admin - page 2

admin has 640 articles published.

Les ophtalmologues dénoncent les pressions du lobby de l’industrie du verre

in Uncategorized
Les ophtalmologues dénoncent les pressions du lobby de l'industrie du verre

Les Médecins ophtalmologues du Maroc appellent le Parlement à ne pas céder aux pressions du lobby de l’industrie du verre et à préserver le principe de la séparation entre la prescription optique et la vente de lunettes, consacré par l’article 6 du projet de loi 45/13, tel qu’amendé et voté par la Chambre des Conseillers le 4 juin 2019 et ce, dans l’intérêt de la santé visuelle des Marocains, indique le Syndicat des ophtalmologistes du secteur libéral du Maroc.

Ils rappellent que la réfraction (mesure de la vue) est un acte médical, qui relève de leur champ de compétences en vertu de la loi 131-13 relative à l’exercice de la médecine au Maroc, précise la même source dans un communiqué parvenu mardi à la MAP.

Les ophtalmologues alertent aussi sur le conflit d’intérêt manifeste qui existe en autorisant les opticiens à prescrire et à vendre en même temps les lunettes pour la correction de la vue des patients, en mettant en garde contre les “examens visuels gratuits” que proposent les opticiens comme argument marketing afin de vendre des lunettes.

Ces “examens visuels dispensés par des opticiens” ne permettent pas de dépister les maladies silencieuses comme le glaucome, la rétinopathie diabétique, la DMLA, les œdèmes papillaires secondaires à des tumeurs cérébrales, les déchirures et décollements de rétine, les tumeurs oculaires, les uvéites et les kératocônes, explique le communiqué, ajoutant que ces maladies peuvent dans certains cas évoluer à bas bruit même en cas d’une acuité visuelle de 10/10 avant que la vue ne chute rapidement menant à une malvision profonde ou une cécité irréversible.

Au Maroc, les chiffres du Ministère de la Santé attestent que 14.3% des cas de cécités irréversibles sont liés au Glaucome, maladie silencieuse par excellence, et qui toucherait près de 600 000 Marocains, rappelle-t-on. Ceci en fait la priorité nationale numéro 1 en matière de santé visuelle après la cataracte, selon la même source, qui relève que les études internationales soulignent que 30% des demandes de consultation pour lunettes aboutissent au dépistage d’une pathologie sous-jacente, ce qui place l’Ophtalmologue au cœur d’un système de prévention primaire efficace, en particulier pour certaines maladies générales comme le diabète.

Les Médecins ophtalmologues rappellent aussi que les opticiens-lunetiers sont leurs partenaires. Le rôle de ces derniers est d’exécuter les ordonnances optiques et non d’accomplir les actes de diagnostic et de correction de la vue des patients, d’après la même source

Forum des Médias en France : le « Journalisme de paix »

in Uncategorized
Forum des Médias en France : le « Journalisme de paix »

International

Forum des Médias en France : le « Journalisme de paix »

Algérie : les étudiants mobilisés pour ce 18ème mardi

in Uncategorized
Algérie : les étudiants mobilisés pour ce 18ème mardi

International

Algérie : les étudiants mobilisés pour ce 18ème mardi

Etats-Unis/Iran : quelles conséquences sur l’économie iranienne ?

in Uncategorized
Etats-Unis/Iran : quelles conséquences sur l’économie iranienne ?

Maroc

Etats-Unis/Iran : quelles conséquences sur l’économie iranienne ?

Les assises de la fiscalité au menu du Conseil de gouvernement

in Uncategorized
Les assises de la fiscalité au menu du Conseil de gouvernement

Maroc

Les assises de la fiscalité au menu du Conseil de gouvernement

OCP : le groupe organise la finale de son championnat à El Jadida

in Uncategorized
OCP : le groupe organise la finale de son championnat à El Jadida

Sur une superficie de 1300 m², le Groupe OCP organise dans un stade à El Jadida la finale de son championnat de beach soccer, une initiative inédite qui a réuni plus de 1 500 personnes pendant deux mois.

Le Groupe OCP poursuit son engagement en faveur d’actions communautaires, notamment par le biais du sport, et annonce ce dimanche à El Jadida la finale de son championnat de beach soccer. La rencontre, qui se tiendra sur la plage Deauville, verra les équipes évoluer sur un terrain entièrement conçu pour l’occasion. Ce stade éphémère offre des tribunes pouvant accueillir plus de 1 000 personnes dans des conditions de confort et de sécurité optimales.

Organisé depuis le 5 mai 2019, le championnat de beach soccer est le premier du genre dans la région d’El Jadida. Il a connu la participation de 111 équipes dans les catégories U13, U15 et Sénior, avec la présence de 8 associations professionnelles. Au total, ce sont plus de 1 500 personnes issues des quartiers de la ville et alentours qui ont bénéficié pendant deux mois de l’opération.

