Afrique

(vidéo) Algériens et Marocains fêtent la qualification de l’Algérie en demi-finale de la CAN

in Afrique/International/Société/Sport

Une centaine de supporters marocains se sont rassemblés au niveau de la frontière maroco-algérienne, pour fêter la qualification de l’Algérie en demi-finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019.


Ainsi, on a pu entendre, dès la fin de cette rencontre, des coups de klaxon, ainsi que des cris de joie des supporters des 2 pays. Vêtus du maillot de l’Algérie, les Marocains ont voulu partager leur joie avec les algériens.

L’Algérie s’est qualifiée, le jeudi 11 juillet 2019, en venant à bout de la Côte d’Ivoire, à l’issue des tirs au but. Depuis le début de la compétition, le mois dernier, c’est sans doute le match le plus difficile pour les « Fennecs ».

Il ne reste, donc, aujourd’hui, que 2 matchs, pour le sacre final, en faveur de cette équipe algérienne qui avait été finaliste, il y a 39 ans!





À lire aussi:

UA: La marocaine Jamila Sedqi prête serment en tant que magistrat au Tribunal administratif

in Afrique/International/National/Société

La juge marocaine Jamila Sedqi a prêté mercredi serment devant la Commission de l’Union africaine à Addis-Abeba, en tant que nouveau magistrat au Tribunal administratif de l’Union africaine.


Mme Jamila Sedqi a été nommée pour un mandat de quatre ans en tant que juge au tribunal administratif aux côtés de 2 autres magistrats, à savoir MM. Sylvester Mainga de la Namibie et Paulo Comoane du Mozambique. La candidature marocaine à ce poste avait été entérinée lors du 32ème sommet de l’Union africaine tenu en février dernier à Addis-Abeba.

Avocat Général près de la Cour de Cassation du Maroc et Magistrat de Liaison, Conseillère Juridique au sein de la Mission du Royaume auprès de l’Union Européenne, Mme Jamila Sedqi devient ainsi la 1ère femme marocaine à occuper le poste de juge au tribunal administratif de l’UA.

«Cette nomination illustre les progrès considérables accomplies par la femme marocaine dans tous les domaines, y compris la Justice», a déclaré à la MAP Mme Jamila Sedqi qui s’est dite honorée par cette nomination.


En proposant une femme au poste de magistrat au tribunal administratif de l’Union africaine, le Maroc sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, met en avant les compétences de la femme marocaine, a ajouté Mme Sedqi qui a également occupé la fonction de Présidente de Chambre près la Cour d’appel de Rabat avec maintien comme Chef de poste à Bruxelles qui remplit la fonction du Magistrat de liaison auprès des Autorités Judiciaires Belges.

Entre 2008 et 2010, elle était membre Expert du Groupe de Travail Marocain sur le Statut Avancé Maroc-UE, et Conseillère au Cabinet du Ministre de la Justice (2006-2007).

De 2004 à 2007, elle a été nommée Magistrat Détaché au sein du Ministère de la Justice. En 2000, elle a été nommée au Poste du Vice-Présidente du Tribunal de 1ère Instance de Rabat puis Présidente de la Chambre Foncière au Tribunal de Première Instance de Rabat (2000 – 2005) et Magistrat Chargé des Marocains Résidant à l’étranger.


À lire aussi:

Le Maroc, un acteur clé dans l’intégration économique de l’Afrique

in Afrique/Économie/International/National

Le Maroc est devenu un acteur clé dans l’intégration économique du continent africain, a affirmé, mercredi à Kigali, Akinwumi Adesina, le président du groupe la Banque africaine de développement (BAD).


« Le Maroc affiche une détermination admirable pour investir sur le continent africain et faire avancer l’intégration économique de l’Afrique », a affirmé M. Adesina dans une déclaration à la MAP en marge de la 4ème assemblée générale annuelle des actionnaires de la plateforme panafricaine d’investissement Africa50 qui se tient dans la capitale rwandaise.

M. Adesina, par ailleurs président du conseil d’administration d’Africa50, a souligné que le Royaume a une importante expérience à partager avec les pays africains, notamment en matière d’énergies renouvelables qui constitue un levier de croissance inclusive et dans laquelle le Maroc s’impose en tant que « leader incontesté du contient ».

Admirateur des idées avant-gardistes du Royaume en matière d’énergies renouvelables, M. Adesina a salué à cet effet les actions entreprises par SM le Roi Mohammed VI pour l’intégration de l’économie marocaine en Afrique et le renforcement des investissements destinés à l’Afrique.

« En mettant en place l’une des plus grandes centrales solaires au monde et en favorisant les projets éoliens et solaires, le Maroc est en train de réaliser quelque chose de grand », a-t-il déclaré.

D’autre part, M. Adesina a indiqué que la BAD est en discussion avec le Maroc pour bénéficier de son appui technique pour son programme « Desert to Power » qui a pour objectif de fournir de l’énergie solaire à 250 millions de personnes dans la région du Sahel.

