Dernières nouveautés Choix de l'éditeur

Elargissement du réseau pour le développement de la Santé

in Uncategorized
Santé
Par Rachid Al Arbi le 23/07/2019 à 00h08

Santé

© Copyright : DR

Kiosque360: ODM s’agrandit. Il vient de se porter acquéreur de son 10e centre hospitalier. Le groupe poursuit son développement en s’alliant avec les principaux centres mondiaux de soins.

En matière de santé, les investissement sont assez lourds. Dans son édition du jour, L’Economiste rapporte que le groupe Oncologie et Diagnostic du Maroc (ODM) a misé la bagatelle de 500 millions de dirhams pour se constituer un réseau conséquent d’établissements hospitaliers. Le journal assure d’ailleurs qu’ODM vient de se porter acquéreur de la Clinique Badr de Casablanca pour totaliser 10 unités. Ceci étant, le quotidien relève «qu’il n’y a aucune mesure incitative pour ce secteur qui n’est même pas traité équitablement sur le plan économique». La même source assure qu’ODM a réussi à attirer des investissements étrangers. Le groupe s’est récemment allié avec le Centre Léon Bérard à Lyon, un des plus importants pôles de cancérologie d’Europe, qui lui permet l’accès à des consultations de deuxième avis et même des prises en charge prioritaires pour les patients qui le souhaitent. Selon L’Economiste, des discussion seraient en cours avec d’autres groupes au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

 

L’internationalisation est aussi un objectif pour ODM. Le groupe aurait, comme l’affirme le journal, des projets en cours en Afrique subsaharienne. Le marché égyptien l’intéresse aussi, mais pas les autres pays arabes où «la configuration différente».  

 

Le groupe ODM prend de l’ampleur avec ses 10 cliniques, ses 400 collaborateurs, ses 55 médecins dédiés et plus de 100 autres médecins partenaires. Pas moins de 60.000 patients ont été servis dans les centres ODM en 2018.

Par Rachid Al Arbi



lire la suite

Tanger: 20 personnes blessées lors d’un incident de manège

in Faits divers/National/Société
Tanger: 20 personnes blessées lors d’un incident de manège

Vingt personnes, âgées entre 13 et 26 ans, ont été blessées dimanche soir, dans un espace de jeu situé dans la circonscription de Mghogha, près de la gare ferroviaire de Tanger, suite à un incident de manège, ainsi qu’à la bousculade et aux remous qui l’ont suivi, indiquent les autorités locales de la wilaya de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.


Les autorités locales et les services de sécurité et de la protection civile sont intervenus pour transporter les blessés au Centre hospitalier régional Mohammed V à Tanger afin qu’ils reçoivent les soins nécessaires, souligne la même source, notant que seules deux personnes ont été placées sous surveillance médicale.

Une enquête a été ouverte par les autorités compétentes, sous la supervision du parquet, afin de déterminer les circonstances de cet incident.


À lire aussi:

« Réseau de la CIA » démantelé en Iran : 17 arrestations, des peines de mort prononcées

in International/Politique/Société
« Réseau de la CIA » démantelé en Iran : 17 arrestations, des peines de mort prononcées

Les autorités iraniennes ont indiqué lundi avoir arrêté, entre mars 2018 et mars 2019, 17 personnes travaillant pour le compte de la CIA, dont plusieurs ont été condamnées à mort pour espionnage.


Dix-sept Iraniens ont été arrêtés entre mars 2018 et mars 2019 dans le cadre du démantèlement d’un « réseau d’espions » de la CIA, et plusieurs d’entre eux ont été condamnés à mort, a annoncé lundi 22 juillet le ministère iranien du Renseignement, cité par la télévision nationale.

« Ceux qui ont délibérément trahi leur pays ont été remis à la justice. Certains ont été condamnés à mort et d’autres à de longues peines de prison », a déclaré à la presse le chef du contre-espionnage au ministère, dont l’identité n’a pas été révélée. Le démantèlement d’un « réseau d’espions » agissant pour le compte des États-Unis avait été annoncé par Téhéran le 18 juin dernier.

Les suspects étaient employés « dans des secteurs sensibles » ou dans des activités privées liées à ces secteurs, a-t-il dit sans fournir de précisions. Les suspects agissaient indépendamment les uns des autres, a-t-il ajouté, sans préciser combien avaient été condamnés à mort.

Certains avaient été recrutés en tombant dans un « piège » tendu par la CIA alors qu’ils étaient en quête de visas pour se rendre aux États-Unis, selon le responsable iranien.

