Richard morgan - page 12

Richard morgan has 123 articles published.

Salé: victime d’un vol, un gouverneur perd 200.000 dirhams

in Uncategorized
Dessin vol voitures
Par Khalil Ibrahimi le 02/07/2019 à 23h51

Dessin vol voitures

© Copyright : Dessin Mohamed ELKHO

Kiosque360. La police judiciaire de Salé a lancé un avis de recherche à l’échelle nationale concernant de faux policiers ayant dérobé 200.000 dirhams à un gouverneur.

Un gouverneur a été victime de vol, nous apprend le quotidien arabophone Assabah dans sa livraison de ce mercredi 3 juillet.

Des individus se sont introduits dans sa voiture, à Bouknadel, et ont dérobé son contenu avant de prendre la fuite. Le journal casablancais parle d’une somme de 200.000 dirhams.

Averti par le gardien de nuit, le directeur de service au sein de l’annexe du ministère de l’Intérieur à Hay Riad de Rabat a aussitôt contacté les services de sécurité de Salé.

Interrogé par la police, ledit gardien a expliqué qu’il s’était dirigé vers les voleurs en leur demandant pourquoi ils fouillaient le véhicule. L’un d’entre l’aurait prié de quitter les lieux en se présentant comme sécuritaire, expliquant que cette fouille entrait dans le cadre d’une enquête policière.

Assabah ajoute que les services de police ainsi que ceux de la gendarmerie royale se sont rués vers le lieu du crime pour élucider les circonstances de cet acte criminel.

Toujours selon le média, un avis de recherche à l’échelle nationale a été lancé.

Par Khalil Ibrahimi



lire la suite

Libye: la Turquie ripostera contre toute attaque de Hafter contre ses intérêts

in Uncategorized
Erdogan et Haftar
Par Le360 (AFP) le 30/06/2019 à 18h45 (mise à jour le 30/06/2019 à 18h48)

Erdogan et Haftar

© Copyright : DR

La Turquie ripostera à toute attaque venant des forces du maréchal Khalifa Haftar, qui a ordonné à ses hommes de s’en prendre aux intérêts turcs en Libye, a déclaré dimanche le ministre turc de la Défense Hulusi Akar.

Par Le360 (AFP)



lire la suite

Bourse: les publications trimestrielles des indicateurs financiers entrent en vigueur

in Uncategorized
Bourse de Casablanca
Par Rachid Al Arbi le 28/06/2019 à 00h19

Bourse de Casablanca

© Copyright : DR

Kiosque360. Le régulateur du marché des capitaux impose la publication des comptes trimestriels. Le risque est que les délais de publication soient resserrés avec celle des états de synthèse semestriels et annuels.

Le projet de publication des indicateurs d’activité pour les sociétés cotées va enfin aboutir. Dans son édition du jour, L’Economiste rapporte que le basculement vers une fréquence trimestrielle sur les comptes clos à fin juin aura un effet immédiat.

Le journal affirme que jusqu’à présent, seuls les banques, Maroc Telecom, Mutandis et quelques autres émetteurs étaient rodés à cet exercice. Pour le reste des sociétés cotées, cette obligation entraînera une réorganisation et quelques contraintes supplémentaires.
Pour le quotidien, la mesure permettrait de «limiter les mauvaises surprises liées aux profits warning tardifs». Elle impactera toutefois, selon la même source, les délais de publication des comptes semestriels et annuels. «Les états de synthèse trimestriels doivent être publiés dans les deux mois suivant la clôture alors que ce délai est de trois mois pour les comptes semestriels et annuels».

Ceci dit, le marché pourrait avoir les performances de la cote au plus tard fin août et fin février. A noter que l’obligation de publication trimestrielle des comptes ne sera pas appliquée aux entreprises inscrites sur le marché alternatif, en cours de création.
L’Economiste assure également que le régulateur aura son mot à dire sur le contenu des publications des entreprises cotées.