Se félicitant du partenariat « stratégique » liant le Maroc et la BAD, il a fait savoir que plusieurs projets sont en vue entre les deux partenaires, particulièrement en matière des infrastructures, de la gouvernance et de l’intégration du marché financier.


À lire aussi:

Fouzi Lekjaâ sanctionné par le Comité de Discipline de la CAF

in Afrique/International/National/Sport
Fouzi Lekjaâ sanctionné par le Comité de Discipline de la CAF

Fouzi Lekjaâ, patron de la Renaissance sportive de Berkane (RSB) et Président de la Fédération royale marocaine de Football (FRMF), vient d’être suspendu, pour une période d’un an, par le Comité de Discipline de la Confédération africaine de Football (CAF). Il s’agit d’une décision qui fait suite à son altercation avec l’arbitre éthiopien, Bamelak Tessama, lors de la finale de la Coupe africaine des Confédérations.


Fouzi Lekjaâ n’est pas au bout de ses peines ! A peine sorti d’une participation ratée des Lions de l’Atlas à la CAN, qu’il doit déjà faire face à une sanction qui émane de l’instance de gestion du football africain, la CAF. On se rappelle d’ailleurs la réunion d’urgence du Président de la FRMF au Caire avec le sélectionneur Hervé Renard, pour comprendre les raisons de la défaite des Lions, face au petit poucet que représentaient les Ecureuils du Bénin, qui ont réussi à éliminer le Maroc.

Alors que le Président de la FRMF se démène pour résoudre toutes ces équations que sont la défaite des Lions et le départ d’Hervé Renard, c’est la CAF qui se charge de lui infliger une sanction qui vient davantage ajouter à ses soucis. Cette décision de la CAF est motivée par un recours introduit par la Fédération éthiopienne de Football contre le patron du football marocain.

En effet, une réunion a été tenue ce mardi 9 juillet matin, au Caire, durant laquelle le Comité de Discipline de la CAF a entendu Fouzi Lekjaâ. Après quoi, celui-ci est suspendu, en sa qualité de Président de la RSB. Cette sanction ne concerne aucunement son poste à la FRMF.


À lire aussi:

Bourita représente SM le Roi au 12ème Sommet extraordinaire de l’UA à Niamey

in Afrique/Économie/International/National/Politique

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Nasser Bourita représente SM le Roi Mohammed VI aux travaux du 12ème Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA), ouverts dimanche dans la capitale nigérienne Niamey.


Ce Sommet est exclusivement consacré au lancement de la phase opérationnelle de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), projet phare de l’agenda 2063 de l’UA.

Moment symbolique de la cérémonie d’ouverture du Sommet de Niamey, le Nigeria et le Bénin, deux pays qui n’avaient pas encore adhéré à la ZLECA, ont signé l’accord instituant ce bloc commercial et douanier.

Procédant à l’ouverture de ce Sommet, le chef de l’Etat égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, président en exercice de l’UA, a relevé que le sommet de Niamey revêt une importance inégalée dans l’histoire de l’UA car marquant l’amorce de la phase opérationnelle de l’action africaine commune en matière d’intégration économique et commerciale.

Avec l’entrée en vigueur officielle de la ZLECA, le continent est résolument sur la voie d’une Afrique nouvelle orientée vers le progrès, la prospérité et l’émancipation économique, a-t-il ajouté.

De son côté, le président de la commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, a indiqué que la ZLECA est l’un des projets les plus emblématiques de l’agenda africain, notant que l’Afrique avec une population de 1,27 milliard de personnes, devient ainsi le plus grand espace d’échange commercial au monde.

Grâce à cet espace, la croissance de l’économie africaine devrait être deux fois plus rapide que celle du monde développé, sachant que l’Afrique est le 2ème continent le plus grand et le 2ème le plus peuplé, a-t-il ajouté.


De son côté, le Président du Niger, Isoufou Mahamadou, a souligné que la ZLECA permettra l’élimination progressive des droits de douanes sur le commerce intra-africain et offrira avec un marché de 1,2 de consommateurs aujourd’hui et 2,5 milliards en 2050, des possibilités commerciales immenses, notamment pour les entreprises africaines.

Sans infrastructures routières, ferroviaires, portuaires, aéroportuaires, énergétiques et de télécommunications, la ZLECA sera une coquille vide, a souligné le chef de l’Etat nigérien, notant que ce projet forme avec les autres plans et programme de l’UA, un tout cohérent dans la perceptive de renforcer l’intégration régionale et atteindre les objectifs de l’Agenda 2063.

Pour sa part, la Secrétaire générale adjointe des Nations unies, Amina Mohamed s’est réjouie de la signature de l’Accord sur la ZLECA par la quasi-totalité des pays africains, soulignant que son entrée en vigueur vient donner corps à l’aspiration de tout un continent à une zone commerciale affranchie de toutes les barrières.

Cette zone tant attendue va créer des emplois, contribuer au transfert des technologies, développer de nouvelles compétences, canaliser davantage d’investissements vers l’Afrique et, enfin, améliorer les capacités de production des Etats du continent, a-t-elle énuméré.