« Certains ont été approchés alors qu’ils faisaient leur demande de visa, d’autres avaient déjà des visas mais ont été soumis à la pression de la CIA au moment de leur renouvellement », a-t-il dit.

Cette annonce intervient dans un contexte explosif entre l’Iran et les États-Unis, un an après le retrait américain de l’accord international sur le nucléaire iranien, et au moment où les tensions s’aggravent chaque jour dans le Golfe.


>> A lire aussi:

(Vidéo) Laâyoune: Décès d’une jeune fille et incidents lors de la célébration du sacre algérien à la CAN

in Faits divers/National/Société
(Vidéo) Laâyoune: Décès d’une jeune fille et incidents lors de la célébration du sacre algérien à la CAN

Alors que l’heure était à la célébration du sacre de l’Algérie à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, un groupe d’individus en a profité pour commettre des actes de sabotage dans la ville de Laâyoune.


Un groupe d’individus incités par des parties ennemies a exploité le climat de célébrations spontanées par les citoyens pour commettre des actes de sabotage et de pillage obligeant les forces publiques à intervenir pour assurer la protection des biens privés et publics”, affirme un communiqué de la wilaya de la région Laâyoune-Sakia-El Hamra, précisant que les affrontements ont duré jusqu’à 3 heures du matin, le 20 juillet.

“Des actes de destruction ont été enregistrés sur l’avenue principale de la ville de Laâyoune suite à ces événements où une agence bancaire a été incendiée”, poursuit la même source, faisant savoir que des dizaines d’éléments des forces publiques ont été blessés à des degrés divers dont quatre dans un état grave.

Des vidéos des incidents témoignent notamment de l’incendie à la banque, de jets de pierre en direction des véhicules des forces de l’ordre, et de l’usage de canons à eau par ces derniers.



Selon la wilaya, c’est “parallèlement à ces incidents”, que la jeune femme “est décédée à l’hôpital régional de Laâyoune où elle a été transférée de la voie publique dans un état critique”, indique le communiqué, précisant qu’“une enquête est en cours sous la supervision du parquet compétent pour élucider les circonstances de ce décès”.

Selon l’agence de presse espagnole EFE, la ville vit depuis ce décès “dans un climat de tension marqué par le déploiement des forces policières”. Selon l’agence, “l’étudiante Sabah Anjori, 24 ans, a été tuée par des véhicules anti-émeute alors qu’elle traversait une avenue après avoir quitté un institut de langues où elle enseignait l’anglais à des enfants”.

La jeune femme “ne serait pas liée à ces manifestations et aurait été victime d’un accident”, selon EFE qui cite des “témoins et des sources concordantes”. Version confirmée par le bureau du procureur qui a ordonné une enquête judiciaire afin de clarifier les circonstances de ce décès dans “un accident de la circulation”.

(Avec MAP)


À lire aussi:

(Vidéo) Melilla: Passage en force d’une cinquantaine de migrants

in Faits divers/International/National

Ils sont une cinquantaine de migrants à être entrés, le vendredi 19 juillet 2019, à Melilla, depuis le Maroc, franchissant ainsi l’enclave espagnole en Afrique du nord.


Selon un porte-parole des services gouvernementaux, « environ 200 personnes ont tenté d’entrer de façon irrégulière et, une cinquantaine y sont parvenus ».

On compte six blessés légers, dans le rang des forces de l’ordre, et, deux, dans celui des migrants. L’un d’entre eux a été hospitalisé, après une fracture à la jambe. Une tentative du genre s’était produite en mai dernier où une centaine de personnes avaient franchi la clôture.

Pour le Porte-parole de la Préfecture, « il n’y a pas tant de pression sur la frontière » que d’autres années, précisant que les villes espagnoles de Ceuta et Melilla, au nord du Maroc, sont les seules frontières terrestres de l’Union européenne avec l’Afrique, hautement sécurisées.





À lire aussi:

Un nouveau livre sur SM le Roi Mohammed VI

in International/National/Société
Un nouveau livre sur SM le Roi Mohammed VI

Le géopolitologue et homme politique français Ayméric Chauprde publie un livre sur les 20 ans de règne du Roi Mohammed VI. Intitulé « Géopolitique d’un Roi: Essai sur un Maroc moderne et multipolaire », cet ouvrage revient sur les avancées du Royaume depuis l’accession au Trône du Souverain. 


