lepetitjournal marocain - page 24

lepetitjournal marocain has 384 articles published.

El Othmani: l’Espagne est responsable du blocage des MRE dans les ports

in International/National/Tourisme

Le blocage des Marocains résidant à l’Étranger (MRE), en août dernier, au Port de Tanger Med, est imputé à l’incapacité du Port d’Algésiras d’accueillir un grand nombre de voyageurs.


Lors de la séance des questions, qui a eu lieu, le lundi 24 juin dernier, au Parlement, le Chef du Gouvernement, Saâdeddine El Othmani, a justifié le blocage des MRE à Tanger Med, en août de l’année dernière, à la faible disposition du Port d’Algésiras d’accueillir les voyageurs.

« Nous avons des problèmes par rapport au port d’accueil. La capacité d’accueil du Port d’Algésiras est de 20.000 voyageurs et de 5.000 véhicules, par jour », a-t-il déclaré, soulignant que « même si 47.000 voyageurs (la capacité de Tanger Med) quittent Tanger, l’autre partie n’est pas capable de les accueillir ».

En outre, le Chef de l’exécutif a ajouté : « Il nous est interdit d’envoyer un bateau, si l’autre partie n’est pas en mesure de l’accueillir. Pour le pays d’accueil, il existe une limite dans la capacité d’accueil ».

Tout en espérant que le problème ne se reproduise pas cette année, le Chef du Gouvernement a émis le souhait d’avoir des billets ouverts (open), estimant que la solution résidait dans les dates de voyage. Selon les données du Gouvernement, 284.000 Marocains du Monde sont arrivés au Maroc au dimanche 23 juin.


À lire aussi:

Du matériel médical (Made in China et Made in Spain) dangereux au Maroc?

in International/National/Santé

Du matériel médical bon marché et, surtout, potentiellement dangereux, en provenance d’Espagne ou, encore, de Chine, commencerait à se distribuer au Maroc, à en croire l’Association marocaine des Équipements biomédicaux. La santé de beaucoup de Marocains en serait menacée.


Karim Zaher, Secrétaire général (SG) de l’Association marocaine des Equipements biomédicaux, aurait tiré la sonnette d’alarme, ce dont s’est fait l’écho le Journal arabophone, Al Massae. Depuis, cette information a été reprise par d’autres médias. Zaher a affirmé que les critères et les conditions de vente de ce genre de produits ne sont pas respectés, avec ce genre de matériel médical de contrebande, en provenance de l’Espagne ou de la Chine. Mais, il est prisé parce qu’il est peu onéreux.

Concernant le risque de cette situation sur la santé des Marocains, Zaher précise que les résultats des analyses sanguines, par exemple, peuvent aller jusqu’à être faussées. Outre cela, ce matériel peut véhiculer plusieurs maladies et des infections s’il est non-stérilisé.

Loin d’en rester aux simples mots, l’Association dont Zaher est le SG, coordonnerait, avec le ministère de la Santé, et, plus précisément, avec le Département des Médicaments et de la pharmacie en dépendant, afin de trouver des solutions efficientes pour contrer ce problème.

Les critères d’importation du matériel médical sont étudiés conjointement par l’Association et le Ministère, depuis déjà plusieurs mois. La traçabilité des produits, depuis leur fabrication, jusqu’à leur arrivée aux points de vente, en passant par l’entrée au Maroc, est également au menu des travaux.


À lire aussi:

Appelés au service militaire obligatoire: 30.000 demandes de dispense reçues

in National/Société

La phase de recensement des appelés au service militaire obligatoire a pris fin le 7 juin dernier, après une période de 2 mois. Sur les 130.000 recensés, 30.000 candidats ont demandé à être dispensés du service militaire.


Selon le quotidien Al Massae, les demandes d’exemption sont en cours d’examen au niveau des services administratifs, au sein des wilayas, des préfectures et des provinces concernés. Des justificatifs de dispense doivent obligatoirement accompagner chaque demande.