Lors de la session de Niamey, il sera procédé, outre le lancement officiel de la ZLECA, au choix du pays devant abriter son secrétariat permanent.

Le Sommet examine également d’autres questions afférant au passeport unique et à la mise en place d’un marché aérien unique.


À lire aussi:

Le Maroc l’emporte face à la Côte d’Ivoire

in Afrique/International/National/Sport

Les Marocains se sont imposés ce soir face à l’équipe de Côte d’Ivoire sur un score de 1 but à 0 et mettent un pied en huitième de finale.


Le seul but de la rencontre a été marqué en 1ère mi-temps par Youssef En-Nesyri à la 23ème minute de jeu, suite à une superbe action individuelle de Nordin Amrabat, sans doute l’un des meilleurs joueurs de cette rencontre.

Au terme de cette rencontre, le Maroc porte son actif à 6 points, assurant sa qualification pour le second tour de la compétition. La Côte d’Ivoire occupe la deuxième place avec 3 points, devant la Namibie (zéro point) et l’Afrique du Sud (zéro point).

Avec ce match gagné, le Maroc prend la tête du groupe D et se qualifie par la même occasion pour les 8ème de finale de cette Coupe d’Afrique des Nations organisée en Egypte.

Le prochain match du Maroc est prévu le 3 juillet face à l’équipe d’Afrique du Sud.


À lire aussi:

La BAD accorde un don au Maroc pour dynamiser son intégration en Afrique

in Afrique/Économie/International/National

Un accord de don de 500.000 dollars a été signé entre la Banque africaine de Développement (BAD) et la Confédération générale des Entreprises du Maroc (CGEM). Celui-ci a pour objectif de renforcer le secteur privé marocain et de dynamiser l’intégration du Royaume sur le continent.


Le Maroc, 2ème investisseur africain sur le continent, a concentré environ 80% de ses Investissements directs étrangers (IDE) sur l’Afrique, par rapport à la période 2013-2017, pour une valeur globale de près de 3,7 milliards de dollars US.

C’est ce qui justifie, d’ailleurs, cet accord, qui est une première sur le continent, afin de soutenir véritablement le développement des entreprises marocaines en Afrique subsaharienne et de développer, d’ici 2020, une cartographie des échanges économiques et commerciaux intra-africains.

Il faut reconnaître que ledit accord vient en appui à la feuille de route, définie par la Commission « Diplomatie économique, Afrique et Sud-Sud » de la CGEM. Pour Leila Farah Mokaddem, Représentante résidente de la BAD au Maroc, c’est une fierté pour la Banque de renforcer la coopération sus-sud.

À l’en croire, la Banque se félicite de ce partenariat et de la qualité de la relation. Le Président de la CGEM, Salaheddine Mezouar, a, pour sa part, insisté sur l’importance de l’accord dans l’aide aux PME de son pays. Il n’a pas manqué de revenir sur le rôle important du secteur privé.




À lire aussi:

Le Suriname salue le rôle de SM le Roi Mohammed VI en tant que « leader africain »

in Afrique/International/National/Politique

Le Suriname a salué, mercredi, le rôle de SM le Roi Mohammed VI en tant que « leader africain » ainsi que l’apport du Souverain à la diplomatie régionale tant en Afrique que dans le monde.


« Le Gouvernement du Suriname salue le rôle joué par SM le Roi Mohammed VI en tant que leader africain, à travers Son engagement dans la diplomatie régionale tant en Afrique qu’ailleurs dans le monde », indique un communiqué conjoint signé à l’occasion de la visite officielle au Suriname du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Nasser Bourita.

Cet engagement se manifeste à travers « l’octroi d’une assistance technique, l’éducation et la formation en vue d’accroître le commerce et les investissements et promouvoir le développement socio-économique en tant que moyens de promouvoir la prospérité, la stabilité, la paix et la sécurité dans le monde », poursuit le document publié à l’issue d’entretiens entre M. Bourita et son homologue du Suriname Yldiz Pollack-Beighle.

Le gouvernement du Suriname a également remercié le Royaume pour sa précieuse contribution en matière de développement et de financement.

À l’occasion de la visite de M. Bourita à Paramaribo, le Suriname a réitéré sa décision de retirer sa reconnaissance de la fantomatique RASD, en exprimant son soutien à une solution politique définitive au différend régional sur le Sahara dans le cadre de la souveraineté du Maroc et de son intégrité territoriale.

Les entretiens ente M. Bourita et Mme Pollack-Beighle, qui se sont déroulés en présence notamment de l’Ambassadeur du Maroc au Brésil et au Suriname, M. Nabil Adghoghi, ont été l’occasion d’évoquer les derniers développements de la question du Sahara marocain ainsi que plusieurs questions d’intérêt commun liées au commerce, aux investissements, à la connectivité, aux échanges culturels, au tourisme et à l’échange des expériences.

M. Bourita a entamé mercredi une visite au Suriname, où il a eu des entretiens avec plusieurs hauts responsables du pays caribéen.


À lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils