des coups donnés par son époux. Elle assure également que son mari lui a enlevé ses deux filles après leur dispute.

La victime explique ensuite s’être rendue chez la police pour déposer plainte, sans succès. Selon ses dires, les agents ne l’auraient pas laissé entrer. Les autorités n’ont à ce jour pas encore livré leur version à ce sujet.

Sur les réseaux sociaux, la vidéo a été visionnée près d’un million de fois et déclenché une avalanche de commentaire. Indignés, les internautes exigent une ouverture d’enquête et appellent à sévèrement sanctionner l’agresseur.




Plus de 93% des femmes violentées ne portent pas plainte

Selon les résultats de la deuxième enquête nationale sur la prévalence de la violence à l’égard des femmes rendus publics récemment, 54,4% des Marocaines affirment avoir subi une forme de violence au cours de leur vie.

Le taux de prévalence des violences est le plus élevé dans les zones urbaines, soit 55,8%, alors qu’il s’élève à 51,6% dans les zones rurales.

En milieu familial, 17,9% des femmes marocaines ont été exposées à la violence, avec une prévalence de 92,2% de violence psychique, 21,5% de violence physique et 2,2% de violence sexuelle.

Malheureusement, seulement 6,6% des femmes victimes de violence portent plainte contre leur agresseur.


À lire aussi:

Du nouveau dans l’affaire de l’actrice et du réalisateur arrêtés pour adultère

in Faits divers/National/Société
Du nouveau dans l’affaire de l’actrice et du réalisateur arrêtés pour adultère

Accusés d’adultère et placés en garde à vue, la célèbre actrice, Najate El Ouafi et son présumé amant, le réalisateur Saïd Khalaf ont maintenu leur ligne de défense devant le Parquet.


Le dossier a été retourné à la Police judiciaire pour approfondir l’enquête, surtout que, jusque-là, aucune preuve flagrante n’est encore établie. Mais, il ne faudrait pas compter sans la détermination du mari de l’actrice, qui dit avoir de quoi les confondre.

Cette affaire, qui a été révélée par le quotidien Assabah et qui est bien loin d’avoir livré tous ses secrets. En effet, interrogée par le représentant du Ministère public, Najate El Ouafi a plutôt évoqué des raisons strictement professionnelles pour justifier sa rencontre avec le réalisateur Saïd Khalaf, dans un appartement situé au quartier Gauthier, à Casablanca.

Selon le quotidien Assabah, les deux accusés sont passés devant le Procureur, dans la matinée du jeudi 11, après avoir été convoqués, la veille, au siège de la Police judiciaire d’Anfa. Najate El Ouafi et Saïd Khalaf ont été constants dans leurs déclarations, affirmant qu’ils ont passé la nuit dans ce même appartement où ils ont été interpellés, pour « discuter d’un projet artistique ».

De son côté, l’époux de l’actrice, qui se trouve aux Etats-Unis où il a convolé en justes noces, depuis deux ans, avec Najate El Ouafi, affirme que celle-ci avait prétexté d’un voyage professionnel pour retourner au Maroc.


Cependant, étant convaincu du contraire, l’homme a, de son côté, entrepris « de rassembler des preuves d’adultère, avec la complicité de l’un de ses amis au Maroc », précise Assabah.

Cette démarche personnelle du mari, menée à l’insu de sa femme, a permis, selon la même source, de rassembler « une soixantaine de clichés qui prouvent que son épouse avait une relation amoureuse avec le producteur en question, avec lequel elle aurait d’ailleurs passé plusieurs nuits dans un appartement loué dans le quartier Gauthier ».

De plus, selon le mari, « les deux amants se présentaient aux voisins de l’immeuble, ainsi qu’au concierge, comme un couple marié ».

Après l’audition des deux mis en cause, le représentant du Parquet a décidé de retourner le dossier à la Police judiciaire pour approfondir l’enquête, faute d’éléments probants qui attestent de l’adultère qui leur est reproché, relève le quotidien qui, d’ores et déjà, n’écarte pas la piste scientifique, pour la suite de l’enquête.


À lire aussi:

Pays-Bas: un Marocain qui a escroqué 16.000.000 dhs à la Douane extradé

in Faits divers/International/National/Société
Pays-Bas: un Marocain qui a escroqué 16.000.000 dhs à la Douane extradé

Un an après l’émission d’un mandat d’arrêt international à son encontre, les autorités néerlandaises ont finalement livré un ex-receveur des Douanes à leurs homologues marocaines. Celui-ci est poursuivi sous le chef d’inculpation d’escroquerie de la somme de 16 millions de dirhams.