130.000 candidats, dont 13.000 filles, se sont portés volontaires, en remplissant les formulaires en ligne. En dépit des nombreuses demandes de dispense, la campagne de recrutement des appelés est un véritable succès, en raison du quota de 15.000 candidats, fixé par les autorités.

Le service militaire prône l’égalité des chances entre les citoyens de 19 à 25 ans, qui remplissent les conditions exigées, ainsi que la répartition équitable, au niveau régional.


À lire aussi:

La fuite des cerveaux marocains continue de prendre de l’ampleur

in Économie/International/National/Société

La fuite des cerveaux marocains, vers d’autres cieux, continue de prendre de l’ampleur. Pas moins de 10.430 cadres ont quitté le Royaume, dont 1.200 hommes d’affaires et 630 médecins.


Le Député istiqlalien, Omar Hjira, déplore le départ des compétences marocaines, qui ont préféré faire profiter d’autres pays de leurs qualifications professionnelles. 1.200 hommes d’affaires, 630 médecins et 600 ingénieurs ont choisi de rejoindre la communauté marocaine à l’étranger, faute d’attention des autorités du pays.

Selon le quotidien Assabah, le Député a souligné, lors de la séance plénière de la Chambre des Représentants, que 70% des Marocains résidant à l’Etranger (MRE) sont en cours de naturalisation ou portent des nationalités différentes. Ce phénomène est dû, en grande partie, au manque d’attention et de réactivité du Gouvernement marocain.

Selon le sondage international, réalisé par Arab Barometer et BBC News, 70% des Marocains pensent à émigrer et à rejoindre d’autres cieux, pour des raisons économiques ou sociales. Plus alarmant, ce phénomène touche la population jeune du Maroc, en particulier, les citoyens de moins de 30 ans.


À lire aussi:

CAN 2019: Les joueurs de l’équipe nationale pourraient renoncer à leurs primes

in National/Sport

Les joueurs de l’équipe nationale ont décidé, à l’unanimité, de renoncer à la prime proposée par la Fédération royale marocaine de Football (FRMF), s’ils ne se qualifient pas, au 2ème tour, à la tête de leur Groupe, le D.


Cette décision fait suite aux critiques émises par le public marocain, à l’encontre des joueurs issus des clubs européens. Selon Mehdi Bourabiaa, « c’est une réaction par rapport à la remise en question des capacités des joueurs, quant à la qualification, surtout, après le départ d’Abderrazak Hamdallah ».

Le joueur a ajouté que la décision « fait suite aux accusations de former des petits groupes alliés au sein de l’équipe nationale. Les Marocains ont compati avec Hamdallah, et ont considéré son départ comme une réaction aux gênes occasionnées par ces groupes, qui l’ont contraint à partir ».

Lors de leur premier match, les Marocains se sont imposés difficilement face à l’équipe de Namibie. Le plus dur reste à faire puisqu’ils doivent venir à bout de deux autres équipes, à savoir la Côte d’Ivoire et l’Afrique du Sud.


À lire aussi:

Tanger-Med: Un Marocain d’Allemagne arrêté avec 270 kilos de haschich

in Faits divers/International/National

Un ressortissant marocain, âgé de 51 ans, était sur le point de faire passer une grosse quantité de cannabis, à bord d’une voiture immatriculée en Allemagne. Il a été intercepté par les services de police, au niveau du Port de Tanger-Med.


Selon le communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), la cargaison était dissimulée, de façon minutieuse, dans des petites boîtes en plastique, contenant des produits de consommation. Les services ont réussi à saisir cette quantité importante de cannabis, dans le cadre d’une opération d’inspection.

L’homme s’apprêtait à faire la traversée, à bord d’un bateau à destination d’un port français. Il a été placé en garde à vue, en attendant l’enquête conduite par les services de sécurité, sous la supervision du Parquet général. La suite de l’affaire pourrait déterminer l’origine de la marchandise saisie et identifier d’autres individus impliqués dans le trafic de drogue.