 

Désormais, «le gendarme de la Bourse fixe les informations minimum que doivent contenir les indicateurs trimestriels d’activité et financiers. «Ces éléments doivent être utilisés de manière continue pour assurer leur comparabilité dans le temps. Tout changement doit être justifié. Les informations communiquées au marché doivent être disponibles pendant au moins cinq ans sur le site internet de l’émetteur».

Sur un autre volet, le journal note que l’Autorité des marchés aura un droit de regard sur la nomination ou le renouvellement des mandats des commissaires aux comptes. Ceux-ci seront tenus de communiquer dans les délais notifiés toute information sollicitée par le gendarme de la Bourse. De plus, il leur est demandé de «faire preuve de plus de vigilance sur la situation de l’entreprise et d’alerter le régulateur sur tout fait ou élément pouvant affecter la situation financière de l’entreprise, remettre en cause la continuité d’exploitation ou entrainer une réserve ou un refus de certification des comptes».
 

Par Rachid Al Arbi



lire la suite

Genève: l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Qatar unis autour de la marocanité du Sahara

in Uncategorized
Genève: l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Qatar unis autour de la marocanité du Sahara

« Le groupe de soutien à l’intégrité territoriale du Maroc », constitué de pays du Golfe, d’Afrique et d’Amérique Latine, a mis en avant mardi à Genève, lors de la 41ème session du Conseil des droits de l’homme, la pertinence de l’offre marocaine d’autonomie. Détails.

Dans une déclaration lue en son nom à l’occasion du débat sur le rapport de la Haute commissaire aux droits de l’homme, le groupe a insisté sur l’importance fondamentale de l’initiative d’autonomie proposée par le Maroc, relevant que cette solution a été reconnue par le Conseil de sécurité des Nations Unies comme la voie unique et exclusive qui permettra le règlement de ce différend régional.

 

La déclaration lue par l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’Office des Nations Unies à Genève, Omar Zniber, s’est félicitée de l’interaction constructive, volontaire et soutenue du Royaume avec le Haut-commissariat aux Droits de l’Homme.

 

Les pays membres du groupe ont, en outre, mis en avant l’interaction constructive, volontaire et soutenue du Maroc avec le système onusien des droits de l’Homme, en particulier avec le Haut Commissariat des droits de l’homme (HCDH) et le mécanisme de procédures spéciales.

 

Dans ce cadre, poursuit la même source, « 12 procédures spéciales ont visité le Maroc, y compris ses villes du Sahara : Dakhla et Laâyoune, où elles ont eu un accès libre et total à tous les acteurs, y compris les représentants de la société civile locale ».

 

“C’est également dans ce cadre que le Maroc a accueilli une mission technique du HCDH, intervenue sur invitation du gouvernement du Maroc, et a visé le renforcement des capacités d’action des institutions nationales”, rappelle le document.

 

Dans cette déclaration soutenue par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Qatar, le Bahreïn, le Koweït, le Sultanat d’Oman, la Jordanie, les Comores, le Gabon, le Burundi, le Djibouti, le Sénégal, la République Centrafricaine, la République démocratique du Congo, la Guinée, la Côte d’Ivoire, Sao Tomé et Principe, le Burkina Faso, Guatemala, Paraguay outre le Maroc, l’accent a été également mis sur les efforts du Royaume pour le règlement définitif du conflit artificiel autour du Sahara marocain.

 

Ainsi, le groupe des États soutenant l’intégrité territoriale du Maroc relève que “la question du Sahara est un différend politique géré à New York où le Conseil de sécurité déploie des efforts pour faciliter l’aboutissement à une solution politique, négociée et mutuellement acceptable”.

 

Pour les pays membres du groupe, le règlement de ce différend permettra de réaliser les aspirations des peuples africaines et arabes pour l’intégration et le développement.

 

Par ailleurs, dans une déclaration lue au nom au Maroc, M. Zniber a insisté sur les questions concernant la réduction de la pauvreté et des inégalités et l’inclusion des objectifs de développement comme étant des questions transversales qui doivent se trouver au centre du combat pour la promotion des droits de l’homme.