Très impliqué, OCP a fourni le matériel nécessaire pour le tournoi dont les récompenses variées comprennent des prix pour les équipes gagnantes, mais aussi un séjour de formation professionnelle au profit des cadres des associations lauréates.

L’organisation du championnat de beach soccer entre dans le cadre de l’initiative Act4Sport, une composante du programme Act4Community lancé il y a deux ans et avec lequel le Groupe mène une démarche de création de valeur partagée au profit des territoires et populations.

Caractérisées par un enracinement local fort et une interaction directe avec la vie quotidienne des populations, les activités du Groupe impactent en effet non seulement ses résultats économiques mais aussi toutes sles communautés où OCP opère. C’est dans ce cadre que le Groupe a repensé les contours de son intervention RSE, donnant une nouvelle impulsion à son action sociale et sociétale.

En ligne avec sa dynamique interne du Mouvement, qui vivent à libérer les énergies, OCP a conçu Act4Community comme un modèle de fonctionnement agile et ouvert, afin de faciliter les synergies et mobiliser ses collaborateurs pour porter l’engagement sociétal du Groupe à tous les niveaux.

Depuis 2017, ce sont plus de 2 000 collaborateurs OCP qui se sont engagés en offrant leur savoir- faire, leur expertise et leur énergie à la communauté, permettant de réaliser des actions à fort impact.

Par ailleurs, le Groupe OCP contribue à nourrir une population mondiale grandissante en lui fournissant des éléments essentiels à la fertilité des sols et à la croissance des plantes. Avec près d’un siècle d’expertise et un chiffre d’affaire de plus de 48 milliards de dirhams en 2017, OCP est le leader mondial sur le marché du phosphate et le premier producteur mondial d’engrais phosphatés. Il offre une large gamme de produits fertilisants adaptés pour enrichir les sols, augmenter les rendements agricoles et nourrir la planète de manière économique et durable. Grâce à sa stratégie de développement industriel intégré d’envergure, OCP est présent sur toute la chaîne de création de valeur du phosphate et opère sur la totalité de ses métiers, offrant à ses 23 000 collaborateurs un parcours de développement d’excellence. Basé au Maroc, OCP travaille en étroit partenariat avec plus de 160 clients sur les 5 continents. Engagé à servir au mieux le développement de l’Afrique, OCP met l’innovation au cœur de sa stratégie, notamment via la mise en place d’une agriculture durable et prospère. Acteur industriel responsable, OCP est aussi engagé dans le développement environnemental, social et humain du continent. Le Groupe est ainsi convaincu que leadership et rentabilité sont synonymes de responsabilité sociétale et de développement durable.

En un an, 1151 migrants ont péri en Méditerranée

in Uncategorized
En un an, 1151 migrants ont péri en Méditerranée

International

En un an, 1151 migrants ont péri en Méditerranée

Daech : Démantèlement d’une cellule terroriste à Marrakech

in Uncategorized
Daech : Démantèlement d’une cellule terroriste à Marrakech

Maroc

Daech : Démantèlement d’une cellule terroriste à Marrakech

Plan de paix : un cadre du ministère des Finances pour représenter le Maroc

in Uncategorized
Plan de paix : un cadre du ministère des Finances pour représenter le Maroc

Maroc

Plan de paix : un cadre du ministère des Finances pour représenter le Maroc

Les investissements dans les énergies renouvelables ont baissé de 11%

in Uncategorized
Les investissements dans les énergies renouvelables ont baissé de 11%

Les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables ont atteint 288,9 milliards de dollars des États-Unis en 2018, ce montant consacré à la nouvelle capacité dépasse de loin le soutien financier apporté à la nouvelle énergie produite à partir de combustibles fossiles, selon les nouveaux chiffres publiés aujourd’hui.

Ces chiffres, présentés par BloombergNEF (BNEF), sont publiés aujourd’hui dans le Rapport sur la situation mondiale des énergies renouvelables 2019.

Les chiffres montrent que, si l’investissement a diminué de 11% par rapport à l’année précédente, 2018 a été la neuvième année consécutive au cours de laquelle il a dépassé 200 milliards de dollars des États-Unis et la cinquième année consécutive, au-dessus de 250 milliards de dollars des États-Unis. Le chiffre n’inclut pas l’énergie hydraulique supérieure à 50 MW, pour laquelle 16 milliards de dollars des États-Unis supplémentaires ont été investis – également en baisse par rapport à 2017, où 40 milliards de dollars des États-Unis avaient été investis.

La baisse des investissements en 2018 peut être attribuée en partie à la baisse des coûts de la technologie solaire photovoltaïque, qui a permis de sécuriser la capacité requise à moindre coût et à un ralentissement du déploiement de l’énergie solaire en Chine.