Le prévenu a été extradé le 3 juillet 2019, via l’Aéroport international « Mohammed V » de Casablanca, où il a été interpellé par la Police judiciaire de Marrakech. Le Procureur général près la Cour d’Appel de la ville l’a déféré devant le Juge d’Instruction à la Chambre pénale, qui l’a placé en détention, en attendant les conclusions de l’enquête préliminaire.

En juin 2018, une Commission centrale d’inspection, relevant de la Direction régionale des Douanes et des impôts indirects, a conduit une mission de contrôle, durant une semaine, qui a confirmé le détournement de 30 millions de dirhams. L’ex-receveur avait passé 17 ans à Marrakech.

Ensuite, il a été affecté à Safi, en septembre 2016, avant de disparaître, suite à l’éclatement de l’affaire d’escroquerie.


Après un contrôle des documents financiers relatifs aux saisies et aux taxes perçues, la Commission avait constaté plusieurs irrégularités au niveau du recouvrement des ressources financières propres à la Direction régionale de Marrakech. La même opération a été conduite par la Commission dans les villes de Safi et d’Agadir.

Elle y a saisi des chèques d’une valeur de 8 millions de dirhams, au domicile d’un comptable de la Direction régionale de la ville. Ces chèques étaient supposés avoir été déposés dans le compte du Trésor. L’ex-receveur des Douanes de Marrakech menait un train de vie au-dessus de ses moyens, payant une rente mensuelle de 10.000 dirhams à son ex-épouse, passant ses vacances annuelles dans des destinations européennes.

Encore, il effectuait, chaque année, le rituel d’al-Omra.


À lire aussi:

Migration illégale et traite humaine: un Camerounais arrêté à Tanger

in Faits divers/International/National/Société

Le service préfectoral de la police judiciaire de Tanger a procédé, lundi à minuit, sur la base d’informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire, à l’arrestation d’un ressortissant camerounais soupçonné d’appartenir à un réseau criminel s’activant dans la migration illégale et la traite humaine.


Les investigations préliminaires menées dans le cadre de cette affaire ont permis d’appréhender le présumé dans la zone de Rahrah à Tanger, à bord d’un véhicule utilitaire transportant 29 candidats à l’immigration clandestine, dont 5 en provenance de la Birmanie, tandis que les 24 autres, dont 5 femmes et 2 mineurs, sont originaires de pays subsahariens, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

La fouille du véhicule a permis la saisie de pneus et de sommes d’argent chez le suspect, soupçonnées être une contrepartie de l’opération de l’immigration clandestine, qui devrait être lancée depuis une plage près de Tanger, selon la même source.

Le mis en cause a été placé en garde à vue à la disposition de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent, alors que les candidats à l’immigration clandestine ont été auditionnés en vue de déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire et identifier toutes les personnes ayant participé ou sont impliquées dans ce réseau criminel, conclut le communiqué.


À lire aussi:

Port Tanger-Med : Saisie d’une cargaison record de plus de 27 tonnes de cannabis

in Faits divers/International/National
Port Tanger-Med : Saisie d’une cargaison record de plus de 27 tonnes de cannabis

Les services du district de sûreté du port Tanger-Med ont procédé, dimanche soir en coordination avec les services de douane, à la mise en échec d’une tentative de trafic d’une cargaison record de 27,3 tonnes de chira saisie à bord de 3 camions de transport international de marchandises immatriculés au Maroc.


L’opération de contrôle des 3 véhicules, qui s’apprêtaient à quitter le Maroc par voie maritime vers l’Europe et qui étaient supposés transporter une cargaison d’équipements industriels, a permis la saisie de la quantité de drogue répartie sur 16 conteneurs dans les remorques des 3 camions, indique un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), précisant que l’opération a permis l’interpellation de 3 chauffeurs et 3 assistants, tous de nationalité marocaine et âgés entre 31 et 50 ans.

Les mis en cause ont été placés en garde à vue à la disposition de l’enquête menée par le service préfectoral de la police judiciaire sous la supervision du parquet compétent, pour identifier les ramifications éventuelles de cette activité criminelle aux niveaux national et international, ajoute la même source.

Cette affaire s’inscrit dans le cadre des opérations sécuritaires intenses et continues menées par les services de sûreté pour lutter contre le trafic international de drogue et de psychotropes, conclut le communiqué.


À lire aussi:

Tripoli: 7 Marocains tués, 8 blessés et 3 autres portés-disparus dans le raid aérien

in Faits divers/International

7 Marocains ont été tués, 8 blessés et 3 autres sont portés-disparus dans la frappe aérienne de la semaine dernière contre un centre de migrants à Tajoura (11 kilomètres à l’est de Tripoli), a annoncé samedi soir le Consulat général du Maroc à Tunis.


Les contacts entrepris avec les autorités libyennes à Tripoli et la représentation diplomatique libyenne à Rabat ont permis de croiser un certain nombre d’informations et d’aboutir à un premier bilan préliminaire faisant état de 07 morts, 08 blessés et 03 portés-disparus parmi les 18 Marocains présents au centre lors de cette frappe aérienne, a précisé le Consulat dans un communiqué.