Un dispositif spécial a été mis en place, pour accompagner l’opération “Marhaba » 2019”, visant à simplifier l’arrivée des Marocains résidant à l’Étranger mais, également, à renforcer les systèmes de sécurité.


À lire aussi:

Enquête: Les Marocains se disent moins religieux

in International/National/Société
Enquête: Les Marocains se disent moins religieux

De plus en plus, le nombre de personnes qui s’affirment comme « non religieuses », dans le monde arabe, augmente, de même que celles qui éprouvent le désir de quitter leur pays. C’est ce que révèle une récente enquête publiée par BBC News Arabic, reprise par Le Monde. La même étude, par ailleurs, atteste que la majorité de ces personnes affiche une opinion négative vis-à-vis des Etats-Unis de Donald Trump mais, aussi, des leaders politiques, de façon générale.


Sont-ce là des preuves ou le signe avant-coureur de la constitution d’un nouvel ordre mondial ? Si, rien, pour le moment, ne saurait vraiment l’affirmer, il faut, à tout le moins, reconnaître que cette récente enquête d’opinion d’Arab Barometer, publiée par BBC News Arabic, le lundi 24 juin 2019, permet de faire des observations inquiétantes dont il faudra sans doute tenir compte.

Selon Le Monde, dans un premier temps, l’enquête met en évidence une “nette augmentation” de la proportion des personnes se décrivant comme “non religieuses”, dans le monde arabe. Celles-ci représentaient 11% de la population, sur la période 2012-2014, contre 18%, cette année. Le média rappelle que cette enquête, qui est menée auprès de 25.000 personnes, dans la majorité des pays du monde arabe – excepté des pétromonarchies telles que l’Arabie saoudite ou les Émirats arabes unis -, souligne également une baisse de confiance envers les différents chefs de partis politiques dans la religion.

La même enquête s’est intéressée également à la perception des principaux leaders mondiaux, notamment, le Président américain, Donald Trump, le Chef d’État russe, Vladimir Poutine, et, le Turc, Recep Tayyip Erdogan. Au Maroc, celui-ci récolte plus de 50% d’opinions favorables, quand le patron du Kremlin s’en sort avec, à peine, plus de 25%. En revanche, le Maroc est le seul pays du sondage où la cote de popularité de Donald Trump est à 0%, souligne la même source.

Par ailleurs, cette enquête affirme qu’une grande majorité des sondés semble favorable à un renforcement de la représentativité féminine dans les organes exécutifs des Etats. « Le Maroc avoisine même les 75% d’opinions favorables, se classant derrière le Liban, mais, devant la Tunisie, l’Irak et l’Égypte.

Quant à la jeunesse du monde arabe, le sondage atteste qu’elle a les yeux toujours rivés sur l’Europe. En effet, 52% des personnes âgées de 18 à 29 ans, interrogées en Algérie, en Égypte, en Jordanie, au Liban, au Maroc, en Palestine et en Tunisie, déclarent vouloir quitter leur pays. Au Maroc, notamment, 70% des sondés envisagent d’émigrer, rapporte la même source.


À lire aussi:

Mohammedia: un homme de 70 ans obtient son Bac avec mention

in Culture/National/Société
Mohammedia: un homme de 70 ans obtient son Bac avec mention

À Mohammedia, un homme âgé de 70 ans a passé le Baccalauréat et vient de le décrocher avec la mention « Assez-bien ». Il est le candidat le plus âgé à avoir réussi à obtenir ce diplôme, cette année.


Mekkaoui Bouchaïb, 70 ans cette année, et originaire d’Aïn Harrouda, est le lauréat du Baccalauréat, le plus âgé, au Maroc, en cette année scolaire 2018-2019. Il a obtenu ce diplôme avec la mention « Assez-bien », en Sciences sociales.

La Direction provinciale de l’Éducation nationale de Mohammedia a émis quelques mots, au sujet de cette réalisation, tout en en profitant pour donner du courage, à travers cet exemple, aux élèves qui auront à passer la session de rattrapage : « Avec la persévérance et la volonté, les vœux sont toujours réalisés. Bon courage aux candidats et candidates des examens de rattrapage ! ».