Pour l’auteur, « le Maroc sera demain une grande puissance du monde arabe et d’Afrique, dotée d’infrastructures à la hauteur de nouveaux enjeux économiques de la planète ». Chauprade s’arrête notamment sur le maintien de la stabilité du pays où « aucune minorité, en particulier les Juifs ostracisés dans la plus grande partie du monde arabo-musulman, n’éprouve le besoin de fuir la persécution ». Il souligne en outre « la cohabitation bienveillante entre savoir, science et technologie et’ traditions » depuis l’arrivée du Souverain. « Bien que le Maroc soit une monarchie, cette approche est la marque des régimes démocratiques modernes », estime ainsi l’auteur.

Le document fait AUSSI une ébauche des principales avancées sociales, politiques, religieuses et économiques (INDH, Constitution de 2011, islam du juste milieu, Libéralisation de l’économie et accords de libre‑échange), ainsi que les choix axés sur le développement humain et le renforcement des infrastructures. Il expose aussi les nombreux défis auxquels fait face le Royaume, notamment la lutte contre le chômage des jeunes, l’éducation et la lutte contre la fuite des cerveaux. Sans oublier la question du Sahara sur laquelle l’auteur revient sur les apports du Royaume à la stabilité et au développement du Sahara ces dernières années.

L’extrême droite française s’intéresse davantage au Maroc. Déjà, en 2015, Jean-Claude Martinez avait publié un livre intitulé, « Mohammed VI, le roi stabilisateur ».



>> A lire aussi:

L’une des plus anciennes mosquées du monde découverte en Palestine occupée

in Culture/International/Société

Des spécialistes de l’Autorité des antiquités de l’Israël ont annoncé jeudi avoir exhumé les vestiges d’une des plus anciennes mosquées rurales au monde, dans la ville bédouine de Rahat (sud).


« Nous avons découvert les vestiges d’une mosquée à ciel ouvert, un bâtiment rectangulaire avec un mihrab – niche de prière – orienté vers le sud, en direction de La Mecque », ont indiqué les archéologues Jon Seligman et Shahar Zur, chargés des fouilles, dans un communiqué.

Pour ces spécialistes, il s’agit d’une découverte rare, particulièrement dans cette région située dans le nord de la ville de Beer Sheva, « où aucun autre bâtiment de ce genre n’a été découvert ».

« C’est l’une des premières mosquées connues datant d’après l’arrivée de l’Islam en israël, lors de la conquête arabe de 636 après notre ère, précise l’archéologue Gideon Avni dans un communiqué de presse relayé par The Times of Israel . Elle témoigne du processus de changement culturel et religieux que le pays a connu pendant la transition de la période byzantine à la période islamique ». Un mihrab semi-circulaire orienté vers le sud et la Mecque, est encore visible entre les ruines à ciel ouvert de la mosquée. « Cette découverte est une contribution importante à l’étude de l’histoire du pays pendant cette période complexe », résume Gideon Avni.

D’autres vestiges ont été découverts pendant les fouilles qui permettent selon lui d’en apprendre davantage « sur l’histoire du pays pendant cette période tumultueuse »: une ferme datant de la période byzantine (entre le VIe et VIIe siècle après J.C.) ainsi que des habitations datant du début de la période islamique (entre le VIIe et le VIIIe siècle après J.C.).

Des habitants bédouins de la région ainsi que des jeunes des localités proches ont participé aux fouilles dans le cadre d’un projet mis en place ces dernières années par l’Autorité des antiquités.

Les recherches ont été réalisées à l’endroit où la ville bédouine de Rahat s’apprête à construire un nouveau quartier.

La grande majorité des Bédouins d’Israël, estimés à environ 300.000, vivent dans le Néguev, en marge de la société israélienne, et souvent dans une grande pauvreté.

Ils appartiennent à la communauté des Arabes israéliens, descendants des Palestiniens restés sur leurs terres à la création d’Israël en 1948. Les Arabes israéliens représentent 17,5% de la population et dénoncent des discriminations.


>> A lire aussi:

SM le Roi Mohammed VI et Lalla Salma «scandalisés» par les rumeurs, brisent le silence

in International/National/Société
SM le Roi Mohammed VI et Lalla Salma «scandalisés» par les rumeurs, brisent le silence

En raison de leurs rangs, ils ne s’étaient jamais abaissés à commenter les rumeurs. Les plus récentes suggérant un déchirement familial ne sont plus supportables. Indignés, Mohammed VI et son ex-épouse Lalla Salma rappellent, l’un comme l’autre, à la décence. Leur avocat, Me Dupond-Moretti, relaie leur colère et défend leur honneur.