« Étant donné la volatilité de la situation sur le terrain et la rareté des informations définitives, le bilan est amené à évoluer », a-t-il ajouté.

Il a indiqué avoir établi des contacts avec 7 blessés pour s’assurer de leur état de santé, ajoutant que la procédure de détermination de l’identité des corps est en cours dans la perspective de leur rapatriement vers le Maroc et leur remise aux familles éplorées.

Le consulat a indiqué également qu’il s’emploie, en coordination avec les autorités libyennes compétentes et des organisations internationales sur place, pour prendre les mesures nécessaires facilitant l’évacuation des blessés et le rapatriement des corps de ces Marocains.

Tout en exprimant ses condoléances les plus attristées pour ces disparitions tragiques, il dit partager toute la détresse des familles et les invite à se manifester à l’une des 2 cellules mises en place auprès du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (00212613500678) et auprès du Consulat Général du Royaume à Tunis (0021698765801).


À lire aussi:

Errachidia: Plus de 2.540 palmiers et 1.500 oliviers ravagés par le feu

in Faits divers/National

Un incendie qui s’est déclaré dans l’oasis de Ziz dans la commune Ratb relevant du caïdat Aoufous (province d’Erachidia) a ravagé plus de 2.540 palmiers et 1.500 oliviers sur une superficie de 20 hectares.


Selon les autorités locales, l’incendie qui n’a fait aucune perte en vie humaine, a été totalement maîtrisé jeudi grâce à l’intervention des éléments de la Protection civile et la Gendarmerie Royale et avec l’appui des autorités locales et les populations.

Cet incendie serait causé par la vague de chaleur qui sévit dans la province d’Errachidia durant cette période de l’année.

Les autorités locales de la province d’Errachidia ont élaboré une stratégie visant à lutter contre les incendies de forêts et des oasis.

Plusieurs réunions ont été tenues pour mettre en exergue les grandes lignes du Plan d’action pour l’année 2019 visant la prévention des incendies de forêts, notamment dans les oasis répandues dans la province d’Errachidia.


À lire aussi:

Bab Sebta: Saisie d’une arme à feu et d’importantes sommes d’argent en devise

in Faits divers/International/National

Les éléments de la brigade de contrôle conjointe de la douane et de la police opérant au point de passage de Bab Sebta ont saisi, jeudi, une arme à feu et près de 97.500 euros, a-t-on appris de source douanière.


Les éléments de cette brigade conjointe de la Direction générale de la Sûreté nationale et de l’Administration des douanes et impôts indirects ont saisi, suite à une fouille de routine, un pistolet chargé de 5 balles chez un citoyen belge, a indiqué la source à la MAP.

Une fouille minutieuse des bagages de la personne concernée et de sa voiture immatriculée en France a permis de mettre la main sur une somme de 97.450 euro en billets de 100, 50 et 20 euros, outre un montant de 160 dinars tunisiens, a ajouté la même source.

Les sommes d’argent ont été dissimulées dans différents endroits de la voiture, et parmi les affaires du concerné, a précisé la source.

Et de conclure que la personne en question a été remise à la police judiciaire de Tétouan pour complément d’enquête sous la supervision du parquet général compétent.


À lire aussi:

Bni Chiker (province de Nador): un individu arrêté pour terrorisme

in Faits divers/National

Le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) a arrêté, vendredi à la commune Bni Chiker (province de Nador), en coordination avec la Garde civile espagnole, un individu de 19 ans faisant l’objet d’un avis de recherche international pour appartenance présumée à un groupe terroriste.


Les investigations préliminaires ont révélé que cet individu, imprégné de l’idéologie extrémiste, a adhéré complètement à la propagande au profit du groupe « Daech », en faisant l’apologie de ses actes sanguinaires, indique un communiqué du BCIJ

Les enquêtes menées par les services de sécurité des deux pays ont montré que cet extrémiste a œuvré à développer ses compétences en matière de fabrication d’explosifs et à se procurer des armes à feu en vue de les utiliser dans l’exécution d’opérations terroristes d’envergure et ce, en coordination avec les combattants de « Daech » qui sont actifs sur la scène syro-irakienne, ajoute le communiqué.

Cette opération confirme la poursuite des menaces terroristes des partisans de l’organisation dite « Etat islamique » en réponse aux appels répétitifs du prétendu « khalife » de ce groupe à mener des actes terroristes dans différents coins du monde, souligne la même source.

Le mis en cause sera déféré devant la justice dès la fin de l’enquête menée sous la supervision du parquet compétent.


À lire aussi:

1 2 3 6
Go to Top
Aller à la barre d’outils