 

Le diplomate marocain a relevé que la promotion efficace des droits de l’homme est tributaire de la mise en oeuvre des moyens adéquats pour réduire l’impact des changements climatiques et prévenir tous les défis qui se posent par rapport aux nouveaux défis tels que l’intelligence artificielle et l’exploitation des données à caractère personnel.

 

Il a indiqué que le Maroc, en tant que Core groupe sur les questions de corruption, de la jeunesse, des droits de l’homme et de la Syrie continuera d’oeuvrer pour parvenir à des résolutions qui puissent apporter une plus-value opérationnelle et tangibles aux travaux du Conseil.

 

Pour ce qui est des mesures d’efficacité, le Royaume continuera son action active en vue de permettre aux discussions en cours de déboucher sur des pistes d’amélioration et de renforcement des mécanismes actuels, notamment en ce qui concerne les procédures spéciales, a-t-il dit.

 

D’autre part, en réponse à une déclaration hostile et dénuée de tout fondement faite par des adversaires de l’intégrité territoriale du Royaume, M. Zniber a relevé que cette déclaration « n’est rien d’autre qu’une énième tentative d’essayer de ramener, en vain, au sein du Conseil une question qui comme chacun le sait, est avant tout politique et est traitée exclusivement par l’ONU.

 

Il a fait constater, dans ce sens, que plusieurs délégations se dissocient de plus en plus de ce groupe, constatant l’instrumentalisation déplorable dont ils font objet.

 

Il a rappelé, dans ce sens, que contrairement à la réunion organisée à Prétoria par l’Afrique du sud et qui s’est soldée par un échec tant en terme de participation que de contenu, le Maroc a accueilli une conférence ministérielle, le 25 mars dernier, qui a réuni l’écrasante majorité des pays africains venus tous réitérer la primauté du cadre onusien pour résoudre ce différend politique.

 

Tout en soulignant que l’Algérie reste la principale entrave au règlement de ce conflit régional, il a noté que ce pays continue d’interdire l’enregistrement des populations retenues dans les camps de Tindouf en contradiction totale avec les résolutions du Conseil de sécurité, viole constamment le droit de ces populations à la mobilité en les empêchant de circuler librement et soutien un groupuscule qui exploite les enfants à des fins armées et qui commet des violations ignobles à l’encontre des femmes.

 

Il a réitéré l’attachement de la délégation marocaine, comme la majorité des autres délégations, à maintenir un climat serein et constructif lors des débats au sein du conseil, notant que le conseil n’est pas le lieu approprié pour étaler les divergences et les hostilités. « Bien au contraire, le Conseil a une mission noble qui se doit d’apporter le soutien et la protection nécessaire aux droits de l’homme dans le monde », a-t-il ajouté.



lire la suite

Abdeljalil Lahjomri remporte le Grand Prix de la Francophonie de l'Académie Française

in Uncategorized
lahjomri
Par Le360 (avec MAP) le 22/06/2019 à 22h55

lahjomri

© Copyright : DR

Le Secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri, a remporté le Grand Prix de la Francophonie décerné par l’Académie Française.

Selon le Palmarès 2019 composé de 64 distinctions attribuées par l’Académie Française, ce prix a été décerné à M. Lahjomri, ex-aequo avec le poète tchèque Petr Kral, en reconnaissance à son parcours académique et intellectuel et à ses réalisations à la tête de l’Académie du Royaume du Maroc.

 

Dans une déclaration à l’agence de presse MAP, M. Lahjomri s’est dit honoré de remporter cette prestigieuse distinction qui consacre la place du Maroc à l’échelle internationale et fait honneur au travail académique réalisé par et sur le Maroc.

 

« Cette distinction me réchauffe tellement le cœur parce qu’il s’agit d’une reconnaissance pour le Maroc, pour l’Académie du Royaume et pour la culture marocaine riche et ancestrale », a dit M. Lahjomri.

 

Ce choix a été porté directement par l’Académie Française sur la base des performances académiques de chaque intellectuel sans la présentation d’aucune demande de candidature, « ce qui m’honore doublement », s’est-il réjoui.