À savoir qu’à la première session du Baccalauréat, en 2019, le Maroc a connu un taux de réussite de 65,55%, incluant les élèves du privé et du public. L’année dernière, elle avait enregistré un taux de réussite de 57,36%. La meilleure note, cette année, est revenue à Yassine Habbaz, à Salé, dans la Section « Sciences mathématiques en langue française », avec 19,40/20 !


À lire aussi:

Rif: moins de forêts de cèdre, plus de cannabis

in National/Politique/Société

Un véritable scandale serait en cours dans le Rif. En effet, des élus locaux sont accusés d’encourager les populations à détruire les forêts de cèdre, pour planter du cannabis. Un drame environnemental en cours.


La Confédération des Associations de Sanhaja du Rif est en colère contre les Conseillers communaux. En effet, selon un communiqué rendu public par la Confédération, « plusieurs responsables communaux sont impliqués dans l’abattement de vastes surfaces au sein des forêts de cèdre, dans la région de Beni Bounssar, près de Kétama, surfaces destinées à la culture du kif ».

Al Massae a fait part de la sortie médiatique de la plus grande Confédération associative de la région de Sanhaja. Le Quotidien relate que, suite aux dénonciations de personnes soucieuses du patrimoine forestier de la région, la Confédération a mené des enquêtes et découvert un drame environnemental sans précédent. « Plusieurs hectares de cèdre ont été détruits, pour planter du kif », se désolent les membres de la Confédération.

Le comble, selon la même source, c’est que « les arbres sont généralement abattus en plein milieu des forêts, afin d’éviter d’attirer l’attention ». Pire, il est aussi constaté le « creusement de puits illégaux pour les besoins d’irrigation des nouvelles plantations, ainsi que le « détournement de l’eau de certaines sources d’eau locales ».

Autant d’anomalies que la Confédération n’a pas manqué de relever dans son communiqué, dénonçant, vertement, au passage, l’implication de Conseillers communaux qui, pour faire prospérer ce « business très rentable », ont « encouragé leurs proches à se lancer en toute impunité dans la culture du kif ».

D’ores et déjà, Al Massae fait savoir que la Confédération a interpellé le Ministre de l’Intérieur, en charge des collectivités locales, afin qu’il intervienne pour mettre fin à cette pratique ignoble.


À lire aussi:

Le Maroc expulse des avocats espagnols et tunisiens

in International/National
Le Maroc expulse des avocats espagnols et tunisiens

Samedi et dimanche derniers, 2 groupes de personnes ont été expulsés de la ville de Laâyoune, pour des motifs différents. L’un d’eux l’a été vers Casablanca. Quant à l’autre, c’était pour la destination de Las Palmas.


Les services de sécurité de Laâyoune avaient fort à faire, le week-end dernier. Le s samedi 22 juin, deux avocates, de nationalité tunisienne, ont été expulsées de Laâyoune vers Casablanca, pour leurs liens avec le Front Polisario, à en croire le média, Goud. Il ne précise pas comment cette expulsion a été effectuée.

Le dimanche 23 juin, c’était un groupe de 3 avocats, espagnols, cette fois-ci, qui ont été expulsés, en avion, en direction de Las Palmas, dans les Îles Canaries. Ils n’ont même pas pu quitter l’Aéroport « Hassan 1er », de Laâyoune, où ils venaient d’arriver, explique le même média, dans un autre article.

En revanche, les motifs de ces expulsions sont différents puisque le groupe d’espagnols comptait assister au procès d’une activiste du Polisario, sans avoir préalablement obtenu une autorisation de la part du Ministère de tutelle, alors que les Tunisiennes, elles, s’apprêtaient, selon la même source, à participer à des événements politiques non autorisés traitant uniquement, comme le laisse entendre Goud, de la thèse séparatiste du Front Polisario.


À lire aussi:

Go to Top
Aller à la barre d’outils