Le silence a une fin. Surtout, quand le mensonge commence à imprimer les esprits. Par le biais de leur avocat, Me Eric Dupond-Moretti, le Roi Mohammed VI et son ex-épouse Lalla Salma font conjointement savoir que les rumeurs de fuite ou de séquestration d’enfants qui circulent depuis le début du mois de juillet sont intolérables. Ces rumeurs sont « fermement et formellement démenties »par le souverain alaouite et la princesse, parents de deux adolescents, Moulay El Hassan, 16 ans, et Lalla Khadija, 12 ans.

« Des assertions extrêmement graves »

Ils se déclarent « scandalisés » par « des assertions extrêmement graves ». Sa Majesté et son ex-épouse les réfutent d’une même voix. Me Eric Dupond-Moretti est sans réserve sur le fait qu’elles émanent de sites étrangers répandant de fausses informations à« des fins malveillantes », et rappelle qu’il s’agit d’un « acte passible de poursuites pour diffamation ».

L’avocat-conseil s’indigne tout autant qu’un parallèle soit dressé avec une autre princesse.« La comparaison ne repose sur rien d’autre que le fait qu’il s’agit de deux princesses », tonne le célèbre avocat, qui plaide le respect d’une famille et la nécessité de rétablir la vérité une fois pour toutes.

Déclaration de Me Dupond-Moretti, l’avocat de la famille royale.

Par Maroc diplomatique


>> A lire aussi:

Le Grand stade de Casablanca sera construit, le ministère réagit

in National/Politique/Sport
Le Grand stade de Casablanca sera construit, le ministère réagit

Le ministère de la Jeunesse et des Sports a démenti, vendredi, les informations “dénuées de tout fondement” relayées par certains journaux nationaux, faisant état de la suspension du projet de construction du Grand stade de Casablanca prévu initialement à Benslimane.


Sur Instructions de SM le Roi Mohammed VI et dans le cadre de la préparation du dossier de candidature du Royaume du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde de football 2026, le comité chargé de ce dossier a procédé à la constatation de l’assiette foncière sise Commune Mansouria relevant de la province de Benslimane pour la construction du Grand stade de Casablanca, souligne le ministère dans une mise au point rapportée par la MAP.

La même source relève qu’il a été procédé à l’entame de la procédure d’acquisition des parcelles nécessaires à la construction de ce stade conformément aux dispositions légales et réglementaires en vigueur.

Le terrain consacré au projet est d’une superficie d’environ 100 hectares dont 50 hectares ont été délimités tandis que les 50 hectares restants sont à définir en concertation avec le consultant. Le stade sera doté d’une capacité totale de 100.000 places.Le communiqué rappelle que des études techniques et topographiques ont été lancées prenant en compte tous les aspects du projet y compris le volet environnemental.

Le maître d’œuvre du marché avait également été désigné en mai conformément à la procédure établie par la loi, conclut le ministère.


À lire aussi:

Un couple violenté en présence de leurs enfants à bord d’un avion

in International/National/Société
Un couple violenté en présence de leurs enfants à bord d’un avion

Un citoyen égyptien a été victime tabassé par la police roumaine, le vendredi 19 juillet 2019, dans un avion à destination de Bucarest. Cette situation a semé la panique parmi les passagers et des enfants du couple.


A l’origine de ce mauvais traitement, un sac appartenant à sa femme, laissé sur un siège, à proximité de l’issue de secours. L’homme a subi l’incident à bord d’un vol à destination de Bucarest, a déclaré Abdullah Mubasher, Chef de la communauté égyptienne, expatriée en Roumanie.

Selon les faits, une des hôtesses du vol aurait demandé à l’épouse d’origine marocaine de mettre, dans un porte-bagages, un sac qu’elle avait laissé à côté d’elle, sur un siège à proximité de l’issue de secours. Mais, celle-ci ne s’est pas exécutée car elle craignait de se séparer de son contenu : des objets personnels et ceux de sa famille. Face à ce refus, l’hôtesse proposera à la passagère de changer de place. Elle refuse à nouveau.

La police ne tardera pas à intervenir et à employer la force. Les deux passagers ont été violentés, en présence de leurs enfants. Très vite, la panique a gagné les cœurs dans l’avion.

Selon Abdullah Mubasher, une enquête a été diligentée pour clarifier cette situation ubuesque. De leurs côtés, le Ministère égyptien de l’Immigration et des expatriés, ainsi que les chancelleries du Maroc et de l’Egypte se penchent sur l’affaire.


À lire aussi:

1 2 3 94
Go to Top
Aller à la barre d’outils