 

L’Académie française, qui regroupe 40 membres élus à vie, d’où leurs noms d’immortels, est l’institution gardienne de la langue française et de la mise à jour de son dictionnaire.

 

Elle est composée notamment de poètes, romanciers, hommes de théâtre, philosophes, hommes de science, hommes d’Etat, qui ont « tous illustré particulièrement la langue française ».

 

Par Le360 (avec MAP)



lire la suite

Fanion de la "rasd" sur le site officiel de la CAN: voici la réaction du gouvernement marocain

in Uncategorized
El Othmani Conseil de gouvernement
Par Le360 (avec MAP) le 20/06/2019 à 18h40

El Othmani Conseil de gouvernement

© Copyright : DR. (Capture d’écran)

Le gouvernement marocain a exprimé jeudi son « vif » rejet des tentatives visant à porter atteinte à l’intégrité territoriale du Royaume, suite à une erreur sur le site “tazkarti”, la billetterie électronique de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2019) qui inclut un drapeau non reconnu.

“Les conventions signées par notre pays au niveau de l’Union Africaine stipule clairement que cette signature ne peut être interprétée, expliquée ou avancée comme étant une preuve ou un prétexte pour porter atteinte à l’intégrité territoriale du Maroc”, a indiqué le ministre délégué chargé des Relations avec le parlement et la société civile, porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, lors d’un point de presse à l’issue de la réunion hebdomadaire du Conseil du gouvernement.

 

M. El Khalfi a souligné que le gouvernement marocain “rejette catégoriquement” ce genre d’agissements qui “nuisent au sentiment national des Marocains”, relevant que les institutions concernées suivront toute question de ce genre pour la “corriger complètement”.

 

 

Le ministre égyptien de la jeunesse et des sports, Achraf Sobhi, avait présenté plus tôt dans la journée officiellement les excuses de son pays au Royaume du Maroc suite à cette erreur.

 

Le comité d’organisation de la CAN (Egypte-2019) a également présenté ses excuses aux autorités marocaines, à la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et au public marocain suite à cette erreur involontaire après l’apparition d’un drapeau non reconnu et d’une vidéo sur le site web « Tazkarti », sans que cela ne soit approuvé par le comité d’organisation de la CAN.

Par Le360 (avec MAP)



lire la suite

Vers un remaniement ministériel dès la prochaine rentrée politique?

in Uncategorized
gouvernement Othmani
Par Mohamed Deychillaoui le 17/06/2019 à 23h55

gouvernement Othmani

© Copyright : DR

Kiosque360. Le chef du gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, entretient toujours le flou quant à l’imminence ou non d’un remaniement ministériel. Le prochain départ de la secrétaire d’Etat M’barka Bouaida, pressentie pour présider la région Goulmim-Oued Noun, remet la question à l’ordre du jour.

Dans son édition de ce mardi 18 juin, le quotidien Al Ahdath Al Maghribia rapporte qu’une source gouvernementale lui a confié qu’un remaniement gouvernemental aurait lieu, au plus tard, dès la prochaine rentrée politique. Sans préciser son ampleur, ni les raisons profondes qui seraient derrière, le quotidien ajoute que le départ imminent de M’barka Bouaida du gouvernement, alors qu’elle vient de se voir offrir sur un plateau d’or la présidence de la région Goulmim-Oued Noun après la démission d’un autre Bouaida, pourrait être l’élément déclencheur de ce remaniement ministériel.

 

Selon la même source, ce remaniement est désormais plus que probable, puisque à mi-mandat, le gouvernement actuel a plus que jamais besoin de se faire insuffler un sang nouveau, surtout au regard du rendement de certains département qui serait très en deçà des attentes. Pire, certains secrétariats d’Etat semblent être des coquilles vides, et El Othmani aurait pensé à les éliminer, mais n’arrive toujours pas à prendre une décision en ce sens.