Cependant, à l’échelle mondiale, l’énergie solaire restait le principal centre d’investissement, avec 139,7 milliards de dollars des États-Unis investis en 2018, en baisse de 22%. L’investissement dans l’énergie éolienne a augmenté de 2% en 2018 pour atteindre 134,1 milliards de dollars des États-Unis. Les autres secteurs sont loin derrière, bien que les investissements dans la biomasse et la valorisation énergétique des déchets aient augmenté de 54%, pour atteindre 8,7 milliards de dollars des États-Unis.

Les chiffres comparent les montants investis dans les nouvelle capacités d’énergie renouvelable, qui s’élevaient à 272,3 milliards de dollars des États-Unis en 2018 (à l’exclusion des grandes centrales hydroélectriques), avec celui de la nouvelle capacité de production au charbon et au gaz, qui s’élevait à 95 milliards de dollars des États-Unis.

« Les tendances mondiales continuent d’indiquer qu’investir dans les énergies renouvelables, équivaut à investir dans un avenir rentable. Les investissements dans les énergies renouvelables en 2018 étaient trois fois plus élevés que les investissements dans de nouveaux générateurs alimentés au charbon et au gaz », a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l’environnement. « Bien que cela soit encourageant, nous devons considérablement accélérer le rythme si nous souhaitons atteindre les objectifs internationaux en matière de climat et de développement. »

La Chine en tête, l’Europe et les pays en développement se rassemblent

Une ventilation géographique du chiffre de 288,9 milliards de dollars des États-Unis, le total des investissements dans les énergies renouvelables en 2018, montre que la Chine est en tête des investissements effectués dans le monde pour la septième année consécutive, à 91,2 milliards de dollars. Toutefois, ce chiffre était en baisse de 37% par rapport au chiffre record de 2017, en raison de plusieurs facteurs, notamment un changement en milieu d’année de la politique de tarif de rachat du gouvernement, qui a pesé sur les investissements dans l’énergie solaire.

La Chine représentait également 32% du total des investissements, suivie de l’Europe à 21%, des États-Unis à 17% et de l’Asie-Océanie (à l’exclusion de la Chine et de l’Inde) à 15%. Des pourcentages moins importants ont été observés en Inde (5%), au Moyen-Orient et en Afrique (5%), dans les Amériques (à l’exclusion du Brésil et des États-Unis) avec 3% et au Brésil avec 1%.

En excluant la Chine, les investissements dans les énergies renouvelables dans les pays en développement ont en réalité augmenté de 6%, pour atteindre 61,6 milliards de dollars, un record.

« Lorsque l’investissement global diminue, il est facile de penser que nous reculons, mais ce n’est pas le cas », a déclaré Angus McCrone, rédacteur en chef chez BloombergNEF : « Les énergies renouvelables deviennent moins chère et nous assistons à un élargissement de l’activité d’investissement éolien et solaire dans plusieurs pays d’Asie, d’Europe de l’Est, du Moyen-Orient et d’Afrique. »

Les investissements en Europe ont bondi de 39% pour atteindre 61,2 milliards de dollars, chiffre le plus élevé en deux ans, principalement en raison d’investissements importants dans l’éolien terrestre et offshore.

Aux États-Unis, les investissements ont légèrement progressé de 1% pour atteindre 48,5 milliards de dollars, au plus haut depuis 2011, également grâce à une augmentation du financement de l’énergie éolienne.

Les investissements dans la région Asie-Pacifique (à l’exception de la Chine et de l’Inde) ont augmenté de 6%, pour atteindre le plus haut niveau en trois ans, pour atteindre 44,2 milliards USD. Le Moyen-Orient et l’Afrique ont quant à eux bondi de 57% pour atteindre un record de 15,4 milliards USD. Toutefois, dans les Amériques (à l’exclusion du Brésil et des États-Unis), les investissements ont diminué de 23% (à l’exception des grandes centrales hydroélectriques) pour atteindre 9,8 milliards de USD.

« Il est rassurant de voir les investissements en augmentation aux États-Unis », a déclaré le professeur Nils Stieglitz, président de la Frankfurt School of Finance & Management, impliqué dans le rapport : « Ironiquement, cette croissance des investissements dans les énergies renouvelables pourrait être en partie expliquée par des projets bouclés rapidement afin d’être éligibles au régime actuel de subventions fiscales, qui devrait se terminer d’ici quelques années seulement, car leurs chances d’être prolongées sont actuellement très faibles. »

Une multitude d’informations plus détaillées sur les investissements mondiaux dans le financement des énergies renouvelables en 2018 seront présentées dans le rapport sur les tendances mondiales dans les énergies renouvelables, qui sera publié en septembre en amont du sommet mondial sur l’action pour le climat du secrétaire général des Nations unies. Ce rapport est publié chaque année depuis 2007. L’édition de cette année est cofinancée par le Ministère fédéral allemand de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire. Il portera sur une décennie d’investissements dans les énergies renouvelables.

Go to Top
Aller à la barre d’outils