 

D’ailleurs Al Ahdath précise que le chef du gouvernement n’en est pas à une contradiction près quand il parle du remaniement de son équipe. Tantôt il affirme que ce sujet n’est pas tabou et que le changement peut intervenir à tout moment si des circonstances et conditions objectives l’exigent. Tantôt, il affirme tout simplement que le remaniement ministériel n’a jamais été à l’ordre du jour, du moment qu’aucun parti de la majorité n’en a vu la nécessité.

 

Lors d’une rencontre-ftour avec certains journalistes pendant le denier Ramadan, El Othmani a assuré à ses interlocuteurs que beaucoup de choses avaient été dites sur le remaniement, mais tout ce qu’il y a dans cette affaire, c’est qu’il avait effectivement pensé, un certain moment, à réduire le nombre de portefeuilles au sein de son équipe. Avant de préciser qu’à force de penser à d’autres problèmes plus urgents, comme le dialogue social, il avait relégué ce dossier au second plan. Aujourd’hui, il semble l’avoir abandonné carrément, puisque, dit-il, il a remarqué qu’en cas de réduction du nombre de départements, c’est surtout la gent féminine qui en pâtirait, car elle occupe pour l’essentiel les postes de secrétaires d’Etat, tous visés par un projet d’élimination pure et simple. Pour résumer la pensée du chef du gouvernement, le remaniement reste à l’ordre du jour, mais pas la réduction du nombre des ministres.  

Par Mohamed Deychillaoui



lire la suite

Tinghir: deux écoles rurales réhabilitées grâce un don français

in Uncategorized
réhab école
Par chakir Alaoui le 15/06/2019 à 18h34

réhab école

Les travaux de réhabilitation des deux écoles de Tinghir sont actuellement au stade de finition. 

© Copyright : DR

Une délégation d’experts français séjourne actuellement dans la province de Tinghir où elle s’apprête à livrer à deux communes rurales deux grandes écoles réhabilités de fond en comble et ce dans un paysage enclavé et hostile. Détails

Cet investissement de plusieurs millions de dirhams a profité aux deux écoles, l’une de 400 élèves et l’autre de 150 élèves, situées dans les communes d’Amr Ouissa et Toukhsine. Vu l’insuffisance des moyens des deux communes, les habitants de cette région ont accueilli avec satisfaction l’initiative de réhabilitation qui a été menée grâce à la filiale France de Bulding Better working word (EY, cabinet international d’audit) et à l’aide et le suivi de l’Association des idées et des actions (IDACTS), une ONG agissant en France pour la promotion du développement, de l’éducation et de la santé.

 

Il faut que rappeler que les travaux sont actuellement au stade de finition. Selon les donateurs, le projet ne s’arrête pas à la construction et à la réhabilitation des murs et de la cour des deux écoles, mais aussi à l’octroi de dons composés de plusieurs ordinateurs, de tables, de chaises, de cahiers ainsi que des vêtements.

 

L’équipe de Bulding Better Working va prochainement animer des ateliers d’éducation au profit des élèves. « Ce qui est important à nos yeux, c’est notre soutien apporté à l’éducation et à l’implication de nos collaborateurs dont ceux de IDACTS pour la réussite de cet important projet », a affirmé à le360 un expert d’EY.

 

Il faut signaler aussi que l’association IDACT a déjà à son actif une expérience similaire dans la région de Doukkala, au sud d’El Jadida.

Par chakir Alaoui



lire la suite

Tinghir: deux écoles rurales réhabilitées grâce un don français

in Uncategorized
réhab école
Par chakir Alaoui le 15/06/2019 à 18h34

réhab école

Les travaux de réhabilitation des deux écoles de Tinghir sont actuellement au stade de finition. 

© Copyright : DR

Une délégation d’experts français séjourne actuellement dans la province de Tinghir où elle s’apprête à livrer à deux communes rurales deux grandes écoles réhabilités de fond en comble et ce dans un paysage enclavé et hostile. Détails

Cet investissement de plusieurs millions de dirhams a profité aux deux écoles, l’une de 400 élèves et l’autre de 150 élèves, situées dans les communes d’Amr Ouissa et Toukhsine. Vu l’insuffisance des moyens des deux communes, les habitants de cette région ont accueilli avec satisfaction l’initiative de réhabilitation qui a été menée grâce à la filiale France de Bulding Better working word (EY, cabinet international d’audit) et à l’aide et le suivi de l’Association des idées et des actions (IDACTS), une ONG agissant en France pour la promotion du développement, de l’éducation et de la santé.

 

Il faut que rappeler que les travaux sont actuellement au stade de finition. Selon les donateurs, le projet ne s’arrête pas à la construction et à la réhabilitation des murs et de la cour des deux écoles, mais aussi à l’octroi de dons composés de plusieurs ordinateurs, de tables, de chaises, de cahiers ainsi que des vêtements.

 

L’équipe de Bulding Better Working va prochainement animer des ateliers d’éducation au profit des élèves. « Ce qui est important à nos yeux, c’est notre soutien apporté à l’éducation et à l’implication de nos collaborateurs dont ceux de IDACTS pour la réussite de cet important projet », a affirmé à le360 un expert d’EY.

 

Il faut signaler aussi que l’association IDACT a déjà à son actif une expérience similaire dans la région de Doukkala, au sud d’El Jadida.

Par chakir Alaoui



lire la suite

Le déficit budgétaire repris en main

in Uncategorized
Le déficit budgétaire repris en main

Kiosque360. Le déficit budgétaire s’est allégé au cours du mois dernier pour s’établir à 21,6 milliards de dirhams. L’Etat compte sur les recettes de privatisation pour le résorber en partie.

Petit répit budgétaire en mai. Dans son édition du jour, L’Economiste note une légère détente du déficit budgétaire qui atteint 21,6 milliards de dirhams, s’allégeant de 1,8 milliard de dirhams par rapport à la même période de l’année dernière. Le journal précise que «le gouvernement compte s’appuyer sur les privatisations pour maintenir le déficit à des niveaux convenables».

 

Justement, une recette de 10 milliards de dirhams est prévue dans la loi de Finances. Une grande partie de ce montant va être assurée par la cession de 8% du capital de Maroc Telecom. Le quotidien pense qu’après IAM, l’Etat passera à la cession «d’Energie Electrique de Tahaddart, détenue à hauteur de 48 % par l’Office National de l’Eau et de l’Electricité aux côtés d’Endesa Generación (32%) et de Siemens Project Ventures (20%), ainsi que du célèbre hôtel la Mamounia de Marrakech, filiale de l’ONCF qui détient 65% de son capital».

 

L’Economiste relève, en attendant, que les dépenses de l’Etat évoluent de 14,2% contre 8,2% pour les recettes. En plus des dépenses de fonctionnement qui seront amenées à augmenter sous l’effet de la revalorisation des salaires de fonctionnaires, revalorisation décidée dans le cadre du dialogue social, le quotidien attire l’attention sur la compensation qu’il faudra «surveiller durant les prochains mois». Il faut dire que la charge a augmenté de 53,7%, atteignant 6,7 milliards de dirhams représentant 36,8% des ressources (18,3 milliards de dirhams) consacrées par la loi de Finances 2019 à la subvention de produits comme le gaz butane.

 

Pour ce qui est des dépenses d’investissement, elles sont en hausse de près de 9% à 29,7 milliards de dirhams, suite à l’accroissement des charges communes de 12,8% et des dépenses des ministères de 4,7%. «Les émissions représentent 40,4% du montant budgétisé. L’enveloppe prévue pour 2019 s’élève à 73,3 milliards de dirhams», précise le journal.

 

Par ailleurs, L’Economiste relève que l’amélioration des recettes (hausse de 3,3% de la TVA à l’importation, de 7,1% de la TIC, de 0,5% de l’IS et de 10,2% de l’IR) à fin mai recouvre une baisse de 6,9% des droits de douane et une diminution de 9,5% de la TVA à l’intérieur.



lire la suite

Go to Top